socrate

 

 Philosophie, bac 2015

Vincent-Voiture

 Français, bac 2015

 Les exclusivités prépabac

 

 

La modernité en poésie

apollinaire-

 

 

 

 

 

Documents sur la modernité en poésie 
 

Document 1 Extrait de la conférence « L’Esprit nouveau et les poètes » prononcée par Apollinaire le 26 novembre
1917 au théâtre du Vieux-Colombier à Paris. Mais le nouveau existe bien, sans être un progrès. Il est tout dans la surprise. L’esprit nouveau est également dans la surprise. C’est ce qu’il y a en lui de plus vivant, de plus neuf. La surprise est le grand ressort nouveau. C’est par la surprise, par la place importante qu’il fait à la surprise que l’esprit nouveau se distingue de tous les mouvements artistiques et littéraires qui l’ont précédé. … Tant que les avions ne peuplaient pas le ciel, la fable d’Icare n’était qu’une vérité supposée. Aujourd’hui ce n’est plus une fable. Et nos inventeurs nous ont accoutumés à des prodiges plus grands que celui qui consisterait à déléguer aux hommes la fonction qu’on les femmes de faire des enfants. Je dirai plus, les fables s’étant pour la plupart réalisées et au-delà, c’est au poète d’en imaginer de nouvelles que les inventeurs puissent à leur tour réaliser. L’esprit nouveau exige qu’on se donne de ces tâches prophétiques. C’est pourquoi vous trouverez trace des prophétie dans la plupart des ouvrages conçus d’après l’esprit nouveau. Les jeux divins de la vie et de l’imagination donnent carrière à une activité poétique toute nouvelle.
C’est que poésie et création ne sont qu’une même chose ; on ne doit appeler poète que celui qui invente, celui qui crée, dans la mesure où l’homme peut créer. Le poète est celui qui découvre de nouvelles joies, fussent-elles pénibles à supporter. On peut être poète dans tous les domaines : il suffit que l’on soit aventureux et que l’on aille à la découverte. … Le moindre fait est pour le poète le postulat, le point de départ d’une immensité inconnue où flambent les feux de joie des significations multiples. Il n’est pas besoin pour partir à la découverte de choisir à grand renfort de règles, même édictées par le goût, un fait classé comme sublime. On peut partir d’un fait quotidien : un mouchoir qui tombe peut être pour le poète le levier avec lequel il soulèvera tout un univers. On sait ce que la chute d’une pomme vue par Newton fut pour ce savant que l’on peut appeler un poète. C’est pourquoi le poète d’aujourd’hui ne méprise aucun mouvement de la nature, et son esprit poursuit la découverte aussi bien dans les synthèses les plus vastes et les plus insaisissables : foules nébuleuses, océans, nations, que dans les faits en apparence les plus simples : une main qui fouille une poche, une allumette qui s’allume par le frottement, des cris d’animaux, l’odeur des jardins après la pluie, une flamme qui naît dans un foyer. Les poètes ne sont pas seulement les hommes du beau. Ils sont encore et surtout les hommes du vrai, en tant qu’il permet de pénétrer dans l’inconnu, si bien que la surprise, l’inattendu, est un des principaux ressorts de la poésie d’aujourd’hui. Et qui oserait dire que, pour ceux qui sont dignes de la joie, ce qui est nouveau ne soit pas beau ! … L’esprit nouveau est avant tout ennemi de l’esthétisme, des formules et de tout snobisme. Il ne lutte point contre quelque école que ce soit, car il ne veut pas être une école, mais un des grands courants de la littérature englobant toutes
les écoles, depuis le symbolisme et le naturalisme. Il lutte pour le rétablissement de l’esprit d’initiative, pour la claire compréhension de son temps et pour ouvrir des vues nouvelles sur l’univers extérieur et intérieur qui ne soient pas inférieures à celles que les savants de toutes catégories découvrent chaque jour et dont ils tirent des merveilles. Guillaume Apollinaire, « L’Esprit nouveau et les poètes », OEuvres en prose complètes, tome II, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1991 (extrait des pages 949 à 954). 

Document 2 Dans une étude de l’oeuvre du peintre Constantin Guys, Baudelaire définit sa conception de la modernité artistique, qui inspirera de nombreux poètes et artistes. Il s’agit, pour lui le « peintre de la vie moderne » de dégager de la mode ce qu’elle peut contenir de poétique dans
l’historique, de tirer l’éternel du transitoire. … La modernité, c’est le transitoire, le fugitif, le contingent, la moitié de l’art, dont l’autre moitié est l’éternel et l’immuable. … Cet élément transitoire, fugitif, dont les métamorphoses sont si fréquentes, vous n’avez pas le droit de le mépriser ou de vous en passer. En le supprimant, vous tombez forcément dans le vide d’une beauté abstraite et indéfinissable, comme celle de l’unique femme avant le premier péché. Charles Baudelaire, Le Peintre de la vie moderne, 1863. 

Document 3 … Je dis qu’il faut être voyant, se faire voyant. Le Poète se fait voyant par un long, immense et raisonné dérèglement de tous les sens. Toutes les formes d’amour, de souffrance, de folie ; il cherche lui-même, il épuise en lui tous les poisons, pour n’en garder que les quintessences. Ineffable torture où il a besoin de toute la foi, de toute la force surhumaine, où il devient entre tous le grand malade, le grand criminel, le grand maudit – et le suprême Savant ! – Car il arrive à l’inconnu ! Puisqu’il a cultivé son âme, déjà
riche, plus qu’aucun ! Il arrive à l’inconnu, et quand, affolé, il finirait par perdre l’intelligence de ses visions, il les a vues ! Qu’il crève dans son bondissement par les choses inouïes et innommables : viendront d’autres horribles travailleurs ; ils commenceront par les horizons où l’autre s’est affaissé ! … Donc le poète est vraiment voleur de feu. Il est chargé de l’humanité, des animaux même ; il devra faire sentir, palper, écouter ses inventions ; si ce qu’il rapporte de là-bas a forme, il donne forme ; si c’est informe, il donne de l’informe. Trouver une langue ; … Cette langue sera de l’âme pour l’âme, résumant tout, parfums, sons, couleurs, de la pensée accrochant la pensée et tirant. Le poète définirait la quantité d’inconnu s’éveillant en son temps dans l’âme universelle ; il donnerait plus – que la formule de sa pensée, que la notion de sa marche au Progrès ! Enormité devenant norme, absorbée par tous, il serait vraiment un multiplicateur de progrès ! … L’art éternel aurait ses fonctions, comme els poètes sont citoyens. La Poésie ne rythmera plus l’action : elle sera en avant. … En attendant, demandons au poètes du nouveau – idées et formes. Arthur Rimbaud, Lettre à Paul Demeny (dite « Lettre du Voyant ») du 15 mai 1871.

 

 

A consulter :

 

Apollinaire à l'oral, les questions sur le pont Mirabeau, 66 questions

apollinaire-

Oral préparé de 66 questions avec réponses

 

Lire la suite

Bac 2015 : Philosophie

Dissertations

Commentaires

Méthodologie

Fiches de lecture

Séquences bac

Services pédagogiques

karl-marx.jpg

 

 

 

 

 

Parménide  

 

Bac 2015 

Bac 2015 : français

Oraux préparés

Les oeuvres intégrales

Fiches de lecture

Commentaires

Dissertations

Méthodologie

Services pédagogiques

robbe-grillet.png

 

 

 

 

 

Discussions autour du bac

 

FRANCAIS

Lectures analytiques par auteur

Commentaires : répertoire d'auteurs 

Commentaires du blog prépabac

Dissertations, réflexions, bacs blancs

Dissertations, liste par séquence

Les dissertations du blog prépabac

Les annales 2002 à 2013  -  annales 2014

Les fiches de lecture du site  

Les séquences bac français

Répertoire d'auteurs

Thématiques littéraires

Outils littéraires et méthodologie

Le forum des premières toutes séries

Questionnaires et contrôles de lecture

L'entretien de français : répertoire

Les oraux EAF préparés de la boutique

Les oeuvres intégrales

Listes bac EAF toutes séries

Questions relatives à l'oral EAF

 Révisions de français bac 2014

Organiser et réviser le bac

Profs en direct le jour du bac

Bac 2014, profs en ligne le jour du bac

Réactions des membres du forum

Les objets d'étude

Le théâtre et ses représentations

La poésie et la quête du sens

La Renaissance et l'Humanisme

Les réécritures du 17è à nos jours

Le personnage de roman du 17è à nos jours

La question de l'homme dans les genres de

l'argumentation du 16è à nos jours

 

 

 

 

Programmes et coefficients du bac philo

Les séquences philosophiques au baccalauréat

Dossiers bac sur les séquences  

Les études et analyses de textes

Questionnaires de connaissances

Dossier de révisions en philosophie : Bac 2014

Les dissertations et éléments de dissertations

Corrigés du bac  - Commentaires Dissertations 

Les dissertations de la boutique en ligne

Les commentaires de la boutique en ligne

Les annales 2002 à 2013  -  Annales 2014

Outils philosophiques  -  méthodologie 

Demander un cours 

Organiser ses cours et recherches

Répertoire philosophique

Thématiques philosophiques

Fiches de lecture

Aides en ligne du forum

Textes de référence sur thématiques

Bibliographies philosophiques

Lexique de citations

Lexique de définitions

Articles

S'organiser et réviser le bac 2014

Réviser la séquence "Sujet "

Réviser la "raison et le réel "

Réviser la séquence "la morale "

Réviser "la politique "

Réviser " la culture "

Profs en direct le jour du bac 2014

Sujets et corrigés toutes séries

Réactions des membres du forum

 

Oral bac


 

 

 

 

Prépabac