Forum bac  Listes EAF, descriptifs bac - Blog des lycéens  

L oral de français

ForumFORUM PEDAGOGIQUE

FORUM PREPABACForum prepabac

 

Skype
Prepabac facebook
Google
Twitter

DOSSIER BAC

Spécial candidats libres

Cned

ORAL EAF

Blogger

 

 

Sartre

Bibliothèque scolaire

11000 documents en ligne

Le bac en ligne metropole etranger candidats libres et lyceens scolarises

Elèves scolarisés   

Candidats libres

Lycées métropole et à  l'étranger      

 

 

Romain Gary, la Vie devant soi, commentaire de l'incipit

Romain gary

 

 

 

 

Romain Gary (Emile Ajar)

La vie devant soi

L'incipit

 

R gary

 

 

L'incipit de la vie devant soi

 

De «La première chose que je peux vous dire » à «Est-ce qu’on peut vivre sans amour?»

 

La première chose que je peux vous dire

c'est qu'on habitait au sixième à pied et que

pour Madame Rosa, avec tous ces kilos

qu'elle portait sur elle et seulement deux

jambes, c'était une vraie source de vie

quotidienne, avec tous les soucis et les

peines.

Elle nous le rappelait chaque fois qu'elle ne

se plaignait pas d'autre part, car elle était

également juive. Sa santé n'était pas bonne

non plus et je peux vous dire aussi dès le

début que c'était une femme qui aurait

mérité un ascenseur. Je devais avoir trois

ans quand j'ai vu Madame Rosa pour la

première fois. Avant, on n'a pas de

mémoire et on vit dans l'ignorance. J'ai

cessé d'ignorer à l'âge de trois ou quatre

ans et parfois ça me manque. Il y avait

beaucoup d'autres Juifs, Arabes et Noirs à

Belleville, mais Madame Rosa était

obligée de grimper les six étages, seule.

Elle disait qu'un jour elle allait mourir dans

l'escalier, et tous les mômes se mettaient à

pleurer parce que c'est ce qu'on fait

toujours quand quelqu'un meurt. On était

tantôt six ou sept tantôt même plus là-

dedans.

Au début, je ne savais pas que Madame

Rosa s'occupait de moi seulement pour

toucher un mandat

à la fin du mois.

Quand je l'ai appris, j'avais déjà six ou sept

ans et ça m'a fait un coup de savoir que

j'étais payé. Je croyais que Madame Rosa

m'aimait pour rien et qu'on était quelqu'un

l'un pour l'autre. J'en ai pleuré toute une

nuit et c'était mon premier grand chagrin.

Madame Rosa a bien vu que j'étais triste et

elle m'a expliqué que la famille ça ne veut

rien dire et qu'il y en a même qui partent en

vacances en abandonnant leurs chiens

attachés à des arbres et que chaque année

il y a trois mille chiens qui meurent ainsi

privés de l'affection des siens. Elle m'a pris

sur ses genoux et elle m'a juré que j'étais ce

qu'elle avait de plus cher au monde mais

j'ai tout de suite pensé au mandat et je suis

parti en pleurant.

Je suis descendu au café de Monsieur Driss

en bas et je m'assis en face de Monsieur

Hamil qui était marchand de tapis

ambulant en France et qui a tout vu.

Monsieur Hamil a de beaux yeux qui font

du bien autour de lui. Il était déjà très

vieux quand je l'ai connu et depuis il n'a

fait que vieillir.

- Monsieur Hamil, pourquoi vous avez

toujours le sourire ?

- Je remercie ainsi Dieu chaque jour

pour ma bonne mémoire, mon petit

Momo. Je m'appelle Mohammed mais

tout le monde m'appelle Momo pour

faire plus petit.

- Il y a soixante ans, quand j'étais jeune,

j'ai rencontré une jeune femme qui m'a

aimé et que j'ai aimée aussi. Ça a duré

huit mois, après, elle a changé de

maison, et je m'en souviens encore,

soixante ans après. Je lui disais : je ne

t'oublierai pas. Les années passaient, je

ne l'oubliais pas. J'avais parfois peur

car j'avais encore beaucoup de vie

devant moi et quelle parole pouvais-je

donner à moi-même, moi, pauvre homme,

alors que c'est Dieu qui tient la gomme

à effacer ? Mais maintenant, je suis

tranquille. Je ne vais pas oublier

 


Djamila. Il me reste très peu de temps,

je vais mourir avant.

J'ai pensé à Madame Rosa, j'ai hésité un

peu et puis j'ai demandé :

- Monsieur Hamil, est-ce qu'on peut vivre

sans amour ?

Il n'a pas répondu. Il but un peu de thé de

menthe qui est bon pour la santé.

Monsieur Hamil portait toujours une

jellaba

grise, depuis quelque temps, pour

ne pas être surpris en veston s'il était

appelé. Il m'a regardé et a observé le

silence. Il devait penser que j'étais encore

interdit aux mineurs et qu'il y avait des

choses que je ne devais pas savoir. En ce

moment je devais avoir sept ans ou peut-

être huit, je ne peux pas vous dire juste

parce que je n'ai pas été daté, comme vous

allez voir quand on se connaîtra mieux, si

vous trouvez que ça vaut la peine.

- Monsieur Hamil, pourquoi ne me

répondez-vous pas ?

- Tu es bien jeune et quand on est très

jeune, il y a des choses qu'il vaut mieux

ne pas savoir.

- Monsieur Hamil, est-ce qu'on peut vivre

sans amour ?

 

R gary

 

 

 

Introduction

Publié en 1975, La Vie devant soi est  publié sous le pseudonyme d’Emile Ajar . Le succès du roman amène Gary à demander à son petit cousin, Paul Pavlowitch d’incarner l’écrivain Emile Ajar.

La vérité ne sera découverte qu'après la mort de l'écrivain Romain Gary en 1980.

L'incipit et ses fonctions:

Le terme »incipit » vient du verbe latin incipire= commencer. L’incipit sert à désigner le début d’un roman.

Fonctions :

  • Définir le genre du roman et les choix de narration

  • Fonction incitative = séduire le lecteur en lui  donnant envie de poursuivre la lecture

  • Fonction informative: lieu, personnages, temps de l'histoire. Où? Quand? Qui? Quoi? Comment?

 

Quelles sont les fonctions de l'incipit du roman, la Vie devant soi?

Des informations nous sont données concernant l'époque, le lieu et les personnages essentiels du récit. Il introduit les thèmes à venir de l'histoire et  remplit sa fonction incitative, choix du narrateur par exemple.

La fonction informative de l'incipit

  • Temps: le lecteur n'a pas d'indications temporelles

  • Lieux: «Il y avait beaucoup d'autres juifs, arables et noirs à Belleville». L'action se passe dans l'immeuble où habitent Momo et Madame Rosa au 6ème étage

  • Les personnages:  Il y a deux personnages, une femme et un homme, elle est juive et lui arabe, il s'agit de Mme Rosa et de M. Hamil un marchand de tapis. Ils incarnent deux personnages importants de l'histoire. Mme Rosa est une figure maternelle et Msieur Hamil, une figure paternelle. Le narrateur en parle avec respect ainsi que le suggèrent les «Monsieur « et «Madame».  On comprend en outre que le passé de Madame Rosa est lourd du fait de son nom, on devine que c'est un nom de mère maquerelle. Ancienne prostituée qui s'occupe de garder les enfants des autres femmes de rue, «tous les mômes», «on était tantôt six ou sept tantôt même plus là-dedans». Monsieur Hamil était un ancien marchand de tapis. Dès l'incipit le lecteur a de Monsieur Hamil une vision bien précise car il est celui à qui on pose les questions, «celui qui a tout vu».

Le narrateur:

  • Le narrateur est un enfant, c'est le personnage principal. Son prénom est donné, Mohammed au surnom de Momo. Il est d'origine arabe, son âge n'est pas clairement évoqué. Le lecteur découvre qu'il est entré en pension chez Madame Rosa quand il avait trois ans et sept lorsqu'il ouvrit les yeux sur sa véritable situation.

  • Le narrateur étant un enfant, son discours est spécifique, son discours est oral et le lecteur s'en rend compte dès la première phrase : «la première chose que je peux vous dire». La formule est reprise quelques lignes plus loin: «Je peux vous dire aussi». On peut aussi souligner les fautes d'expression et la manière très enfantine de s'exprimer. «Madame Rosa m'aimait pour rien», «vraie source de vie quotidienne avec tous les soucis et les peines», «on était quelqu'un l'un pour l'autre», «il y a trois mille chiens qui meurent privés de l'affection des siens». 

  • Momo suscite immédiatement l'empathie du lecteur. Le narrateur enfant sait maintenir le lecteur en haleine car le récit met en avant l'idée d'un commencement renouvelé par les expressions, «la première chose», «dès le début», «la première fois», «Au début», «c’était mon premier grand chagrin». Cela correspond à l'idée suggestive du titre, la Vie devant soi et met le lecteur en témoin d'une vie à venir et d'un personnage en devenir.

Les thèmes:

  • La vie quotidienne «tous les soucis et les peines», «elle se plaignait», «pleurer», «j'en ai pleuré toute une nuit», «triste», «peur», «mon premier grand chagrin». La vie quotidienne est dès l'incipit assimilée à une souffrance.

  • La vieillesse apparaît dès le début du roman à travers le personnage de Madame Rosa et sa difficulté à monter les escaliers:  «avec tous ces kilos qu’elle portait sur elle et seulement deux jambes»,  «sa santé n’était pas bonne non plus». Monsieur Hamil est aussi un vieillard «Il était déjà très vieux quand je l’ai connu, et depuis il n’a fait que vieillir».

  • La mort est aussi connotée du fait de cette vieillesse: «Elle disait qu'un jour elle allait mourir dans l'escalier»,  «Quand quelqu'un meurt», «je vais mourir avant», «C'était une femme qui aurait mérité un ascenseur».

  • L'amour est un thème important dans ce livre. Momo, ce jeune garçon interroge sur ce sentiment «Est-ce qu'on peut vivre sans amour?»

Conclusion

L'incipit remplit donc ses fonctions informatives et incitatives.

 
R gary
 
 
 
 

Questionnaire sur l'incipit

 

Momo estime que Mme Rosa

1. souffre injustement de son poids ?

2. se plaint de tout ?

3. n'aurait pas dû habiter un "6ème à pied" ?

4. devrait, vu sa santé, bénéficier de l'ascenseur ?

Momo a souffert d'apprendre que

1. Mme Rosa n'était pas sa mère ?

2. Mme Rosa s'occupait de lui moyennant paiement ?

3. Mme Rosa était "quelqu'un pour lui" ?

4. Mme Rosa reçoit tous les mois un mandat ?

Momo pleure auprès de Mme Rosa

1. parce qu'il "est payé" ?

2. pour un mot malheureux de Mme Rosa ?

3. parce que des chiens sont abandonnés ?

4. parce qu'il est triste ?

M. Hamil a

1. 50 ans ?

2. 60 ans ?

3. plus de 60 ans ?

4. 90 ans ?

M. Hamil sourit toujours parce que

1. il n'a pas oublié Djamila ?

2. il a aimé une jeune femme ?

3. Dieu tient la gomme à effacer ?

4. Djamila est partie ?

Momo pleure auprès de M. Hamil parce que

1. M. Hamil est honteux ?

2. il n'a rien compris ?

3. M. Hamil ne lui répond pas ?

4. il craint de devoir vivre sans Mme Rosa

Momo considère qu'il habite

1. un quartier arabe ?

2. un quartier parisien, Belleville ?

3. un quartier noir, juif et arabe ?

4. La Goutte d'Or ?

M. Hamil porte une jellaba

1. par conviction religieuse ?

2. parce qu'il est marchand de tapis ambulant ?

3. par amour pour Djamila ?

4. par opposition aux Français ?

 

Source du questionnaire

 

 

 

 

 

 

 

 

 
   
Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

 Prépabac le bac en ligne

Logo prepabac

Boutique en ligne français  philosophie

Coaching scolaire mondial
Elèves scolarisés (lycées français à l'Etranger) et candidats libres

 

Professeur indépendant

  • Identifiant SIRET : 819 269 226 00018
  • APE  :  8559B
Logo prepabac

Français : niveau seconde

Français : Bac pro

Littérature : Dossier bac

Profs en direct le jour du bac

PROF EN DIRECT : BAC 2016

Bac 2016

 

Français   -   Français bac pro 

Littérature   -   Philosophie


 
Logo prepabac
Préparation à l'examen du baccalauréat : français séries générales, technologiques et bac pro, philosophie   littérature  Bac pro et Brevet : Bac  en ligne sur prepabac.org. Profs en direct le jour du bac : les annales bac . Préparer le bac en ligne : Demande de cours sur skype  - Coaching scolaire mondial = Elèves scolarisés et candidats libres (lycées français à l'étranger )

 

Licence Creative Commons
Bibliothèque scolaire de prépabac est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
Fondé(e) sur une œuvre à http://www.prepabac.org/.

Copyright

Droits d'auteur enregistrés, Copyright

Depot.com sous le numéro  00056187

Tous droits réservés

Le site prepabac.org respecte "la loi informatique et liberté "

N° enregistrement CNIL :  1943841