Forum bac  Listes EAF, descriptifs bac - Blog des lycéens  

L oral de français

ForumFORUM PEDAGOGIQUE

FORUM PREPABACForum prepabac

 

Skype
Prepabac facebook
Google
Twitter

DOSSIER BAC

Spécial candidats libres

Cned

ORAL EAF

Blogger

 

 

Sartre

Bibliothèque scolaire

11000 documents en ligne

Le bac en ligne metropole etranger candidats libres et lyceens scolarises

Elèves scolarisés   

Candidats libres

Lycées métropole et à  l'étranger      

 

 

Cannibale de Didier Daeninckx, ce voyage est la chance de votre vie

didier-daeninckx

 

 

 

 

 

Extrait de Cannibale de Didier Daeninckx
« Ce voyage est la chance de votre vie »


Je m'appelle Gocéné, je suis né à Canala mais les hasards de la vie m'ont fait découvrir les hautes vallées de la Hienghene, et c'est là que sont les miens, aujourd'hui. Il y a très longtemps, j'étais aussi jeune, aussi nerveux que vous deux, j'ai été désigné par le chef du village, avec une vingtaine de garçons et moitié moins de filles, pour aller à Nouméa. Nous ne savions pas pourquoi.. Les soldats nous ont escortés jusqu'à La Foa. Deux jours de marche par la route charretière. Là, des camions nous attendaient. Nous sommes descendus à Nouméa où nous avons rejoint d'autres Kanaks venus des îles d'Ouvéa, de Lifou, de Maré (1)…Nous étions plus d’une centaine. On dormait dans un immense hangar à fruits, sur le port, quand le grand chef Boula nous a réveillés pour nous présenter un Français, l’adjoint du gouverneur Joseph Guyon. Il a commencé par nous appeler « mes amis », et tout le monde s’est méfié. Il a rendu hommage à nos pères, à nos oncles qui étaient allés sauver la mère patrie d’adoption, pendant la Grande Guerre, avant de nous annoncer que nous partirions dès le lendemain pour l’Europe.
-Ce voyage est la chance de votre vie. Grâce à la Fédération française des anciens coloniaux qui a intercédé auprès de M.le gouverneur, la Nouvelle-Calédonie tiendra toute sa place au cœur de la prochaine Exposition coloniale. Auprès de vos frères en voie de civilisation, d’Afrique, d’Asie, d’Amérique, vous représenterez la culture ancestrale de l’Océanie. Vous montrerez par vos chants, vos danses, que coloniser ce n’est pas seulement défricher la jungle, construire des quais, des usines, tracer des routes, c’est aussi gagner à la douceur humaine les cœurs farouches de la savane, de la forêt ou du désert…
Nous avons embarqué le 15 janvier 1931, sur le Ville de Verdun. Nous vivions sur le troisième pont, comme des passagers de dernière catégorie. Il faisait trop chaud le jour, trop froid la nuit, et plusieurs d’entre nous ont contracté la malaria (2) lors d’une escale aux Nouvelles-Hébrides (3). Il y a eu trois morts si mes souvenirs sont exacts, dont Bazit, un kanak albinos de Wé. L’équipage a jeté leurs corps à la mer sans nous laisser le temps de leur expliquer que l’on naît pour vivre avec les vivants et que l’on meurt pour vivre avec les morts. Les morts ne peuvent vivre dans l’océan, ils ne peuvent pas retrouver leur tribu…Nous sommes arrivés à Marseille au début du mois d’avril, sous la pluie. Des autocars militaires attendaient sur le quai de la Joliette pour nous conduire directement à la gare Saint-Charles. Je ne connaissais que la brousse de la Grande-Terre, et d’un coup je traversais l’une des plus vastes villes de France…[…].
A Paris, il ne subsistait rien des engagements qu’avait pris l’adjoint du gouverneur à Nouméa. Nous n’avons pas eu le droit au repos ni visité la ville. Un officiel nous a expliqué que la direction de l’Exposition était responsable de nous qu’elle voulait nous éviter tout contact avec les mauvais éléments des grandes métropoles. Nous avons longé la Seine, en camion, et on nous a parqués derrière des grilles, dans un village kanak reconstitué au milieu du zoo de Vincennes, entre la fosse aux lions et le marigot des crocodiles. Leurs cris, leurs bruits nous terrifiaient. […]Au cours des jours qui ont suivi, des hommes sont venus nous dresser, comme si nous étions des animaux sauvages. Il fallait faire du feu dans des huttes mal conçues dont le toit laissait passer l’eau qui ne cessait de tomber. Nous devions creuser d’énormes troncs d’arbres, plus durs que la pierre, pour construire des pirogues tandis que les femmes étaient obligées de danser le pilou-pilou à heures fixes. Au début, ils voulaient même qu’elles quittent la robe-mission et exhibent leur poitrine. Le reste du temps, malgré le froid, il fallait aller se baigner et nager dans une retenue d’eau en poussant des cris de bêtes. J’étais l’un des seuls à savoir déchiffrer quelques mots que le pasteur m’avait appris, mais je ne comprenais pas la signification du 2ème mot écrit sur la pancarte fichée au milieu de la pelouse, devant notre enclos : Hommes anthropophages (4) de Nouvelle-Calédonie. […]
L’exposition coloniale couvrait plus de cent hectares du bois de Vincennes, au-delà des fortifications de Paris. Cent hectares pour célébrer un Empire de douze millions de kilomètres carrés peuplé de cent millions d’habitants !

Vocabulaire
(1) Ces trois îles font partie de l’Archipel de Mélanésie. Elles sont située au large de la côté Est de la Nouvelle-Calédonie.
(2) Maladie également appelée « paludisme » qui se manifeste notamment par de très fortes fièvres.
(3) L'archipel des Nouvelles-Hébrides est composé de 83 îles pour la plupart d'origine volcanique situées à 1 750 kilomètres à l'est de l'Australie, au nord-est de la Nouvelle-Calédonie, à l'ouest des Fidji et au sud des îles Salomon.Nommé « Nouvelles-Hébrides » après James Cook, l'archipel a connu une colonisation lente et désorganisée depuis son exploration par les Européens à la fin du XVIIIe siècle jusqu'à la fin du XIXe siècle. Il fit alors l'objet d'un conflit d'intérêt entre la France et leRoyaume-Uni qui décidèrent en 1904 de mettre en place une administration conjointe. C'est ainsi que fut instauré, de1906 à 1980, le condominium des Nouvelles-Hébrides, faisant de ces îles océaniennes la seule colonie gérée conjointement par deux puissances coloniales. En 1980, les Nouvelles-Hébrides deviennent indépendantes ; le nouveau nom de « Vanuatu » remplace rapidement la dénomination européenne.
(4) Qui sont cannibales, qui mangent les autres hommes.

Analyse du texte
Recherches préliminaires
1)Biographie de l’auteur

« Et si Didier Daeninckx était une couleur ? » – Ce serait le noir : noir comme les romans policiers qu’il écrit ; noir comme la mort qui entra dans sa vie la nuit du 8 février 1962, quand, au métro Charonne, une amie de sa mère mourut sous les coups des policiers parce qu’elle manifestait contre la guerre coloniale qui ensanglantait l’Algérie ; noir comme l’ombre dont il tire les épisodes tragiques de l’histoire contemporaine ; noir comme les Kanaks de l’île de Lifou qui lui ont raconté comment, en 1931, cent cinq des leurs ont été parqués à Paris, au milieu de crocodiles, pour servir d’attraction à l’Exposition coloniale ; noir comme le visage de Christian Karambeu, dont les deux arrière-grands-pères faisaient partie de ces hommes, femmes et enfants exposés comme des « cannibales français » et finalement échangés contre des crocodiles du zoo de Hambourg… Didier Daeninckx rencontre la terre de Nouvelle-Calédonie en 1997 : il y a été invité par le directeur de la Bibliothèque centrale, qui veut apporter la culture du livre à toutes les tribus de l’archipel. Il visite alors les cases-bibliothèques et lui, l’écrivain, découvre un peuple dont la culture est essentiellement orale. Le soir, à la veillée, des conteurs lui racontent des légendes, des histoires ; un jour, quelqu’un évoque le triste sort des Kanaks de l’Exposition coloniale de 1931. Ce drame, que la presse parisienne de l’époque traita comme un simple fait divers, émeut profondément Didier Daeninckx, dont l’histoire personnelle, les choix politiques et littéraires sont marqués par la lutte contre toutes les formes de discrimination. Né à Saint-Denis en 1949, il porte le nom d’une lignée de déserteurs que l’exil conduisit de Gand à Stains et de la boue des tranchées à la « boue des banlieues ». Du côté maternel, il descend de cheminots militants communistes ; sa mère elle-même se bat contre les guerres coloniales et le fascisme. Dans la cour de son école d’Aubervilliers, ses copains sont kabyles, africains. Et quand, dans les années 1960, il abandonne un travail d’imprimerie pour voyager, il va à la rencontre des hommes du Maghreb, du Moyen-Orient et de Cuba. Depuis qu’il est devenu écrivain, son travail ne cesse de croiser ce qu’il appelle sa « romance familiale » et le nom d’hommes, de lieux que l’histoire de France aurait parfois voulu oublier, voire effacer. Ainsi, quand, en 1998, on lui demande une contribution au cent cinquantième anniversaire de l’abolition de l’esclavage, il rédige une pièce radiophonique intitulée Des Canaques à Paris, dont il reprend le thème pour écrire Cannibale et, ainsi, fixer par écrit un peu de la souffrance du peuple kanak. Car celui qui a dit « Pour moi, c’est une maxime d’écrivain : être un homme contre » ne cesse, en fait, d’écrire pour la mémoire collective.

2)Contexte historique : l’affaire des « Cannibales français »
L’affaire des « cannibales français »
Les « réclames » de 1931 présentèrent l’Exposition coloniale comme une
nouvelle attraction qui promettait d’être croustillante : n’allait-on pas y
découvrir des « sauvages », des êtres peut-être dénués d’âme, en tout cas
effrayants ? Quoi qu’il en soit, les commissaires de l’Exposition poursuivent
essentiellement un but « pédagogique » : celui de donner aux Français une
« leçon de choses » dont le sujet serait les indigènes de l’Empire colonial.
L’administration de la Nouvelle-Calédonie ne prévoyait pas, au départ,
l’exhibition de Canaques à Vincennes : elle les jugeait peu spectaculaires et
estimait que le coût de revient d’une telle opération serait trop élevé.
C’est donc à l’initiative d’une association privée, la Fédération française
des anciens coloniaux, que fut lancé le recrutement de représentants de la
« race canaque ». Pourroy, le responsable de cette entreprise, se rendit à
Canala. Il fit aux Kanaks les promesses qu’évoque Didier Daeninckx : ils
pourraient, à l’occasion de ce voyage financé par l’État, visiter Paris et montrer
aux Français leurs danses et leurs coutumes ; ils ne seraient pas éloignés
de l’île pendant plus de sept mois ; ils seraient rémunérés et recevraient un
trousseau de vêtements. Cent onze personnes furent finalement enrôlées et
s’embarquèrent sur le Ville de Verdun.
Le récit de Didier Daeninckx les installe à Vincennes. Dans la réalité,
ils ne furent pas logés dans l’enceinte de l’Exposition, mais au Jardin
d’acclimatation(situé dans le 16èmearrondissement de Paris, à la lisière du Bois de boulogne) qui avait une longue expérience en matière de « zoos
humains » : en effet, depuis 1877, y étaient régulièrement exhibés des
couples d’animaux et d’indigènes. C’était l’attraction que le directeur avait
imaginée pour attirer un nouveau public vers ce lieu, créé en 1857 et vidé
de ses animaux pendant le siège de 1870.
Très vite, les Kanaks mesurèrent l’écart entre leurs conditions d’existence
et les promesses qui leur avaient été faites. En plus des humiliations, subies
par tous, certains d’entre eux furent envoyés en Allemagne, « prêtés » par la
F.F.A.C. pour une « tournée » organisée par la maison Hagenbeck, celle-là
même qui fournissait en sauriens le Jardin d’acclimatation !
Ces faits historiques sont à l’origine de Cannibale, qui jette Gocéné et
Badimoin à la recherche de leurs frères échangés contre des « crocodiles teutons ».
3)Genre du texte :récit engagé
4)Le(s) registre(s) :
pathétique et tragique. On éprouve de la compassion à la vue des souffrances des kanaks, traités avec le plus grand des mépris (pathétique). Lorsque Gocéné explique que trois d’entre eux sont morts de la malaria et ont été jetés à l’eau, sans considération pour leur culture, le registre tragique est alors omniprésent.
5)Que signifie le mot « rhétorique » ?
Au départ, le mot « rhétorique » désigne l’art de bien parler. Dans l’Antiquité, le rhéteur est celui qui sait utiliser les figures de styles afin de convaincre son auditoire. Aujourd’hui encore, la rhétorique est un art qui vise la persuasion. Or, cet art peut aussi être employé pour manipuler un destinataire. C’est le cas dans le discours de l’adjoint du gouverneur qui, par son emphase, donne un ton d’évidence à la justification du colonialisme.

6)Situation géographique de la Nouvelle Calédonie : C’est une île qui se trouve à l’Est de l’Australie. C’est un archipel de l’Océanie, situé dans l’Océan Pacifique. Sa capitale est Nouméa.
7)Les Kanaks étaient-ils anthropophages ?La violence, dans le règlement des conflits, pouvait prendre des allures de cannibalisme : il arrivait qu’on mange la dépouille des ennemis massacrés. Il ne s’agissait pas alors de se nourrir de chair humaine, mais d’un rite qui consistait à faire disparaître les corps et à priver les vaincus de cérémonies de deuil.

Lecture analytique de « Ce voyage est la chance de votre vie »
Introduction

a)Situation du texte : Ce texte évoque le triste sort des kanaks lors de l’exposition coloniale de 1931 (embarcation le 15 janvier 1931 d’après le texte). Dans la réalité, Pourroy, le responsable de l’exposition se rendit à Canala et fit un beau discours pour inciter les kanaks à faire le voyage en leur promettant des choses qui ne furent pas tenues. Ce drame, que la presse parisienne de l’époque traita comme un simple fait divers, émeut profondément Didier Daeninckx, dont l’histoire personnelle, les choix politiques et littéraires sont marqués par la lutte contre toutes les formes de discrimination, c’est pourquoi il écrit ce récit engagé pour nourrir la mémoire collective.
b)Présentation du texte (genre, structure, thème) :
Le texte est écrit à la première personne et raconté par Gocéné. La narrateur homodiégétique (vivant l’histoire qu’il raconte) crée un effet de réel et accentue le caractère pathétique du récit.
c)Présentation de la question posée par l’examinateur
d)PROBLEMATIQUE :

comment l’auteur met-il en avant le discours persuasif mais mensonger de l’adjoint du gouverneur et l’humiliation subie par les canaques lors de l’exposition coloniale de 1931 ?
e)Annonce du plan
Si l’adjoint du gouverneur se montre plutôt persuasif pour convaincre les kanaks de venir en France, très vite la réalité négative prend le dessus : rien ne ce qui a été promis n’est respecté.
LECTURE A HAUTE VOIX

Développement
I-Un discours prometteur : rhétorique du discours colonialiste
a)La rhétorique du discours colonialiste

-une apostrophe amicale « mes amis » pour créer une atmosphère de confiance
-Hommage aux ancêtres qui ont défendu la patrie d’adoption : éloge qui vise à susciter l’adhésion des auditeurs.
-Mise en valeur d’une cohésion entre les peuples sauvages qui se retrouvent dans un même lieu (l’Europe)avec l’énumération des différents continents :Afrique, Asie, Amérique et Océanie.
b)Un éloge de la colonisation
-hommage à la fédération française des anciens coloniaux (FFAC) et au peuple de Nouvelle-Calédonie
-Eloge des bienfaits de la colonisation en mettant en valeur les contrastes, par le biais de l’antithèse : « gagner à la douceur humaine, les cœurs farouches », le nom « douceur » s’oppose à l’adjectif « farouche ». Les Européens ont donc une influence positive sur les sauvages, jugés violents, puisqu’elle les initie à la douceur.
II-Mépris pour le peuple kanak et trahison
a)Le drame à bord du Ville de Verdun

-les hommes sont placés en position d’infériorité et ne sont pas traités sur un pied d’égalité avec les membres de l’équipage : la comparaison « comme des passagers de dernière catégorie » met en avant cet aspect.
-Aucun respect pour la culture canaque : les canaques disent que les morts ne peuvent vivre dans l’océan, car ils ne peuvent retrouver leur tribu. On n’écoute pas leurs CROYANCES.
-Aucun soin accordé aux hommes : les hommes meurent de la malaria et sont jetés à l’eau.
b)Présentation méprisante du peuple canaque : contrainte et tromperie à la clé
-manque de liberté et de respect : les hommes sont mis derrière des grilles dans le zoo de Vincennes et sont traités comme des animaux. Leur dignité n’est pas respectée. De plus, les femmes doivent se montrer nues au mépris de leur PUDEUR et doivent danser à heures fixes.
-L’utilisation du terme « anthropophage » sur la pancarte devant leur enclos (qui mange les hommes, cannibales). En réalité, les canaques ne mangeaient que leurs ennemis pour priver les vaincus des cérémonies de deuil.

Conclusion
a)Bilan du texte :
Ce texte montre comment les canaques ont été dupés par des chefs qui voulaient simplement faire de l’argent et du sensationnel. On ne les a pas considérés comme des hommes à traiter avec respect. On lit, à travers ce récit, une forme de racisme, de supériorité de la race blanche sur la noire qui se permet de faire subir aux autres êtres humains ce qui serait interdit dans leur culture : exhibition des femmes nues (contraire à culture judéo-chrétienne)
b)Réponse à la question posée par l’examinateur
c)Ouverture prolongement : Ce texte peut faire écho à celui sur Montaigne tiré « Des Coches » dans lequel l’essayiste tente de défendre la culture et l’artisanat des Incas face à la prétendue supériorité des Européens. Il cherche à montrer que ce peuple n’a rien à nous envier et développe la thématique du mythe du bon sauvage : des gens généreux, affables et intelligents, mais qui n’ont pas développé leur armement pour asseoir leur pouvoir sur le reste du monde. Le texte de Montaigne, à l’instar de celui de Daeninckx, dénonce le mépris de certains êtres humains se croyant supérieurs sur les autres.

http://bouley.christelle.over-blog.fr/categorie-12474674.html
Christelle Bouley

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

 Prépabac le bac en ligne

Logo prepabac

Boutique en ligne français  philosophie

Coaching scolaire mondial
Elèves scolarisés (lycées français à l'Etranger) et candidats libres

 

Professeur indépendant

  • Identifiant SIRET : 819 269 226 00018
  • APE  :  8559B
Logo prepabac

Français : niveau seconde

Français : Bac pro

Littérature : Dossier bac

Profs en direct le jour du bac

PROF EN DIRECT : BAC 2016

Bac 2016

 

Français   -   Français bac pro 

Littérature   -   Philosophie


 
Logo prepabac
Préparation à l'examen du baccalauréat : français séries générales, technologiques et bac pro, philosophie   littérature  Bac pro et Brevet : Bac  en ligne sur prepabac.org. Profs en direct le jour du bac : les annales bac . Préparer le bac en ligne : Demande de cours sur skype  - Coaching scolaire mondial = Elèves scolarisés et candidats libres (lycées français à l'étranger )

 

Licence Creative Commons
Bibliothèque scolaire de prépabac est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
Fondé(e) sur une œuvre à http://www.prepabac.org/.

Copyright

Droits d'auteur enregistrés, Copyright

Depot.com sous le numéro  00056187

Tous droits réservés

Le site prepabac.org respecte "la loi informatique et liberté "

N° enregistrement CNIL :  1943841