Forum bac  Listes EAF, descriptifs bac - Blog des lycéens  

L oral de français

ForumFORUM PEDAGOGIQUE

FORUM PREPABACForum prepabac

 

Skype
Prepabac facebook
Google
Twitter

DOSSIER BAC

Spécial candidats libres

Cned

ORAL EAF

Blogger

 

 

Sartre

Bibliothèque scolaire

11000 documents en ligne

Le bac en ligne metropole etranger candidats libres et lyceens scolarises

Elèves scolarisés   

Candidats libres

Lycées métropole et à  l'étranger      

 

 

Balzac, l'enterrement du père Goriot

La physiologie du mariage, Balzac

 

 

 

 

 

Balzac, Le Père Goriot, l'enterrement, l'excipit du roman, oral EAF

physiologie-du-mariage-balzac

Questionnaire EAF de 67 questions réponses

 
 

Lire la suite

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’enterrement du Père Goriot,

Le père Goriot, Balzac

Séquence roman

Lecture du texte :

Les deux prêtres, l'enfant de choeur et le bedeau vinrent et donnèrent tout ce qu'on peut avoir pour soixante-dix francs dans une époque où la religion n'est pas assez riche pour prier gratis. Les gens du clergé chantèrent un psaume, le Libera, le De profundis. Le service dura vingt minutes. Il n'y avait qu'une seule voiture de deuil pour un prêtre et un enfant de choeur, qui consentirent à recevoir avec eux Eugène et Christophe.

- Il n'y a point de suite, dit le prêtre, nous pourrons aller vite, afin de ne pas nous attarder, il est cinq heures et demie.

Cependant, au moment où le corps fut placé dans le corbillard, deux voitures armoriées, mais vides, celle du comte de Restaud et celle du baron de Nucingen, se présentèrent et suivirent le convoi jusqu'au Père-Lachaise. A six heures, le corps du père Goriot fut descendu dans sa fosse, autour de laquelle étaient les gens de ses filles, qui disparurent avec le clergé aussitôt que fut dite la courte prière due au bonhomme pour l'argent de l'étudiant. Quand les deux fossoyeurs eurent jeté quelques pelletées de terre sur la bière pour la cacher, ils se relevèrent, et l'un d'eux, s'adressant à Rastignac, lui demanda leur pourboire. Eugène fouilla dans sa poche et n'y trouva rien, il fut forcé d'emprunter vingt sous à Christophe. Ce fait, si léger en lui-même, détermina chez Rastignac un accès d'horrible tristesse. Le jour tombait, un humide crépuscule agaçait les nerfs, il regarda la tombe et y ensevelit sa dernière larme de jeune homme, cette larme arrachée par les saintes émotions d'un coeur pur, une de ces larmes qui, de la terre où elles tombent, rejaillissent jusque dans les cieux. Il se croisa les bras, contempla les nuages, et, le voyant ainsi, Christophe le quitta.

Rastignac, resté seul, fit quelques pas vers le haut du cimetière et vit Paris tortueusement couché le long des deux rives de la Seine où commençaient à briller les lumières. Ses yeux s'attachèrent presque avidement entre la colonne de la place Vendôme et le dôme des Invalides, là où vivait ce beau monde dans lequel il avait voulu pénétrer. Il lança sur cette ruche bourdonnante un regard qui semblait par avance en pomper le miel, et dit ces mots grandioses: "A nous deux maintenant!"

Et pour premier acte du défi qu'il portait à la Société,

Rastignac alla dîner chez madame de Nucingen.

Le Père Goriot - Honoré de Balzac

Commentaire du convoi funèbre du père Goriot

Ce passage final retrace l’agonie du personnage de Goriot. Nous le voyons évoluer dans son agonie jusqu’à la fin la plus tragique car au-delà de la mort, le lecteur partage le désespoir d’un homme mourant et désespéré de n’avoir par revu ses deux filles pour lesquelles sa vie durant il a tout sacrifié. Goriot est retrouvé par Eugène mourant, ses deux filles Anastasie est Delphine sont absentes et indifférentes à cette situation.  A cet égard, Eugène tente en vain de convaincre les deux filles d’intervenir au plus vite. Le père sombre dans l’inconscience et meurt finalement dans la plus grande solitude. Nous sommes dans la dernière page du roman, le convoi funèbre de Goriot, le père abandonné, l’intérêt de ce passage est aussi d’attirer l’attention du lecteur sur Rastignac et son ambition démesurée.

I Un enterrement bâclé, d’un homme pauvre et abandonné

Le mourant, Goriot à l’agonie souffre plus  de l’abandon de ses filles que de l’approche de la mort elle-même ainsi que le suggèrent les expressions suivantes, « Il n’y avait qu’une seule voiture de deuil.. Il n’y a point de suite… «. Il porte sa souffrance à son paroxysme car son sacrifice d’une vie pour ses deux enfants suscite de la pitié de  la part du lecteur qui compatit et partage la déchirure de ce vieil homme abondonné par les deux êtres auxquels il tient le plus au monde.  Les voiture sont donc vides, l’absence est ainsi connotée et tranche avec l’aspect valorisé du point de vue social des voitures « armoriées », vides certes mais armoriées.  La noblesse du titre nous montre que les apparences sont sauves, les filles sont absentes mais elles sont représentées par leurs domestiques, « les gens de ses filles ».  Le sens du prestige social contraste et met en relief l’absence de sentiments.

Précipitation de l’enterrement  du pauvre homme. Nous voyons le clergé intervenir de manière très calculée « Le service dura vingt minutes… Nous pouvons aller vite… il est cinq heures et demie… A six heures, le Père Goriot… ».  Il semble donc que tous souhaitent voir la fin de l’enterrement ainsi que le suggère la phrase « aussitôt que fut dite la courte prière… ». Les verbes au passé simple amplifient l’impression expéditive de la cérémonie « Les deux prêtres… vinrent et donnèrent,… les gens du clergé chantèrent,… deux voitures armoriées mais vides se présentèrent et suivirent… le corps du Père Goriot fut descendu… », ou encore « A six heures, le corps du Père Goriot fut descendu dans sa fosse, autour de laquelle étaient les gens de ses filles, qui disparurent avec le clergé aussitôt que fut dite la courte prière due au bonhomme pour l’argent de l’étudiant ».

Nous voyons tout au long de cet enterrement que l’argent dirige tout, on lit tout d’abord que Goriot obtient »tout ce qu’on peut avoir pour soixante dix francs », la religion est ensuite mise en cause de ce point de vue car même pour elle et jusque dans la mort, « la religion n’est pas assez riche pour payer gratis », le clergé sait facturer ses services surtout face à la gestion d‘un convoi funéraire, plus loin dans le texte, « l’un des fossoyeurs lui demanda un pourboire ». La place de l’argent est donc très importante dans cette page finale du roman.

 

II  - La fin d’une initiation

Eugène a une réelle prise de conscience par rapport au passé.  Il se révolte contre le spectacle de la pauvreté. En effet, il lui manque Vingt sous et « Ce fait si léger en lui-même détermina chez Rastignac un accès d’horrible tristesse ».

La tristesse domine,  il est démuni et n’est plus celui qu’il était. Il réalise l’importance de son dénuement qui l’apparente trop selon lui à celui de Goriot. Etat qu’il refuse mais c’est la fin des illusions. La tonalité dominante à ce moment du passage est la tristesse. 

Pourtant, l’espoir d’un renouveau transparaît dans la phrase suivante : « Il se croisa les bras, contempla les nuages, et, le voyant ainsi, Christophe le quitta ».

Elle connote une sorte de retour à la vie, l’espoir d’une renaissance, d’un recommencement, le regard vers le ciel et  les nuages pourrait traduire de manière imagée son désir d’ascension. Sa foi en la vie renaît comme les promesses d’un nouvel avenir.

Nous voyons Rastignac reprendre goût à la vie fastueuse, il rêve secrètement de Paris , la richesse l’attire et le fascine, tout ce qui appartient au monde Parisien est séduction. C’est une ville de fête, « commençaient à briller les lumières »,  d’argent, de beaux quartiers « là où vivait ce beau monde ». Paris devient l’objet en rêve de tous ses désirs, de toutes ses aspirations, il le vit déjà en pensée ainsi que le suggère l’expression : « un regard qui semblait par avance en pomper le miel » .

Son appétit sans limites, sa soif de conquête, de luxe et de fêtes parisiennes se traduit dans l’apostrophe « A nous deux maintenant! ». Le lecteur ressent l’ambition démesurée de cet homme que rien ne peut arrêter, il se présente sous les traits d’un conquérant, d’un homme jeune, déterminé et plein d’assurance. 

C’est pourquoi, il décide de se servir du sentiment amoureux pour arriver à ses fins mercantiles. Il s’offre un dîner d’ambitieux : « Rastignac alla dîner chez madame de Nucingen ». Il est désormais  Rastignac et tout même l’amour devient l’instrument de son ambition sans bornes.

Conclusion

 

Cette dernière page du roman est importante, on y retrouve le thème de la vie envisagée par Balzac dans sa fin et son commencement, une vie s’achève et une commence.

On retrouve dans cette dernière page le thème de l’égoisme dominant dans l’œuvre de Balzac. On peut dire qu’il s’agit de la fin d’une initiation car Eugène se retrouve face à lui-même, Vautrin est arrêté, Goriot est mort mais il aura contribué à son apprentissage de vie.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

 Prépabac le bac en ligne

Logo prepabac

Boutique en ligne français  philosophie

Coaching scolaire mondial
Elèves scolarisés (lycées français à l'Etranger) et candidats libres

 

Professeur indépendant

  • Identifiant SIRET : 819 269 226 00018
  • APE  :  8559B
Logo prepabac

Français : niveau seconde

Français : Bac pro

Littérature : Dossier bac

Profs en direct le jour du bac

PROF EN DIRECT : BAC 2016

Bac 2016

 

Français   -   Français bac pro 

Littérature   -   Philosophie


 
Logo prepabac
Préparation à l'examen du baccalauréat : français séries générales, technologiques et bac pro, philosophie   littérature  Bac pro et Brevet : Bac  en ligne sur prepabac.org. Profs en direct le jour du bac : les annales bac . Préparer le bac en ligne : Demande de cours sur skype  - Coaching scolaire mondial = Elèves scolarisés et candidats libres (lycées français à l'étranger )

 

Licence Creative Commons
Bibliothèque scolaire de prépabac est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
Fondé(e) sur une œuvre à http://www.prepabac.org/.

Copyright

Droits d'auteur enregistrés, Copyright

Depot.com sous le numéro  00056187

Tous droits réservés

Le site prepabac.org respecte "la loi informatique et liberté "

N° enregistrement CNIL :  1943841