Forum bac  Listes EAF, descriptifs bac - Blog des lycéens  

L oral de français

ForumFORUM PEDAGOGIQUE

FORUM PREPABACForum prepabac

 

Skype
Prepabac facebook
Google
Twitter

Profs en direct le jour du bac

PROFS EN DIRECT : LE FORUM

Pondichery 2016

Français   -   Français bac pro 

Littérature   -   Philosophie

Blogger

 

 

Sartre

Bibliothèque scolaire

11000 documents en ligne

Le bac en ligne metropole etranger candidats libres et lyceens scolarises

Elèves scolarisés   

Candidats libres

Lycées métropole et à  l'étranger      

 

ELEVES SCOLARISES - CANDIDATS LIBRES, METROPOLE, DOM TOM, LYCEES FRANCAIS A L'ETRANGER ET LYCEESPROFESSIONNELS 

Sujet 7 corrigé, Séries générales poésie, corpus sur Victor Hugo

 

Victor Hugo

 

 

 

 

Sujet 7 - Séries générales

Objets d’étude : la poésie ; Sujet corrigé EAF

convaincre, persuader, délibérer

TEXTES

  • A. Victor Hugo (1802-1885), « la Victoire », Histoire d’un Crime, 4 décembre 1852 (publié en 1877 – 1878).
  • B. Victor Hugo, « Souvenir de la nuit du 4 », Les Châtiments, Jersey, 2 décembre 1852 (publication novembre 1853).
  • C. Victor Hugo, Lettre à Hetzel, 6 février 1853.
  • Annexes
  • Catherine Salles, Le Second Empire, 1852/1870, coll. « Histoire de France illustrée », n°12, Librairie Larousse, 1985.
  • Guy Rosa, extrait de la chronologie historique, édition des Châtiments, Le Livre de Poche, 1973.

A. Présentation du sujet

Il n’est sans doute pas nécessaire de démontrer la cohérence du corpus : un auteur unique,

une circonstance historique très délimitée, une conception et une manifestation de la poésie

explicites. L’intérêt de la confrontation entre les deux textes de Hugo - le récit en prose, le

poème - apparaît d’emblée. La comparaison entre les deux pages permet en effet de travailler

sur deux versions d’un même épisode douloureux, de confronter deux moyens d’expression

différents, de travailler sur la spécificité de chacun des deux textes, comme y invitent les

nouveaux programmes de la classe de première (voir le sujet du commentaire). Chacun voit

bien encore combien il est aisé sur un pareil corpus de rendre sensibles les élèves à la

singularité du texte poétique, à la qualité des moyens qu’il met en oeuvre, aux effets qu’il

produit. La lettre à Hetzel situe les deux récits précédents, « paroles indignées », dans une

vision plus large de la poésie et de l’écriture hugoliennes (voir le sujet de dissertation).

L’ensemble des documents fournis en annexe démontre aussi la nécessité de situer les textes

dans un contexte - en l’occurrence historique, biographique et politique - pour en apprécier la

portée et l’enjeu.

On aura noté que ce sujet se situe au croisement de deux objets d’étude obligatoires dans

toutes les séries : « La poésie » et «Convaincre, persuader, délibérer ». Les trois textes de

Hugo, avec des moyens et des visées différents, procèdent en effet de l’argumentation. Les

deux récits - en prose et en vers - non seulement prononcent des réquisitoires contre Napoléon

III et son régime, mais fonctionnent dans leur totalité comme des actes d’accusation. La mort de

l’enfant devient un exemple de la barbarie de ce régime et sa dénonciation à elle seule devrait

pouvoir réveiller les consciences, persuader les lecteurs de l’ignominie de l’Empereur honni et

de ses méthodes de gouvernement. La lettre à Hetzel est celle d’un « homme politique » - c’est

ainsi que se désigne Hugo - ; elle sonne aussi comme un manifeste, une profession de foi qui

proclame la fonction du poète, les missions d’une poésie « honnête mais pas modérée ». C’est

la dimension argumentative des textes du corpus qui donne aux élèves les moyens d’amorcer

la réflexion à laquelle les invite le sujet de dissertation.

La question et le commentaire portant sur une comparaison entre les deux pages, il nous

paraît utile de proposer ci-après quelques-unes, selon le mot d’Aragon (voir sujet du

commentaire), des « mille choses à dire de cette prose et de ces vers comparés ».

Eléments de corrigé pour le professeur

"Souvenir de la nuit du 4" est un des plus bouleversants poèmes, polémique et lyrique, de

Hugo. Aragon l’a par ailleurs magnifiquement commenté. En raison de sa densité et de sa

puissance, le poème apparaît curieusement comme une réécriture du récit en prose, alors

même qu’il est antérieur. En effet dans la « quatrième journée » d’Histoire d’un crime (La

Victoire, I, « Les faits de la nuit. – La rue Tiquetonne », chapitre écrit en 1877-1878), Hugo

précise : « J’ai raconté ailleurs cette chose tragique » et précise en note « Châtiments ». Il nous

invite ainsi lui-même à lire les deux textes en les confrontant. Loin de prétendre épuiser les

éléments de comparaison, nous nous contentons ici de suggérer quelques pistes de lecture analytique des deux textes.

Les similitudes sont nombreuses. Les mêmes événements historiques servent de cadre à la

même « anecdote » dramatique : ce sont des « choses vues » par un témoin direct, journaliste

de talent et visionnaire puissant, rapportées par un narrateur qui maîtrise les procédés de la

prose et de la poésie pour faire éprouver à son lecteur des émotions puissantes. Le narrateurtémoin

note les mêmes éléments descriptifs qui évoquent un décor et un univers marqué par la

simplicité et l’humilité. Se met en place un tableau pathétique qui appelle la comparaison avec

les piétà : la grand-mère porte le corps de l’enfant mort, tout comme Marie soutient le corps de

Jésus à la descente de la croix. Le même mouvement soulève les deux récits : on passe d’une

veillée funèbre à la condamnation d’un régime politique. Les deux textes articulent les registres

tragique et polémique.

L’analyse du récit en prose révèle quelques traits d’écriture particuliers qui le distinguent

nettement du poème.

Le récit est localisé avec précision (Rue Tiquetonne). Il indique la présence d’autres témoins

identifiés. Ainsi il répond à l’objectif que s’assigne Hugo dans l’Histoire d’un crime : « J’(…) ai

déclaré que j’avais un devoir, celui de faire l’histoire immédiate et toute chaude de ce qui vient

de se passer. Auteur, témoin et juge, je suis historien tout à fait. » ou encore dans la Préface de

1877 : « Le proscrit s’est immédiatement fait historien. Il emportait dans sa mémoire indignée

ce crime, et il a voulu n’en rien laisser perdre. De là ce livre ». Mais l’historien se fait procureur

et son récit se construit comme un acte d’accusation.

Soulignant un mouvement dramatique, il suit une progression chronologique et spatiale

régulière : le lecteur suit l’action de la rue obscure à la maison, de l’entrée à la chambre ; le

regard se focalise sur les objets, enfin sur le corps de l’enfant dont on détaille les parties : le

front, les yeux, la tête, l’épaule, les pieds… Ce mouvement est souligné encore par un effet de

dramatisation intense : « Une chose qui était dans l’ombre » amène « Je m’approchai » qui

conduit à fixer le regard sur le corps : « Ce qu’elle avait dans les bras, c’était un enfant mort ».

Mais le mouvement se prolonge encore, rapprochant le regard et le corps du narrateur de

l’enfant ensanglanté : « deux trous rouges au front », « deux filets de sang « , «J’avais du sang

aux lèvres ». Ce mouvement lent, inexorable, éprouvant, traduit l’horreur qu’éprouve le

narrateur et produit sur le lecteur un effet de pathétique violent.

Le discours « farouche » de l’aïeule est rapporté essentiellement en discours indirect à

l’exception de quelques cris d’autant plus désespérés : « Je veux qu’on me le rende ». La

douleur et la colère de la grand-mère sont marquées encore par l’éclatement du discours

narrativisé dont on entend des bribes, dont le texte souligne les exclamations, les

interrogations.

Le récit en prose apparaît comme un texte narratif d’une grande sobriété où apparaissent

des insistances puissantes : le motif du sang, le thème de la fragilité (« enfant », « petit » aux

multiples occurrences, « vieille »). Il présente dans le même tableau dramatiquement construit

l’impuissance des « misérables » devant les horreurs d’un régime, l’impuissance des témoins

devant la douleur et le scandale de la mort, la révolte latente.

Le poème se construit en deux parties (un tableau dramatique / un discours politique), mais

l’unité de l’ensemble est fortement marquée par la construction en boucle : le dernier vers fait

écho au premier, mettant sous les yeux du lecteur le spectacle affligeant d’un enfant tué.

Dans la présentation de la scène tragique, Hugo a effacé l’inutile, l’accessoire : pas de

localisation précise, aucune identification des témoins, un « nous » sobre et général (« des

nôtres ») inclut le narrateur sans que son rôle soit mis en évidence. Un groupe humain indéfini,

tel un choeur tragique, devient le témoin de la douleur pathétique d’une aïeule. Identiquement,

les interventions du narrateur-témoin résonnent comme les commentaires du choeur de la

tragédie antique : « dans la rue où on en tuait d’autres » ; « Hélas ! ce que la mort touche de

ses mains froides… ». La mise en scène focalise l’attention du lecteur sur l’essentiel, objet de

douleur et de scandale : l’enfant mort. L’effet saisissant obtenu par le premier vers est ainsi

soutenu dans la totalité d’un poème.

Le fait-divers dramatique – comme souvent chez Hugo – se transforme en symbole. Cette

élévation est sensible dans le discours de l’aïeule rapporté « directement ». ce n’est pas la

seule différence avec le récit en prose. Le discours est plus long et plus organisé. Dès lors, sa

puissance et sa véhémence s’en trouvent accrues. L’interpellation (« Avez-vous vu saigner la

mûre dans les haies ? », les métaphores, les comparaisons (« comme un bois qui se fend »)

cherchent à exprimer l’indicible et permettent de détourner l’attention de la vision insoutenable

(« saigner la mûre ») ou au contraire de suggérer la violence brutale du choc (le crâne qui se

fend, puissance de la rime « fend/ enfant »). Le rythme des vers contribue à créer le climat de

tension et le registre pathétique. Par exemple l’enjambement de « Sa bouche / Pâle, s’ouvrait »

accroît la force de l’adjectif placé en rejet et associe le mouvement du détail pictural à

l’ouverture de la voyelle [a].

Le discours politique adressé à l’aïeule frappe par la violence de la diatribe et son ironie

grinçante. Dans un effet admirable de polyphonie énonciative, Hugo fait entendre la voix

officielle de Napoléon III. Les citations de ses discours - programmes (« Il sauve / la famille,

l'église, la société » met en place un alexandrin avec une diérèse fortement ironique)

s’opposent antithétiquement à la réalité de sa politique : crimes, assassinats d’enfants,

répression sanglante, déni de justice. Une articulation logique (« C’est pour cela que… ») met

en parallèle les préoccupations futiles, le goût du luxe, l’orgueil de la société impériale et la

tragique réalité. La visée polémique et satirique du poème retrouve celles de l’ensemble du

recueil Les Châtiments.

B. Question

  • Après avoir lu les textes qui vous sont proposés et pris connaissance des annexes 1 et 2, vous répondrez à la question suivante :
  • Que dénonce Victor Hugo dans les textes A et B ? Quel est celui des deux textes qui vous paraît le plus susceptible d’émouvoir et d’indigner ses lecteurs. Justifiez votre réponse.

On notera que la question posée prépare à la fois au commentaire, à la dissertation et au second sujet d’invention.

Les analyses suggérées dans la présentation du sujet offrent des éléments de comparaison

et d’interprétation suffisants pour répondre à la question. On n’attend pas des élèves le même

travail. La réponse à la question impose toutefois que soient présentés :

- l’identification de l’acte d’accusation que dresse Hugo dans les deux textes : mise en cause

d’un régime autoritaire, violence de la répression, scandale d’une situation qui condamne à la

mort des enfants ;

- quelques-uns des choix qui distinguent les deux textes. Certains élèves peuvent être plus

sensibles à la dramatisation du récit en prose ; d’autres au climat pathétique qu’instaure le texte

poétique. On ne saurait ici imposer une quelconque hiérarchie entre les deux textes, même si le

poème s’avère d’une puissance émotive prodigieuse.

C. Commentaire

Parlant des textes A et B, le poète Louis Aragon a affirmé : « Je ne crois pas qu’il y ait de leçon de poésie plus valable que la comparaison de

ce récit en prose et de ce poème. Il y a mille choses à dire de cette prose et de ces vers comparés ».

Montrez les plus importantes de ces « choses », en comparant et commentant les lignes 22 à 48 du récit en prose et les vers 20 à 48 du

poème.

Le libellé du commentaire n’est pas orthodoxe. Chacun comprendra que son originalité

n’enlève rien aux exigences qui prévalent dans ce type d’exercice : qualité de la lecture, respect

de la consigne, maîtrise d’une organisation. La citation d’Aragon est une invite au commentaire

comparé, exercice désormais explicitement prévu dans la définition de l’EAF et illustré dans les

annales 0 par deux sujets, le 5 et le 7. Il porte ici sur deux extraits qui se répondent en écho.

Dès lors, ce ne saurait être le référent seul qui doit faire l’objet d’une analyse, mais bien les

moyens spécifiques de sa mise en scène, non le seul signifié, mais bien le signifiant.

La démarche peut emprunter des voies plus ou moins complexes. On ne saurait décrier une

méthode qui s’intéresserait d’abord aux similitudes, pour ensuite distinguer les moyens mis en

oeuvre. On peut cependant souhaiter un principe d’organisation plus élaboré qui permettrait de

comparer les procédés et de distinguer les effets produits :

- une scène de deuil : dramatisation / théâtralisation ;

- les paroles rapportées : bouleversement / réquisitoire organisé ;

- la condensation du poème.

D. Dissertation

Dans sa lettre à Hetzel (texte C), Victor Hugo propose de « réveiller le peuple ». Les poètes, les écrivains, les artistes en général, vous

paraissent-ils pouvoir, mieux que d’autres, remplir cette mission ?

Vous répondrez à cette question en un développement composé, prenant appui tout à la fois sur les textes qui vous sont proposés, ceux que

vous avez étudiés en classe et vos lectures personnelles.

Les nouveaux programmes de français ont instauré des objets d’étude obligatoires dont

l’intitulé est désormais rappelé en tête des sujets de l’épreuve écrite. Les élèves ont des

connaissances sur les notions ou les problématiques imposées, et ils doivent être évalués à la

fois sur leurs connaissances, leur faculté à mobiliser arguments, références et exemples, sur

leurs capacités à ne pas « réciter une leçon », à reformuler, à concevoir une organisation qui

rende compte à la fois de leurs savoirs et de la spécificité du sujet donné. On peut penser que

sur l’objet d’étude « poésie », les professeurs ont conduit les élèves à réfléchir à la fonction du

poète ou aux missions que s’assigne la poésie. Dès lors, en prenant appui sur l’ensemble du

corpus et en réinvestissant les acquis de leur travail de préparation, les élèves ne doivent pas

avoir des difficultés majeures pour traiter le sujet posé.

La définition de la mission de la poésie est récurrente dans l’oeuvre de Hugo. Pour mémoire,

on peut rappeler ces vers extraits d’« Amis un dernier mot » (Les Feuilles d’automne,

novembre1831) :

« Alors, oh ! je maudis, dans leur cour, dans leur antre,

Ces rois dont les chevaux ont du sang jusqu’au ventre !

Je sens que le poète est leur juge ! je sens

Que la muse indignée, avec ses poings puissants,

Peut, comme au pilori, les lier sur leur trône

Et leur faire un carcan de leur lâche couronne,

Et renvoyer ces rois, qu’on aurait pu bénir,

Marqués au front d’un vers que lira l’avenir !

Oh ! la muse se doit aux peuples sans défense.

J’oublie alors l’amour, la famille, l’enfance,

Et les molles chansons, et le loisir serein,

Et j’ajoute à ma lyre une corde d’airain ! »

Ce que l’on attend ici dans le traitement du sujet relève de plusieurs compétences :

- la définition explicite de la mission de l’art exprimée par Hugo : il doit « réveiller le peuple »,

c’est à dire le sortir de la torpeur où le maintiennent le mensonge, la propagande, la peur, la

lâcheté, la compromission, la facilité, l’art officiel ;

- l’illustration de cette thèse par des exemples précis et pertinents : la poésie engagée, celle

de la Résistance (voir sujet 4), la majorité de l’oeuvre de Hugo (Les Châtiments, Les

Misérables, l’extrait des Feuilles d’automne « Amis, un dernier mot » de 1831, le poème

« Fonction du poète » in Les Rayons et les ombres de 1839), mais aussi les « philosophes »

des Lumières ;

- l’organisation d’une démarche qui permette de répondre à la question posée : pourquoi et

par quels moyens les artistes s’acquittent-ils de cette mission « politique » ? Le poète, l’artiste

ont à la fois un pouvoir et un devoir de subversion ;

- l’élargissement de cette problématique : qu’est ce qui confère aux artistes le pouvoir et le

devoir de « réveiller le peuple » ? On peut ici encore solliciter Hugo et des poèmes tels que « A

Alfred Dürer » in Les Voix intérieures (1837).

E. Invention

Vous choisirez un de ces deux sujets.

- En 1853, malgré les interdits et la censure, Les Châtiments sont diffusés clandestinement. Un journaliste du Moniteur écrit et publie un article

dans lequel il attaque, critique et condamne le poème « Souvenir de la nuit du 4 ». Rédigez cet article.

- En 1853, malgré les interdits et la censure, Les Châtiments sont diffusés clandestinement. Après avoir lu le poème « Souvenir de la nuit du

4 », un journaliste prend le risque d’écrire et de faire circuler un article dans lequel il salue le courage de Victor Hugo et rend hommage à son

talent. Il est convaincu que le combat mené contre Napoléon III sera utile et aboutira.

Rédigez cet article.

- Le libellé du premier sujet et la posture qu’ils conduiraient l’élève à prendre ont été remis

en cause ici ou là. Demander à des adolescents de prendre la plume d’un journaliste du

Moniteur de 1853 a pu choquer. Au nom de quoi, si ce n’est au nom d’une idéologie

réactionnaire, peut-on condamner le poème « Souvenir de la nuit du 4 » en effet ? On peut

présenter autrement la problématique d’un tel libellé. Rédiger cet article, c’est reconnaître la

force de conviction du poème, la puissance persuasive de son propos, la charge explosive de

sa dénonciation, c’est s’inquiéter face à sa force et reconnaître donc, par une voie détournée, le

génie du poète. Imaginer qu’un journaliste du Moniteur remette en cause les procédés

employés par Victor Hugo appelle donc l’analyse de ces procédés. On prendra ici pour

exemples l’ironie finale et l’attaque frontale (« Vous ne compreniez point… ») succédant au

pathétique, ou la généralisation opérée dans les trois derniers vers du poème : « les vieilles

grand-mères »… « des enfants de sept ans »…

- Il convient de rappeler que si « L’épistolaire » est un objet d’étude réservé aux seules

séries L, l’écriture d’une lettre doit être une compétence partagée. Le libellé impose ici un

émetteur doté de caractéristiques propres : un journaliste engagé dans le soutien au régime en

place ou au contraire un journaliste qui partage les idéaux politiques de Hugo. Il impose en

outre un registre : critique, polémique dans le premier cas ; enthousiaste, louangeur dans le

second. Le blâme comme l’éloge peuvent porter aussi bien sur les qualités stylistiques et les

effets émotionnels du poème que sur son contenu politique et polémique.

 

Sujets et corrigés du site eduscol.education.fr

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

 Prépabac le bac en ligne

Logo prepabac

Boutique en ligne français  philosophie

Coaching scolaire mondial
Elèves scolarisés (lycées français à l'Etranger) et candidats libres

 

Professeur indépendant

  • Identifiant SIRET : 819 269 226 00018
  • APE  :  8559B
Logo prepabac

Français : niveau seconde

Français : Bac pro

Littérature : Dossier bac

Profs en direct le jour du bac

PROF EN DIRECT : BAC 2016

Bac 2016

 

Français   -   Français bac pro 

Littérature   -   Philosophie


 
Logo prepabac
Préparation à l'examen du baccalauréat : français séries générales, technologiques et bac pro, philosophie   littérature  Bac pro et Brevet : Bac  en ligne sur prepabac.org. Profs en direct le jour du bac : les annales bac . Préparer le bac en ligne : Demande de cours sur skype  - Coaching scolaire mondial = Elèves scolarisés et candidats libres (lycées français à l'étranger )

 

Licence Creative Commons
Bibliothèque scolaire de prépabac est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
Fondé(e) sur une œuvre à http://www.prepabac.org/.

Copyright

Droits d'auteur enregistrés, Copyright

Depot.com sous le numéro  00056187

Tous droits réservés

Le site prepabac.org respecte "la loi informatique et liberté "

N° enregistrement CNIL :  1943841