Forum bac  Listes EAF, descriptifs bac - Blog des lycéens  

L oral de français

ForumFORUM PEDAGOGIQUE

FORUM PREPABACForum prepabac

 

Skype
Prepabac facebook
Google
Twitter

Profs en direct le jour du bac

PROFS EN DIRECT : LE FORUM

Pondichery 2016

Français   -   Français bac pro 

Littérature   -   Philosophie

Blogger

 

 

Sartre

Bibliothèque scolaire

11000 documents en ligne

Le bac en ligne metropole etranger candidats libres et lyceens scolarises

Elèves scolarisés   

Candidats libres

Lycées métropole et à  l'étranger      

 

ELEVES SCOLARISES - CANDIDATS LIBRES, METROPOLE, DOM TOM, LYCEES FRANCAIS A L'ETRANGER ET LYCEESPROFESSIONNELS 

Les liaisons dangereuses, Choderlos de Laclos, présentation de l'oeuvre

Laclos

 

 

 

 

 

Les Liaisons Dangereuses

, Choderlos de Laclos 1789

Présentation

L’auteur

Pierre-Ambroise-François Choderlos de Laclos est né à Amiens le 18 octobre 1741, sous le règne de Louis XV et mourra à Tarente le 5 septembre 1803.

D’une famille d’officiers royaux de noblesse récente, Choderlos de Laclos est véritablement un enfant du siècle des Lumières, siècle qui conduira à la Révolution française, qu’il traverse presque sans encombres, tout en étant lui-même intéressé par les réflexions politiques liées aux questions de gouvernance (de soi même ou de l’Etat).

S’il est avant tout connu pour son chef d’

œuvre, Les Liaisons dangereuses, c’est pourtant par la carrière militaire que débute Choderlos de Laclos.

Issu d’une petite noblesse de robe, le jeune homme choisit le métier des armes par vocation : en

1760 il entre à l’École royale d’artillerie de La Fère— ancêtre de l’École polytechnique.

Il est nommé

sous-lieutenant en 1761, à 20 ans, puis lieutenant en second en 1762. Il rêve de conquêtes et de gloire et se fait affecter à la Brigade des colonies, à La Rochelle. Malheureusement, ce n’est que la vie de garnison qu’il découvre, vie qu’il suivra jusqu’en 1778, se déplaçant dans de multiples villes (Toul, Strasbourg, Grenoble, Besançon…).

C’est probablement à Besançon, d’ailleurs, que ce fervent admirateur de Rousseau (et plus particulièrement de La Nouvelle Héloïse

« le plus beau des ouvrages produits sous le titre de roman » -, auquel il est souvent fait référence dans Les Liaisons) commence la rédaction de ce qui va devenir son chef d’œuvre, pour se désennuyer d’une vie au quotidien souvent maussade.

Ce qui est sûr, c’est qu’en 1781, il demande l’autorisation de publier le roman. En 1782, il signe un contrat pour la publication en 2000 exemplaires des Liaisons dangereuses. Le succès

– notamment dû au scandale – est immédiat et une nouvelle édition est aussitôt nécessaire (d’autres suivront). Laclos entame alors une correspondance avec Mme Riccoboni sur ses choix esthétiques et la moralité de son œuvre.

Dans le même temps, il rencontre Marie-Soulange Duperré, jeune fille de 24 ans avec laquelle il noue une relation et dont il aura un fils en 1784. Choderlos de Laclos le reconnaîtra et épousera Marie-Soulange en 1786, légalisant ainsi leur union. Une correspondance importante existe également entre l’auteur et sa femme.

Les femmes, et la réflexion sur leur éducation sont importantes chez Laclos. En 1783, celui-ci répond à une question posée par l’académie de Châlons-sur-Marne, sur les moyens de perfectionner l’éducation des femmes. Son Discours restera inachevé, mais il reviendra sur la question et publiera un ensemble de trois essais : « Des femmes ou De l’éducation ».

L’importance du thème est, bien sûr, lisible dans Les Liaisons dangereuses, que ce soit au travers de la jeune Cécile Volanges

– à laquelle le Couvent n’a rien appris sinon à être une proie facile pour des libertins autrement plus forts d’esprit – ou, bien sûr, de la Marquise de Merteuil, femme « de tête », qui s’est forgée elle-même, au contact de ses lectures et de son observation du monde.

Politiquement, Laclos, en digne fils des Lumières, opte pour une monarchie éclairée et la nécessité de réformes. Il se met au service du Duc d’Orléans (Philippe-Egalité) qui est favorable à l’abolition des privilèges. En 1790, il devient membre du Club des Jacobins et écrit dans le Journal des amis de la Constitution. Il défend une monarchie constitutionnelle où le roi gouverne avec des ministres élus démocratiquement.

En 1793, alors que le Comité de sûreté général commence à instituer la Terreur, il est arrêté pour ses convictions orléanistes mais il est finalement libéré en 1794 (le duc d’Orléans est, lui, exécuté en 1793).

La Révolution aura finalement laissé indemne Laclos, qui soutiendra ensuite une autre figure militaire d’envergure, appelé à un destin impérial : le jeune général Bonaparte. Laclos lui conservera son admiration jusqu’à sa mort, qui survient en Italie, à Tarente, en 1803.

L’œuvre

« Le roman le plus intelligent » ; « le plus effroyablement pervers de tous les livres » : les superlatifs ne manquent pas pour définir le livre de Choderlos de Laclos, qui a connu un succès jamais démenti, que celui-ci soit dû au scandale et à sa réputation sulfureuse (ainsi à sa parution) ou, plus justement, à son incroyable maîtrise, et sa terrible actualité, ce dont témoigne, notamment l’importance des adaptations (et transpositions) cinématographiques qui lui sont consacrées.

Alors que les précédents écrits de Choderlos de Laclos n’avaient rien de proprement marquant, Les Liaisons dangereuses signent, elles, une réussite éclatante. Réussite, tout d’abord, au niveau formel : Laclos tire profit de toutes les finesses du roman épistolaire pour faire de son ouvrage une merveille de machiavélisme, tout en sachant rendre sensible, au travers du style, les personnalités de chacun. Cette magnifique polyphonie, sans recours à aucun narrateur, maîtrise « juste » l’art de l’agencement. Choderlos de Laclos met en branle un piège magnifique, qui prend le lecteur dans son jeu.

Réussite formelle, certes, mais également réussite éclatante liée à la force des personnages et à la profondeur des thèmes traités : Les Liaisons dangereuses ne cessent de faire naître le débat, de susciter l’admiration, l’effroi, la stupeur. Profondément ancré dans le contexte intellectuel et philosophique des Lumières, l’ouvrage plonge au cœur des rapports de pouvoir, des relations entre raison, émotion et sentiment, continuant encore à fasciner le lecteur contemporain.

L’inscription de ce chef-d’œuvre, cette année, au programme du baccalauréat suffit à le prouver.

Les thèmes la richesse et la complexité des Liaisons dangereuses en font un roman qui foisonne d’objets d’étude passionnants.

L’étude de la stratégie épistolaire en est un des plus marquants : reprenant le modèle classique des « lettres trouvées », le recueil dresse au travers de l’agencement et du style de chacun des portraits précis une magnifique machine où la lettre elle-même est piège, et objet de ruine.

Le jeu polyphonique (voir, ainsi, les présentations contrastées des uns et des autres

– la Présidente de Tourvel par exemple, successivement décrite par Valmont et la Marquise, lettres 5 et 6 ) et la juxtaposition de ces voix et points de vue différents participent bien évidemment et de la dangereuse perversion de l’ouvrage et du plaisir du lecteur.

La variété des tons (de la naïveté crédule de la jeune Cécile aux jeux subtils et maîtrisés des amants machiavéliques), parfaitement maîtrisée et soulignée par tous les critiques, est elle-même étudiée et discutée par les protagonistes : c’est que l’art d’écrire

– et plus largement l’art de raisonner et d’agir tactiquement en vue de la victoire – est un des sujets de préoccupation des libertins.

Ceux-ci sont en eux même un objet d’étude, et, de manière générale, l’histoire littéraire, culturelle et philosophique est particulièrement bien mise en valeur par Les Liaisons dangereuses : les libertins, libres penseurs sont tout entiers dans l’exercice de la raison en vue du pouvoir, et de la liberté. La Marquise de Merteuil le dit elle-même : « je ne désirais pas de jouir, je voulais savoir. »

Cette quête de savoir et de liberté est indissociable du mouvement des Lumières, et un auteur comme Rousseau, qui en participe pleinement, est particulièrement vanté par le couple libertin (dont la bibliothèque

– qui est en soi un thème à étudier – est lisible au travers des diverses Lettres, et s’apparente assez à celle de l’honnête homme). Mais d’honnête homme ici, il n’est justement plus question : Les Liaisons dangereuses montrent le glissement entre les idéaux postulés par les Lumières et l’utilisation pernicieuse que la Marquise de Merteuil et le Vicomte de Valmont font de la raison, de l’éducation, et leur faculté de juger. Le postulat d’une bonté innée de l’homme est avec eux mis à rude épreuve.

Bien sûr, les questions de morale apparaissent au premier chef dans ce livre (comme en témoignent d’ailleurs les habiles « avertissement » et « préface du rédacteur ») et cette

œuvre toute en finesse, qui empêche toute analyse binaire, révèle bien plutôt « les Lumières et leurs ombres » avec tous les questionnements que cela peut engendrer.

Chacun des personnages, que les lettres parviennent à rendre de façon si fine et individuelle, peuvent mériter un intérêt particulier : La Marquise de Merteuil, le Vicomte de Valmont bien sûr (et le couple qu’ils forment), mais aussi la Présidente de Tourvel sont des personnages incontournables.
D’une manière générale la question féminine est centrale chez Laclos, et les visages proposés par l’ouvrage, jusqu’à Madame Rosemonde, sont des figures à analyser avec en arrière plan la connaissance historique du statut de la femme au XVIIIe siècle. Les questions concernant l’éducation de la femme agitent les débats (on pense, immanquablement encore à Rousseau) et les personnages de la veuve ou de la prude sont des personnages

– et presque des types – littéraires (mais présents ici, avec ô combien plus de profondeur !). Les discours de la Marquise sont, avant la lettre, de brillants plaidoyers pour la libération de la femme et, partant, préfigurent les combats féministes. Mais la Présidente, avec sa façon de se donner sans retour, et sans regret, n’est pas moins une femme qui assume ses choix.
La différence entre les deux femmes se joue avant tout entre le cœur et la raison, et cette dichotomie parcourt tout le texte, en accord avec la présence des personnages libertins. Ce duel se lit également dans les thèmes incontournables de l’hypocrisie et de la manipulation, dans le jeu de masques qui se met en place immédiatement dans le texte. La rupture entre la réalité du sentiment et les apparences est particulièrement bien mise en valeur dans l’adaptation cinématographique de Stephen Frears au travers des motifs du miroir (lieu de vérification, d’introspection, de reflets) et de l’opéra (lieu où l’on voit et où l’on est vu). Ces deux thèmes peuvent donner lieu à des exposés d’élèves à partir du film, qui, par ailleurs, a subtilement rendu par les décors, les costumes, les atmosphères et l’art du montage la dualité entre les deux « familles » présentes dans le roman : celle du « cœur » et celle de « l’esprit ».

Cette adaptation, et toutes les autres qui témoignent de l’engouement pour l’

œuvre de Laclos, pourraient être sujet de réflexion et d’étude.

Elles soulignent toutes l’incontournable actualité de cette

œuvre, en particulier dans l’analyse des rapports homme/femme qu’elle propose, entre amour, joutes d’ego, recherche de la liberté… Autant de sujets qui, gageons-le, sauront être débattus par des élèves que ces Lettres toucheront sûrement !

Source

 

Quel est le contexte historique?

XVIIIème =  régence de Philippe d'Orléans. Légèreté après la vieillesse de Louis XVI. Dans l'aristocratie on se nourrit des plaisirs de l'oisiveté.  Mépris pour les valeurs de la bourgeoisie comme le travail et la morale.  Après la Révolution, la paix s'installe et la France connaît une situation fleurissante (1760 industrialisation, développement du commerce). 1774, règne de Louis XVI, la bourgeoisie réclame l'abolition des privilèges de la noblesse. La France participe à la guerre d'indépendance des Etats-Unis.

Le roman transcrit-il la dépression et la dégradation économique de l'époque?

Non, le roman est essentiellement centré sur l'aristocratie. la dégradation économique est a peine évoquée. Il y a une scène cependant où l'on voit Valmont donner de l'argent aux pauvres, une famille est secourue, il lui donne sa bourse. Cette scène se rapporte à la pauvreté dans les campagnes.

Quel est le contexte intellectuel?

Nous sommes au 18è ,l'idéal de la raison et de la liberté d'expression sont dominants. L'enjeu est majeur. Les philosophes en font leur combat. La censure menace et elle est contournée par les pseudonymes, les publications anonymes d'où l'engouement pour certaines formes littéraires comme le roman épistolaire, les dialogues, les essais....

 

Quels sont les deux genres littéraires à l'origine des Liaisons de Laclos?

le roman épistolaire du XVIè, Lettres Portugaises, correspondance entre une religieuse séduite et un gentilhomme. Les Lettres Persanes de 1721 de Montesquieu : une satire des institutions, 1748 Clarisse Harloe de Richardson : le modèle de la vertueuse de Mme de Tourvel (Clarisse), modèle de l'amant sans scrupule (Valmont), 1761 La Nouvelle Eloïse de Rousseau : une correspondance réelle, 10 auteurs de lettres, des amants sincères.

Le roman libertin ;1735, Les Egarements du coeur et de l'esprit. Crébillon, éducation d'un jeune homme amoureux qui a certainement servis de modèle à Valmont.

Des constantes : le libertin est un initiateur qui concretise l'art de maîtriser, le séducteur cherche le pouvoir, ceci se réalise dans la possession physique. Innovation de Laclos : il crée un modèle féminin de libertin (Mme de Merteuil qui mène le jeu). Sade, la philosophie dans le boudoir, Les 120 journées de Justine.

Auteur du livre :

CHODERLOS DE LACLOS Pierre

Titre : Les Liaisons dangereuses

Date de publication :1782

Le Roman et ses personnages :

vision de l’homme et du monde

Les Liaisons dangereuses, Laclos :

 

Laclos

 

Portrait

Moral

 Laclos est tout le contraire d’un libertin. Il est un homme fidèle à son épouse jusqu’au bout, c’est un bon mari, un bon père de famille : un peu anti-libertinage

Intellectuel

Laclos est persuadé que la société peut évoluer positivement si on améliore l’éducation. Or elle pourrait être encore meilleure si on favorise ceux qui éduquent, les femmes. En éduquant bien les filles, elles éduqueront bien leurs enfants : quelque peu féministe.

Politique

 Noble qui lutte contre les privilèges des nobles. Il a des idées avancées, des idées républicaines.

Les Liaisons, roman épistolaire

Epistolière => la rédactrice d’une lettre

Composé de 175 lettres.

Le roman épistolaire est une forme originale qui est donc à la mode au XVIII°

Les Lettres persanes, Montesquieu

La Nouvelle Héloïse, Rousseau

Le roman épistolaire va assoir l’illusion d’une réalité (soucis du réel)

Les lettres constituent des preuves de ces liaisons dangereuses. Par les lettres il y a possibilité d’influencer le destinataire. Argumentation forte.

L’épistolaire permet de développer la notion de polyphonie, « plusieurs sons de cloches », plusieurs points de vues, ce qui permet des éclairages variés sur un même évènement et de compléter les personnalités des épistoliers, les volontés d’influencer leur destinataire et confère souvent un registre ironique.

Le lecteur se sent un voyeur comme un peu au théâtre avec la double énonciation.

L’épistolaire permet la variété des styles. Différentes personnes, différents âges, différentes cultures donc différents styles.

Cécile a un style simple et naïf contrairement à Merteuil et à Valmont qui sont très cultivés et maîtrisent le langage pour manipuler le destinateur.

La construction du roman

175 lettres -> 4 parties

1 à 50 =50 lettres

51 à 87 = 36 lettres

88 à 124 = 36 lettres

125 à 175 = 50 lettres 100 pages x4

Construit en symétrie parfaite

2 parties centrales comportent des lettres plus longues

L’incipit et l’excipit sont composés de lettres relativement courtes pour accélérer l’action vive.

Partie centrale plus argumentée.

Contenu

Mise en place de la mission de Merteuil à Valmont qui refuse la mission, accaparé par Tourvel

Liaison mise en place par Merteuil de Cécile et Danceny + résistance de Tourvel

Valmont séduit Cécile, fuite de Mme de Tourvel pour ne pas succomber à son amour

Valmont et Tourvel sont amant. Merteuil défi Valmont de rompre + Duel Valmont / Danceny et dénouement : mort de Valmont et de Tourvel, défiguration de Merteuil et couvent pour Cécile

 Morale de l’oeuvre

Principe pédagogique voulu par l’auteur :

« lettre » « instruction » qui renvoie au siècle des lumières

Se méfier des libertins + se méfier de la noblesse

Notion d’hypocrisie + notion de faux semblant dénoncés

La polyphonie souligne le nécessaire d’ouverture d’esprit, d’esprit critique sur les gens et la société.

Les Liaisons sont dangereuses :

Tout lien social peut devenir dangereux

Méfiance des écrits

« on est heureux que dans l’amour », c’est-à-dire dans les sentiments vrais et authentiques.

Référence à l’épigraphe de Rousseau

Référence à l’admiration de Laclos pour Rousseau avec La Nouvelle Héloïse

La fin, par Valmont, rejoint le courant de l’âme sensible.

 

cf. Abbé Prévost et Montesquieu. Depuis le milieu du siècle, on trouve cette expression "danger des liaisons" et "liaison dangereuse". "Danger des liaisons" est le premier titre auquel Laclos a pensé. On est passé d'une tournure passive à une tournure active qui change la perspective. Avec la tournure passive on a peur d'être victime de ces liaisons, dans la tournure active au contraire se sont les autres qui sont victimes. L'échange des lettres est un principe de sociabilité. Celles-ci assurent l'échange des liaisons précieuses. C'est une pratique sociale, il n'y a don pas d'originalité dansle titre et dans le procédé de l'échange de lettres.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

 Prépabac le bac en ligne

Logo prepabac

Boutique en ligne français  philosophie

Coaching scolaire mondial
Elèves scolarisés (lycées français à l'Etranger) et candidats libres

 

Professeur indépendant

  • Identifiant SIRET : 819 269 226 00018
  • APE  :  8559B
Logo prepabac

Français : niveau seconde

Français : Bac pro

Littérature : Dossier bac

Profs en direct le jour du bac

PROF EN DIRECT : BAC 2016

Bac 2016

 

Français   -   Français bac pro 

Littérature   -   Philosophie


 
Logo prepabac
Préparation à l'examen du baccalauréat : français séries générales, technologiques et bac pro, philosophie   littérature  Bac pro et Brevet : Bac  en ligne sur prepabac.org. Profs en direct le jour du bac : les annales bac . Préparer le bac en ligne : Demande de cours sur skype  - Coaching scolaire mondial = Elèves scolarisés et candidats libres (lycées français à l'étranger )

 

Licence Creative Commons
Bibliothèque scolaire de prépabac est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
Fondé(e) sur une œuvre à http://www.prepabac.org/.

Copyright

Droits d'auteur enregistrés, Copyright

Depot.com sous le numéro  00056187

Tous droits réservés

Le site prepabac.org respecte "la loi informatique et liberté "

N° enregistrement CNIL :  1943841