Forum bac  Listes EAF, descriptifs bac - Blog des lycéens  

L oral de français

ForumFORUM PEDAGOGIQUE

FORUM PREPABACForum prepabac

 

Skype
Prepabac facebook
Google
Twitter

DOSSIER BAC

Spécial candidats libres

Cned

ORAL EAF

Blogger

 

 

Sartre

Bibliothèque scolaire

11000 documents en ligne

Le bac en ligne metropole etranger candidats libres et lyceens scolarises

Elèves scolarisés   

Candidats libres

Lycées métropole et à  l'étranger      

 

 

Les réécritures du XVII à nos jours, réécritures autour du personnage de Médée

Medee sur son char

 

 

 

 

OBJET D’ÉTUDE : LES RÉÉCRITURES DU XVIIe À NOS JOURS

Réécritures autour du personnage de Médée

 

Question d’ensemble : quelle image de Médée proposent ces différents documents ?

 

 

Texte A : EURIPIDE, Médée, 431 av. J.-C., scène XX.

Texte B : Pierre CORNEILLE, Médée, 1635, acte V, scène 6.

Texte C : André de CHÉNIER, « Médée », Poésies antiques, 17.. ?.

Texte D : José Maria De HEREDIA, « Jason et Médée » Les Trophées, 1893.

Document complémentaire : Gustave Moreau (1826-1898), Jason et Médée (1865).

 

Filledu roi de Colchide, Médée est d'origine royale et divine. C’est une habile magicienne. En échange d'une promesse de mariage, Médée, follement éprise, trahit sa famille pour aider Jason dans sa quête héroïque de la Toison d'Or.

Elle donne deux fils à Jason. Mais quand celui-ci, oubliant ses serments, décide d'épouser Creüse, la fille de Créon, pour satisfaire son ambition, Médée emploie tout son pouvoir à sa vengeance. Après avoir empoisonné Créüse et Créon, elle sacrifie ses propres enfants.

 

 

  • Texte A : EURIPIDE, Médée, 431 av. J.-C., scène XX

 

Medee, s'adressant au choeur – Amies, mon plan est arrêté: au plus vite, mes enfants... les tuer et fuir cette terre... Non, ne pas y traîner ni provoquer le meurtre de mes petits par une autre main trop hostile. De toute façon, ils n'ont pas d'autre alternative que de mourir. Et puisque c'est comme ça, c'estmoi qui les tuerai, moiqui lesai mis au monde...

(Soliloquant)

Mais quoi? Arme-toi, mon coeur! Qu'est-ce que j'attends pour accomplir ces forfaits effarants et inévitables? Allons ma pauvre main, le couteau, le couteau! Traîne-toi vers une vie qui s'ouvre lugubre... Pas de faiblesse! Ne pas penser à tes enfants... que tu les aimes plus que tout,... que tu les as mis au monde... Au moins pour ce bref instant oublier tes enfants... Ensuite abandonne-toi aux pleurs... Oui, même si tu les tues, ils auront pourtant été aimés...

Et moi, quelle femme malheureuse je suis!

(Médée entre dans la maison et verrouille les deux battants de la porte)

 

 

  • Texte B : Pierre CORNEILLE, Médée, 1635, Acte V, scène 6,

 

Medee

Lâche, ton désespoir encore en délibère ? Lève les yeux, perfide, et reconnais ce bras Qui t' a déjà vengé de ces petits ingrats !

Ce poignard que tu vois vient de chasser leurs âmes, Et noyer dans leur sang les restes de nos flammes. Heureux père et mari, ma fuite et leur tombeau Laissent la place vide à ton hymen nouveau. Réjouis-t' en, Jason, va posséder Créüse : Tu n' auras plus ici personne qui t' accuse ; Ces gages de nos feux ne feront plus pour moi De reproches secrets à ton manque de foi.

Jason

Horreur de la nature, exécrable tigresse !

 

MedeeVa, bienheureux amant, cajoler ta maîtresse : A cet objet si cher tu dois tous tes discours ; Parler encore à moi, c' est trahir tes amours. Va lui, va lui conter tes rares aventures, Et contre mes effets ne combats point d' injures.

Jason

Quoi ! Tu m’oses braver, et ta brutalité Pense encore échapper à mon bras irrité ? Tu redoubles ta peine avec cette insolence.

MedeeEt que peut contre moi ta débile vaillance ? Mon art faisait ta force, et tes exploits guerriers Tiennent de mon secours ce qu' ils ont de lauriers.

Jason

Ah ! c’est trop en souffrir : il faut qu' un prompt supplice

De tant de cruautés à la fin te punisse. Sus, sus, brisons la porte, enfonçons la maison ; Que des bourreaux soudain m' en fassent la raison : Ta tête répondra de tant de barbaries.

Medee Que sert de t’emporter à ces vaines furies ? Épargne, cher époux, des efforts que tu perds ; Vois les chemins de l' air qui me sont tous ouverts1 : C' est par là que je fuis, et que je t' abandonne Pour courir à l' exil que ton change m' ordonne. Suis-moi, Jason, et trouve en ces lieux désolés Des postillons pareils à mes dragons ailés. Enfin je n' ai pas mal employé la journée Que la bonté du roi, de grâce, m' a donnée ; Mes désirs sont contents. Mon père et mon pays, Je ne me repens plus de vous avoir trahis ; Avec cette douceur j' en accepte le blâme. Adieu, parjure : apprends à connaître ta femme ; Souviens-toi de sa fuite, et songe une autre fois Lequel est plus à craindre ou d' elle ou de deux rois.

 

 

  • TEXTE C : André de Chénier (1762-1794), Poésies antiques, « Médée » (édité pour la première fois en 1819).

 

 

Au sang de ses enfants, de vengeance égarée, Une mère plongea sa main dénaturée ; Et l'amour, l'amour seul avait conduit sa main. Mère, tu fus impie, et l'amour inhumain. Mère ! amour ! qui des deux eut plus de barbarie ? L'amour fut inhumain ; mère, tu fus impie.
Plût aux dieux que la Thrace aux rameurs de Jason Eût fermé le Bosphore, orageuse prison ; Que, Minerve abjurant leur fatale entreprise, Pélion n'eût jamais, au bord du bel Amphryse
2, Vu le chêne, le pin, ses plus antiques fils, Former, lancer aux flots sous la main de Tiphys3, Ce navire animé, fier conquérant du Phase, Qui sut ravir aux bois du menaçant Caucase L'or du bélier divin, présent de Néphélé4, Téméraire nageur qui fit périr Hellé5 !

 

[…]

 

 

  • TEXTE D : José Maria De HEREDIA, « Jason et Médée » Les Trophées, 1893

  

 

 

 

 Medee

 

 

 À Gustave Moreau.
En un calme enchanté, sous l'ample frondaison
6 De la forêt, berceau des antiques alarmes, Une aube merveilleuse avivait de ses larmes, Autour d'eux, une étrange et riche floraison.
Par l'air magique où flotte un parfum de poison, Sa parole semait la puissance des charmes
7 ; Le Héros la suivait et sur ses belles armes Secouait les éclairs de l'illustre Toison8.
Illuminant les bois d'un vol de pierreries, De grands oiseaux passaient sous les voûtes fleuries, Et dans les lacs d'argent pleuvait l'azur des cieux.
L'Amour leur souriait, mais la fatale Épouse Emportait avec elle et sa fureur jalouse Et les philtres
9 d'Asie et son père et les Dieux.

 

 

Gustave Moreau (1826-1898), Jason et Médée (1865)

                    Paris, musée d’Orsay.

 

 

 

 

1 Médée s’enfuit pour toujours dans un char emporté par des dragons ailés.

2. AMPHRYSE, ancien fleuve de Phrygie, dont les eaux avaient la réputation de rendre les femmes stériles.

3. Dans la mythologie grecque, Tiphys, fils d'Hagnias (ou de Phorbas et d'Hyrminé selon les sources), est le pilote des Argonautes. Sénèque, dans sa tragédie Médée, en fait même un des inventeurs de la navigation.

4. Personnage de la mythologie grecque, Néphélé était une nuée crée par Zeus à l'image d'Héra afin de tromper Ixion. Néphélé épousa Athamas, et de leur union naquirent Hellé puis Phrixos. Plus tard, Athamas épousa une princesse nommée Ino. La nuée fut donc répudiée, étant ainsi séparée de ses deux enfants.

Néphélé vivait dans l'angoisse qu'un jour Ino tue Phrixos afin que son propre fils hérite du royaume. Ses peurs étaient fondées. Ne pouvant plus supporter l'idée de perdre ses enfants, Néphélé décida de demander l'aide des dieux. Sa prière fut entendue par Hermès qui envoya un bélier ailé à la toison d'or du nom de Chrysomallos. Sa mission fut d'enlever Hellé et Phrixos des mains de leur belle-mère.

5. Pendant le trajet Hellé, curieuse, se pencha et tomba du bélier dans l'eau juste à l'entrée du Pont-Euxin qui portera désormais le nom d'Hellépont.

6. Frondaison : feuillage.

7. Charmes : sortilèges.

8. Toison : il s’agit de la Toison d’or, le trophée que doit rapporter Jason (la peau d’un bélier fabuleux, en or).

9. Philtre : potion magique.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

 Prépabac le bac en ligne

Logo prepabac

Boutique en ligne français  philosophie

Coaching scolaire mondial
Elèves scolarisés (lycées français à l'Etranger) et candidats libres

 

Professeur indépendant

  • Identifiant SIRET : 819 269 226 00018
  • APE  :  8559B
Logo prepabac

Français : niveau seconde

Français : Bac pro

Littérature : Dossier bac

Profs en direct le jour du bac

PROF EN DIRECT : BAC 2016

Bac 2016

 

Français   -   Français bac pro 

Littérature   -   Philosophie


 
Logo prepabac
Préparation à l'examen du baccalauréat : français séries générales, technologiques et bac pro, philosophie   littérature  Bac pro et Brevet : Bac  en ligne sur prepabac.org. Profs en direct le jour du bac : les annales bac . Préparer le bac en ligne : Demande de cours sur skype  - Coaching scolaire mondial = Elèves scolarisés et candidats libres (lycées français à l'étranger )

 

Licence Creative Commons
Bibliothèque scolaire de prépabac est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
Fondé(e) sur une œuvre à http://www.prepabac.org/.

Copyright

Droits d'auteur enregistrés, Copyright

Depot.com sous le numéro  00056187

Tous droits réservés

Le site prepabac.org respecte "la loi informatique et liberté "

N° enregistrement CNIL :  1943841