Forum bac  Listes EAF, descriptifs bac - Blog des lycéens  

L oral de français

ForumFORUM PEDAGOGIQUE

FORUM PREPABACForum prepabac

 

Skype
Prepabac facebook
Google
Twitter

DOSSIER BAC

Spécial candidats libres

Cned

ORAL EAF

Blogger

 

 

Sartre

Bibliothèque scolaire

11000 documents en ligne

Le bac en ligne metropole etranger candidats libres et lyceens scolarises

Elèves scolarisés   

Candidats libres

Lycées métropole et à  l'étranger      

 

 

Brecht, la vie de Galilée, tableau 13, questionnaire EAF

Brecht

 

 

 

 

Bertold Brecht : la vie de Galilée

 

 

Galilee

 

 

 

Lecture du texte :

Tableau 13

 

 

Galilee

 

 

Questionnaire sur Brecht :

Activités dramaturge, poète, metteur en scène, théoricien du théâtre.

Langue d’écriture : allemand

 

1 -

Quand est-il né?

1898

naissance à Augsbourg, en Souabe bavaroise, dans une famille bourgeoise

2 -

Dans quelle religion est-il élevé?

Dans la religion protestante

3 -

Quand pour la première fois écrit-il une pièce en un acte? Laquelle?

En 1913, à 15 ans, la pièce s’appelle la Bible. Il y évoque la guerre de Trente ans.

4 -

Brecht a t’-il écrit des poèmes patriotiques?

Oui en 1914. Ces poèmes font l’éloge de l’héroïsme militaire.

5 -

Le thème de la guerre devient-il majeur dans son œuvre?

Oui, dès 1916

6 -

Que fait-il comme études?

Des études de philosophie et de médecine à l’Université de Munich.

7 -

Cherche t’-il à échapper au front?

Oui, mobilisé, il échappe au front. Il est garde malades dans un hôpital militaire d’Augsbourg.

8 -

L’actualité de 1919, donne t’-elle à Brecht les matériaux pour une pièce politique?

Oui, assassinat de Karl Liebknecht et Rosa Luxembourg : Brecht s’intéresse alors au mouvement spartakiste. Spartakus (Tambours dans la nuit).

Il écrit la Noce chez les petits bourgeois et autres pièces en un acte.

9 -

Quel prix a t’-il reçu en 1922?

Il reçoit le prix Kleist pour ses pièces : Tambours dans la nuit, Spartakus, Baal et Dans la jungle des villes.

10 -

Où Brecht s’installe t’-il à partir de 1924?

A Berlin. Il vit avec Hélène Weigel et dont il a un enfant.

11 -

Qui commence t’-il à lire en 1926?

Karl Marx

12 -

Qu’écrit-il en 1935?

Au retour de Moscou, il écrit Cinq difficultés pour écrire la vérité

13 -

Quand écrit-il la vie de Galilée?

1939, La vie de Galilée (première version)

14 -

Quand s’installe t’-il aux Etats-Unis?

1945. Il s’installe à Santa Monica, près de Hollywood, il rencontre Charlie Chaplin. Dans le même temps, il perd son fils sur le front Russe. Il retourne à Berlin en 1948.

15 -

Quand est-il décédé?

1956

Le 14 août, à Berlin-Est, Brecht meurt d'un infarctus.

 

Galilee

 

 

 

Questionnaire sur la vie de Galilée de Brecht  :

La vie de Galilée est une pièce de théâtre écrite de 1938 à 1939. Pièce en 15 tableaux :

Synopsis détaillé.

Tableau 1 : Galileo Galilée, professeur de mathématiques à Padoue, veut démontrer le nouveau système de Copernic. (Galilée, Andrea, Mme Sarti, Ludovico, Le curateur -argent)

Tableau 2 : Galilée remet à la république de Venise une nouvelle invention. (lunette - Galilée aime bien manger...)

Tableau 3 : 10 janvier 1610 ("ciel aboli") : au moyen de la lunette, Galilée découvre dans le ciel des phénomènes qui confirment le système de Copernic. Averti par son ami des conséquences possibles de ses recherches, Galilée témoigne de sa foi en la raison humaine.

Tableau 4 : Galilée a troqué la République de Venise contre la cour de Florence. Ses découvertes dues à la lunette se heurtent à l'incrédulité des savants florentins.

Tableau 5 : Sans se laisser intimider par la peste, Galilée poursuit ses recherches.

Tableau 6 : 1616. Le Collegium Romanum, l'institut de recherche du Vatican, confirme les découvertes de Galilée ("La raison a gagné !")

Tableau 7 : Mais l'Inquisition met à l'Index la théorie de Copernic (5 mars 1616).

Tableau 8 : Une conversation (Galilée et le Petit moine, qui défend la décision de l'Inquisition pour ne pas troubler les pauvres petites gens qui croient aux Ecritures - faux problème pour Galilée : "Pourquoi met-il la terre au centre de l'univers ? Pour que le Saint-Siège puisse être au centre de la terre !").

Tableau 9 : L'avènement d'un nouveau pape (Urbain VIII), qui est lui-même un homme de science, encourage Galilée, après huit ans de silence, à reprendre ses recherches dans le domaine interdit des tâches solaires.

Tableau 10 : Dans la décennie suivante, la théorie de Galilée se répand parmi le peuple. Des pamphlétaires et des chanteurs de ballade se saisissent partout des nouvelles idées. Au cours du carnaval de 1632, beaucoup de villes italiennes choisissent l'astronomie pour thème du cortège des Guildes.

Tableau 11 : 1633. L'Inquisition convoque à Rome le chercheur connu dans le monde entier.

Tableau 12 : Le pape (dialogue avec l'Inquisiteur - dilemme entre science et foi).

Tableau 13 : Galileo Galilei rétracte devant l'Inquisition, le 22 juin 1633, sa théorie du mouvement de la Terre.

Tableau 14 : 1633-1642. Galileo Galilei vit dans une maison de campagne près de Florence, prisonnier de l'Inquisition jusqu'à sa mort. Les Discorsi.

Tableau 15 : 1637. Discorsi, le livre de Galilée, passe la frontière italienne (dans les mains d'Andrea).

1 -

Où a t’-il écrit cette pièce?

Pendant son exil au Danemark

2 -

Cette pièce a t’-elle été révisée et traduite?

Oui, cette pièce est révisée et traduite en anglais en 1945 lors de son séjour aux Etats-Unis. Il fut ensuite retravaillée jusqu’en 1954 dans sa version berlinoise.

3 -

Est-ce une pièce essentielle à son œuvre?

C’est une pièce centrale

4 -

Avec qui écrit-il?

Margarete Steffin.

5 -

Quand est-elle publiée?

Pour la première fois en France en 1955

6 -

Comment qualifieriez-vous cette œuvre?

C’est une biographie théâtrale de Galilée.

7 -

Quelle est la célèbre phrase de cette œuvre?

« Celui qui ne connaît pas la vérité, celui-là n'est qu'un imbécile. Mais celui qui la connaît et la qualifie de mensonge, celui-là est un criminel ».

8 -

Combien cette pièce comporte t’-elle de personnages?

Environ 40

9 -

De quoi s’agit-il? Que raconte Brecht?

Brecht raconte le combat entre la science et le pouvoir théocratique.

10 -

Quelle thèse Brecht défend t’-il?

Il défend la théorie héliocentrique de Copernic contre le géocentrisme de l’église.

Galilée, savant ingénieux, est convaincu de la véracité du système de Copernic ; grâce à une lunette qu'il fabrique

11 -

Donnez une définition de l’héliocentrisme et du géocentrisme

Héliocentrisme : Système astronomique d'après lequel on considère le Soleil comme le centre de l'Univers (astronomie ancienne) ou comme l'astre autour duquel s'effectue la rotation des planètes. (S'oppose à géocentrisme )

Géocentrisme : Système astronomique d'après lequel on considérait la Terre comme le centre de l'Univers autour duquel tournaient les autres astres. (Ce fut le système de Ptolémée[IIe s. après J.-C.], qui fit autorité jusqu'au XVIe s.)

12 -

Quelle est la thèse de Galilée?

Galilée affirmait que la terre tournait autour du soleil et non l’inverse, mais sous la menace de la torture et du bûcher, il se rétracte publiquement pour rester fidèle  à la doctrine officielle de l’église.

13 -

Le débat central est-il celui de la vérité contre l’obscurantisme?

Oui.

14 -

Peut-on faire un parallèle entre Brecht et Galilée?

Oui, de même que Galilée s’était attiré les foudres  de l’église, Brecht du point de vue historique est placé dans une situation aussi inconfortable lors de l’Allemagne nazie qu’il fuit en 1933 alors qu’elle tentait d’imposer sa vérité en éliminant les dissidents.

15 -

Vérité contre obscurantisme : expliquez

L’Eglise catholique se sent menacée. Si la terre n’est plus le centre du monde, tout le système de représentation est remis en cause, l’homme pourrait aussi ne plus être le centre de la création. Le dogme est touché et fait place au doute et à l’esprit critique.  Galilée veut que chacun puisse accéder à la vérité et que l’esprit critique se substitue au doute.

16 -

En ce sens peut-on parler d’une apologie du rationalisme?

L’Œuvre de Brecht est en effet une apologie du rationalisme et de l’esprit scientifique.

 

Galilee

 

 

 

La vie de Galilée

Roland Barthes, La révolution brechtienne. Editorial de la Revue Théâtre populaire (1955), dans Essais critiques, Paris Seuil 1964

La Vie de Galilée raconte la destruction d'un certain ordre du monde et l'édification d'un autre. En Italie, au début du XVIIe siècle, Galilée braque un télescope vers les astres, déplace la terre, abolit le ciel, cherche et trouve des preuves, fait voler en éclats les sphères de cristal où Ptolémée a enfermé le monde et éteint la raison et l'imagination des hommes. Il fait vaciller le théâtre de l'Eglise et donne le vertige à ses acteurs. L'Inquisition lui fera baisser les bras, abjurer ses théories sans pouvoir l'empêcher de travailler secrètement à la "signature" de son œuvre, ses Discorsi.

Brecht, dans une langue limpide, un immense poème construit comme une suite de variations, met en scène un chœur de femmes et d'hommes séduits et terrifiés par l'irrésistible visage de la raison qui les appelle à abandonner leurs repères : la terre n'est pas le centre de l'univers, il n'y a pas de centre, il n'y a pas de sens. Et Galilée, "jouisseur de la pensée", à la fois Faust et Falstaff, "penseur par tous les sens", résolument tourné vers le peuple pour lui offrir, avec l'art du doute, la liberté de regarder autrement la puissance de l'Eglise et les mouvements de l'univers.

La Vie de Galilée est une fable sur le jeu de la raison et de l'imagination, et sur le vertige qui en résulte. On essaiera de saisir ce vertige et le trouble de cet autoportrait de l'auteur se taillant dans Galilée un costume sur mesure, pour dire "sa vie dans l'art" et l'ambiguïté de son propre rapport avec l'autorité ; on essaiera de lire dans le regard obstiné de Galilée vers le ciel, celui de Brecht scrutant les régions inexplorées du théâtre qu'il lui reste à inventer.

Jean-François Sivadier.

« Aujourd’hui, 10 janvier 1610, l’humanité inscrit dans son journal : ciel aboli ». Ce cataclysme inaugure des temps nouveaux en ébranlant les tranquilles certitudes et en instaurant le doute. Cette pièce retrace la vie de Galilée, depuis la fabrication de sa première lunette astronomique, jusqu'à sa mise en résidence surveillée et la rédaction en secret de son Traité pour deux sciences nouvelles, qui jeta les bases de la science moderne. Mais si l’homme ne se trouve plus au centre de l’univers, il recouvre l’usage de la raison et de l’imagination. Les conséquences de ce formidable vacillement de la pensée sont au cœur de la Vie de Galilée.

GALILEE EST-IL UN HEROS ?

Certes non, pour son entêtement à répéter « et pourtant elle tourne » quand il vient juste de se renier. Non, quand il assoit sa fortune et sa tranquillité de chercheur sur une escroquerie : s’emparer comme d’une invention personnelle de la lunette astronomique inventée en Flandres, et continuer par la trahison, en abjurant le système de Copernic.

Et pourtant : être un héros, n’est-ce pas tout simplement être vivant, et jouer de toutes les ruses pour le rester ? Hypothèse qui se défend... Brecht, dans cette pièce, nous présente un Galilée obsédé par ses découvertes et par la vérité au point d'en ignorer la peste, n'hésitant pas à briser le mariage de sa fille par entêtement, et n'hésitant pas à tromper le Doge de Venise, en lui présentant sa lunette. Il interprète aussi le serment de Galilée comme une lâcheté, bien que cette lâcheté lui ait permis d'achever son œuvre et de triompher.

Le désespoir de ceux qui croyaient en lui est grand : voilà un homme déchu, un lâche, un traître à sa cause… Pourtant, quand il refuse de fuir la ville où sévit la peste et que son élève désespéré s'écrie : « Malheureux le pays qui n'a pas de héros !», le maître lui répond : « Malheureux le pays qui a besoin de héros !»

UNE ALLEGORIE CONTEMPORAINE ?

Lorsque Brecht écrit La Vie de Galilée et reprend sa pièce après 1945, il ne peut pas faire l’impasse sur la bombe d’Hiroshima, la responsabilité des savants et quelques autres grandes questions. On voit que la dialectique peut casser des briques, par exemple celles, non pas du Mur de Berlin, mais de celui, opaque, qui protège les maîtres du monde du risque de notre modeste curiosité à nous, peuple naïf. Brecht parle de lui, intellectuel plongé dans le chaos atomique d’Hiroshima, de lui, tout autant que de l’homme, qui allait, au XVIIe siècle, bouleverser à jamais la conception du monde. Non ! la terre n’est pas le centre de l’univers... Et le sens de la vie, du coup, s’éparpille.

Dans ce spectacle, les visages de Galilée et de Brecht sont superposés et il faut lire dans l’histoire du premier, l’expérience du second. Et il faut aussi savoir rire de ces moments où le monde, brutalement, change de direction et demande à chacun de repenser sa place.

LA REVOLUTION BRECHTIENNE : LA "DISTANCIATION".

[...] Or, un homme vient, dont l'œuvre et la pensée contestent radicalement cet art à ce point ancestral que nous avions les meilleures raisons du monde pour le croire "naturel" ; qui nous dit, au mépris de toute tradition, que le public ne doit s'engager qu'à demi, dans le spectacle, de façon à "connaître" ce qui y est montré, au lieu de le subir ; que l'acteur doit accoucher cette conscience en dénonçant son rôle, non en l'incarnant ; que le spectateur ne doit jamais s'identifier complètement au héros, en sorte qu'il reste toujours libre de juger les causes, puis les remèdes de sa souffrance ; que l'action ne doit pas être imitée, mais racontée ; que le théâtre doit cesser d'être magique pour devenir critique, ce qui sera encore pour lui la meilleure façon d'être chaleureux.

 

Roland Barthes, La révolution brechtienne. Editorial de la Revue Théâtre populaire (1955), dans Essais critiques, Paris Seuil 1964

 

Galilee

 

 

 

Questionnaire sur le passage à présenter à l’oral :

Notes introductives :

Brecht : plus grand dramaturge allemand du XXème siècle célèbre pour un opéra : l'opéra de quat’ sous et pour la vie de Galilée. Cette dernière œuvre est une biographie théâtrale.

Présentation de la controverse entre Galilée et l'inquisition : Galilée se fait censurer par l'inquisition et renie ses théories il dit  : "un peuple n'a pas besoin de héros" pourtant Brecht appelle son théâtre, le théâtre épique.

Il n’y a pas de linéarité comme dans un roman. Brecht brise la temporalité linéaire du théâtre : pas de continuité entre les scènes. Il crée l’émancipation et la distanciation.

Petit questionnaire sur les notes introductives

1 -

Le petit moine est-il le disciple de Galilée?

Oui, petit moine devient disciple de Galilée

2 -

A quoi l’inquisition a t’-elle poussé Galilée?

1633 : l'inquisition a poussé Galilée à abjurer ses propres déclarations : il avoue avoir tord

3 -

Comment Brecht nous dévoile t’-il cette scène? Est-ce du théâtre Aristotélicien? Brecht tente t’-il de déconstruire ce mode de fonctionnement du théâtre Aristotélicien?

--> ici Brecht essaye de nous montrer la scène telle qu'elle se passe donc c'est du théâtre Aristotélicien ( intrigue, suspense, mimétique ).
Mais on veux déconstruire de l'intérieur le mode de fonctionnement du théâtre aristotélicien

Plan possible pour un commentaire :

I- une mise en scène de l'excès
A- des personnages affectivement sur impliqués

B- des signes et des  signifiants
C- la représentation d'un événement

II- dans une poétique complexe...
A- différents registres énonciatifs
B- différents régimes  affectifs
C- théâtre mimétique ou théâtre épique ?

III- ...au service d'une éthique du doute et de l'ambiguïté

A- ce que les personnages ne comprennent pas encore

B- ce que les personnages comprendront
C- et Galilée ? Un héros du doute

Problématique :

En quoi cette mise en scène de l’excès dans une poétique complexe est-elle au service d’une éthique du doute et de l’ambigüité?

 

Galilee

 

 

 

Questionnaire en fonction des axes proposés :

 

I-

une mise en scène de l'excès

A -

Des personnages affectivement sur impliqués

1 -

Quels sont les personnages ayant un rapport intense avec Galilée dans ce tableau?

Personnages qui on un a rapport  intense avec Galilée dans cette scène ; Andres, Virginia, Federzoni, le petit moine,

Virginia : sa fille, elle prie pour lui

I-

Une mise en scène

B -

des signes et signifiants

1 -

Les interventions des personnages sont-elles soulignées avec emphase? Justifiez votre réponse

Brecht souligne avec emphase chacune des interventions des personnages.

Didascalies : dimension hyperbolique  : "crie soudainement" "Virginia prie plus fort" , "ivre de joie"--> catachrèse,  "S'agenouille en pleurs" -->crucifixion : mise en scène hyperbolique  de Galilée comme le Messie

Sur représentation des actions --> espèce de parodie du théâtre aristotélicien

2 -

Brecht valide t’-il la glorification de Galilée comme légitime?

Andréa : faits scientifiques sur un ton lyrique : fonction lyrique entre deux silences : l’ambition de Brecht est de montrer que cette déification  n‘est pas légitime. La croyance en un héros, l'attente messianique d'un héros sont des comportements non validés par Brecht. 

Brecht ne considère pas cette glorification de Galilée comme légitime --> C’est au contraire caricatural

3 -

A quoi se rattache la religiosité? Quel est le message de Brecht?
Sorte de religiosité : L'Homme et la dimension christique sont mises en avant afin de mettre en avant le dilemme entre l’inquisition et Galilée.

4 -

Quel est le point de vue d’Andréa?

Andréa suggère que Galilée a trahi l'idéal.

5 -

Quel est le point de vue de Brecht?

Brecht veut nous montrer que le temps des messies est terminé, nous ne sommes plus au temps des idéaux.

I-

Une mise en scène

C -

La représentation d’un évènement

1 -

Comment le suspense est-il mis en avant?

Attente de la cloche qui sonne : donc il y a du suspense.
Ce dernier réside dans la synchronisation du temps de la représentation avec le temps de l'événement représenté et les enjeux : un son de cloche veux dire que Galilée a abjuré.

2 -

La scène a t’-elle un caractère public?

On note aussi le caractère public de la scène : crieurs publics

3 -

Le suspense est-il total?

A la fin il y a un extrait réel de Galilée écrit en 1633 donc cela veut  dire aussi que ce n'est pas complètement aristotélicien : celui qui connait Galilée sait que Galilée a abjuré donc il n'y a pas de suspense de manière absolu. On sait en outre dès le début qu’il va se rétracter.

4 -

Vers qui se tourne l’empathie du lecteur et du spectateur?

Le lecteur et le spectateur ne sont  pas en empathie avec Andréa  mais avec Galilée.

5 -

En quoi le comportement de Galilée contraste t’-il avec celui des autres personnages?

Cette scène consiste à critiquer la réaction absurde et  hyperbolique des personnages. Galilée  reste calme : "Galilée calmement"

6 -

Quel est le sens du théâtre épique?
Le sens du théâtre épique = pas de différence entre les hommes : l'émancipation des gens qui vont au théâtre  a pour effet de faire comprendre qu'il ne faut pas se rabaisser et Galilée  refuse d’être un héros. L’épopée d'Homère avait des héros : c'est le sens ancien mais dans le théâtre de Brecht, pas de héros au sens Homérique du terme.

7 -

Résumez en quelques mots cette scène de Brecht

Malgré l’apparence de théâtre mimétique, il s’agit d’une caricature, il n’y a pas de suspense. Brecht critique le théâtre aristotélicien. 

II-

dans une poétique complexe...
A-

différents registres énonciatifs

1 -

Quels sont les différentes registres énonciatifs?

Il y a un mélange de genres dans cette scène :

Il y a un extrait du Discours de Galilée,  c'est un texte authentique qui été prononcé par Galilée lui-même donc ce n'est pas Brecht qui l’a écrit, il l’a seulement incorporé dans sa pièce.

De plus, il met des citations et des guillemets de protestation pour montrer que certaines parties ne sont pas ses idées et qu'il n'est pas d'accord avec ces dernières. Dans ce texte, il n’y a pas qu’une seule voix mais plusieurs.

II -

Dans une poétique complexe…

B -

Différents registres affectifs

1 -

Quels sont les différentes sentiments représentés dans ce passage?
Il y de l'amour de la part de sa file qui prie pour lui

Il y a de la peur et de la tristesse pour Galilée : "en pleurs"

Il y a aussi de la colère par exemple lorsqu’ Andréa apprend que Galilée s'est rétracté

Il y a de l'impatience quant à la question de savoir si Galilée  va se  rétracter

Pour pouvoir faire comprendre tous ces sentiments au lecteur mais aussi au metteur en scène, il utilise une ponctuation variée, des didascalies qui expliquent bien la situation, des mots qui expriment les sentiments des acteurs comme des insultes mais aussi  des majuscules "NON"

II -

Dans une poétique complexe…

C -

théâtre mimétique ou théâtre épique ?

1 -

Les premiers moments de la scène relèvent-ils du théâtre épique ou mimétique?

Les premiers moments de cette scène donnent l'impression d'être du théâtre mimétique.

2 -

Que se cache t’-il derrière le théâtre mimétique dans le tableau 13?

Le théâtre mimétique se joue dans la subtilité du texte au-delà de la simple apparence du suspense. Le titre du tableau 13 nous annonce ce qui se passe. Derrière le drame mimétique se cache la réponse à une question d’ordre philosophique qui est ici prise en charge par le théâtre didactique : avons-nous besoin d’un héros?

3 -

Sur quel problème la fin du texte se joue t’-il?

Galilée ne veut pas être un héros. Andréa et sa fille le traitent comme un héros.

4 -

L’opinion publique a t’-elle besoin de héros? Quelle est la position des scientifiques par rapport à cette valorisation de l’homme de science en héros?

Depuis Galilée, les scientifiques s’opposent à l’opinion publique qui ressent le besoin de glorifier, d’élever l’homme de science au rang de héros. Bachelard, dans le nouvel esprit scientifique explique que l’opinion publique est un obstacle épistémologique que la science doit surpasser. 

III-

...au service d'une éthique du doute et de l'ambiguïté

A-

ce que les personnages ne comprennent pas encore

1 -

Ce tableau a t’-il une valeur didactique pour le lecteur et pourquoi?

Cet extrait de Discorsi pousse le lecteur à se poser des questions, il y a un donc rôle didactique.

2 -

Peut-on dire que la pièce soit sous-tendue par une apologie du doute? Pourquoi? Expliquez.

La pièce est sous tendue par une apologie du doute, pour Brecht Galilée est le représentant du doute et non pas de la vérité ( le scientifique ne connait pas la réalité) de plus la liberté du peuple : c'est le doute

3 -

Quelle est l’ambigüité de la scène?

Il y a une ambiguïté dans la scène.
Les personnages ne savent pas si Galilée est un traître ou un héros.

Dans tout le début de la scène, Galilée est traité comme un héros et à la fin,  comme un traître.

4 -

Quel rôle la tirade d’Andréa a t’-elle?

IL y a la tirade lyrique d'Andréa qui fait de Galilée un héros. Le fait de ne pas le nommer montre que cette attribution de valeurs est une manière de souligner sa puissance. Galilée a eu un rôle de révélateur.

Identification métonymique de Galilée à la vérité = cela contribue à faire du scientifique, un héros.

5 -

Montrez que les personnages se comportent comme des apôtres vis-à-vis de Galilée

"Comme si la montagne avait dit...." Ce sont des aphorismes : dire la vérité de manière paradoxale - Comme dans les textes religieux : ils se comportent un peu comme des apôtres,  il y a une prosopopée (faire parler les éléments, « la montagne avait dit… »)

III -

...au service d'une éthique du doute et de l'ambiguïté

B-

ce que les personnages comprendront

1 -

De quel ordre le changement est-il?

Galilée est à la fois un héros et un traître , c'est ce que l'on découvre un petit peu plus bas dans le tableau 14 :  "la science nouvelle, nouvelle éthique" : cette nouvelle ère consiste à dire qu'il n'y a pas besoin de héros et qu’il s’agit seulement de science.

Ce que nous apprend cette scène, c'est qu’ Andréa et le moine jugent Galilée selon l’ancienne éthique.  Ce qui est important dans la nouvelle éthique c'est le doute. C'est ce qu'explique Galilée dans la grande tirade de fin

III -

… au service d’une éthique du doute et de l’ambigüité

C-

et Galilée ? Un héros du doute

1 -

En quoi Galilée est-il un héros du doute?

la science est la conséquence de l'esprit du doute au sens du droit de douter. L’absence de doute Est-ce qui tue l’Eglise qui pense n’avoir que des certitudes. 

2 -

La tirade de Galilée est-elle la clé de la pièce?

Oui, la tirade est la clé de la pièce : "la perpétuation de la science me semble à cet égard requérir une vaillance particulière elle fait …. Procurant du savoir sur tout, pour tous, elle aspire a faire de tous des hommes de doute "

3 -

Brecht s’assimile t’-il à Galilée?

Pour conclure Brecht se prend pour Galilée : "notre nouvel art du doute a ravi le grand public"

 

Brecht

 

Brecht

Oral EAF, toutes séries

 

Oral bac

 

 

 

 

 

 

 

 
   
Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

 Prépabac le bac en ligne

Logo prepabac

Boutique en ligne français  philosophie

Coaching scolaire mondial
Elèves scolarisés (lycées français à l'Etranger) et candidats libres

 

Professeur indépendant

  • Identifiant SIRET : 819 269 226 00018
  • APE  :  8559B
Logo prepabac

Français : niveau seconde

Français : Bac pro

Littérature : Dossier bac

Profs en direct le jour du bac

PROF EN DIRECT : BAC 2016

Bac 2016

 

Français   -   Français bac pro 

Littérature   -   Philosophie


 
Logo prepabac
Préparation à l'examen du baccalauréat : français séries générales, technologiques et bac pro, philosophie   littérature  Bac pro et Brevet : Bac  en ligne sur prepabac.org. Profs en direct le jour du bac : les annales bac . Préparer le bac en ligne : Demande de cours sur skype  - Coaching scolaire mondial = Elèves scolarisés et candidats libres (lycées français à l'étranger )

 

Licence Creative Commons
Bibliothèque scolaire de prépabac est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
Fondé(e) sur une œuvre à http://www.prepabac.org/.

Copyright

Droits d'auteur enregistrés, Copyright

Depot.com sous le numéro  00056187

Tous droits réservés

Le site prepabac.org respecte "la loi informatique et liberté "

N° enregistrement CNIL :  1943841