Forum bac  Listes EAF, descriptifs bac - Blog des lycéens  

L oral de français

ForumFORUM PEDAGOGIQUE

FORUM PREPABACForum prepabac

 

Skype
Prepabac facebook
Google
Twitter

DOSSIER BAC

Spécial candidats libres

Cned

ORAL EAF

Blogger

 

 

Sartre

Bibliothèque scolaire

11000 documents en ligne

Le bac en ligne metropole etranger candidats libres et lyceens scolarises

Elèves scolarisés   

Candidats libres

Lycées métropole et à  l'étranger      

 

 

A une passante, Baudelaire, commentaire

 

baudelaire

 

 

Les Fleurs du Mal – Baudelaire

« A une passante ».

                                                  

Le thème de la rencontre chez Baudelaire

 

 

Les fleurs du mal, Charles Baudelaire

«  A une passante  »

 

Le sonnet que nous nous proposons d’étudier est tiré des Fleurs du Mal, de Baudelaire écrit en 1857. Issu d’un milieu bourgeois, le poète réputé pour être un dandy vit sa vie marquée par la rencontre de trois femmes, Jeanne Duval, Marie D’Aubrun et Mme de Sabatier. Dans cette poésie, Baudelaire traite, autant par le biais de la forme que par le fond d’une rencontre entre un poète et une femme d’une beauté singulière. Dans un premier temps, nous étudierons les deux étapes du sonnet, la transposition du moi et du elle, du poète et de la femme, enfin nous analyserons l’allégorie présente dans «  A une passante  », et la fonction de l’apparition.

 

Plan du commentaire :

I - Les deux étapes du sonnet

1 - la rencontre

2 - l'apparition

II - La vision du locuteur

1 - Le locuteur

2 - La passante

III - l'allégorie

 

Problématiques possibles :

La plus facile

En quoi la femme rencontrée est-elle une allégorie du beau ?

Une problématique plus difficile

Montrez que les thèmes de la rencontre et de la disparition traduisent l'opposition entre la réalité et l'idéalité chez Baudelaire

 

baudelaire

 

 

 

I – Les deux étapes du sonnet

1 – La rencontre

Nous avons donc deux moments essentiels marqués par les deux temps de la rencontre. Le premier hémistiche du vers 9 attire l’attention. La ponctuation met en relief la rupture par les points de suspension. Cette rupture est soulignée par le caractère antithétique des termes «  éclair  » et «  nuit  ». La rencontre est associée à l’éblouissement, elle est située dans les deux quatrains où figurent les éléments qui justifient le terme «  éclair  ». La connotation éblouissante de l’apparition se dévoile au vers 2 par les adjectifs au féminin. «  La majesté  », métonymie pour dire la «  femme  » nous renvoie la vision du poète qui insiste ensuite sur l’harmonie de sa démarche, «  soulevant  », «  balançant  ». La lumière est suggérée de façon très succincte d’où l’emploi du passé simple «  passa  ».

 

2 – L’apparition

Après la rencontre, la disparition, symbolisée par le nom «  nuit  » qui a une connotation négative. Elle coïncide avec la disparition de l’espoir, le regard est perdu. C’est un départ pour une destination inconnue perçue comme une fuite, ainsi que le suggère le champ lexical de la fuite, «  fuis  », «  bien loin d’ici  ». La passante n’existe plus ni dans le cadre spatial, ni dans le cadre temporel, «  fugitive  », «  éternité  ». Aussitôt, le désespoir du poète semble se manifester à travers l’adverbe «  jamais qui marque le caractère irréversible de la disparition. La séparation entre les deux personnages a lieu à la séparation quatrain/tercet.

 

Nous constatons une double présence dans le sonnet, le locuteur apparaît au premier vers et c’est autour de lui que s’organise la rencontre, «  autour de moi  ». Il nous fait ainsi partager sa vision

 

baudelaire

 

 

 

II – La vision du locuteur

1 – le locuteur

Il est nommé de façon récurrente par les pronoms personnels à la première personne du singulier, «  moi  », «  je  », «  m’  », «  j’  ». Ses perceptions dominent et à travers elles, la scène est décrite dans son environnement immédiat. Le premier quatrain est consacré à la vision de la passante, «  agile et noble… jambe de statue  ». La subjectivité domine, elle transparait à travers l’opposition des deux personnages, le locuteur statique,, «  je buvais  », «  crispé  » et la passante en mouvement. L’effet de la rencontre est l’objet de la deuxième partie. Le regard est synonyme de puissance magique, puis le regret et l’incertitude apparaissent. Le bilan de la rencontre se trouve dans le dernier tercet, ce qu’elle aurait pu être et ce qu’elle ne sera pas, le constat négatif succède à l’euphorie de la rencontre.

 

2 – La passante

Elle est évoquée aux vers 2, 3, 4, 5, 7, 8, et 10, de façon progressive, elle est en mouvement et le poète accorde une importance essentielle au regard. L’apparition dans le premier quatrain est rendue impressionnante par le rythme croissant et l’énumération qui donnent une impression d’harmonie, d’équilibre et de balancement  ; il n’y a pas de ponctuation à la fin du vers. La description de la première strophe ne suffit pas, il faut enjamber sur la seconde, «  jambe de statue  ». Cet enjambement fait accéder la femme au rang de déesse puisqu’on finit sur l’idée de statue. Les sonorités accentuent l’idée d’équilibre et d’ampleur. Le portrait reprend au vers 7 avec le regard, il est contrasté, il y a une opposition entre le ciel livide et l’ouragan, puis une antithèse entre «  le plaisir qui tue  » et «  la douleur qui fascine  ». Le poète confère à cette apparition un pouvoir magique. Le personnage devient merveilleux, la passante est féérique, c’est «  une fugitive beauté  ». Elle incarne l’allégorie de la beauté.

 

Baudelaire idéalise et sublime le personnage qui devient la représentation de la beauté elle-même. On retrouve le paradoxe du spleen et de l’idéal, toujours tendre vers l’idéal mais ne jamais y accéder.

 

baudelaire

 

 

 

III – l’allégorie

Les deux tercets reprennent en concentré le reste du texte. Ils sont très denses et les thèmes de la rencontre éblouissante de l’homme et de la femme dominent. Le vers 9 constitue la clé très brève explicitée ensuite par un grand nombre d’oppositions et d’antithèses. A partir de deux termes «  éclair  » et «  nuit  », on retrouve ce qui s’oppose «  regard  », «  renaître  » et «  ne te verrai-je plus que dans l’éternité  », «  verrai-je  » est au futur s’opposant au passé pour le reste du texte. La chute du sonnet contient la richesse d’une rencontre non réalisée, inaboutie qui restera comme une potentialité mais aussi comme un rêve. Il souligne la possibilité d’une compréhension et d’une entente rompue intentionnellement par elle «  toi qui le savais  ».Le ton nostalgique, peut-être désespéré. L’instant privilégié d’une encontre fascinante peut-être perçu comme une ouverture éphémère sur l’univers du beau ou comme la promesse d’un amour passionné.

 

baudelaire

 

 

 

 

Conclusion

On retrouve dans ce sonnet l’éternelle opposition des Fleurs du mal, entre la réalité et l’idéal, la condition du poète est toujours mise en rapport avec un impossible amour, une irréversible situation, comme dans «  L’albatros  », ou le poète met en évidence sa condition malheureuse à laquelle il ne peut échapper, l’idéal de la femme insaisissable, l’état d’esprit d’un artiste toujours en proie au spleen. Dans cette poésie, la femme rencontrée ou l’allégorie du beau n’est autre qu’une passante qui prend une signification symbolique.

 

 

 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

 Prépabac le bac en ligne

Logo prepabac

Boutique en ligne français  philosophie

Coaching scolaire mondial
Elèves scolarisés (lycées français à l'Etranger) et candidats libres

 

Professeur indépendant

  • Identifiant SIRET : 819 269 226 00018
  • APE  :  8559B
Logo prepabac

Français : niveau seconde

Français : Bac pro

Littérature : Dossier bac

Profs en direct le jour du bac

PROF EN DIRECT : BAC 2016

Bac 2016

 

Français   -   Français bac pro 

Littérature   -   Philosophie


 
Logo prepabac
Préparation à l'examen du baccalauréat : français séries générales, technologiques et bac pro, philosophie   littérature  Bac pro et Brevet : Bac  en ligne sur prepabac.org. Profs en direct le jour du bac : les annales bac . Préparer le bac en ligne : Demande de cours sur skype  - Coaching scolaire mondial = Elèves scolarisés et candidats libres (lycées français à l'étranger )

 

Licence Creative Commons
Bibliothèque scolaire de prépabac est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
Fondé(e) sur une œuvre à http://www.prepabac.org/.

Copyright

Droits d'auteur enregistrés, Copyright

Depot.com sous le numéro  00056187

Tous droits réservés

Le site prepabac.org respecte "la loi informatique et liberté "

N° enregistrement CNIL :  1943841