Forum bac  Listes EAF, descriptifs bac - Blog des lycéens  

L oral de français

ForumFORUM PEDAGOGIQUE

FORUM PREPABACForum prepabac

 

Skype
Prepabac facebook
Google
Twitter

DOSSIER BAC

Spécial candidats libres

Cned

ORAL EAF

Blogger

 

 

Sartre

Bibliothèque scolaire

11000 documents en ligne

Le bac en ligne metropole etranger candidats libres et lyceens scolarises

Elèves scolarisés   

Candidats libres

Lycées métropole et à  l'étranger      

 

 

Les fables sont-elles morales? Lamartine et La Fontaine

la-fontaine

 

 

 

 

 

 

Les fables sont -elles morales?

 

 

 

Support, corpus de textes

 

 

 

Préface de 1849, Méditations poétiques, Alphonse de Lamartine. Il y évoque ses goûts en matière de littérature. Il évoque ici La Fontaine

 

 

je cherchais toujours de préférence les ouvrages qui contenaient des vers, parmi les volumes oubliés sur la table de mon père ou sur le piano de ma mère, au salon. La Henriade, toute [6] sèche et toute déclamatoire qu'elle fût, me ravissait. Ce n'était que l'amour du son, mais ce son était pour moi une musique. On me faisait bien apprendre aussi par cœur quelques fables de la Fontaine; mais ces vers boiteux, disloqués, inégaux, sans symétrie ni dans l'oreille ni sur la page, me rebutaient. D'ailleurs, ces histoires d'animaux qui parlent, qui se font des leçons, qui se moquent les uns des autres, qui sont égoistes, railleurs, avares, sans pitié, sans amitié, plus méchants que nous, me soulevaient le cœur. Les fables de la Fontaine sont plutôt la philosophie dure, froide et égoïste d'un vieillard, que la philosophie aimante, généreuse, naïve et bonne d'un enfant: c'est du fiel, ce n'est pas du lait pour les lèvres et pour les cœurs de cet âge. Ce livre me répugnait; je ne savais pas pourquoi. Je l'ai su depuis: c'est qu'il n'est pas bon. Comment le livre serait-il bon? l'homme ne l'était pas. On dirait qu'on lui a donné par dérision le nom du bon la Fontaine. La Fontaine était un philosophe de beaucoup d'esprit, mais un philosophe cynique. Que penser d'une nation qui commence l'éducation de ses enfants par les leçons d'un cynique? Cet homme, qui ne connaissait pas son fils, qui vivait sans famille, qui écrivait des contes orduriers en cheveux blancs pour provoquer les sens de la jeunesse, qui mendiait dans des dédicaces adulatrices l'aumône des riches financiers du temps pour payer ses faiblesses; cet homme dont Racine, Corneille, Boileau, Fénélon, Bossuet, les poètes, les écrivains ses contemporains, ne parlent [7] pas, ou ne parlent qu'avec une espèce de pitié comme d'un vieux enfant, n'était ni un sage ni un homme naïf. Il avait la philosophie du sans-souci et la naïveté de l'égoïsme. Douze vers sonores, sublimes, religieux d'Athalie, m'effaçaient de l'oreille toutes les cigales, tous les corbeaux et tous les renards de cette ménagerie puérile. J'étais né sérieux et tendre; il me fallait dès lors une langue selon mon âme. Jamais je n'ai pu, depuis, revenir de mon antipathie contre les fables.

 

 

Préface des fables, La Fontaine insiste sur ce qu'il doit à l'antiquité gréco-latine et fait l'éloge du genre de l'apologue,  qui permet grâce à des récits fabuleux d'accéder à la vérité et à la sagesse en apportant toutes sortes d'enseignements.

 

C'est pour ces raisons que Platon ayant banni Homère de sa République y a donné à Ésope une place très honorable. Il souhaite que les enfants sucent ces fables avec le lait ; il recommande aux nourrices de les leur apprendre : car on ne saurait s'accoutumer de trop bonne heure à la sagesse et à la vertu. Plutôt que d'être réduits à corriger nos habitudes, il faut travailler à les rendre bonnes pendant qu'elles sont encore indifférentes au bien ou au mal. Or, quelle méthode y peut contribuer plus utilement que ces fables ? Dites à un enfant que Crassus, allant contre les Parthes, s'engagea dans leur pays sans considérer comment il s'en sortirait ; que cela le fit périr lui et son armée, quelque effort qu'il fît pour se retirer. Dites au même enfant que le Renard et le Bouc descendirent au fonds d'un puits pour y éteindre leur soif ; que le Renard en sortit, s'étant servi des épaules et des cornes de son camarade comme d'une échelle ; au contraire, le Bouc y demeura pour n'avoir pas eu tant de prévoyance ; et par conséquent il faut considérer en toute chose la fin. Je demande lequel de ces deux exemples fera le plus d'impression sur cet enfant. Ne s'arrêtera-t-il pas au dernier, comme plus conforme et moins disproportionné que l'autre à la petitesse de son esprit ? Il ne faut pas m'alléguer que les pensées de l'enfance sont d'elles-mêmes assez enfantines, sans y joindre encore de nouvelles badineries. Ces badineries ne sont telles qu'en apparence ; car, dans le fond, elles portent un sens très solide. Et comme, par la définition du point, de la ligne, de la surface, et par d'autres principes très familiers, nous parvenons à des connaissances qui mesurent enfin le ciel et la terre ; de même aussi, par les raisonnements et les conséquences que l'on peut tirer de ces fables, on se forme le jugement et les mœurs, on se rend capable des grandes choses.

Elles ne sont pas seulement morales, elles donnent encore d'autres connaissances : les propriétés des animaux et leurs divers caractères y sont exprimés ; par conséquent les nôtres aussi, puisque nous sommes l'abrégé de ce qu'il y a de bon et de mauvais dans les créatures irraisonnables. Quand Prométhée voulut former l'homme, il prit la qualité dominante de chaque bête : de ces pièces si différentes il composa notre espèce ; il fit cet ouvrage qu'on appelle le Petit Monde. Ainsi ces fables sont un tableau où chacun de nous se trouve dépeint. Ce qu'elle nous représentent confirme les personnes d'âge avancé dans les connaissances que l'usage leur a données, et apprend aux enfants ce qu'il faut qu'ils sachent. Comme ces derniers sont nouveaux venus dans le monde, ils n'en connaissent pas encore les habitants ; ils ne se connaissent pas eux-mêmes : on ne les doit laisser dans cette ignorance que le moins qu'on peut ; il leur faut apprendre ce que c'est qu'un lion, un renard, ainsi du reste, et pourquoi l'on compare quelquefois un homme à ce renard ou à ce lion. C'est à quoi les fables travaillent : les premières notions de ces choses proviennent d'elles.

 

 

 

 

L'âne et le chien, La Fontaine, les fables

 

 

 

Il se faut entr'aider, c'est la loi du plus fort

 L'âne un jour pourtant s'en moqua :

 Et ne sais comme il y manqua;

Car il est bonne créature

Il allait par pays, accompagné du chien,

Gravement, sans songer à rien,

 Tous deux suivis d'un commun maître.

 Ce maître s'endormit: l'âne se mit à paître.

Il était alors dans un pré

 Dont l'herbe était fort à son gré.

 Point de chardons pourtant;

il s'en passa pour l'heure : Il ne faut pas être si délicat;

 Et faute de servir ce plat

Rarement un festin demeure.

 Notre baudet s'en sut enfin

Passer pour cette fois.

Le chien, mourant de faim,

 Luit dit :« Cher compagnon, baisse-toi, je te prie :

Je prendrai mon dîné dans le panier au pain.»

Point de réponse, mot: le roussin d'Arcadie

Craignit qu'en perdant un moment

Il ne perdit un coup de dent. Il fit longtemps la sourde oreille :

 Enfin il répondit :

«Ami, je te conseille

D'attendre que ton maître ait fini son sommeil ;

Car il te donnera, sans faute, à son réveil,

Ta portion accoutumée :

Il ne saurait tarder beaucoup.»

Sur ces entrefaites, un loup

Sort du bois, et s'en vient : autre bête affamée.

L'âne appelle aussitôt le chien à son secours.

 Le chien ne bouge et dit : «Ami, je te conseille

De fuir, en attendant que ton maître s'éveille ;

 Il ne saurait trop tarder: détale vite, et cours.

Que si ce loup t'atteint, casse-lui la mâchoire :

 On t'a ferré de neuf; et si tu me veux croire,

Tu l'étendras tout plat»

 Pendant ce beau discours,

Seigneur Loup étrangla le baudet sans remède.

 

J'en conclus qu'il faut qu'on s'entraide

Au regard de ces trois textes, les fables sont-elles morales? Justifiez votre réponse

 

La morale dans les fables:

 

Les deux premiers textes sont des préfaces. L'une est celle des Méditations de Lamartine et l'autre, celle de La Fontaine écrite en 1668.

Le texte de Lamartine fait écho à celui de La Fontaine. En effet le poète aborde la morale des apologues du célèbre fabuliste qui lui-même évoque la morale du genre de la fable.  Le troisième texte est une fable de La Fontaine intitulée l'âne et le chien. Pour savoir si les fables sont morales,  nous expliciterons les thèses des deux premiers extraits puis nous nous efforcerons de déterminer quelle thèse, de Lamartine ou de La Fontaine, le dernier texte illustre.

 

Lamartine et La Fontaine s'opposent. Le premier déclare que les fables sont «les leçons d'un cynique». Pour lui donc, les fables ne respectent pas la morale communément admise. Le deuxième auteur assure qu'elles inclinent les enfants au bien.  Le fabuliste rappelle que Platon recommande aux nourrices de leur apprendre. Car on ne saurait s'accoutumer de trop bonne heure à la sagesse et à la vertu. De ce point de vue, la fable intitulée, «l'âne et le chien» semble digne d'être enseignée à des enfants puisque la moralité qui apparaît vers 1, est morale. Elle prône la solidarité entre les êtres. «il faut s'entraider, c'est la loi de nature». Mais à bien y regarder, cette morale est illustrée par une histoire qui elle, est immorale. En effet, elle met en scène l’égoïsme, la vengeance et la violence.  L’égoïsme est illustré par le fait que l'a^ne préfère manger plutôt qu'aider le chien alors même que ce dernier meurt de faim comme précise le texte vers 16. La vengeance est le fait du chien qui refuse d'aider l'âne à se défendre contre le loup. Il fait même preuve de sarcasme en reprenant le même conseil que l'âne lui avait donné, à savoir d'attendre le réveil du maître. A cet égard, les vers 31 et 32 prononcés par le chien, «ainsi je te conseille de fuir, en attendant que ton maître s'éveille» font écho aux vers 23 et 24 prononcés par l'âne. «Ainsi je te conseille/ D'attendre que ton maître ait fini son sommeil». On y retrouve la même formulation et l'ironie du premier répond au mépris du second. Enfin, la fable met en évidence la violence qui peut exister entre les êtres. Le loup tue l'âne sans aucune hésitation et sans palabrer. La mort de l'âne tient en un seul vers «seigneur loup étrangla le baudet sans remède». Cela suggère que derrière les discours qui occupent ici la majeure partie de la fable existe une violence que les mots ne sauraient combattre.

 

En somme la question de la morale des fables pose problème comme le souligne Lamartine quand la moralité est morale, l'histoire racontée ne l'est pas forcément, bien au contraire.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

 Prépabac le bac en ligne

Logo prepabac

Boutique en ligne français  philosophie

Coaching scolaire mondial
Elèves scolarisés (lycées français à l'Etranger) et candidats libres

 

Professeur indépendant

  • Identifiant SIRET : 819 269 226 00018
  • APE  :  8559B
Logo prepabac

Français : niveau seconde

Français : Bac pro

Littérature : Dossier bac

Profs en direct le jour du bac

PROF EN DIRECT : BAC 2016

Bac 2016

 

Français   -   Français bac pro 

Littérature   -   Philosophie


 
Logo prepabac
Préparation à l'examen du baccalauréat : français séries générales, technologiques et bac pro, philosophie   littérature  Bac pro et Brevet : Bac  en ligne sur prepabac.org. Profs en direct le jour du bac : les annales bac . Préparer le bac en ligne : Demande de cours sur skype  - Coaching scolaire mondial = Elèves scolarisés et candidats libres (lycées français à l'étranger )

 

Licence Creative Commons
Bibliothèque scolaire de prépabac est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
Fondé(e) sur une œuvre à http://www.prepabac.org/.

Copyright

Droits d'auteur enregistrés, Copyright

Depot.com sous le numéro  00056187

Tous droits réservés

Le site prepabac.org respecte "la loi informatique et liberté "

N° enregistrement CNIL :  1943841