Forum bac  Listes EAF, descriptifs bac - Blog des lycéens  

L oral de français

ForumFORUM PEDAGOGIQUE

FORUM PREPABACForum prepabac

 

Skype
Prepabac facebook
Google
Twitter

Profs en direct le jour du bac

PROFS EN DIRECT : LE FORUM

Pondichery 2016

Français   -   Français bac pro 

Littérature   -   Philosophie

Blogger

 

 

Sartre

Bibliothèque scolaire

11000 documents en ligne

Le bac en ligne metropole etranger candidats libres et lyceens scolarises

Elèves scolarisés   

Candidats libres

Lycées métropole et à  l'étranger      

 

ELEVES SCOLARISES - CANDIDATS LIBRES, METROPOLE, DOM TOM, LYCEES FRANCAIS A L'ETRANGER ET LYCEESPROFESSIONNELS 

Rousseau, Discours sur l'inégalité entre les hommes, Oral EAF

 

rousseau

 

 

 

 

Oral EAF, Rousseau à l'examen du baccalauréat

 

 

"Et ce fut là le premier joug qu'ils s'imposèrent sans y songer"
 
 

Plus l'esprit s'éclairait(...)l'innocence

 

rousseau.jpg

 

Plus l'esprit s'éclairait, et plus l'industrie se perfectionna. Bientôt cessant de s'endor­mir sous le premier arbre, ou de se retirer dans des cavernes, on trouva quelques sor­tes de haches de pierres dures et tranchantes, qui servirent à couper du bois, creuser la terre et faire des huttes de branchages, qu'on s'avisa ensuite d'enduire d'argile et de boue. Ce fut là l'époque d'une première révolution qui forma l'établisse­ment et la dis­tinc­tion des familles, et qui introduisit une sorte de propriété ; d'où peut-être naquirent déjà bien des querelles et des combats. Cependant comme les plus forts furent vrai­semblablement les premiers à se faire des logements qu'ils se sentaient capables de défendre, il est à croire que les faibles trouvèrent plus court et plus sûr de les imiter que de tenter de les déloger ; et quant à ceux qui avaient déjà des cabanes, chacun dut peu chercher à s'approprier celle de son voisin, moins parce qu'elle ne lui appartenait pas que parce qu'elle lui était inutile et qu'il ne pouvait s'en emparer, sans s'exposer à un combat très vif avec la famille qui l'occupait.

Les premiers développements du cœur furent l'effet d'une situation nouvelle qui réunissait dans une habitation commune les maris et les femmes, les pères et les enfants ; l'habitude de vivre ensemble fit naître les plus doux sentiments qui soient con­­nus des hommes, l'amour conjugal, et l'amour paternel. Chaque famille devint une petite société d'autant mieux unie que l'attachement réciproque et la liberté en étaient les seuls liens ; et ce fut alors que s'établit la première différence dans la manière de vivre des deux sexes, qui jusqu'ici n'en avaient eu qu'une. Les femmes devinrent plus sédentaires et s'accoutumèrent à garder la cabane et les enfants, tandis que l'homme allait chercher la subsistance commune. Les deux sexes commencèrent aussi par une vie un peu plus molle à perdre quelque chose de leur férocité et de leur vigueur : mais si chacun séparément devint moins propre à combattre les bêtes sauvages, en re­vanche il fut plus aisé de s'assembler pour leur résister en commun.

Dans ce nouvel état, avec une vie simple et solitaire, des besoins très bornés, et les instruments qu'ils avaient inventés pour y pourvoir, les hommes jouissant d'un fort grand loisir l'employèrent à se procurer plusieurs sortes de commodités inconnues à leurs pères ; et ce fut là le premier joug qu'ils s'imposèrent sans y songer, et la pre­miè­re source de maux qu'ils préparèrent à leurs descendants ; car outre qu'ils continu­è­rent ainsi à s'amollir le corps et l'esprit, ces commodités ayant par l'habitude perdu presque tout leur agrément, et étant en même temps dégénérées en de vrais besoins, la priva­tion en devint beaucoup plus cruelle que la possession n'en était douce, et l'on était malheureux de les perdre, sans être heureux de les posséder.

On entrevoit un peu mieux ici comment l'usage de la parole s'établit ou se perfec­tionne insensiblement dans le sein de chaque famille, et l'on peut conjecturer encore comment diverses causes particulières purent étendre le langage, et en accélérer le progrès en le rendant plus nécessaire. De grandes inondations ou des tremblements de terre environnèrent d'eaux ou de précipices des cantons habités, des révolutions du globe détachèrent et coupèrent en îles des portions du continent. On conçoit qu'entre des hommes ainsi rapprochés et forcés de vivre ensemble, il dut se former un idiome commun plutôt qu'entre ceux qui erraient librement dans les forêts de la terre ferme. Ainsi il est très possible qu'après leurs premiers essais de navigation, des insulaires aient porté parmi nous l'usage de la parole ; et il est au moins très vraisemblable que la société et les langues ont pris naissance dans les îles et s'y sont perfectionnées avant que d'être connues dans le continent.

Tout commence à changer de face. Les hommes errants jusqu'ici dans les bois, ayant pris une assiette plus fixe, se rapprochent lentement, se réunissent en diverses troupes, et forment enfin dans chaque contrée une nation particulière, unie de mœurs et de caractères, non par des règlements et des lois, mais par le même genre de vie et d'aliments, et par l'influence commune du climat. Un voisinage permanent ne peut manquer d'engendrer enfin quelque liaison entre diverses familles. De jeunes gens de différents sexes habitent des cabanes voisines, le commerce passager que demande la nature en amène bientôt un autre non moins doux et plus permanent par la fréquen­tation mutuelle. On s'accoutume à considérer différents objets et à faire des compa­raisons ; on acquiert insensiblement des idées de mérite et de beauté qui produisent des sentiments de préférence. A force de se voir, on ne peut plus se passer de se voir encore. Un sentiment tendre et doux s'insinue dans l'âme, et par la moindre opposition devient une fureur impétueuse : la jalousie s'éveille avec l'amour ; la discorde triom­phe et la plus douce des passions reçoit des sacrifices de sang humain.

A mesure que les idées et les sentiments se succèdent, que l'esprit et le cœur s'ex­er­­cent, le genre humain continue à s'apprivoiser, les liaisons s'étendent et les liens se resserrent. On s'accoutuma à s'assembler devant les cabanes ou autour d'un grand arbre : le chant et la danse, vrais enfants de l'amour et du loisir, devinrent l'amuse­ment ou plutôt l'occupation des hommes et des femmes oisifs et attroupés. Chacun commença à regarder les autres et à vouloir être regardé soi-même, et l'estime publi­que eut un prix. Celui qui chantait ou dansait le mieux ; le plus beau, le plus fort, le plus adroit ou le plus éloquent devint le plus considéré, et ce fut là le premier pas vers l'inégalité, et vers le vice en même temps : de ces premières préférences naqui­rent d'un côté la vanité et le mépris, de l'autre la honte et l'envie ; et la fermentation causée par ces nouveaux levains produisit enfin des composés funestes au bonheur et à l'innocence.

 

rousseau.jpg

Le siècle des Lumières

I - L'esprit des lumières Définition des lumières :

Les penseurs du 18ème siècle éclairaient les hommes en les aidant à lutter contre l'ignorance ainsi qu'en témoigne le projet de l'Encyclopédie. Les philosophes veulent asseoir le règne de la raison.

Contexte historique : on voit la philosophie de John Locke s'imposer progressivement en France. Le peuple est selon lui le souverain véritable et l'homme a des droits naturels inaliénables. Nous sommes dans ce contexte historique, sous Louis XIV qui meurt en 1715. La régence s'ouvre mais au début du règne de Louis XV, la France est secouée par les guerres et les famines, guerre de sept ans. Louis XVI tente de réorganiser les finances du royame en s'appuyant sur Turgot et Necker. Mais les difficultés persistent, nous arrivons à la crise de 1789 et à la convocation des Etats généraux. Le philosophe éclairé : L'état d'esprit des lumières est très particulier, le philosophe doit s'engager et proposer des solutions pour réformer le système politique. La réflexion critique permet de libérer l'homme des croyances diverses. La tyrannie est ainsi pensée comme indissociable de l'ignorance. Voilà comment Kant définit les lumières : "Qu'est ce que les lumières? La sortie de l'homme de sa minorité dont il est lui même responsable. Minorité, c'est à dire incapacité de se servir de son entendement sans la direction d'autrui, monorité dont il est lui même responsable, puisque la cause en réside non dans un défaut de l'entendement, mais dans un manque de décision et de courage de s'en servir sans la direction d'autrui. "

II - Le projet de l'encyclopédie

"Monument des progrès de l'esprit humain" dit Voltaire pour décrire le projet de l'encyclopédie. Il s'agit d'une entreprise collective de longue haleine qui veut rassembler l'ensemble des connaissances pour proposer une connaissance universelle, un savoir encyclopédique. Diderot et D'Alembert deviennent ersponsables de sa publication et recrutent des collaborateurs, comme Rousseau, Montesquieu, Voltaire... Le 28 juin 1751, parait le premier volume de l'Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences des arts etdes métiers. Le 23 janvier 1759, le parlement de Paris présente L'Encyclopédie comme subversive. Mais Diderot continue son travail et le dernier volume parait en 1722. Elle se présente comme une apologie des progrès; une dénonciation du fanatisme, de la superstition de la tyrannie et des entraves à la liberté et au bonheur.

III - Les principes des lumières

- La raison : il y a une mise en avant de la raison et des sciences dans le but de lutter et de combattre l'ignorance. On voit Voltaire se battre contre le fanatisme et l'intolérance, traité sur la tolérance, 1763, il met en avant le respect de toutes les religions et le droit à la dignité humaine.

- Le modèle naturel : Montesquieu considère que l'homme doit s'inspirer pour fonder la société civile, des lois naturelles qui nous viennent de Dieu. On voit Rousseau distinguer l'homme de l'animal par sa perfectibilité. L'homme est bon selon le penseur, c'est la société civile qui l'a corrompu, il lui faut donc retrouver les lois naturelles.

- La critique de la religion : La religion est remise en question, on le voit avec le déisme de Voltaire, la question du mécanisme classique, de la théorie qui assimile l'univers à une mécanique, est remise en cause. Rousseau pense que l'homme est doté d'une conscience morale innée, il propose une religion naturelle.

diderot

  • L'exposé sur le siècle des lumières vous permet de répondre aux questions suivantes :
  • Définir les lumières
  • Situez le contexte historique
  • Qu'est-ce qu'un philosophe éclairé?
  • Quel est le projet de l'encyclopédie
  • Quels sont les principes des lumières?
 

Questions sur le siècle des lumières : 22 questions

  • I - L'esprit des lumières
  • Donnez une définition des lumières
  • Quel est le contexte historique?
  • Quel est l'état d'esprit des lumières?
  • Comment la réflexion critique est-elle perçue?
  • Quelle en est la finalité?
  • A quoi l'ignorance est-elle associée?
  • Quelle définition Kant donnait-il des lumières?
  • II - Le projet de l'encyclopédie
  • Comment Voltaire décrit-il le projet de l'encyclopédie?
  • Quel est son but?
  • Donnez un synonyme de savoir encyclopédique
  • Qui sont les responsables de la publication de l'encyclopédie?
  • Citez trois collaborateurs
  • Quand le premier volume parait-il?
  • Comment l'encyclopédie a t'-elle été présentée par le parlement de Paris?
  • Quand le dernier volume parait-il?
  • III - Les principes des lumières
  • Quel concept est-il mis en avant?
  • A quoi la raison et les sciences sont-elles associées?
  • Vers quels idéaux Voltaire se tourne t'-il?
  • Quel est son combat?
  • Que met-il en avant?
  • Que pouvez-vous dire du concept de "modèle naturel"?
  • Comment Montesquieu le perçoit-il?

 

rousseau.jpg

 

 

 

Objet d'étude: la question de l'homme dans l'argumentation

 

1) Définir l’argumentation.

Argumenter, c’est rechercher l'adhésion de la personne visée pour l'amener sur le même point de vue que lui, mais, il existe plusieurs manières d'y arriver: on peut expliquer la véracité de la position que l'on présente, lui montrer que la position que l'on présente, lui montre que c'est la meilleur position, ou emporter son adhésion.

2) Quelle est la différence entre convaincre et persuader ?

Convaincre, consiste à défendre une thèse contestable, de façon logique et rationnelle, dans le but d’amener la personne visée à adhérée à cette thèse ; tandis que persuader utilise, dans le même but, utilise les sentiments, fait appelle aux émotions de la personne visée.

3) Quels sont les éléments qui fondent un discours argumentatif ?

Tout d’abord le thème : c'est le sujet du texte argumentatif ou encore la question à laquelle le locuteur va répondre à travers sa thèse. La thèse, placée en introduction ou en conclusion le plus fréquemment, engage la position du locuteur, c'est l'idée du texte dont il s'agit de convaincre ou de persuader le destinataire. Une thèse peut être soutenue ou rejetée. Ensuite, l’argument permet de justifier sa thèse ou de la réfuter (dans ce cas on parle de contre argument). On peut définir l'argument comme une proposition donnée comme vraie. Ils s’enchainent grâce à des liens logiques. Ils sont illustrés par des exemples, qui viennent renforcer l'argument.

4) Quels sont ces liens logiques ?

Les liens logiques sont de différentes natures grammaticales et permettent d'organiser un texte argumentatif.

Il y a :

- la disjonction, qui autorise l’alternative

- l’addition et l’analogie, qui permettent d’ajouter un élément

- la cause et l’hypothèse, qui posent l’origine d’une idée

- la conséquence et le but. La conséquence permet de préciser l'effet, la suite logique d'une idée ou d'un fait. Le but explicite la finalité d'une idée ou d'une action, sa visée et son objectif.

- L’opposition, qui réfute une idée et introduit sa contradiction. Elle permet de proposer un contre argument.

5) Qu’est-ce qu’un schéma argumentatif ?

C'est ce qui permet de reconstituer l'agencement de la thèse, des arguments et des exemples.

6) Quels sont les différents types de raisonnement ?

Il existe logiques de raisonnement dans un texte argumentatif :

- La déduction: commence par une loi générale pour terminer sur un fait particulier. (Exemple : le syllogisme)

- L'induction est le contraire de la déduction, on part d'une action particulière pour aboutir à une loi générale.

7) Quels sont les différents types d’arguments ?

- L'argument d'autorité : s'agit d'une idée émise d'un groupe que l'on ne peut généralement pas contester.

- L'argument ad hominem qui est utilisé pour une raison personnelle pour attaquer l'hypothèse de l'adversaire.

Quels sont les procédés du discours argumentatif ?

- La thèse rejetée: utilisée pour opposer deux thèses accentuée par cette opposition.

- La concession: utilisée pour faire semblant d'approuver sa thèse pour mieux soutenir la sienne. On peut la repérer facilement grâce à des connecteurs logiques.

- L'organisation logique: utilisée pour relier des arguments, grâce à des connecteurs logiques, pouvant exprimer de multiples rapports logiques. (voir question 4)

9) Quels sont les procédés de l’argumentation ?

Aussi appelées figure de style, ou de rhétoriques, voici les principales :

- Comparaison : figure dans laquelle nous avons un comparé, un comparant et un comparatif

- Métaphore : image et comparaison sans comparatif

- Métaphore filée : Suite de métaphores sur un même thème

- Allégorie : C’est le fait de représenter une idée par une image

- Prosopopée : discours direct d’un être disparu, d’une personnification, d’une allégorie

- La métonymie : C’est l’emploi d’un nom pour un autre : les planches pour dire la scène

Elle désigne le contenu par le contenant

C’est l’œuvre par son auteur

(Il y a donc trois sens possibles de cette figure de style qu’est la métonymie.)

- Synecdoque : C’est le fait de remplacer le nom d’une chose par l’une de ses caractéristiques

- Périphrase : C’est le fait de dire en plusieurs mots ce que l’on pourrait dire en un seul

- Inversion : inversion de l’ordre dans lequel apparaissent normalement les éléments syntaxiques

- Antithèse : confrontation de deux thèses opposées

- Prolepse : mise en relief d’un élément par sa mise hors proposition où il est remplacé par un pronom.

- Antiphrase : C’est le fait de dire le contraire de ce que l’on pense.

(On utilise l’antiphrase pour faire valoir l’ironie)

- Oxymore : C’est le fait de relier deux mots que l’on a pas l’habitude de voir ensemble.

- Personnification : Donner des traits humains à un objet/animal.

- Hyperbole : Exagération.

- Enumération : Succession de mots sans ordre croissant ou décroissant d’intensité : j’aime les films, la musique et les peinture

- Gradation : C’est une succession de mots avec un ordre croissant ou décroissant d’intensité

- Litote : atténuation d’une idée

- Euphémisme : atténuation d’une vérité pénible

- Anaphore : répétition d’un même élément en tête de phrases, de propositions de vers se succédant

- Chiasme : C’est un croisement.

- Ellipse : C’est la Suppression d’un mot.

10) Qu’est-ce qu’un argument de mauvaise foi ?

Les arguments de mauvaise foi n'ont pas de valeur logique mais donnent une apparence rationnelle au discours. Ce sont donc de faux arguments qui permettent de dissimuler la faiblesse de l'argumentation.

11) Quels sont-ils ?

- Le prétexte : il invoque une raison inventée pour justifier une décision ou un comportement, par exemple ce que fait le loup dans la fable de La Fontaine "le loup et l'agneau" : il prend prétexte du fait que l'agneau le gêne en buvant dans la même rivière que lui pour justifier sa décision de le dévorer.

- La tautologie : On peut traduire la tautologie par le discours du même, c'est le fait de dire deux fois la même chose, c'est un raisonnement sans fondement qui se contente de répéter la même idée et relève donc de l'évidence, exemple, je monte en haut.

- L'argument ad hominem : il consiste à discréditer la personne de l'adversaire plutôt que ses propos et ses arguments.

12) De quelle façon peut-on prendre en compte la thèse adverse, pour en tirer partie ?

On peut aussi tenir compte des arguments de l'adversaire et les intégrer dans le raisonnement, on peut le faire de trois façons.

- Le raisonnement concessif : il permet de donner raison à l'adversaire sur quelques points avant de réfuter l'essentiel de son argumentation.

- Le raisonnement par l'absurde : Il fait mine d'adopter la thèse adverse pour en tirer par déduction des conséquences ridicules : cela permet au locuteur de montrer que l'idée de départ, autrement dit la thèse adverse est illogique.

- L'ironie : La thèse adverse est prise en compte, elle feint d'adopter les arguments de l'adversaire pour mieux les tourner en dérision.

 

rousseau.jpg

 

 

Commentaire de l'extrait : étude du site, ressource gratuite

Introduction

Eléments biographiques sur Rousseau
En 1750 , Rousseau avait écrit le Discours sur les sciences et les arts et avait posé quelques questions demeurées sans réponses. L'idée d'une paradoxale dégradation de l'être humain sous l'effet du progrès laissait dans l'ombre la notion d'état de nature , état antérieur à la formation des groupes sociaux organisés et caractérisés par une sorte de bonté primitive .
Rousseau , comme un véritable anthropologue y revient dans ce second Discours
A l'origine de ce dernier , c'est une question de concours proposée par l"Académie de Dijon en 1753 à laquelle Rousseau entreprend de répondre en 1754. Voltaire réagira violemment contre ce livre publié d'abord à Amsterdam en 1755.
Cet extrait constitue la 2nde partie du discours et souligne le stade de la première construction des 1ères huttes qui instaure une organisation familiale , avec comme corollaire , les 1ères disputes. Son originalité tient à l'alternance des tons et à la passion qui anime son auteur.
Ainsi nous nous demanderons ce qui caractérise l'efficacité de son discours.

rousseau.jpg

 
1)Les différentes étapes du Discours
 
Les paragraphes successifs sont consacrés à l'étude des transformations matérielles, affectives et sociales des 1ers hommes
 
1ère étape: paragraphe 1 et 2 : progrès de l'ingéniosité humaine , travail du bois , élaboration des huttes
La construction de ces huttes est montrée dans ses propres étapes d'évolution: la hutte initiale , très primitive ( bois/branchages) puis son perfectionnement : argile et boue .
Rousseau souligne ici les progrès de l'habitat qui entraîneront des progrès sur le plan social : début de l'installation familiale. : relation de cause à effet
Au second paragraphe : les modifications des relations familiales sous l'effet d'une réunification , sous le même toi - La famille devient une cellule ("petite société" ) unie par des liens affectifs.
 
2nde étape: paragraphe 3:découverte d'une forme de confort.Les biens matériels rendent la vie +agréable+facile -Le lien entre les thèmes du paragraphe 2 et du 3 figure dans l'expression : "dans ce nouvel état et marque le passage de la vie rude à une vie plus douce.
 
3ème :paragraphe 4:développement du langage Rousseau analyse ce qui a favorisé le développement des communications orales entre les hommes , ce sont des modifications géographiques.
 
4ème étape:paragraphe 5:les communautés sociales et non plus familiales regroupées par suite d’éléments commun d’ordre naturel.
Ce qui relie le paragraphe 4 et le 5 est une liaison temporelle:"jusqu'ici"
 
5ème étape:paragraphe 6:développement des loisirs , des créations artistiques mais aussi des compétitions et des rivalités
L'expression temporelle " à mesure que" permet de lier le paragraphe 5 au 6 en marquant tout un jeu d'évolutions simultanées et parallèles.
 
T:Rousseau souligne ainsi de manière efficace ,telle que le ferait un anthropologue, la socialisation progressive et l'amélioration des conditions de vie. Progressivement, ce qui caractérisait l'homme primitif(isolé, sans langage mais apte à se défendre contre les dangers naturels) disparaît.
 

rousseau.jpg

 
 
2)La notion de progrès et d'évolution
 
D'un paragraphe à l'autre ces notions sont rendues par diverses formulations.
Ainsi:
  • Comparatifs et superlatifs de supériorité suggérant une modification positive
  • Lexique soulignant le début , la transformation , l'amélioration ( champ lexical du commencement):ce "perfectionna" , "première révolution"  ,forma", "naquirent", "engendrer" ,"introduisit","nouvelle"
Ces procédés traduisent une modifications des conditions de vie , de la communication avec un passage de la mobilité à la sédentarité , de  l'isolement d'un groupe .
Les progrès sont visibles par :
  • Les modifications de l'habitat ( paragraphe 1)
  • L’amélioration du confort( paragraphe 3)
  • Le développement des communications inter-humaines: création de groupes,apprentissage progressif de la vie culturelle et de la vie sociale
Ces progrès se situent donc sur des plans différents mais étroitement associés: les transformations de la vie matérielle ont entraîné celles de la vie affective et la création des arts , ce qui a modifié les relations humaines.
Mais tout n'est pas élogieux dans cette évolution telle que l'analyse Rousseau.
Il s'attache en effet à montrer que les différentes formes de transformation et d'évolution sont aussi génératrices de nuisances, de dangers et de déchéance.La naissance de l'inégalité est une idée récurrente.Au premier paragraphe, elle apparaît avec l'idée de propriété
L'association" inégalité/vice" insiste sur les conséquences morales d'une évolution qui conduit à l'inégalité et au vice . On voit que le confort entraîne des jalousies , que les qualités physiques s'appauvrissent .On note ainsi la présence de terme dépreciatifs qui soulignent efficacement le point de vue ici de Rousseau:"joug/maux/s’amollir/dégénérer".
 
Conclusion
 
La conséquence du progrès et de l'évolution n'est pas que positive.
Dans son discours sur l'origine de l'inégalité, Rousseau, dans une démarche proche de l'anthropologie, énonce les différentes étapes qui ont conduit à d'avantage de confort et à une amélioration des relations entre les hommes.
Mais il souligne aussi la déchéance morale, la naissance des vices par l'oisiveté , la vanité et le plaisir de se sentir supérieur aux autres.
L'évolution pour Rousseau met fin à l'état de nature , caractérisé par le bonheur et l'innocence.
On comprend que Voltaire, défenseur convaincu des valeurs positives du progrès ait réagi violemment avec une ironie moqueuse contre ce discours.
 
 
 

rousseau.jpg

 

Petite biographie pour l'oral:

 

Rousseau: Homme de lettres et philosophe encyclopédiste du siècle des lumières. Il est contemporain de d'Alembert, Diderot, Montesquieu, Voltaire.

Il est l'auteur du Contrat social, œuvre philosophique majeure, les Rêveries du promeneur solitaire, les Confessions.

 

Questions sur Rousseau:

 

De quel siècle est-il?

Citez 4 de ses contemporains

A t'-il participé à l'encyclopédie?

Citez trois de ses ouvrages

Retrouve t'on dans cet extrait l'idéal du siècle des lumières?

La réflexion du penseur est-elle significative et représentative des questions du siècle des lumières?

 

rousseau.jpg

 

 

Questions sur le commentaire en fonction des axes d'étude:

*** Réponses dans le commentaire

 

Questions sur l'introduction:

 

Dans quel ouvrage Rousseau avait-il déjà abordé les questions relatives à la dégradation de l'être humain sous l'effet du progrès?

 

Définitions: recherches personnelles

 

L’État de nature: Définitions - Quelles sont ses caractéristiques?

L’État civilisé: Définitions - Quelles sont ses caractéristiques?

 

La notion «d’État de nature» était -elle dans un premier temps abordée dans le Discours sur les sciences et les art?

Quel regard Rousseau à t'-il dans ce Discours?

Quelle en est l'origine?

Quelle est la position de Voltaire?

De quelle partie du Discours cet extrait est-il tiré?

Que met-il en avant?De quoi est-il question?

A quoi l'originalité du passage tient-elle?

 

Problématique: En quoi ce discours est-il efficace?

 

Plan de l'étude:

 

I – Les différentes étapes du discours

II – La notion de progrès et l'évolution

 

rousseau.jpg

 

 

Questions sur le développement dans le respect du plan:

 

I -

De quel ordre les transformations étudiées sont-elles?

1er et 2ème paragraphes:

A quoi se rapporte l'ingéniosité de l'homme?

Comment la construction d'une hutte est-elle décrite et dévoilée? Citez le texte pour justifier votre réponse

Qu'entraînent les progrès de l'habitat?

Quelle relation de cause à effet avons-nous pour justifier des progrès au plan social?

Quelle est l'image donnée de la famille?

A quelles modifications celle-ci est-elle associée?

3ème paragraphe:

A quoi le confort tient-il?

Quelle expression reflète le passage et le lien entre le deuxième et le troisième paragraphes?

4ème paragraphe:

A quoi le développement du langage tient-il?

A quoi est-il lié?

5ème paragraphe:

Comment les paragraphes 4 et 5 sont-ils reliés?

Relevez la liaison temporelle

6ème paragraphe:

De quoi s'agit-il dans le sixième paragraphe?

Quelle évolution marque t'-il?

Quelle expression temporelle permet de relier le paragraphe 5 au paragraphe 6?

Selon vous le regard de Rousseau est-il celui d'un anthropologue?

Ce passage rend t'-il compte de la socialisation progressive et de l'amélioration des conditions de vie?

 

rousseau.jpg

 

 

II -

Relevez les comparatifs et superlatifs de supériorité suggérant une modification positive

Relevez le champ lexical du commencement

Montrez que les progrès sont visibles à trois niveaux

Citez pour justifier votre réponse

Le progrès n'a t'il que du bon?

La sortie de l’État de nature pour un État civilisé n'est-il que positif et synonyme de perfection?

Quels sont les points fables des transformations et évolutions mentionnées dans le texte

La sortie de l’État de nature est-elle à l'origine de la naissance des inégalités entre les hommes?

L'inégalité est-elle une idée récurrente?

Est-elle associée à la notion de propriété?

Expliquez et justifiez votre réponse en citant

L'inégalité est-elle associée aux vices de l'homme?

La nature humaine est-elle en cause?

Comment la jalousie est-elle perçue par Rousseau?

De quoi est-elle responsable?

Relevez les expressions dépréciatives qui reflètent le point de vue de Rousseau

 

rousseau.jpg

 

 

Questions sur la conclusion:

 

La conséquence du progrès et de l'évolution est-elle positive?

Faire un bilan des points forts et des points faibles mis en avant dans ce passage

La nature humaine est-elle mise en cause?

Quels sont tous les vices mis en avant et à l'origine de la déchéance morale et de la détérioration des rapports entre les hommes?

Énumérez les vices auxquels Rousseau fait allusion

Quelle sera la réaction de Voltaire? Pourquoi?

 

Bilan, ouverture

 

État de nature: état d'innocence et bonheur

État civilisé: Évolution, progrès, propriété, jalousie

 

État de nature: état de paix

État civilisé: état de guerre

 

Citation: «L 'homme est bon naturellement, c'est la société qui le corrompt» Rousseau

 

Cet extrait justifie la citation de Rousseau et invite à la réflexion philosophique sur un dépassement possible de l’État de nature sans sombrer dans l'état de guerre. La réponse sera donnée dans le contrat social

 

Par opposition, Aristote pense que «l'homme est un animal politique»: naturellement social.

 

 

 

 

 
 
Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

 Prépabac le bac en ligne

Logo prepabac

Boutique en ligne français  philosophie

Coaching scolaire mondial
Elèves scolarisés (lycées français à l'Etranger) et candidats libres

 

Professeur indépendant

  • Identifiant SIRET : 819 269 226 00018
  • APE  :  8559B
Logo prepabac

Français : niveau seconde

Français : Bac pro

Littérature : Dossier bac

Profs en direct le jour du bac

PROF EN DIRECT : BAC 2016

Bac 2016

 

Français   -   Français bac pro 

Littérature   -   Philosophie


 
Logo prepabac
Préparation à l'examen du baccalauréat : français séries générales, technologiques et bac pro, philosophie   littérature  Bac pro et Brevet : Bac  en ligne sur prepabac.org. Profs en direct le jour du bac : les annales bac . Préparer le bac en ligne : Demande de cours sur skype  - Coaching scolaire mondial = Elèves scolarisés et candidats libres (lycées français à l'étranger )

 

Licence Creative Commons
Bibliothèque scolaire de prépabac est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
Fondé(e) sur une œuvre à http://www.prepabac.org/.

Copyright

Droits d'auteur enregistrés, Copyright

Depot.com sous le numéro  00056187

Tous droits réservés

Le site prepabac.org respecte "la loi informatique et liberté "

N° enregistrement CNIL :  1943841