Forum bac  Listes EAF, descriptifs bac - Blog des lycéens  

L oral de français

ForumFORUM PEDAGOGIQUE

FORUM PREPABACForum prepabac

 

Skype
Prepabac facebook
Google
Twitter

DOSSIER BAC

Spécial candidats libres

Cned

ORAL EAF

Blogger

 

 

Sartre

Bibliothèque scolaire

11000 documents en ligne

Le bac en ligne metropole etranger candidats libres et lyceens scolarises

Elèves scolarisés   

Candidats libres

Lycées métropole et à  l'étranger      

 

 

Ronsard, Derniers vers, je n'ai plus que les os, oral EAF

Ronsard

 

 

 

 

 

Derniers vers, Pierre de Ronsard

 
« Je n’ai plus que les os… », 1585 - Oral EAF -
 
Séquence poésie : l'objet en poésie
 
 

ronsard

 
Je n’ai plus que les os, un squelette je semble,
Décharné, dénervé, démusclé, dépoulpé,
Que le trait de la mort sans pardon a frappé ;
Je n’ose voir mes bras que de peur je ne tremble.
 
Apollon et son fils, deux grands maîtres ensemble,
Ne me sauraient guérir, leur métier m’a trompé.
Adieu, plaisant soleil, mon œil est étoupé,
Mon corps s’en va descendre où tout se désassemble.
 
Quel ami me voyant en ce point dépouillé
Ne remporte au logis un œil triste et mouillé,
Me consolant au lit et me baisant la face,
 
En essuyant mes yeux par la mort endormis ?
Adieu, chers compagnons, adieu, mes chers amis,
Je m’en vais le premier vous préparer la place.
 
Pierre de Ronsard - Derniers Vers - 1586
 
 

ronsard

Problématiques possibles :
 
- En quoi cette poésie offre t'-elle une vision apaisée de la mort?
- En quoi est-ce une poésie originale?
 
 
Commentaire du site :
 

Derniers vers, Pierre de Ronsard

                       « Je n’ai plus que les os… », 1585

 

Nous allons étudier un sonnet de Pierre de Ronsard intitulé « je n’ai plus que les os… », tiré de Derniers vers en date de 1585. Il fut écrit à la fin de sa vie et évoque la véritable approche de sa mort. Le poète y décrit sa vieillesse, sa déchéance physique. Contrairement aux autres poèmes dont le thème dominant est le carpe diem, il n’est plus question d’inviter sa belle à profiter du présent. Le sonnet s’achève sur la douceur de l’amitié et  la certitude de la survie de l’âme après la mort ce qui permettra aux amis de reconstituer leur communauté. Dans le but d’étudier cette approche, nous verrons dans un premier temps, le concept de mort et analyserons la vision apaisée grâce à l’amitié.

 

ronsard

 

 

I – Le concept de mort

 

     Le poème s’ouvre sur une prise de conscience relative à l’âge du poète, il s’agit de faire le constat de façon réaliste et lucide de la dégradation physique inhérente à l’âge de l’auteur et de manière implicite à son inexorable et irréversible aboutissement, la mort. Ce poème est écrit à la première personne. Le premier vers donne le ton, « Je n’ai plus que les os, un squelette je semble ». Le champ lexical reflète la dégradation de l’être en fin de vie du point de vue physique. Ainsi, le vers 2 impose l’idée de privation avec l’emploi de quatre participes passés, tous formés du préfixe privatif dé – « décharné, dénervé, démusclé, dépulpé ». L’homme semble ainsi privé de toute l’essence de son être propre, la chair, les nerfs, les muscles. Le décharnement symbole de squelette connotant la mort est également suggéré par cet autre participe passé, « dépouillé ». La référence latente à la cécité propre à la vieillesse et extrêmement diminuante, se trouve présente au vers 7, « mon œil est étoupé », c’est-à-dire empli d’étoupe, rendu opaque. Le poète se projette de façon très réaliste comme handicapé par son âge avancé préfigurant à travers la vieillesse, la sénilité, la mort. La cécité le guette, l’affaiblit et le prive déjà de la contemplation du soleil, vers 7, symbole de vie et d’inspiration poétique. Il devient, lorsqu’il se regarde l’image de la mort elle-même, « un squelette, je semble », le rapport est analogique, il existe tel quel comparativement à la mort qui impose son emprise et son heure. Il incarne son image, le squelette. La vue de son corps l’effraie, « je n’ose voir mes bras que de peur je ne tremble ». Les sonorités sont dures, comme les allitérations en « k » du vers 1 et en « dé » du vers 2. L’emploi des temps confirme l’absence d’espoir. A côté du présent d’actualité, on remarque le passé composé qui souligne le fait que la vie soit révolue, « a frappé », vers 3 et « a trompé », vers 6. L’irréversibilité du temps qui passe transparaît à travers les références au Dieu de la médecine, Apollon et au patron des médecins, Esculape qui ne peuvent rien et ne font que traduire le sentiment humain d’impuissance. Il faut d’ailleurs remarquer l’ambiguïté de l’expression, « leur métier m’a trompé », car Apollon est aussi Dieu de la poésie. Ronsard exprimerait il des regrets ? La poésie n’a pas protégé Ronsard du destin des mortels.  La mort est personnifiée, « a frappé », « mes yeux par la Mort endormis », l’image du lieu « où il faut descendre », « où tout se désassemble ». Déperdition de tout son être, c’est l’image dominante du poème qui est renforcée par e rythme binaire des deux quatrains, le souffle court du mourant, les coupures à l’hémistiche aux vers 1, 2, 5, 6, et 7, et le tétramètre.

 

Le poète a cependant trouvé le remède idéal pour conjurer l’irréversibilité du temps qui passe et sa fin tragique, la mort. Nous allons voir qu’il trouve un apaisement dans l’amitié au sens d’un soutien. Nous allons par conséquent étudier ce concept  dans la poésie de Ronsard.

 

ronsard

 

 

II – Une vision apaisée, le soutien de l’amitié

 

     « Adieu, plaisant soleil » transcrit tout à fait les sentiments du poète qui exprime sa peur, la lucidité et sa douleur. Son lyrisme n’est malgré tout pas excessif, nous n’avons que deux points d’exclamation dans tout le sonnet. Deux autres aspects viennent nuancer l’approche de la mort dans le sens d’un réconfort terrestre et céleste, l’amitié et la croyance en la survivance de l’âme. Si Apollon ne peut conjurer le sort de l’humaine condition, les hommes en sont encore moins capables, cependant, l’amitié, au-delà de l’homme peut idéalement donner un sens à la vie. La dégradation physique se poursuit, mais le réconfort de l’union par l’amitié s’apparente ici au sentiment d’une osmose amoureuse. Réconfort, fidélité, consolation, soutien, tendresse, autant de notions propres à l’homme qui le rendent plus grands, voire infiniment grand au sens pascalien du terme. Le poète a donc le soutien des amis et la survie de l’âme pour réconfort. « Essuyant mes yeux par la Mort endormis », il nous offre la tendresse toute physique qui malgré tout s’accompagne d’une affliction sincère, car tous repartent avec « un œil triste et mouillé ». L’image d’une communauté fraternelle domine et rendent d’autant plus dignes, les adieux. Le paradoxe de l’homme, infiniment petit car mortel et infiniment grand par sa force en l’autre et sa foi est porté à son paroxysme. C’est une victoire sur la mort car il évite ainsi toute complaisance narcissique en refusant de se plaindre et de sombrer dans les lamentations. Le dernier vers nous offre  la promesse d’un au-delà où la communauté des amis sera reconstituée. La chute du sonnet serait ainsi ironique

 

Conclusion

 

     Ce poème n’est pas sans nous rappeler le memento mori, souviens toi que tu vas mourir, il ne faut pas oublier son humaine condition, c’est-à-dire, sa mortelle condition. Ronsard nous invite à considérer la mort de façon très naturelle comme faisant partie de la vie, c’est la fin inexorable à laquelle nul ne peut échapper. Il y a cependant une allusion à la grandeur de l’homme au sens pascalien dans ce sonnet, car ce dernier peut dépasser sa mortelle condition en s’élevant par les sentiments et la foi. L’écriture, enfin trouve ici son sens le plus profond car elle remplit sa fonction première, celle de purifier l’homme, celle de libérer
des maux par les mots. Peut-être assure-t-elle également un devoir de mémoire envers les hommes en général, les êtres aimés en particulier en plus de sa fonction cathartique.

 

 

ronsard

Oral  EAF de 74 questions

 

Questions sur la biographie de Ronsard:

 

 

De quel siècle Ronsard est-il?

De quel genre de littérature poétique de la Renaissance est-il adepte?

Définir la pléiade

Quels en sont les poètes représentatifs?

Quels sont l'idéal et la mission de la pléiade?

A quel mouvement littéraire appartient-il?

Citez deux de ses recueils

A qui sont-ils dédiés?

 

ronsard

 

 

Questions générales sur la poésie:

*** Réponses dans l'introduction du commentaire

 

De quel recueil la poésie «je n'ai plus que les os», est-elle tirée?

Quelle est la date?

Quand ce poème fut-il écrit?

Quel est le thème du poème?

En quoi s'oppose t'-ils aux autres poésies?

Définir le carpe Diem

A quelle certitude le carpe Diem absent de cette poésie est-il substitué?

L'évocation de la mort est-elle angoissante ou plutôt apaisante?

 

Problématiques possibles:

 

En quoi cette poésie offre t'-elle une vision apaisée de la mort?

En quoi est-ce un sonnet original?

 

Plan de l'étude:

 

I – Le concept de la mort

II – Une vision apaisée, le soutien de l'amitié

Conclusion/Ouverture

 

ronsard

Questions sur le commentaire en fonction des axes d'étude:

*** Les réponses sont dans le commentaire

 

I –

Le concept de mort

 

Sur quelle prise de conscience la poésie s'ouvre t'-elle?

A quoi aboutit-elle?

Étudiez le premier vers

A quelle personne le poème est-il écrit?

Étudiez le champ lexical de la dégradation physique

A quoi est-il associé?

Comment la mort est-elle connotée?

A quoi le vers 7 fait-il référence?

Relevez et étudiez une analogie

Quel est l'état d'esprit du poète face à cette prise de conscience?

Étudiez les sonorités

Relevez et étudiez les allitérations

Quels sont les temps présents?

Que traduisent-ils? Citez pour justifier votre réponse

Comment l'irréversibilité du temps qui passe est-elle traduite? Citez le poème pour justifier votre réponse

Quelles sont les références qui mettent en avant l'impuissance de l'homme?

L'écriture poétique apparaît-elle comme capable de glorifier le poète?

Remplit-elle ici une fonction cathartique, libératrice?

Quel rapport établir entre le poète et l'écriture?

Relevez les personnifications de la mort

Relevez et étudiez les effets des coupures à l'hémistiche?

 

ronsard

 

 

II -

Une vision apaisée, le soutien de l'amitié

 

Comment le poète parvient-il à conjurer l'irréversibilité du temps qui passe?

Étudiez la ponctuation du sonnet; Que met-elle en évidence?

Qu'en est-il du lyrisme?

Quelle idée apparaît-elle comme un réconfort terrestre par rapport au concept de la mort?

Qu'en est-il du réconfort céleste?

Comment l'amitié est-elle perçue?

Quels en sont les synonymes?

Relevez les vers évocateurs du soutien des amis

Relevez l'expression de l'affliction sincère

En quoi le paradoxe de l'homme est-il Pascalien?

En ce sens peut-on parler d'une victoire sur la mort?

Étudiez le dernier vers et la chute du sonnet

 

ronsard

 

 

Conclusion:

 

Dénominateur commun: memento mori. Ex, sonnet à Hélène

Différences: Sonnet à Hélène: carpe Diem

                  Je n'ai plus que les os: Survivance de l'âme comme consolation céleste et amitié comme consolation terrestre. Grandeur de l'homme au sens Pascalien, élévation par les sentiments et la foi.

 

Rôle de l'écriture: fonction libératrice et cathartique


 

 

ronsard

 

 

 

Complément d’analyse sur la poésie pour répondre aux questions

 

La pléiade

Fiche bac

 

Le contexte historique du XVIème siècle : Le 16ème siècle est un âge de la renaissance qui succède aux temps obscurs du moyen âge. C'est l'époque où Copernic et Galilée révolutionnent la conception de l'univers, l'imprimerie, le savoir s'étend. la vie intellectuelle devient plus intense, on entre dans le genre littéraire appelé l"humanisme, il se développe en Europe. Cette vie intellectuelle se construit autour de modèles culturels comme l'Italie dont la peinture, la poésie et l'architecture qui s'inspirent de l'antiquité gréco latine et de l'orient; En France, ce mouvement appuie la volonté royale d'unité nationale et linguistique, sous François 1er. Les écrivains souhaitent s'exprimer en français contre le latin de l'église et de l'université. C'est donc dans cette nouvelle langue qu'est le français que la poésie va connaître un véritable âge d'or. Ainsi la pléiade qui va égaler les grands poètes latins en versifiant en français.

De la brigade à la pléiade : Le collège Coqueret à Paris devient avec son professeur helléniste, Jean Dorat, l'un des foyers les plus importants de l'humanisme français. Ronsard et Du Bellay y étudient et se passionnent pour les chefs d'oeuvre antiques, ils fondent alors leur propre groupe, la brigade. On assiste à la publication d'un manifeste de Du Bellay, "Défense et illustration de la langue française. Le groupe prend ensuite le nom de pléiade en hommage à un groupe de poètes grecs du III ème siècle avant J.C qui avaient emprunté l'appellation au groupe que formatent les 7 filles du géant mythologique Atlas, transformées en étoiles par Zeus. Sept poètes constituent le groupe : Du Bellay, Ronsard et Dorat, Rémi Belleau, Etienne Jodelle, Pontus de Tyard et Jean Antoine Baif.

Les convictions de la pléiade : Le poète doit être inspiré par la muse

qui permet d'accéder aux harmonies célestes et terrestres. Mais l'inspiration ne suffit pas, le travail est essentiel, il faut savoir manier les techniques poétiques. Le statut du poète change avec l'apparition de la pléiade.

Le principe de l'imitation a son importance :

le poète transpose les modèles antiques ou italiens découverts, Platon, Pétrarque, ou redécouverts, Virgile, Ovide à la Renaissance dans le but de proposer des formes poétiques d'inspiration lyrique et élégiaque. D'où l'importance accordée au sonnet.

Réhabilitation de la langue française :

La seule langue de l'intelligence n'est plus le latin. Il faut à présent accorder ce statut au français en l'enrichissant linguistiquement.

Un enrichissement poétique :

Il y a une modernisation du sonnet. Nous assistons à une nouvelle harmonie de la phrase et du vers par l'alternance préconisée des voyelles masculines et féminines. La métrique est nouvelle.

Exemples d'oeuvres poétiques de la pléiade :

Pétrarque : Le Canzoniere italien 1549 : les erreurs amoureuses : Pontus de Tyard 1550 : Odes, Ronsard 1552 : Le premier livre des Amours, Ronsard 1555 : La continuation des Amours, Ronsard : Les Amours de Franine, Bai

 

Fiche synthèse : l'essentiel à retenir sur la pléiade

 

1 - De la brigade à la pléiade

  • Du Bellay et Ronsard fondent le groupe de la brigade, ils cherchent une nouvelle poésie française nourrie des trésors de l’antiquité.
  • 1549 : défense et illustration de la langue française, manifeste du groupe sous la signature de Du Bellay.
  • 1553 : la brigade prend le nom de la pléiade : 7 poètes : Du Bellay, Ronsard, De Baif, Belleau, Jodelle, Pelletier du Mans, Pontus de Tyard et Dorat.

 

 

2 - Projets et convictions

  • - réhabilitation de la langue française comme langue littéraire à part entière et refus de soumission au vieux latin universitaire
  • - enrichissement de la langue française par emprunt aux langues anciennes aux dialectes français ou au vocabulaire des métiers.
  • -embellissement stylistique et évolution métrique pour une meilleure harmonie de la p hrase et du vers
  • - Imitation innovante des modèles antiques -Redéfinition du statut du poète : homme de technique et de savoir faire et inspiré de valeurs humanistes, engagé dans les débats ou combats de son temps.

 

ronsard

 

  • Questionnaire :
  • La pléiade:
  • *** Réponses dans l'exposé
  • Quel est le contexte historique du 16ème siècle?
  • Citez une invention importante
  • Quel est le genre littéraire de cette époque?
  • Autour de quels modèles culturels, la vie intellectuelle se construit-elle?
  • En quoi peut-on parler d'âge d'or?
  • En quoi la pléiade égale t'-elle les grands poètes latins?
  • A quel moment le groupe prend t'-il le nom de pléiade?
  • De combien de poètes la pléiade est-elle constituée?
  • Citez les
  • Énumérez les convictions de la pléiade
  • Citez Trois exemples d’œuvres poétiques


 

 

ronsard

Questions sur l’introduction : la poésie

 

Les règles de la versification :

Le vers :

Etudier le rythme : mesurer et nommer les vers

Etablir un lien entre rythme et impressions suggérées par un poème

Quels sont les différents types de vers ?

Définir les termes suivants : diérèse, synérèse, vers simple

Quelle est la règle du E muet ?

La rime :

Définir, la rime suffisante, la rime croisée, l’allitération, l’assonance, l’enjambement, le rejet, la césure et l’hémistiche

 

 

Le tragique du temps qui passe: travailler l'ouverture

 

Baudelaire, Ronsard, Philippe de Champaigne

 

Travail:

 

  • Citez trois poèmes sur ce thème

  • Rapprochement des 4 documents. Faire une synthèse d'une dizaine de lignes

  • En quoi chacun de ces documents représente t'-il le temps qui passe? Faire une synthèse d'une dizaine de lignes.

 

 

Travailler l'ouverture

Le tragique du temps qui passe, le memento mori

Baudelaire, Ronsard, Philippe de Champaigne, vanité.

Dossier bac : ressources gratuites

 

 

Le Carpe Diem, dossier bac

 

vanit-1646-philippe-de-champaigne

 

 

 

Le thème de la fuite du temps en poésie

 

***Le memento mori

Memento mori est une locution latine qui signifie « Souviens-toi que tu mourras ». Elle désigne un genre artistique de créations de toutes sortes, mais qui partagent toutes le même but, celui de rappeler aux hommes qu'ils sont mortels et la vanité de leurs activités ou intérêts terrestres

 

LXXXV -  L'Horloge de Baudelaire

 

  • Horloge! dieu sinistre, effrayant, impassible,
  • Dont le doigt nous menace et nous dit: "Souviens-toi!
  • Les vibrantes Douleurs dans ton coeur plein d'effroi
  • Se planteront bientôt comme dans une cible;
  • Le Plaisir vaporeux fuira vers l'horizon
  • Ainsi qu'une sylphide au fond de la coulisse;
  • Chaque instant te dévore un morceau du délice
  • A chaque homme accordé pour toute sa saison.
  • Trois mille six cents fois par heure, la Seconde
  • Chuchote: Souviens-toi! - Rapide, avec sa voix
  • D'insecte, Maintenant dit: Je suis Autrefois,
  • Et j'ai pompé ta vie avec ma trompe immonde!
  • Remember! Souviens-toi! prodigue! Esto memor!
  • (Mon gosier de métal parle toutes les langues.)
  • Les minutes, mortel folâtre, sont des gangues
  • Qu'il ne faut pas lâcher sans en extraire l'or!
  • Souviens-toi que le Temps est un joueur avide
  • Qui gagne sans tricher, à tout coup! c'est la loi.
  • Le jour décroît; la nuit augmente; souviens-toi!
  • Le gouffre a toujours soif; la clepsydre se vide.
  • Tantôt sonnera l'heure où le divin Hasard,
  • Où l'auguste Vertu, ton épouse encor vierge,
  • Où le Repentir même (oh! la dernière auberge!),
  • Où tout te dira Meurs, vieux lâche! il est trop tard!"


 

Une Charogne de Baudelaire

 

  • Rappelez-vous l'objet que nous vîmes, mon âme,
  • Ce beau matin d'été si doux :
  • Au détour d'un sentier une charogne infâme
  • Sur un lit semé de cailloux,
  • Les jambes en l'air, comme une femme lubrique,
  • Brûlante et suant les poisons,
  • Ouvrait d'une façon nonchalante et cynique
  • Son ventre plein d'exhalaisons.
  • Le soleil rayonnait sur cette pourriture,
  • Comme afin de la cuire à point,
  • Et de rendre au centuple à la grande Nature
  • Tout ce qu'ensemble elle avait joint ;
  • Et le ciel regardait la carcasse superbe
  • Comme une fleur s'épanouir.
  • La puanteur était si forte, que sur l'herbe
  • Vous crûtes vous évanouir.
  • Les mouches bourdonnaient sur ce ventre putride,
  • D'où sortaient de noirs bataillons
  • De larves, qui coulaient comme un épais liquide
  • Le long de ces vivants haillons.
  • Tout cela descendait, montait comme une vague,
  • Ou s'élançait en pétillant ;
  • On eût dit que le corps, enflé d'un souffle vague,
  • Vivait en se multipliant.
  • Et ce monde rendait une étrange musique,
  • Comme l'eau courante et le vent,
  • Ou le grain qu'un vanneur d'un mouvement rythmique
  • Agite et tourne dans son van.
  • Les formes s'effaçaient et n'étaient plus qu'un rêve,
  • Une ébauche lente à venir,
  • Sur la toile oubliée, et que l'artiste achève
  • Seulement par le souvenir.
  • Derrière les rochers une chienne inquiète
  • Nous regardait d'un œil fâché,
  • Épiant le moment de reprendre au squelette
  • Le morceau qu'elle avait lâché.
  • Et pourtant vous serez semblable à cette ordure,
  • À cette horrible infection,
  • Étoile de mes yeux, soleil de ma nature,
  • Vous, mon ange et ma passion !
  • Oui ! telle vous serez, ô la reine des grâces,
  • Après les derniers sacrements,
  • Quand vous irez, sous l'herbe et les floraisons grasses,
  • Moisir parmi les ossements.
  • Alors, ô ma beauté ! dites à la vermine
  • Qui vous mangera de baisers,
  • Que j'ai gardé la forme et l'essence divine
  • De mes amours décomposés !

 

Sonnet à Hélène, Ronsard, 1578 (II, 43)

 

  • Quand vous serez bien vieille, au soir, à la chandelle,
  • Assise auprès du feu, dévidant et filant,
  • Direz, chantant mes vers, en vous émerveillant :
  • « Ronsard me célébrait du temps que j'étais belle ! »
  • Lors, vous n'aurez servante oyant telle nouvelle,
  • Déjà sous le labeur à demi sommeillant,
  • Qui au bruit de Ronsard ne s'aille réveillant,
  • Bénissant votre nom de louange immortelle.
  • Je serais sous la terre, et, fantôme sans os,
  • Par les ombres myrteux je prendrai mon repos ;
  • Vous serez au foyer une vieille accroupie,
  • Regrettant mon amour et votre fier dédain.
  • Vivez, si m'en croyez, n'attendez à demain :
  • Cueillez dès aujourd'hui les roses de la vie.

 

tableau de philippe de champaigne vanité,1646 - ci-dessus-

huile sur bois le mans , musée de tessé

Vanité, Philippe de Champaigne, 1646

 

 

, la thématique est commune, il s'agit de la fuite du temps telle qu'elle transparait dans le genre poétique et pictural. C'est un dénominateur commun mais les représentations sont différentes. Nous avons deux genres artistiques qui nous permettent d'appréhender le temps qui passe irréversiblement et qui nous offre l'image de notre condition humaine fatalement exposée à la vieillesse comme préfiguration de la mort.

 

  • Question : comment ce poème représente t'il le temps qui passe?

Une charogne parle du temps qui passe car on a le mémento Mori : souviens toi que tu vas mourir et les thèmes de la poésie pétrarquiste, le carpe diem : profite du jourA travers le discours de la femme aimée des vers 37 48, Baudelaire rappelle que la mort détruit la beauté : il parle donc de la condition humaine, on peut ainsi faire le lien avec le tableau de vanités. Il y a un décalage avec la poésie traditionnelle, il évoque la puissance de l'art en particulier de la poésie. L'usage du pronom "je" isole le poète, c'est un être à part, il n'est pas soumis à la puissance du temps, il est supérieur. Son essence est divine car il est immortel.

C'est un apologue de la création poétique, c'est un acte créateur du poète.L'art est assimilé à la source de la vie tandis que la vie elle même est synonyme de mort. C'est une réflexion sur le temps qui passe et sur la mort. Thème récurrent en poésie, on le retrouve chez Ronsard.

 

Le tableau de Philippe Champaigne

Vanité, 1846

  • Comment ce tableau représente t'-il le temps qui passe?

Le tableau est composé essentiellement de trois éléments à savoir une fleur, un crâne et un sablier. la fleur représente la vie, le crâne, la mort et le sablier le temps.

Nous avons donc la vie, la mort et le temps qui passe représenté par le sablier ou encore le temps éternel qui recommence sans cesse qui s'écoule. Le sablier incarne donc le temps qui s'écoule sur terre, c'est l'élément terrestre.

L'homme est incarné par le crane, il est soumis aux lois du temps, destiné à mourir. Le temps qui passe nous ramène à notre mortelle condition irréversiblement. En outre ce tableau reflète l'impuissance de l'homme face à la mort et à la fuite du temps, toujours vainqueur et représenté par le crane qui nous réduit à l'état final de cadavre.

 

L'horloge

  • Comment ce poème représente t'-il le temps qui passe?

L'horloge est le symbole du temps. Nous avons les différentes unités de temps : jour, nuit, heures, minutes, secondes, "l'instant". "Horloge", l'horloge est apostrophée comme un défi lancé contre elle même. Elle représente le temps qui est toujours vainqueur et l'homme qui est vaincu, impuissant face au temps qui passe. Le message est universel : le temps est le symble du drame dont l'homme est le théâtre.

 

Ronsard : sonnet à Hélène

  • Comment ce poème représente t'-il le temps qui passe?

Le poète lance son appel à la jeune femme, « Vivez, si m’en croyez, n’attendez à demain : cueillez dès aujourd’hui les roses de la vie ». Il cherche ainsi à insister sur le caractère fugitif de sa beauté, de sa jeunesse et de la vie en général. Cette invitation à l’amour s’appuie donc encore une fois sur le constat du temps qui passe, mais ici le poète fait valoir en plus la puissance de sa poésie qui peut prolonger la beauté en lui donnant une sorte d’immortalité.

Le carpe diem (cueille le jour) est un motif emprunté au poète latin Horace : c’est une invitation à profiter du moment présent, à suivre les pulsions de sa nature mais sans excès avec équilibre et raison, car il ne s’agit pas de trouver le plaisir à tout prix conformément à la philosophie épicurienne. D’une façon originale, Ronsard mêle deux thèmes connus : le carpe diem d’une part, l’immortalité que prodigue la poésie d’autre part. Le poète évoque sa mort sous ce jour très positif de l’immortalité littéraire de l’artiste. Cependant, il utilise pour séduire un moyen peu fréquent : faire peur à la jeune femme en lui montrant une vision réaliste et angoissante de sa vieillesse, afin qu’elle choisisse les vertus de la poésie pour vaincre le côté éphémère de l’existence. La poésie est donc aussi un appel à vivre le présent pour vaincre la mort

 

 

 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

 Prépabac le bac en ligne

Logo prepabac

Boutique en ligne français  philosophie

Coaching scolaire mondial
Elèves scolarisés (lycées français à l'Etranger) et candidats libres

 

Professeur indépendant

  • Identifiant SIRET : 819 269 226 00018
  • APE  :  8559B
Logo prepabac

Français : niveau seconde

Français : Bac pro

Littérature : Dossier bac

Profs en direct le jour du bac

PROF EN DIRECT : BAC 2016

Bac 2016

 

Français   -   Français bac pro 

Littérature   -   Philosophie


 
Logo prepabac
Préparation à l'examen du baccalauréat : français séries générales, technologiques et bac pro, philosophie   littérature  Bac pro et Brevet : Bac  en ligne sur prepabac.org. Profs en direct le jour du bac : les annales bac . Préparer le bac en ligne : Demande de cours sur skype  - Coaching scolaire mondial = Elèves scolarisés et candidats libres (lycées français à l'étranger )

 

Licence Creative Commons
Bibliothèque scolaire de prépabac est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
Fondé(e) sur une œuvre à http://www.prepabac.org/.

Copyright

Droits d'auteur enregistrés, Copyright

Depot.com sous le numéro  00056187

Tous droits réservés

Le site prepabac.org respecte "la loi informatique et liberté "

N° enregistrement CNIL :  1943841