Forum bac  Listes EAF, descriptifs bac - Blog des lycéens  

L oral de français

ForumFORUM PEDAGOGIQUE

FORUM PREPABACForum prepabac

 

Skype
Prepabac facebook
Google
Twitter

Profs en direct le jour du bac

PROFS EN DIRECT : LE FORUM

Pondichery 2016

Français   -   Français bac pro 

Littérature   -   Philosophie

Blogger

 

 

Sartre

Bibliothèque scolaire

11000 documents en ligne

Le bac en ligne metropole etranger candidats libres et lyceens scolarises

Elèves scolarisés   

Candidats libres

Lycées métropole et à  l'étranger      

 

ELEVES SCOLARISES - CANDIDATS LIBRES, METROPOLE, DOM TOM, LYCEES FRANCAIS A L'ETRANGER ET LYCEESPROFESSIONNELS 

Princesse de Clèves,La Fayette,oral EAF,Incipit

Madame de la Fayette, la princesse de Clèves

 

 

 

 

Mme de La Fayette - La princesse de Clèves

L'incipit, oral EAF

Entretien sur Mme de La Fayette

Incipit, La Princesse de Cleves de Mme de Lafayette de « Il parut alors une beauté à la cour... de grâce et de charmes »

La-Fayette

 

Séquence : Le roman :

Le personnage de roman : du fantasme mythologique à l'être de chair.

*** Préparer la lecture : Liens en ressources gratuites

 

La-Fayette

 

 

 

Le roman et ses personnages : visions de l'homme et du monde, série de questions

1. Donner une définition du roman.

 Le roman est, au XIIème siècle, un récit en vers français. A partir du XIVème siècle, le roman renvoie à des textes en prose. Selon son sens moderne, le roman est une « œuvre d’imagination en prose, assez longue, qui présente et fait vivre dans un milieu des personnages donnés comme réels, nous fait connaître leur psychologie, leur destin, leurs aventures. »

2. Quelles sont les différentes formes du roman ?

 Le roman de chevalerie et les fabliaux (de petites histoires en vers simples et amusants) au Moyen-âge

 Le roman comique au XVIIème

 Le roman épistolaire et le roman picaresque (dont le héros est un aventurier ou un vaurien) au XVIIIème

 Le roman historique, le roman de mœurs, le roman d’aventures, et le roman fantastique au XIXème

 Le roman policier, le roman de science-fiction, le roman analyse et le « nouveau roman » au XXème.

3. Quelles sont les interrogations romanesques essentielles ?

 La passion amoureuse

 L’apprentissage du monde et la découverte du réel

 Le jeu de la mémoire et du temps

 L’interrogation devant la condition humaine.

4. Quelles sont les fonctions du roman ?

 La fonction ludique (se divertir, s’évader, s’identifier…)

 La fonction didactique :

o le roman comme connaissance du monde (roman historique, roman social, roman témoignage…)

o Le roman comme connaissance de l’homme

o Le roman comme leçon (le roman engagé, la morale)

o Le roman comme interrogation

5. Donner des exemples de romans à fonction didactique?.

Romans didactiques : Les lettres persannes de Montesquieu Les liaisons dangereuses de Laclos Le rouge et el noir de Stendhal

6. Qu’est-ce que le schéma actantiel ?

 Le schéma actantiel s’applique parfois parfaitement à l’intrigue, et pour certaines œuvre, il ne coïncide que partiellement avec l’action. Les personnages principaux, qui ont une place importante dans le déroulement du récit (parmi eux, le héros) sont classés en deux catégories qui s’opposent :

o Les personnages adjuvants, qui aident le héros dans sa quête (de même, peuvent être adjuvants des objets, des évènements…)

o Les personnages opposants, qui sont en conflit avec le héros, et tentent de le mettre en échec.

 Le héros, entourés des personnages principaux, subit une épreuve principale avant d’atteindre son but.

7. Comment la caractérisation des personnages est-elle réalisée ?

 Elle est directe pour les descriptions, les renseignements explicites sur l’identité du personnage

 Elle est indirecte quand il s’agit de déduire les traits de la personnalité du héros, de son comportement, ou ses paroles.

 On appelle « effet personnage » l’illusion de réalité que donne le roman, le lecteur assemblant mentalement au fil du récit des éléments dispersés qui construisent peu à peu le personnage. Pourtant, celui-ci n’est rien au départ.

8. Quelles sont les fonctions des personnages dans un roman ? Représentation : le portrait des personnages donne au lecteur l’image d’une réalité.

 Symbole : Le personnage symbolise souvent toute une catégorie de personnes, il dépasse les perspectives individuelles.

 Interprétation : c’est à travers le personnage que se construit le sens du récit.

 Identification : les comportements d’un personnage peuvent influencer le lecteur qui a tendance à s’identifier à lui.

 Esthétique : il existe un art de la composition du personnage, et de le créer au fil du récit.

 Information : Le personnage transmet des indices, des valeurs au lecteur.

9. Qu’est-ce qu’un héros ?

 Le personnage principal d'un roman est la personne sur laquelle sont fondée toute l'action, et toute la cohérence de l'histoire contée. Dans notre langage quotidien, nous appelons toujours le personnage principal le héros de l'histoire ; or le véritable héros est l'individu qui parvient à vaincre les difficultés et à régler les problèmes par l'intermédiaire de sa force, son pouvoir ou son intelligence. Les vrais héros de romans vivent de multiples aventures racontées dans de nombreux ouvrages, ils ont déjà des capacités ou des facultés particulières qui autorisent ces aventures. Le mot « héros » désigne à l’origine, un demi-dieu, qui accomplie des exploits, et incarne le courage et des valeurs moral. Cependant, il existe des personnages principaux appelés des antihéros.

10. Qu’est-ce qu’un antihéros ?

 On peut distinguer quatre types principaux d’antihéros:

o le personnage « sans qualités », l’être ordinaire vivant une vie ordinaire dans un cadre ordinaire

o le héros « décalé », un personnage ordinaire, sans qualités, qui par les circonstances se trouve plongé dans une situation extraordinaire.

o le héros négatif, porteur de valeurs antihéroïques et en général antisociales, mais sans qualités « héroïques ».

o le héros déceptif, un personnage ayant potentiellement des qualités héroïques mais qui n’en fait pas usage ou les utilise mal ou à mauvais escient, ou qui tend à perdre ces qualités, ou enfin qui se trouve dans un cadre où ces qualités ne sont plus appréciées ou admises.

11. Quelles sont les différents types de héros, et leurs caractéristiques ?

 Au XVIIème siècle, prédominent les héros raffinés des romans précieux, les héros joyeux des romans comiques, et les héros parfaits du roman classique.

 Au XVIIIème siècle, on assiste à la naissance du héros de roman moderne, avec les personnages entreprenants du réalisme, les héros hédonistes du roman libertin, les héros philosophes du roman des lumières, les héros sensibles des romans du courant pré-romantique.

 Au XIXème, le personnage idéalisé du roman romantique apparaît, ainsi que le héro moderne des romans réalistes, et le héro expérimental du roman naturaliste.

 Au XXème siècle, on retourne à des personnages forts (vers les années 30), ce sont des héros engagés, aux prises avec les conflits de leur temps. Dans les années 50, les personnages dans le nouveau roman sont remis en question, par exemple en rendant le personnage principal anonyme, ou en ne se focalisant pas sur un personnage principal.

12. Qu’est –ce que la focalisation ?

 Pour raconter une histoire, on doit choisir un point de vue, la focalisation : le romancier décide qui perçoit les événements rapportés. (le mot « focalisation » est issu du vocabulaire photographique : c’est le foyer à partir duquel une photo est prise.

13. Quels sont les différents points de vue utilisés dans un roman ?

 Le point de vue externe = perception « du dehors », sans connaître les pensées des personnages.

 Le point de vue interne = perception d’un seul personnage, dont on suit les pensées, les sensations.

 Le point de vue omniscient (ou focalisation zéro) = perception de l’ensemble des sentiments et des sensations de tous les personnages, ainsi que du passé et de l’avenir.

14. Qu’est-ce que les modalités du récit ? Quelles sont-elles dans un roman ?

 Le temps romanesque n’est pas linéaire comme le temps réel : le récit peut accélérer ou ralentir l’action, revenir en arrière, s’arrêter brusquement. Les personnages ont dans le roman une vie plus ou moins complète, certains ne font que des apparitions épisodiques, la façon dont ils s’inscrivent dans le temps peut donc être importante dans l’étude du roman. Ce sont ces « effets » que l’on appelle modalités.

 La scène : durée du récit = vie du personnage. (Elle est calquée sur les évènements.)

 La pause : durée du récit >vie du personnage. (Comme son nom l’indique, c’est un arrêt du déroulement des évènements.)

 Le sommaire : durée du récit < vie du personnage. (Les évènements sont énumérés ou résumés.)

 Analepse : c’est un retour en arrière (qui provoque une pause dans le récit. Le temps n’avance plus, mais des renseignements qui font avancer le récit sont dévoilés.)

 Prolepse : anticipation du futur

 Ellipse : passage sous silence d’une période plus ou moins longue.

 Modalité itérative : action répétée une seule fois.

15. Quelle est la structure du récit dans le roman ?

 Le récit romanesque est composé de :

o La situation initiale : définit le cadre de l'intrigue, met en place le lieu, l'époque, les personnages... le héros vit une situation d’équilibre.

o L’élément perturbateur : C'est l'élément qui fait basculer la situation du début, remet en cause l'état initial: rencontre, découverte, événement inattendu...

o Les péripéties : c’est une suite de transformations qui modifie la situation des personnages.

o L’élément de résolution : il annonce la résolution de l’intrigue. C’est le dénouement.

o La situation finale : Le personnage principal trouve une nouvelle situation d'équilibre, sur laquelle s’achève le roman/le récit.

 Ce modèle, à l'origine de toute invention narrative, peut être plus ou moins modifié; certaines étapes peuvent être difficiles à reconnaître, ou leur ordre changé. Mais retrouver et analyser ce schéma permet d'enrichir l'étude du roman.

La-Fayette

 

Lecture du passage à présenter à l'oral

Il parut alors une beauté à la cour, qui attira les        yeux de tout le monde, et l'on doit croire que c'était une beauté        parfaite, puisqu'elle donna de l'admiration dans un lieu où l'on        était si accoutumé à voir de belles personnes. Elle        était de la même maison que le vidame de Chartres, et une des        plus grandes héritières de France. Son père était        mort jeune, et l'avait laissée sous la conduite de madame de Chartres,        sa femme, dont le bien, la vertu et le mérite étaient        extraordinaires. Après avoir perdu son mari, elle avait passé        plusieurs années sans revenir à la cour. Pendant cette absence,        elle avait donné ses soins à l'éducation de sa fille        ; mais elle ne travailla pas seulement à cultiver son esprit et sa        beauté ; elle songea aussi à lui donner de la vertu et à        la lui rendre aimable. La plupart des mères s'imaginent qu'il suffit        de ne parler jamais de galanterie devant les jeunes personnes pour les en        éloigner. Madame de Chartres avait une opinion opposée ; elle        faisait souvent à sa fille des peintures de l'amour ; elle lui montrait        ce qu'il a d'agréable pour la persuader plus aisément sur ce        qu'elle lui en apprenait de dangereux ; elle lui contait le peu de        sincérité des hommes, leurs tromperies et leur        infidélité, les malheurs domestiques où plongent les        engagements ; et elle lui faisait voir, d'un autre côté, quelle        tranquillité suivait la vie d'une honnête femme, et combien        la vertu donnait d'éclat et        d'élévation à        une personne qui avait de la beauté et de la naissance. Mais elle        lui faisait voir aussi combien il était difficile de conserver cette        vertu, que par une extrême défiance de soi-même, et par        un grand soin de s'attacher à ce qui seul peut faire le bonheur d'une        femme, qui est d'aimer son mari et d'en être aimée.  

Cette héritière était alors un des grands partis        qu'il y eût en France ; et quoiqu'elle fût dans une extrême        jeunesse, l'on avait déjà proposé plusieurs mariages.        Madame de Chartres, qui était extrêmement glorieuse, ne trouvait        presque rien digne de sa fille ; la voyant dans sa seizième année,        elle voulut la mener à la cour. Lorsqu'elle arriva, le vidame alla        au-devant d'elle ; il fut surpris de la grande beauté de mademoiselle        de Chartres, et il en fut surpris avec raison. La blancheur de son teint        et ses cheveux blonds lui donnaient un éclat que l'on n'a jamais vu        qu'à elle ; tous ses traits étaient réguliers, et son        visage et sa personne étaient pleins de grâce et de charmes.

Mme de La Fayette - La princesse de Clèves

Première apparition : entrée en scène d’une princesse

La-Fayette

 

 

Mme de LaFayette appartient par son mariage à la haute noblesse. Sans faire partie de la cour, elle la fréquente (amitié avec Henriette D'Anglette, belle soeur du roi) et l'observe. Proche des mouvements des précieuses, elle a écrit un roman Zaide et une nouvelle La Princesse de Montpensier lorsqu'elle publie, toujours anonymement La Princesse de Clève. Ni nouvelle galante, ni roman précieux, quoiqu'ayant des traits de l'un et l'autre, ce récit qu'on considère comme le premier roman psychologique connait un succés exceptionnel. Le passage que nous allons étudier est l'incipit du roman.

 Note sur l'ensemble de l'incipit :

Incipit : elle vient d’épouser un prince, qui lui donne son titre, c’est un roman éponyme. Milieu d’une princesse, milieu spécial.

Ce titre rappelle des titres de tragédie ; ici  un amour interdit qui s’annonce.

Mme Lafayette, XVIIème siècle, vécut sous Louis XIV. Les grands aristocrates d’habitude ne lisent pas, n’écrivent pas, ce n’est pas considéré sérieusement.

Au travers de ce roman, Mme de la Fayette relate les problèmes de son milieu, la difficulté d’être femme à la Cour. C’est rare d’avoir un écrit féminin au XVIIème siècle ; le roman devient célèbre. Dans les grands salons, il y a de grandes conversations sur des thèmes tels que « qu’est-ce que l’amour ? », ou encore « peut-on être fidèle ? » « Comment éduquer les jeunes femmes ? ».

Dans une société qui ne vit que par l’image, c’est un roman historique ; l’extrait se passe à la Cour ; elle change d’époque pour éviter la censure: choisit que le roman se passe sous le règne de Henri II (c’est la fin de son règne, mort du roi accidentelle).

Dans la Cour, seule l’apparence compte. Au travers de ce roman, Mme Lafayette relate un problème : difficulté d’être une femme. Mme de La Fayette a de la répartie. La princesse de Clèves est l’incarnation du sentiment amoureux. Mme de Chartres rend ce personnage inaccessible. Il y a trois fois le mot « beauté » : c’est une métonymie. On sait seulement qu’elle est belle. C’est un stéréotype, elle n’existe pas.

C’est une référence aristocratique : vertu, beauté, éclat du temps. Description physique, il y a un stéréotype mystère de sa beauté, un effet d’attente. Le récit s’arrête : description hyperbolique, princesse hors norme, début de la description morale (ligne 4).

Il y a un point de vue omniscient : éduquer l’esprit, enseigner. C’est aussi un discours moraliste : danger, passion amoureuse.

Dans le roman, elle a beaucoup de prétendants.

La Princesse dresse le portrait de la figure commune. La Princesse donne le ton. L’art du portrait est en vogue, le portrait est innovant.

C’est un texte très connu ; le romancier invente un personnage, donne les éléments qui font qu’on croit qu’elle a existé.

Conclusion : le roman est historique. Juste avant l’extrait : galerie des personnages historiques. Le personnage éponyme est d’exception.

Ton élogieux, place de l’éducation originale.

La-Fayette

 

 

I L’art du portrait

1 Qu’est-ce qui est élégant ?

Il y a un effet d’attente (suspense) ; on ne sait pas qui se présente. Tous les regards convergent : c’est un élément de séduction (mystère révélé avec la narration externe : il chuchote)

2 Une beauté idéalisée

Métonymie, intriguer, et une gradation (insistante).

On en voit un peu mais pas trop : il y a une gradation de sa beauté. Stéréotype : sa blancheur irradie, éclat du teint, signe de noblesse.

Champ lexical de la vision prépondérant : formule « il parut » venue des contes.

C’est une description de son éclat, de son charme, de a grâce mais pas très précise, abstraite ; elle permet ainsi d’imaginer son propre canon de beauté.  Ca suscite l’admiration ressentie par la Cour ; description précieuse, portrait hyperbolique, traits classiques.

La-Fayette

 

 

II Les conseils d’une mère

Au-delà du portrait, Mme de La Fayette fait un discours moraliste. Mme de Chartres élève sa fille avec vertu et la met en garde contre la passion amoureuse.

Passion, amour, colère, jalousie : sentiments extrêmes, maîtriser ses passions.

1 Portrait prétexte discours

Maintenant on entend ; c’est un discours narratif, discours indirect.

Elle introduit son discours dans une description

2 Originalité de la méthode

C’est une femme intelligente ; pour faire passer sa mise en garde, elle refuse la conspiration du silence. Se base sur la conversation, sur un échange propice à la dissuasion.

Elle cherche l’adhésion de sa fille et alterne ce qui est agréable et désagréable ; elle lui montre les aspects positifs et négatifs.

Elle alterne théorie et pratique : mère pédagogue, travail d’imprégnation, fait des concessions, vertu pas marrante mais montre les résultats positifs.

Faire aimer ce qui ne plait pas ; Mme de La Fayette critique et fait une éducation basée sur la franchise qui brise la « conspiration du silence ».

La-Fayette

 

III Vertu et amour

Combat entre vertu et amour : qui gagne ?

Au XVIIème siècle, c’est la vertu qui gagne, c’est le siècle des moralistes ; l’église est très présente. Au XVIIIème siècle, avec la Révolution française, c’est aussi la révolution des mœurs : création des romans libertins (Les liaisons dangereuses).. Louis XIV ne peut pas interdire la censure : dire à quel point l’église est puissante, roman du libertinage.

1 Une certaine conception de la vie

C’est une conception pragmatique, réaliste du mariage : devoir conjugal : donner des enfants ; éducation méfiance des passions, maîtriser ses passions (patior : souffrir) : colère, amour, jalousie, haine pour atteindre la sagesse, l’ataraxie (absence de troubles).

Interrogation nouvelle :

éducation morale, éducation des filles (Ecole des femmes de Molière, la laitière et le pot de lait, la Fontaine témoigne de la condition féminine.

La-Fayette

 

 

IV Une présentation décisive

Présentation décisive : la première fois qu’on la voit, défi de rester exceptionnelle , histoire hors

normes elle aussi, réaction de la Cour exceptionnelle.

Deuxième partie de l'entretien :

La-Fayette

 

I - Questions sur l'auteur

 

  • - De quel siècle Madame de la Fayette est elle?
  • Du 17ème siècle : Elle est née le 18 mars 1634 à Paris, et y est morte le 25 mai 1693
  • - Quel est son nom?
  • Marie-Madeleine Pioche de La Vergne, comtesse de La Fayette
  • - Quelles sont ses origines?
  • Marie-Madeleine Pioche de La Vergne est née dans une famille aisée de petite noblesse
  • - A quelle occasion est elle introduite dans les salons littéraires?
  • Lorsqu'elle elle devient dame d'honneur de la reine Anne d'Autriche et commence à acquérir une éducation littéraire auprès du grammairien Ménage qui finit par l'introduire dans les salons littéraires
  • - Qui était Français Motier?
  • Son mari qu'elle épouse en 1655 avec lequel elle aura 2 fils. Le comte de La Fayette.
  • - Quels sont ses contemporains?
  • La Rochefoucauld
  • - Citez une autre oeuvre de Madame de La Fayette
  • Mémoires de la Cour de France (1731).
  • - Quelle est l'oeuvre la plus célèbre?
  • La Princesse de Clèves

 

La-Fayette

 

 

II - Questions sur l'oeuvre : La princesse de Clèves :

  • - Quel est le genre littéraire de cet ouvrage?
  • un des premiers romans d'analyse de l'histoire littéraire française = un roman historique
  • - Dans quelles conditions a t'il été publié?
  • publié anonymement par Marie-Madeleine de La Fayette : 1678
  • Quelle est la toile de fond du livre?
  • la vie à la cour des Valois, dans les dernières années d'Henri II
  • - Quel est le contexte historique?
  • XVIIe siècle : les années d'Henri II
  • - Peut on dire qu'il s'agit d'un roman historique?
  • Oui c'est un roman historique et un roman moderne
  • - Quel est le rapport entre cet ouvrage et la vie culturelle au XVIIème siècle?
  • Le roman marque  l’affirmation en littérature de la place des femmes dans la vie culturelle du XVIIe siècle, en ce sens, on peut dire qu'il rejoint le courant de la Préciosité.
  • - Peut on en parler comme d' un modèle littéraire?
  • Oui, il y a respect de l'esthétique  classique, souci de  vraisemblance dans la psychologie des personnages et construction rigoureuse. Il a inspiré Balzac.
  • - Quels sont les éléments historiques du roman?
  • Cour des Valois, Henri II, les personnages sont des personnages historiques sauf le personnage principal, procès de Françoise de Rohan.
  • - Quelles sont les trois grandes influences du livre?
  • Préciosité, Jansénisme et libertinage
  • - Que peut-on dire sur la réception du livre?
  • Succès qui a inspiré Balzac, chef d'oeuvre littéraire, critique mondaine

 

La-Fayette

 

 

Questions sur l'introduction et recherches personnelles

Peut-on parler d’une nouvelle galante?

D’un roman précieux?

D’un roman psychologique?

Définir l’incipit : quel est son rôle?

Citez deux autres incipits

Définir l’excipit

Selon vous, la première et la dernière page d’un livre sont-elles essentielles ? En quoi?

Montrez que la première et la dernière page de la Princesse de Clèves sont fondamentales pour l’histoire

La-Fayette

 

Deux problématiques possibles

 

En quoi est-ce un incipit traditionnel ou innovant?

Cet incipit remplit-il ses fonctions?

 

Questions sur l'ensemble de l'incipit

 

La-Fayette

 

 

 

Questionnaire n° 1

 

Sur quoi le roman s'ouvre t'-il?

Quelle est la situation du début de l’œuvre?

Que pensez-vous du titre? Est-ce un roman éponyme? A quoi le titre «Princesse de Clèves» peut-il faire penser? De quoi est-il évocateur? Pourquoi? Le thème est-il tragique?

L'ouvrage de Mme la Fayette a t'-il été pris au sérieux par les aristocrates? Quelle en est l'explication?

Ce roman traduit-il la difficulté de vivre à la cour pour les femmes?

Sous quel règne monarchique La Fayette a t'-elle vécu? Louis XIV

A quelle époque du point de vue historique l'action se situe t'-elle dans son roman la Princesse de Clèves? Henri II

Pourquoi Mme La Fayette a t'-elle volontairement changé l'époque?

Que représente la princesse de Clèves?

Que symbolise Mme de Chartres?

Dans l'incipit, nous trois récurrences du nom «beauté». Est-ce une figure de style? Quel est son sens?

En dehors de sa beauté, nous ne savons rien d'autre de la princesse de Clèves. En ce sens, peut-on dire qu'elle n'est qu'un stéréotype?

Quelles valeurs incarne t'-elle? Du fait des valeurs incarnées, est-elle une référence aristocratique?

Avons-nous une description physique précise dans cette première page?

Cela crée t'-il un effet d'attente? Cela met-il en avant l'idée du stéréotype mystère de la beauté?

Quel point de vue avons-nous?

L'art du portrait est-il alors en vogue? Innovant?

S'agit-il d'un roman historique? Pourquoi?

Le personnage éponyme est-il un personnage historique? 

 

La-Fayette

 

 

Approfondir quelques points

 

Questionnaire n° 2

 

I – L'art du portrait

1 – Qu'est-ce qui est élégant?

Comment le suspense est-il mis en avant?

Comment l'effet d'attente est-il créé?

Comment le mystère est-il révélé?

2 – Une beauté idéalisée

Relevez une métonymie et une gradation

Repérez les détails, termes et expressions qui prouvent que nous avons un stéréotype de la beauté

Retrouvons-nous les critères de la beauté valorisés dans le milieu social de la noblesse?

Relevez et analysez le champ lexical de la vision

La formule d'ouverture « Il parut» assimile t'-elle ce passage à un conte?

La description est-elle néanmoins précise ou reste t'-elle abstraite?

Cela sollicite t'-il l'imagination du lecteur?

La description est-elle précieuse?

 

La-Fayette

 

 

II – Les conseils d'une mère

1 – Un portrait prétexte au discours

Mme La Fayette fait-elle un discours moraliste? Lequel?

De quelle nature le discours est-il?

2 – Originalité de la méthode

Montrez la pédagogie de la méthode

 

La-Fayette

 

 

III – Vertu et amour

En quoi est-ce une roman entre vertu et amour?

Une conception de la vie

Expliquez en quoi consiste la conception réaliste et pragmatique du mariage

En quel sens peut-on parler d'une éducation morale? S'agit-il d'une interrogation nouvelle?

Citez deux auteurs qui se sont intéressés à l'éducation des filles

 

La-Fayette

 

Questions sur la conclusion

Quel est l'intérêt de ce passage?

Est-ce un passage important pour la suite de l'histoire?

Est-il annonciateur de la suite?

 

Ouverture

 

Cet incipit est-il annonciateur et symbolique de l'univers romanesque de l'oeuvre?

 

 

 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

 Prépabac le bac en ligne

Logo prepabac

Boutique en ligne français  philosophie

Coaching scolaire mondial
Elèves scolarisés (lycées français à l'Etranger) et candidats libres

 

Professeur indépendant

  • Identifiant SIRET : 819 269 226 00018
  • APE  :  8559B
Logo prepabac

Français : niveau seconde

Français : Bac pro

Littérature : Dossier bac

Profs en direct le jour du bac

PROF EN DIRECT : BAC 2016

Bac 2016

 

Français   -   Français bac pro 

Littérature   -   Philosophie


 
Logo prepabac
Préparation à l'examen du baccalauréat : français séries générales, technologiques et bac pro, philosophie   littérature  Bac pro et Brevet : Bac  en ligne sur prepabac.org. Profs en direct le jour du bac : les annales bac . Préparer le bac en ligne : Demande de cours sur skype  - Coaching scolaire mondial = Elèves scolarisés et candidats libres (lycées français à l'étranger )

 

Licence Creative Commons
Bibliothèque scolaire de prépabac est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
Fondé(e) sur une œuvre à http://www.prepabac.org/.

Copyright

Droits d'auteur enregistrés, Copyright

Depot.com sous le numéro  00056187

Tous droits réservés

Le site prepabac.org respecte "la loi informatique et liberté "

N° enregistrement CNIL :  1943841