Forum bac  Listes EAF, descriptifs bac - Blog des lycéens  

L oral de français

ForumFORUM PEDAGOGIQUE

FORUM PREPABACForum prepabac

 

Skype
Prepabac facebook
Google
Twitter

Profs en direct le jour du bac

PROFS EN DIRECT : LE FORUM

Pondichery 2016

Français   -   Français bac pro 

Littérature   -   Philosophie

Blogger

 

 

Sartre

Bibliothèque scolaire

11000 documents en ligne

Le bac en ligne metropole etranger candidats libres et lyceens scolarises

Elèves scolarisés   

Candidats libres

Lycées métropole et à  l'étranger      

 

ELEVES SCOLARISES - CANDIDATS LIBRES, METROPOLE, DOM TOM, LYCEES FRANCAIS A L'ETRANGER ET LYCEESPROFESSIONNELS 

Le Spleen chez Baudelaire, Spleen, LXXV et Spleen LXXVIII

 

baudelaire

 

 

 

 

Le Spleen chez Baudelaire, Spleen, LXXV et Spleen LXXVIII


baudelaire

 

 

Questions sur Baudelaire

 

  • - A quel siècle appartient-il?
  • 19ème siècle
  • - Citer deux contemporains
  • Nerval, Balzac, Victor Hugo
  • - Quelle est son oeuvre la plus célèbre?
  • Les Fleurs du mal
  • - Citer deux autres oeuvres du poète
  • Les paradis artificiels, petits poèmes en prose
  • - Quelles sont les trois femmes de Baudelaire?
  • jeanne Duval, Mme Sabatier, Marie Daubrun
  • Qu'est ce qu'un dandy?
  • Un dandy est un homme très élégant, raffiné. Le courant de mode s'appelle le dandysme. Il vient d'Angleterre, XVIIIème siècle. On peut aussi parler en terme d'état d'esprit, d'affectation de l'esprit.
  • - Quels hommes de lettres fréquentait-il?
  • Nerval, Balzac
  • De quoi est-il décédé?
  • Baudelaire est atteint d’une congestion cérébrale et rapatrié vivant, mais aphasique, il meurt le 31 août 1867.

 

Baudelaire

 

 

 

Spleen LXXV

 

Spleen (LXXV)
Les fleurs du mal (1861)

Charles Baudelaire, 1821 - 1867

Pluviôse, irrité contre la ville entière,
De son urne à grands flots verse un froid ténébreux
Aux pâles habitants du voisin cimetière
Et la mortalité sur les faubourgs brumeux.

Mon chat sur le carreau cherchant une litière
Agite sans repos son corps maigre et galeux ;
L'âme d'un vieux poète erre dans la gouttière
Avec la triste voix d'un fantôme frileux.

Le bourdon se lamente, et la bûche enfumée
Accompagne en fausset la pendule enrhumée,
Cependant qu'en un jeu plein de sales parfums,

Héritage fatal d'une vieille hydropique,
Le beau valet de cœur et la dame de pique
Causent sinistrement de leurs amours défunts.

Baudelaire

Commentaire littéraire

Dans la première section des Fleurs du Mal, « Spleen et Idéal », il y a quatre "Spleen". Le Spleen LXXV est le premier de la série. Le poème qui marque la transition entre l'Idéal et le Spleen est La Cloche Fêlée. C'est un sonnet en alexandrins. Il a pour caractéristique d'être régulier sauf aux rimes du quatrain croisées au lieu d'être embrassées. Le cadre quotidien du poète est envahi par le spleen jusque dans les objets les plus anodins. Il envahit le cadre spatio temporel.

Ce sonnet retrace l'état d'esprit du poète en proie au spleen. Nous y étudierons le concept de la mort et nous verrons en quoi le spleen fait écho à la mort omniprésente dans la poésie.

Plan du commentaire littéraire

I - La mort

II - Le spleen fait écho à la mort

Problématique :

Comment la mort fait-elle écho au spleen dans ce poème de Baudelaire?

Baudelaire

I - Le concept de Mort

La mort est omniprésente dans la poésie.

Vers 1, premier quatrain, ouvre la poésie sur l'image de l'hiver, "pluviôse" est une personnification qui connote le froid, la pluie, la tristesse et la grisaille sur la ville. Cette idée ouvre la poésie et renforce l'impression de départ du lecteur qui s'imprègne de l'état d'esprit du poète. Le nom "Pluviôse" est de même souligné et renforcé par la diérèse. La pluie domine, le froid envahit la ville. La mort dans la ville se poursuit par les images des autres vers du quatrain : "urne", "froid ténébreux", "cimetière", "mortalité", "brumeux". Le champ lexical de la grisaille se mêle à celui de la mort. Les connotations sont mortuaires et répondent à l'état d'âme du sonnet. La sensation se traduit d'un point de vue physique et "toute la ville " est frappée. La mort semble appeler de manière violente et angoissante les habitants. La ville est persécutée par l'appel de la mort

"Aux pâles habitants du voisin cimetière
Et la mortalité sur les faubourgs brumeux. "
Les temps sont le présent et le passé, puis futur, idée des cartes qui annoncent l'avenir. La mort est partout, elle se faufile même en l'homme et dans les objets, les choses.

II - Le spleen fait écho à la mort

Le spleen touche la ville, le poète est assimilé au chat, puis il annihile les hommes et les choses.

Le deuxième quatrain est soumis à la même violence, du froid et de la mort, le poète et son chat sont victimes, "frileux", "gouttière", "maigre et galeux vers". L'âme du poète est tourmentée. Le chat est tel le poète et inversement, ils se substituent l'un à l'autre. Il y a une identification du poète au chat, au chat. Mais le poète est diminué, "triste voix" peut connoter la vision d'un poète mourrant, incapable d'écrire, en proie à l'angoisse despotique du spleen : le poète ne peut plus créer. L'écriture poétique n'est plus salvatrice, elle ne libère plus le poète de ses maux, il ne la maîtrise plus, il n'est plus que victime d'un spleen trop violent, trop puissant. La litière devient cercueil;

"L'âme d'un vieux poète erre dans la gouttière
Avec la triste voix d'un fantôme frileux. "


Le spleen progresse encore. Nous pouvons relever les verbes de lamentation "se lamente". Le poète trouve sa personnification dans les objets, "la pendule enrhumée". Les tercets se rapportent aux objets qui eux aussi souffrent du froid et de l'appel au spleen, le bourdon ne chante pas, il se lamente, la bûche ne brule pas, elle se consumme. Le poète devient ces objets qui le symbolisent tant dans son corps que dans son âme. Il devient le Spleen dépossédé de sa faculté d'écrire. Il subit.

Le futur est ici évoqué par l'image des cartes : "Le beau valet de cœur et la dame de pique" : Les cartes disent l'avenir mais c'est un jeu "plein de sales parfums". Nous nous éloignons des Correspondances/ Les parfums exotiques ne sont pas mis en valeur. Les parfums, les couleurs et les sons ne se répondent plus. Il n'y a plus d'harmonie "fausset", "sales parfums". Cela peut se rapprocher de l'oxymore des Fleurs du mal

Les cartes connotent la fatalité, le destin du poète : ce à quoi il ne peut échapper. Les cartes annoncent au poète qu'il est condamné à la mort de l'amour.

Baudelaire
Le thème de l'eau :

1er vers : "Pluviôse" : cela peut évoquer l'idée d'un déluge et donner une connotation religieuse à la poésie. Le spleen serait dans ce cas une punition divine.

Le thème de l'eau se poursuit à la fin du poème avec l'idée d'une intériorisation du spleen assimilé au mal :

"Héritage fatal d'une vieille hydropique"

Conclusion :

Cette poésie fait de la mort omniprésente la véritable force d'un spleen progressif, violent, envahissant et fatal. Cette vision retire tout espoir au poète de créer l'enfermant définitivement dans un gouffre noir duquel il ne peut sortir. Plus d'harmonie, plus de création, plus de parfums suggestifs aux pouvoirs évocateurs d'harmonie des sens. Le spleen traduit peut-être une certaine culpabilité du poète qui se punit par l'écriture ou le défaut de l'écriture. Le spleen peut-il exprimer un sentiment de faute? Le spleen ainsi intériorisé est-il assimilé au Mal chez Baudelaire?

Cela justifierait le thème de l'eau et la punition divine du déluge évoqué dans le vers 1.

 

Entretien de 60 questions avec réponses en commentaire

baudelaire

 

 

LXXVIII -  Spleen, Charles Baudelaire, les Fleurs du Mal

Lecture du poème :


Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle
Sur l'esprit  gémissant en proie aux longs ennuis,
Et que de l'horizon embrassant tout le  cercle
II nous verse un jour noir plus triste que les nuits; 


Quand la terre est changée en un cachot humide,
Où l'Espérance,  comme une chauve-souris,
S'en va battant les murs de son aile timide
Et  se cognant la tête à des plafonds pourris;


Quand la pluie étalant  ses immenses traînées
D'une vaste prison imite les barreaux,
Et qu'un  peuple muet d'infâmes araignées
Vient tendre ses filets au fond de nos  cerveaux,


Des cloches tout à coup sautent avec furie
Et lancent  vers le ciel un affreux hurlement,
Ainsi que des esprits errants et sans  patrie
Qui se mettent à geindre opiniâtrement.


- Et de longs  corbillards, sans tambours ni musique,
Défilent lentement dans mon âme;  l'Espoir,
Vaincu, pleure, et l'Angoisse atroce, despotique,
Sur mon  crâne incliné plante son drapeau noir.


Les Fleurs du  mal, Charles Baudelaire,  1857

baudelaire

 

 

Plan de l'étude :

  • I - Le récit d'un combat :
  • La construction du poème
  • Double postulation
  • II - précisions sur la nature du spleen :
  • Etouffement et enfermement
  • Un combat intérieur
  • Conclusion
  • Ouverture

 

baudelaire

 

 

Préparer l'entretien du bac de français : questions, problématiques, ouverture

Problématiques possibles :

Quels sont les enjeux et les particularités de ce poème?
En quoi cette poésie reflète t'elle la fuite du temps?

 

baudelaire

 

Analyse du poème

Ce poème est extrait des Fleurs du mal publié en 1857. Vers la fin de la section  "Spleen et idéal", quatre poèmes portent tous le même titre. Chacun présente un  visage différent qui accable le poème. Le spleen se présente comme un malaise  existentiel, ce poème mélange donc les conditions de celle-ci sur le physique et  les sens.
Afin de répondre à la problèmatique "Nous pouvons nous  demander quels sont les enjeux et les particularités de ce poème ?" Nous  étudierons dans un premier temps Le récit d'un combat, puis des Précisions sur  la nature du Spleen
Nous verrons, comment, en racontant ce combat entre  l'espérance et l'angoisse, Baudelaire nous propose ici une description du  Spleen.


I) Le récit d'un combat
1)  Construction du poème
Le  texte est composé de cinq quatrains, il n'y a aucune possibilité de symétrie. Le  poème est reparti en deux phrases, une de quatre quatrains, l'autre d'un seul,  cela signale un changement. Les trois premières strophes sont reliées par  l'anaphore "Quand" le rythme est languissant. Le poète décrit une situation de  crise qui allie trois éléments : L'air, la terre et l'eau. On peut remarquer  l'absence du feu car le décor présenté ici est terne et envahi par la grisaille.  La 4e strophe est le premier changement du rythme "Quand" est remplacé par "Tout  a coup" et au vers 13 on a une idée de mouvement avec les cloches qui s'agitent  au mouvement s'ajoute le bruit comme les "Hurlements". La 5e strophe est le  constat de défaite, l'espoir est vaincu allors que l'angoisse triomphe "Drapeau  de la victoire".
2) Double  postulation
Il y a dans tout homme, deux postulations simultanées  l'une vers Dieu, l'autre vers Satan. L'invocation à Dieu est un désir d'être  bon, celle de Satan est une joie de se rapprocher de l'Enfer. Il y a ici un  combat entre l'espérence et l'Angoisse tout au long de cette strophe, on  rencontre la métaphore de la guerre où deux puissances s'opposent. La défaite de  l'espoir est visible avec la rime finale puisque le poème fait rimer "Espoir" et  "Noir".


II) Précisions sur la nature du  Spleen
1) Les  symptômes : Enfermement et Etouffement
Un symptôme : Signe d'une  maladie quelconque. Dans la mesure où Baudelaire considère le Spleen comme une  maladie, il y aura donc deux symptômes :
-L'enfermement : Avec le champ  lexical de l'enfermement avec les mots "Couvercle", "Cachots", "Mur", "Plafond",  "Prison", "Barreaux", "Plats".
-L'etouffement est exprimé par un  bestiaire effrayant, "Chauve souris", symbolique car elle est aveugle, et ne  fait pas la distinction entre le jour et la nuit, ce qui accentue l'idée  d'enfermement et d'étouffement. La monstruosité des araignées est accentuée  par le pluriel, et les araignées sont des prédateurs. Les adjectifs  qualificatifs les différencient. La chauve souris est timide, sa faiblesse  se manifeste aussi par le singulier, tandis que les araignées sont infâmes et en  force.
Jour noir : C'est l'oxymore (deux termes opposés à côté) qui est  repris au vers final par le drapeau noir.
2) Un combat intérieur
Tout  indique que cette bataille est mentale, qu'elle se déroule à l'intérieur de  l'esprit du poète (Exemple : Vers 2 "Esprit", vers 12 "Au fond de nos cerveaux",  Vers 20 "Sur mon crâne".)
Le combat est purement intellectuel comme nous  montre la rime "Barreaux" et "Cerveaux" au fur et à mesure du poème, on passe de  la généralisation (Nous verse,  Nos cerveaux) à une  personnalisation, celle du poète qui va parler a la première personne du  singulier (Mon âme, Mon crâne). La défaite est bien celle  du poète qui est désormais régi par l'angoisse victorieuse qui est l'esclave du  Spleen comme le montre l'image sinistre de l'enterrement à la fin (corbillards).  On peut remarquer que, comme toujours chez Baudelaire, les fausses notes  dominent. Il ne s'agit pas d'une musique funèbre mais de hurlements. 


Conclusion : Ce poème  nous montre une sorte de crise du Spleen avec deux forces qui s'opposent dans  chaque individu. En fait, sous la généralisation, le poète cache sa propre  défaite, il est soumis à l'angoisse. Les quatre poèmes descriptifs et  explicatifs du Spleen s'achèvent sur un constat de défaite et le poète devient  définitivement mélancolique. L'opposition radicale entre le Spleen et l'Ideal ou  autrement dit entre Dieu et Satan domine tout au long de cette poésie.  L'opposition est radicale et n'est jamais dépassée.

baudelaire

 

 


Ouverture : Le double postulat d'un  être déchiré entre Spleen et Idéal domine. Cette dualité est le lieu de tout le  drame Baudelairien. Le Spleen connote le temps qui passe : Le temps étudie  le malaise : Point commun avec les autres poèmes "Spleen" : "J'ai plus de  souvenirs que si j'avais 1000 ans." : Traduction du malaise existentiel  Baudelairien.

 

baudelaire

 

 - Construction du poème

- Combien de quatrains cette poésie a t'elle? - 5 -
- Qu'est ce qu'un quatrain? Une strophe de 4 vers
- Combien de phrases contient elle? Une phrase de 4 quatrains et une autre d'un seul : 2 phrases
- Quelle est la figure de rhétorique qui permet de relier les trois premières strophes? l'anaphore
- Que marque cette structure anaphorique?
L'anaphore "quand" permet de relier les trois premières strophes. Elle met en avant l'image d'un univers oppressant.
- Quels sont les éléments mis en avant grâce à cette structure anaphorique? Air, terre, eau, avec les
vers 1"quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle"
vers 5 : "quand la terre est changée en un cachot humide"
vers 9 : "quand la pluie étalant ses immenses traînées"
L'oppression est accentuée par le champ lexical de la prison "cachot", la comparaison "comme un couvercle".
- Comment les effet d'accumulation et de resserrement sont ils restitués au niveau de la composition du poème? Par les deux phrases, une longue allant des vers 1 à 16, puis le dernier quatrain isolé par un tiret. L'oppression est aussi suggérée et accentuée par la répétition dans chaque strophe d'un vers commençant par la conjonction de coordination "et".
- Comment qualifier la ponctuation? Vers 4 et 8, nous notons la présence d'un point virgule et d'une ponctuation forte. Vers 12 et 13, il y a un point virgule qui reflète l'idée d'un enchaînement sans pause.
- Quelle est la figure rhétorique vers 19? Personnification de l'espérance.

baudelaire

 

 

Questions en fonction du plan proposé : toutes les réponses sont dans le commentaire

I -
- A quel paysage le spleen est-il associé? Paysage de pluie
- Relevez le champ lexical de la noirceur
- Relevez un oxymore : "jour noir", victoire du spleen
- Le spleen a t'-il à voir avec le paysage intérieur?
- Relevez le champ lexical de l'enfermement
- Dernier quatrain : Spleen : expression de l'angoisse/vide
- Relevez l'expression qui montre que le dernier quatrain décrit un enterrement
- Relevez les notations auditives qui connotent la torture
- Quelle expression symbolise la victoire des forces mauvaises? " Drapeau noir"

II -
- Relevez une anaphore
- Que marque t'-elle?
- Comment se traduit la dramatisation baudelairienne - combat et déchirement
- Relevez une allégorie
- Relevez l'expression qui marque l'humeur noire
- Que peut-on dire de la rime finale? Espoir/Noir
- Relevez les expressions opposées : "espérance", "espoir", "angoisse"
- Poète : un être de douleur : bataille mentale
- Relevez les expressions qui le montrent : "sur l'esprit", v. 2 " au fond de nos cerveaux", V.12, "sur mon crâne" V.13
"Barreaux"/"cerveau"
- La défaite est-elle celle du poète ou celle de la condition humaine?
Le dernier quatrain : le "Je" apparaît clairement , le poète est plus sensible que les autres, il est plus en proie au spleen.

Ouverture :

Laforgue : réécriture du spleen : mal du siècle des romantiques  

Baudelaire

 

Le Spleen

Définitions :
*Spleen :  Malaise existentiel : Un état d'âme synonyme d'ennui, d'enlisement = Le mal  baudelairien
*L'idéal : L'anti-monde du Spleen : Le spleen se  rapporte au temps. L'idéal se rapporte à l'instant.

• Origine du mot :

l’anglais spleen « humeur noire, bile » est un emprunt au grec splên qui désignait la rate.

Au sens baudelairien, spleen = mélancolie. Angoisse du poète

Le sujet spleenétique est représenté dans Spleen 1, 2, 3 et 4.

Ces poèmes retracent les manifestations du spleen. On appelle éthopée l'expression du moi dans ses manifestations du spleen, par conséquent, les quatre "Spleen" sont des éthopées.

Manifestation du Moi

Spleen 1 = la représentation du moi est objective (dépersonnalisation. Le spleen est une dépossession du moi, le sujet disparait dans les objets. )

J'ai plus de souvenirs

Dissociation du moi qui n'est plus en adéquation par rapport à lui-même, le moi est incertain

Je suis comme le Roi

Le moi est problématique car il est défini comme un autre le "je" est un autre. Enigme du moi/ Comparant "roi d'un pays pluvieux". Le moi est objet de fiction. Le moi Roi.

Quand le ciel bas et lourd :

Représentation objective du moi. Le moi se confond avec le paysage. Le poète se confond avec le monde. Il y a une sorte de spatialisation du monde.
 

BaudelaireLXXVI

SPLEEN



J’ai plus de souvenirs que si j’avais mille ans.

Un gros meuble à tiroirs encombré de bilans,
De vers, de billets doux, de procès, de romances,
Avec de lourds cheveux roulés dans des quittances,
Cache moins de secrets que mon triste cerveau.
C’est une pyramide, un immense caveau,
Qui contient plus de morts que la fosse commune.
— Je suis un cimetière abhorré de la lune,

Où comme des remords se traînent de longs vers
Qui s’acharnent toujours sur mes morts les plus chers.
Je suis un vieux boudoir plein de roses fanées,
Où gît tout un fouillis de modes surannées,
Où les pastels plaintifs et les pâles Boucher
Hument le vieux parfum d’un flacon débouché.

Rien n’égale en longueur les boiteuses journées,
Quand sous les lourds flocons des neigeuses années
L’ennui, fruit de la morne incuriosité,
Prend les proportions de l’immortalité.
— Désormais tu n’es plus, ô matière vivante,
Qu’un granit entouré d’une vague épouvante,
Assoupi dans le fond d’un Saharah brumeux,
— Un vieux sphinx ignoré du monde insoucieux,
Oublié sur la carte, et dont l’humeur farouche
Ne chante qu’aux rayons du soleil qui se couche.

Baudelaire

 

LXI

SPLEEN



Je suis comme le roi d’un pays pluvieux,
Riche, mais impuissant, jeune et pourtant très-vieux,
Qui de ses précepteurs méprisant les courbettes,
S’ennuie avec ses chiens comme avec d’autres bêtes.
Rien ne peut l’égayer, ni gibier, ni faucon,
Ni son peuple mourant en face du balcon.
Du bouffon favori la grotesque ballade
Ne distrait plus le front de ce cruel malade ;
Son lit fleurdelisé se transforme en tombeau,
Et les dames d’atour, pour qui tout prince est beau,

Ne savent plus trouver d’impudique toilette
Pour tirer un souris de ce jeune squelette.
Le savant qui lui fait de l’or n’a jamais pu
De son être extirper l’élément corrompu,
Et dans ces bains de sang qui des Romains nous viennent,
Et dont sur leurs vieux jours les puissants se souviennent,
Il n’a pas réchauffé ce cadavre hébété
Où coule au lieu de sang l’eau verte du Léthé

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

 Prépabac le bac en ligne

Logo prepabac

Boutique en ligne français  philosophie

Coaching scolaire mondial
Elèves scolarisés (lycées français à l'Etranger) et candidats libres

 

Professeur indépendant

  • Identifiant SIRET : 819 269 226 00018
  • APE  :  8559B
Logo prepabac

Français : niveau seconde

Français : Bac pro

Littérature : Dossier bac

Profs en direct le jour du bac

PROF EN DIRECT : BAC 2016

Bac 2016

 

Français   -   Français bac pro 

Littérature   -   Philosophie


 
Logo prepabac
Préparation à l'examen du baccalauréat : français séries générales, technologiques et bac pro, philosophie   littérature  Bac pro et Brevet : Bac  en ligne sur prepabac.org. Profs en direct le jour du bac : les annales bac . Préparer le bac en ligne : Demande de cours sur skype  - Coaching scolaire mondial = Elèves scolarisés et candidats libres (lycées français à l'étranger )

 

Licence Creative Commons
Bibliothèque scolaire de prépabac est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
Fondé(e) sur une œuvre à http://www.prepabac.org/.

Copyright

Droits d'auteur enregistrés, Copyright

Depot.com sous le numéro  00056187

Tous droits réservés

Le site prepabac.org respecte "la loi informatique et liberté "

N° enregistrement CNIL :  1943841