Forum bac  Listes EAF, descriptifs bac - Blog des lycéens  

L oral de français

ForumFORUM PEDAGOGIQUE

FORUM PREPABACForum prepabac

 

Skype
Prepabac facebook
Google
Twitter

DOSSIER BAC

Spécial candidats libres

Cned

ORAL EAF

Blogger

 

 

Sartre

Bibliothèque scolaire

11000 documents en ligne

Le bac en ligne metropole etranger candidats libres et lyceens scolarises

Elèves scolarisés   

Candidats libres

Lycées métropole et à  l'étranger      

 

 

La Fayette, l'aveu à M.Nemours

La-Fayette

 

 

 

 

 

La Fayette, La princesse de Clèves

*** Entretien préparé, séquence roman

La-Fayette

 

Séquence : Le roman : La scène de l'aveu à M . Nemours

 

Lecture du texte :

-Hélas ! Madame, répliqua-t-il, que pouvez-vous craindre qui me flatte trop, après ce que vous venez de me dire ? -Je veux vous parler encore avec la même sincérité que j’ai déjà commencé, reprit-elle, et je vais passer par-dessus toute la retenue et toutes les délicatesses que je devrais avoir dans une première conversation, mais je vous conjure de m’écouter sans m’interrompre. » Je crois devoir à votre attachement la faible récompense de ne vous cacher aucun de mes sentiments, et de vous les laisser voir tels qu’ils sont. Ce sera apparemment la seule fois de ma vie que je me donnerai la liberté de vous les faire paraître ; néanmoins je ne saurais vous avouer, sans honte, que la certitude de n’être plus aimée de vous, comme je le suis, me paraît un si horrible malheur, que, quand je n’aurais point des raisons de devoir insurmontables, je doute si je pourrais me résoudre à m’exposer à ce malheur. Je sais que vous êtes libre, que je le suis, et que les choses sont d’une sorte que le public n’aurait peut-être pas sujet de vous blâmer, ni moi non plus, quand nous nous engagerions ensemble pour jamais. Mais les hommes conservent-ils de la passion dans ces engagements éternels ? Dois-je espérer un miracle en ma faveur et puis-je me mettre en état de voir certainement finir cette passion dont je ferais toute ma félicité ? Monsieur de Clèves était peutêtre l’unique homme du monde capable de conserver de l’amour dans le mariage. Ma destinée n’a pas voulu que j’aie pu profiter de ce bonheur ; peut-être aussi que sa passion n’avait subsisté que parce qu’il n’en aurait pas trouvé en moi. Mais je n’aurais pas le même moyen de conserver la vôtre : je crois même que les obstacles ont fait votre constance. Vous en avez assez trouvé pour vous animer à vaincre ; et mes actions involontaires, ou les choses que le hasard vous a apprises, vous ont donné assez d’espérance pour ne vous pas rebuter. -Ah ! Madame, reprit monsieur de Nemours, je ne saurais garder le silence que vous m’imposez : vous me faites trop d’injustice, et vous me faites trop voir combien vous êtes éloignée d’être prévenue en ma faveur. -J’avoue, répondit-elle, que les passions peuvent me conduire ; mais elles ne sauraient m’aveugler. Rien ne me peut empêcher de connaître que vous êtes né avec toutes les dispositions pour la galanterie, et toutes les qualités qui sont propres à y donner des succès heureux. Vous avez déjà eu plusieurs passions, vous en auriez encore ; je ne ferais plus votre bonheur ; je vous verrais pour une autre comme vous auriez été pour moi. J’en aurais une douleur mortelle, et je ne serais pas même assurée de n’avoir point le malheur de la jalousie. Je vous en ai trop dit pour vous cacher que vous me l’avez fait connaître, et que je souffris de si cruelles peines le soir que la reine me donna cette lettre de madame de Thémines, que l’on disait qui s’adressait à vous, qu’il m’en est demeuré une idée qui me fait croire que c’est le plus grand de tous les maux.

La-Fayette

 

La nature du roman

"La nature du roman, si elle était connue, les romans seraient écrits par des fonctionnaires. Les thèmes des romans seraient enregistrés sur logiciel, les romans composés par ordinateur. La nature du roman est inconnue. Elle fuit sous l'esprit de celui qui écrit le roman comme la femme fuit, tout en s'abandonnant aux mains de son amant, tandis que sa propre imagination divague. La nature du roman est l'absence. Le roman n'est pas seulement mobile, il est mouvant, il se transforme en même temps qu'il se déroule, il ignore à jamais le prochain mot. La nature du roman est l'infini. Le roman est l'autobiographie en acte. Le romancier est une création de chaque instant. Il dit « Je » pour mentir. Il s'affirme homme et femme, ange et monstre, jeune homme et vieillard. Il meurt autant de fois qu'il faut. Il aime infatigablement. La nature du roman est le sexe. Le roman est un acte sexuel. La nature du roman est une femme rousse, dans une salle obscure, qui convoite un acteur de cinéma. « Tout à l'heure, chez moi, Lexington Avenue. » Elle ferme les yeux et s'enfonce les ongles dans les paumes. La nature du roman est un vieil homme, assis sur un pliant, la nuque protégée du soleil par un mouchoir, qui regarde, immobile, le paysage poussiéreux. Il boit une orchiatta, que lui apporte un jeune garçon de café, en qui il croit vaguement se reconnaître, et tirant de sa poche un carnet, il tente de noter un souvenir qui vient de lui traverser l'esprit. Sa main tremble. La nature du roman est la guerre entre le désir et la mémoire, entre l'écriture et le temps. La nature du roman est l'impossible."

Pierre Bourgeade, La nature du roman

La-Fayette

 

Le personnage de roman : du fantasme mythologique à l'être de chair.

 

*** Préparer la lecture : Liens en ressources gratuites

 

La-Fayette

I - Questions sur l'auteur

  • - De quel siècle Madame de la Fayette est elle?
  • Du 17ème siècle : Elle est née le 18 mars 1634 à Paris, et y est morte le 25 mai 1693
  • - Quel est son nom?
  • Marie-Madeleine Pioche de La Vergne, comtesse de La Fayette
  • - Quelles sont ses origines?
  • Marie-Madeleine Pioche de La Vergne est née dans une famille aisée de petite noblesse
  • - A quelle occasion est elle introduite dans les salons littéraires?
  • Lorsqu'elle elle devient dame d'honneur de la reine Anne d'Autriche et commence à acquérir une éducation littéraire auprès du grammairien Ménage qui finit par l'introduire dans les salons littéraires
  • - Qui était Français Motier?
  • Son mari qu'elle épouse en 1655 avec lequel elle aura 2 fils. Le comte de La Fayette.
  • - Quels sont ses contemporains?
  • La Rochefoucauld
  • - Citez une autre oeuvre de Madame de La Fayette
  • Mémoires de la Cour de France (1731).
  • - Quelle est l'oeuvre la plus célèbre?
  • La Princesse de Clèves

 

La-Fayette

 

II - Questions sur l'oeuvre : La princesse de Clèves :

  • - Quel est le genre littéraire de cet ouvrage?
  • un des premiers romans d'analyse de l'histoire littéraire française = un roman historique
  • - Dans quelles conditions a t'il été publié?
  • publié anonymement par Marie-Madeleine de La Fayette : 1678
  • Quelle est la toile de fond du livre?
  • la vie à la cour des Valois, dans les dernières années d'Henri II
  • - Quel est le contexte historique?
  • XVIIe siècle : les années d'Henri II
  • - Peut on dire qu'il s'agit d'un roman historique?
  • Oui c'est un roman historique et un roman moderne
  • - Quel est le rapport entre cet ouvrage et la vie culturelle au XVIIème siècle?
  • Le roman marque  l’affirmation en littérature de la place des femmes dans la vie culturelle du XVIIe siècle, en ce sens, on peut dire qu'il rejoint le courant de la Préciosité.
  • - Peut on en parler comme d' un modèle littéraire?
  • Oui, il y a respect de l'esthétique  classique, souci de  vraisemblance dans la psychologie des personnages et construction rigoureuse. Il a inspiré Balzac.
  • - Quels sont les éléments historiques du roman?
  • Cour des Valois, Henri II, les personnages sont des personnages historiques sauf le personnage principal, procès de Françoise de Rohan.
  • - Quelles sont les trois grandes influences du livre?
  • Préciosité, Jansénisme et libertinage
  • - Que peut-on dire sur la réception du livre?
  • Succès qui a inspiré Balzac, chef d'oeuvre littéraire, critique mondaine

 

La-Fayette

 

Questions sur la séquence roman : 15 questions avec réponses

  • Le roman et ses personnages : visions de l'homme et du monde, série de questions
  • 1. Donner une définition du roman.
  •  Le roman est, au XIIème siècle, un récit en vers français. A partir du XIVème siècle, le roman renvoie à des textes en prose. Selon son sens moderne, le roman est une « œuvre d’imagination en prose, assez longue, qui présente et fait vivre dans un milieu des personnages donnés comme réels, nous fait connaître leur psychologie, leur destin, leurs aventures. »
  • 2. Quelles sont les différentes formes du roman ?
  •  Le roman de chevalerie et les fabliaux (de petites histoires en vers simples et amusants) au Moyen-âge
  •  Le roman comique au XVIIème
  •  Le roman épistolaire et le roman picaresque (dont le héros est un aventurier ou un vaurien) au XVIIIème
  •  Le roman historique, le roman de mœurs, le roman d’aventures, et le roman fantastique au XIXème
  •  Le roman policier, le roman de science-fiction, le roman analyse et le « nouveau roman » au XXème.
  • 3. Quelles sont les interrogations romanesques essentielles ?
  •  La passion amoureuse
  •  L’apprentissage du monde et la découverte du réel
  •  Le jeu de la mémoire et du temps
  •  L’interrogation devant la condition humaine.
  • 4. Quelles sont les fonctions du roman ?
  •  La fonction ludique (se divertir, s’évader, s’identifier…)
  •  La fonction didactique :
  • o le roman comme connaissance du monde (roman historique, roman social, roman témoignage…)
  • o Le roman comme connaissance de l’homme
  • o Le roman comme leçon (le roman engagé, la morale)
  • o Le roman comme interrogation
  • 5. Donner des exemples de romans à fonction didactique?.
  • Romans didactiques : Les lettres persannes de Montesquieu Les liaisons dangereuses de Laclos Le rouge et el noir de Stendhal
  • 6. Qu’est-ce que le schéma actantiel ?
  •  Le schéma actantiel s’applique parfois parfaitement à l’intrigue, et pour certaines œuvre, il ne coïncide que partiellement avec l’action. Les personnages principaux, qui ont une place importante dans le déroulement du récit (parmi eux, le héros) sont classés en deux catégories qui s’opposent :
  • o Les personnages adjuvants, qui aident le héros dans sa quête (de même, peuvent être adjuvants des objets, des évènements…)
  • o Les personnages opposants, qui sont en conflit avec le héros, et tentent de le mettre en échec.
  •  Le héros, entourés des personnages principaux, subit une épreuve principale avant d’atteindre son but.
  • 7. Comment la caractérisation des personnages est-elle réalisée ?
  •  Elle est directe pour les descriptions, les renseignements explicites sur l’identité du personnage
  •  Elle est indirecte quand il s’agit de déduire les traits de la personnalité du héros, de son comportement, ou ses paroles.
  •  On appelle « effet personnage » l’illusion de réalité que donne le roman, le lecteur assemblant mentalement au fil du récit des éléments dispersés qui construisent peu à peu le personnage. Pourtant, celui-ci n’est rien au départ.
  • 8. Quelles sont les fonctions des personnages dans un roman ? Représentation : le portrait des personnages donne au lecteur l’image d’une réalité.
  •  Symbole : Le personnage symbolise souvent toute une catégorie de personnes, il dépasse les perspectives individuelles.
  •  Interprétation : c’est à travers le personnage que se construit le sens du récit.
  •  Identification : les comportements d’un personnage peuvent influencer le lecteur qui a tendance à s’identifier à lui.
  •  Esthétique : il existe un art de la composition du personnage, et de le créer au fil du récit.
  •  Information : Le personnage transmet des indices, des valeurs au lecteur.
  • 9. Qu’est-ce qu’un héros ?
  •  Le personnage principal d'un roman est la personne sur laquelle sont fondée toute l'action, et toute la cohérence de l'histoire contée. Dans notre langage quotidien, nous appelons toujours le personnage principal le héros de l'histoire ; or le véritable héros est l'individu qui parvient à vaincre les difficultés et à régler les problèmes par l'intermédiaire de sa force, son pouvoir ou son intelligence. Les vrais héros de romans vivent de multiples aventures racontées dans de nombreux ouvrages, ils ont déjà des capacités ou des facultés particulières qui autorisent ces aventures. Le mot « héros » désigne à l’origine, un demi-dieu, qui accomplie des exploits, et incarne le courage et des valeurs moral. Cependant, il existe des personnages principaux appelés des antihéros.
  • 10. Qu’est-ce qu’un antihéros ?
  •  On peut distinguer quatre types principaux d’antihéros:
  • o le personnage « sans qualités », l’être ordinaire vivant une vie ordinaire dans un cadre ordinaire
  • o le héros « décalé », un personnage ordinaire, sans qualités, qui par les circonstances se trouve plongé dans une situation extraordinaire.
  • o le héros négatif, porteur de valeurs antihéroïques et en général antisociales, mais sans qualités « héroïques ».
  • o le héros déceptif, un personnage ayant potentiellement des qualités héroïques mais qui n’en fait pas usage ou les utilise mal ou à mauvais escient, ou qui tend à perdre ces qualités, ou enfin qui se trouve dans un cadre où ces qualités ne sont plus appréciées ou admises.
  • 11. Quelles sont les différents types de héros, et leurs caractéristiques ?
  •  Au XVIIème siècle, prédominent les héros raffinés des romans précieux, les héros joyeux des romans comiques, et les héros parfaits du roman classique.
  •  Au XVIIIème siècle, on assiste à la naissance du héros de roman moderne, avec les personnages entreprenants du réalisme, les héros hédonistes du roman libertin, les héros philosophes du roman des lumières, les héros sensibles des romans du courant pré-romantique.
  •  Au XIXème, le personnage idéalisé du roman romantique apparaît, ainsi que le héro moderne des romans réalistes, et le héro expérimental du roman naturaliste.
  •  Au XXème siècle, on retourne à des personnages forts (vers les années 30), ce sont des héros engagés, aux prises avec les conflits de leur temps. Dans les années 50, les personnages dans le nouveau roman sont remis en question, par exemple en rendant le personnage principal anonyme, ou en ne se focalisant pas sur un personnage principal.
  • 12. Qu’est –ce que la focalisation ?
  •  Pour raconter une histoire, on doit choisir un point de vue, la focalisation : le romancier décide qui perçoit les événements rapportés. (le mot « focalisation » est issu du vocabulaire photographique : c’est le foyer à partir duquel une photo est prise.
  • 13. Quels sont les différents points de vue utilisés dans un roman ?
  •  Le point de vue externe = perception « du dehors », sans connaître les pensées des personnages.
  •  Le point de vue interne = perception d’un seul personnage, dont on suit les pensées, les sensations.
  •  Le point de vue omniscient (ou focalisation zéro) = perception de l’ensemble des sentiments et des sensations de tous les personnages, ainsi que du passé et de l’avenir.
  • 14. Qu’est-ce que les modalités du récit ? Quelles sont-elles dans un roman ?
  •  Le temps romanesque n’est pas linéaire comme le temps réel : le récit peut accélérer ou ralentir l’action, revenir en arrière, s’arrêter brusquement. Les personnages ont dans le roman une vie plus ou moins complète, certains ne font que des apparitions épisodiques, la façon dont ils s’inscrivent dans le temps peut donc être importante dans l’étude du roman. Ce sont ces « effets » que l’on appelle modalités.
  •  La scène : durée du récit = vie du personnage. (Elle est calquée sur les évènements.)
  •  La pause : durée du récit >vie du personnage. (Comme son nom l’indique, c’est un arrêt du déroulement des évènements.)
  •  Le sommaire : durée du récit < vie du personnage. (Les évènements sont énumérés ou résumés.)
  •  Analepse : c’est un retour en arrière (qui provoque une pause dans le récit. Le temps n’avance plus, mais des renseignements qui font avancer le récit sont dévoilés.)
  •  Prolepse : anticipation du futur
  •  Ellipse : passage sous silence d’une période plus ou moins longue.
  •  Modalité itérative : action répétée une seule fois.
  • 15. Quelle est la structure du récit dans le roman ?
  •  Le récit romanesque est composé de :
  • o La situation initiale : définit le cadre de l'intrigue, met en place le lieu, l'époque, les personnages... le héros vit une situation d’équilibre.
  • o L’élément perturbateur : C'est l'élément qui fait basculer la situation du début, remet en cause l'état initial: rencontre, découverte, événement inattendu...
  • o Les péripéties : c’est une suite de transformations qui modifie la situation des personnages.
  • o L’élément de résolution : il annonce la résolution de l’intrigue. C’est le dénouement.
  • o La situation finale : Le personnage principal trouve une nouvelle situation d'équilibre, sur laquelle s’achève le roman/le récit.
  •  Ce modèle, à l'origine de toute invention narrative, peut être plus ou moins modifié; certaines étapes peuvent être difficiles à reconnaître, ou leur ordre changé. Mais retrouver et analyser ce schéma permet d'enrichir l'étude du roman.

 

La-Fayette

 

Commentaire :

Situation :

M de Clèves est mort de douleur, se croyant trompé. Si le duc connaît les sentiments de la princesse, c'est par un concours de circonstances : il a été témoin de l'aveu qu'elle a fait à M de Clèves. Le lui dire en s'adressant à lui, en tête à tête, est très difficile.( Parallèle entre les 2 scènes d'aveu : l'intransigeante sincérité de la princesse qui se sert de l'aveu pour mieux lutter contre sa passion/ pour le duc, les 2 fois, certitude qu'il est aimé et que rien n'est possible

  • Plan de l'étude :
  • I - Une déclaration d'amour
  • II - Le rejet

 

La-Fayette

 

I/ Une déclaration d'amour

On a une grande déclaration d'amour "Je crois devoir à votre attachement ... de ne vous cacher aucun de mes sentiments" ---> Il mérite donc de connaitre ses sentiments d'après elle. On a un souci de transparence : avec un vocabulaire de l'introspection "avec la même sincérité", "ne vous cacher aucun de mes sentiments", "vous les laissez voir tels qu'ils sont" On a une insistance, il s'agit de  montrer ses sentiments réels. "avouer" x2 : elle veut donc lui déclarer son amour. Mais c'est une démarche inconvenante, étrange. ---> Dire à un homme qu'elle l'aime passionnément pour lui dire qu'elle ne veut pas aller plus loin

Et c'est un aveu complet -  Elle parle de la jalousie qu'elle a éprouvée à propos de la lettre plus celle qu'elle éprouverait s' il y avait  mariage et délaissement -

 Champ lexical du malheur :"douleur mortelle", "si horrible malheur", "malheur"x3, "cruelle peine", "les plus grands de tous les maux"

Ce sont des hyperboles Cela désigne ce qui lui arriverait s' il la delaissait. "Cette passion dont je ferais toute ma félicité" ---> L'amour qu'il aura pour elle sera son seul bonheur. "Je n'aurais pas le même moyen de conserver la vôtre"

- Mr Clèves l'aimait parcequ' elle ne l'aimait pas

-Elle aime Nemours "Les passions peuvent [la] conduire [pas] [l]'aveugler" ---> Elle reconnait cette passion avec une lucidité froide. Elle est donc impuissante devant cette passion mais elle peut s'imposer de ne pas la vivre.

La-Fayette

 

 

II/ Le rejet

Les repliques du duc de Nemours

Clèves est en position supérieure par rapport à Nemours. Nemours a seulement 2 répliques courtes composées de beaucoup d'exclamations et de protestations

-  Il proteste contre ce qu'elle dit. tout le malheur qu'elle aurait si elle ne restait pas. Il pense qu'elle n'a pas une bonne opinion de lui "vous êtes éloignés d'être prévenue en ma faveur"

-  Mme de Clèves ne répond pas à ses repliques

Inconstance des hommes en général

Questions oratoires : "Mais les hommes conservent - ils de la passion dans ces engagements éternels?" ---> Présent de vérité générale. Elle parle des hommes en général. "dois je esperer un miracle en ma faveur" ---> Certitude que Nemours finira pas ne plus l'aimer "Mr Clèves est l'unique homme du monde capable de conserver l'amour du mariage" Mais il continue de l'aimer parce qu'elle ne l'aime pas/. Ce n'est donc pas une exception.

Portrait de Nemours

"types meme du courtisan", "né avec toutes les dispositions pour la galanterie". "plusieurs passions" : Passé lourd 

-  A partir de ce passé elle imagine l'avenir

Raisonnement

Elle considère que c'est à cause de Nemours que Clèves est mort. "elle a des raisons de devoir insurmontable" "Vous êtes libres, je le suis". ---> Aux yeux du monde, ils sont tous les 2 libres mais la vraie raison est qu'elle refuse de souffrir, elle préfère ne pas aimer que de souffrir ---> "le plus grand des maux" est d'être délaissé après avoir été aimée. On a une succession de 6 conditionnels "Je ne ferais plus votre bonheur..." Clèves est tellement raisonnable au point d'être insensé "Ce sera apparemment la seule fois de ma vie" ---> Elle lui dit adieu et elle ne le reverra plus.

Conclusion :

L'exigence de transparence de la princesse ne va pas sans une certaine cruauté pour elle et pour les autres. Dans cette dernière scène du roman, il apparaît qu'au-delà de son attachement au devoir, il y a dans ce personnage un refus de l'amour et du monde. Alors qu'elle hésite encore quelquefois, elle finit par vivre de façon monacale, afin de préserver son devoir mais aussi, le terme revient souvent, son repos.

La-Fayette

 

 Pour aller plus loin :

Confrontation des deux scènes, l'aveu au prince et l'aveu à Nemours

Première scène : Consultez le commentaire de l'aveu au prince pour répondre aux questions

Une scène hors du commun

Le Prince insiste afin de savoir la vérité "Eh bien" "en se jetant à genoux" --> rupture des conventions -  Image d'une femme à genoux très belle ---> image religieuse Hyperbole : "le plus malheureux des hommes", "si violente", "d'une beauté si admirable" " le visage couvert de larmes" image de saints

-  Les hyperboles soulignent le caractère admirable et extraordinaire - Phrases impersonnelles "on" "il faut" "tout ce que". Parallélisme : "Il faut avoir plus d'amitié et plus d'estime pour un mari que l'on en a jamais eu" / "vous paraissez plus digne d'estime et d'admiration que tout ce qu'il y a jamais eu de femme au monde" "plus admirable mari du monde" / " plus admirable des femmes" ---> tous les 2 sont extraordinaires et se ressemblent

- Renversement des rôles : M. Cleves lui demande pardon : concours d'excuses

La-Fayette

 

 

II/ un aveu extaordinaire

Elle fait l'aveu afin de quitter la cour "Si j'avais encore Mme Chartre pour me conduire" ---> elle lui demande de remplacer sa mère : d'être son guide de conscience 

- Périphrase : marque de faiblesse" : preuve d'amour pour Nemours "innocence de ma conduite" : elle n'a pas commis l'adultère "le parti que je prends" : aveu qu'elle vient de faire "sentiments qui vous déplaisent" : amour pour une autre personne que M.Cleves Champs lexical de l'éloignement : "m'eloigner", "éviter" "retirer"  :  Suite d'impératifs de supplications. Ils montrent que son sens du devoir est plus fort que de céder à la tentation "conduisez moi" "ayez pitié de moi' " aimez moi encore si vous le pouvez" 

- Rythme ascendant avec des vers de plus en plus longs,  4 puis 6 puis 10 mètres

La-Fayette

 

 

III/ la passion de Mr Clèves

Il apparaît comme un personnage tragique - expression de sa souffrance : "la tête appuyée sur ses mains" "il pensa mourir de douleur" "hors de lui même " "affection aussi violente" " le plus malheureux des hommes"  -  Superlatif + hyperbole qui montrent qu'il souffre - conflit intérieur : - admiration qu'elle lui ait dit - "rendez malheureux par la plus grande marque de fidélité que jamais une femme ait donnée à son mari"

- dédoublement de personnalité : "j'ai tout ensemble la jalousie d'un amant et d'un mari". Mari  : c'est une question d'honneur, amant  : c'est la douleur, la souffrance, Interrogation intrusive qui montre sa jalousie "et qui est il Mme cet homme heureux qui vous donne cette crainte? Depuis quand vous plaît- il? Qu'a t -il fait pour vous plaire ? Quel chemin a t il trouvé pour aller à votre coeur ? Sa souffrance est grandissante

Conclusion :

ce qui est marquant dans ce passage est la démarche de Mme  de Clèves qui avoir pour mieux résisté, demande à son mari d'être un directeur de conscience. Mme de Clèves se leurre et affirme qu'il n'en abusera pas alors que sa jalousie va le pousser à faire suivre sa femme et qu'il en mourra. L'exigence de transparence entraîne Mme de Cleves hors des conventions et bien au delà de la morale.

 

La-Fayette

 

Questions sur la première scène : l'aveu au prince

Questions générales sur la scène de l’aveu au prince

On sait que le passage à l’acte est progressif car la princesse a eu l’idée à plusieurs reprises de tout avouer à son mari. On a donc une scène préparée. C’est une scène clé apparue choquante en son temps. En effet, on peut se demander pourquoi elle avoue au risque de le faire souffrir. Elle refuse la galanterie, l’apparence, la dissimulation, le mensonge. Elle ne se conforme pas aux usages de la société. Elle refuse le conflit entre sa raison et sa passion. L’aveu se fait sous les yeux de Nemours caché dans l’ombre. On peut donc mesurer la tension psychologique entre les époux, la dimension dramatique et le romanesque.

Vous devez après lecture de ces notes pouvoir répondre à ces questions générales :

Avons-nous une scène cruciale dramatisée?

Le passage à l’acte est-il progressif? Pourquoi? Justifiez votre réponse

Montrez que c’est une scène clé

Pourquoi selon vous ce passage a t’-il pu choquer en son temps?

Selon vous, pourquoi la princesse décide t’elle de tout avouer?

Se conforme t’elle aux usages de la société de son temps?

Comment gère t’-elle le conflit entre la raison et la passion?

Quel est le contexte de l’aveu?

Monsieur Nemours est-il présent?

Quel impact cela a t’-il?

La présence cachée de Nemours renforce t’-elle l’aspect romanesque du passage?

La tonalité est-elle en outre dramatique?

Que pensez - vous de la scène de l’aveu?

Est-elle essentielle pour la suite de l’histoire?

De quoi est-elle annonciatrice?

Qu’avez-vous trouvé de plus marquant dans ce passage?

L’exigence de transparence de Mme de Clèves va t’-elle la conduire au-delà de la morale?

 

La-Fayette

 

Questions sur la scène de l'aveu à M.  Nemours en fonction des axes et du plan du commentaire

 

Introduction à la scène d’aveu :

La première scène d’aveu vous semble t’-elle plus importante que la seconde?

Cette deuxième scène d’aveu reflète t’-elle l’état d’esprit du roman?

L’état d’âme de la princesse?

Représente t’-elle son besoin de conformisme et celui de vivre un amour en accord avec sa conscience?

Les deux aveux sont-ils pourrait-on dire, l’expression d’une forme d’héroïsme? En quoi? Justifiez votre réponse en citant

Comment le duc a t’-il pris connaissance des sentiments de la princesse?

Faites un parallèle entre les deux scènes de l’aveu à ce sujet

Comment percevez-vous cet amour impossible?

La-Fayette

 

Questions sur le commentaire en fonction du plan : toutes les réponses sont dans le commentaire

I -

La déclaration d’amour

Relevez le vocabulaire, les expressions qui trahissent les exigences de moralité exprimées par la princesse

Peut-on parler d’une femme de devoir?

Son conflit se traduit-il entre passion et raison?

Citez pour justifier votre réponse

A t’-elle le même état d’esprit et d’exigence avec elle-même dans les deux scènes d’aveu?

Dans quelle scène d’aveu est-elle selon vous la plus transparente et la plus sincère?

Analysez le vocabulaire de l’introspection

L’aveu est-il complet?

Que traduisent les hyperboles et le champ lexical du malheur?

Dans son rapport à l’amour, semble t’-elle plus raisonnable et lucide que passionnée?

 

La-Fayette

 

 

II -

Les répliques du Duc de Nemours

Quelle position Mme de Clèves a t’-elle par rapport à Nemours?

Etudiez les répliques et la ponctuation

Comment la culpabilité est-elle gérée par les personnages à travers les répliques. Justifiez votre réponse en citant le texte.

Inconstance des hommes en général

Relevez les questions oratoires. Que marquent-elles?

Que souligne le présent de vérité générale?

Comment Mme de Clèves perçoit-elle les hommes? Quelle image en a t’-elle? Pense t’-elle que l’amour est possible ou pas?

Mr Nemours est-il une exception? Est-il vu comme un homme inconstant? Quel est l’argument mis en avant?

Portrait de Mr Nemours

Quel portrait avons-nous de Mr Nemours?

Raisonnement

La princesse est-elle un personnage tragique?

Justifiez votre réponse en citant le texte et en analysant le raisonnement du passage

La-Fayette

 

 

Conclusion

Quelle impression cette dernière scène de roman laisse t’-elle au lecteur?

Peut-on parler d’un renoncement ou d’une forme de renoncement à la vie propre et caractéristique des personnages tragiques?

La princesse de Clèves incarne t’-elle l’héroïsme avec tout ce que cela suppose?

Rapprocher la première et la dernière page du roman.

 

 

 

 

 

 

 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

 Prépabac le bac en ligne

Logo prepabac

Boutique en ligne français  philosophie

Coaching scolaire mondial
Elèves scolarisés (lycées français à l'Etranger) et candidats libres

 

Professeur indépendant

  • Identifiant SIRET : 819 269 226 00018
  • APE  :  8559B
Logo prepabac

Français : niveau seconde

Français : Bac pro

Littérature : Dossier bac

Profs en direct le jour du bac

PROF EN DIRECT : BAC 2016

Bac 2016

 

Français   -   Français bac pro 

Littérature   -   Philosophie


 
Logo prepabac
Préparation à l'examen du baccalauréat : français séries générales, technologiques et bac pro, philosophie   littérature  Bac pro et Brevet : Bac  en ligne sur prepabac.org. Profs en direct le jour du bac : les annales bac . Préparer le bac en ligne : Demande de cours sur skype  - Coaching scolaire mondial = Elèves scolarisés et candidats libres (lycées français à l'étranger )

 

Licence Creative Commons
Bibliothèque scolaire de prépabac est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
Fondé(e) sur une œuvre à http://www.prepabac.org/.

Copyright

Droits d'auteur enregistrés, Copyright

Depot.com sous le numéro  00056187

Tous droits réservés

Le site prepabac.org respecte "la loi informatique et liberté "

N° enregistrement CNIL :  1943841