Forum bac  Listes EAF, descriptifs bac - Blog des lycéens  

L oral de français

ForumFORUM PEDAGOGIQUE

FORUM PREPABACForum prepabac

 

Skype
Prepabac facebook
Google
Twitter

DOSSIER BAC

Spécial candidats libres

Cned

ORAL EAF

Blogger

 

 

Sartre

Bibliothèque scolaire

11000 documents en ligne

Le bac en ligne metropole etranger candidats libres et lyceens scolarises

Elèves scolarisés   

Candidats libres

Lycées métropole et à  l'étranger      

 

 

Bouvier, l'Usage du monde, commentaire et oral EAF

 

Bouvier

 

 

 

 

 

 

Nicolas Bouvier, L’usage du monde : « Découvrir et se découvrir », 1963

 

  • Questionnaire sur Nicolas Bouvier
  •  - Qui est Nicolas Bouvier ?
  • C'est un écrivain, photographe et journaliste
  • Il était universitaire à Genève
  • - A quelle littérature s'est il intéressé ?
  • A la littérature de la guerre de trente ans
  • - Quand est-il né ?
  • En 1929
  • - Quand est-il mort ?
  • 1998 à Genève

 

Journalisme et Usage du Monde

  • - A quelle occasion écrit-il la première partie du voyage racontée dans L'Usage du monde ?
  • En 1953, avec Thierry Vernet il part de Belgrade à Kaboul à travers la Yougoslavie, Turquie, Iran et Pakistan. C'est à cette occasion qu'il écrit la première partie du voyage racontée dans l'Usage du monde.
  • - Ce livre est-il devenu culte ?
  • Oui ce livre est devenu culte
  • Quand L'usage du monde est-il publié pour la première fois ?
  • En 1963
  • -De quoi est-il question dans cet ouvrage ?
  • Dans cet ouvrage, il raconte un voyage entrepris avec son ami Thierry Vernet qui était un dessinateur.
  • - Dans notre passage, quelle est la situation ? A quel moment l'action ?
  • L'action se situe au moment où ils s'installent à Tabriz pendant l'hiver en Iran.

 

Bouvier

 

 

  • Problématique
  • Comment le locuteur définit-il le voyage dans cet extrait ?

 

Lecture du texte :

Dans L’empire des steppes, de Grousset, je trouvai mention d’une infantechinoise dont un khan de Russie occidentale avait demandé la main. Les émissaires ayant pris quinze ans pour faire l’aller-retour et rapporter une réponse favorable, l’affaire s’était finalement conclue... à la génération suivante. J’aime la lenteur ; en outre, l’espace est une drogue que cette histoire dispensait sans lésiner. En déjeunant,

je la racontai à Thierry, et vis sa figure s’allonger. Les lettres qu’il recevait de son amie Flo le confirmaient dans des idées de mariage qu’il ne comptait pas différer d’une génération. Bref, je tombais mal avec ma princesse.

Un peu plus tard, retour du Bain Iran, je le trouvai sur le point d’éclater. J’allai faire du thé pour lui laisser le temps de se reprendre et quand je revins, c’était : « Je n’en peux plus de cette prison, de cette trappe » – et je ne compris d’abord pas, tant l’égoïsme peut aveugler, qu’il parlait du voyage – « regarde où nous en sommes,

après huit mois ! piégés ici. »

Il avait déjà assez vu pour peindre toute sa vie, et surtout, l’absence avait mûri un attachement qui souffrirait d’attendre. J’étais pris de court ; mieux valait aborder cette question-là le ventre plein. On mit le cap sur le Djahan Noma* et, tout en rongeant un pilori, nous convînmes qu’à l’été suivant, nous nous séparerions. Flo viendrait

le retrouver dans l’Inde ; je les rejoindrais plus tard, pour la noce, quelque part entre Delhi et Colombo, puis ils s’en iraient de leur côté.

Bon. Je ne voyais guère que la maladie ou l’amour pour interrompre ce genre d’entreprise, et préférais que ce fût l’amour. Il poussait sa vie. J’avais envie d’aller égarer la mienne, par exemple dans un coin de cette Asie centrale dont le voisinage m’intriguait tellement. Avant de m’endormir, j’examinai la vieille carte allemande dont le postier m’avait fait cadeau : les ramifications brunes du Caucase, la tache

froide de la Caspienne, et le vert olive de l’Orda des Khirghizes plus vaste à elle seule que tout ce que nous avions parcouru. Ces étendues me donnaient des picotements.

C’est tellement agréable aussi, ces grandes images dépliantes de la

nature, avec des taches, des niveaux, des moirures, où l’on imagine des cheminements, des aubes, un autre hivernage encore plus retiré, des femmes aux nez épatés, en fichus de couleur, séchant du poisson dans un village de planches au milieu des joncs (un peu puceaux, ces désirs de terre vierge ; pas romantiques pourtant,

mais relevant plutôt d’un instinct ancien qui pousse à mettre son sort en balance pour accéder à une intensité qui l’élève).

J’étais quand même désemparé : cette équipe était parfaite et j’avais toujours imaginé que nous bouclerions la boucle ensemble. Cela me paraissait convenu, mais cette convention n’avait probablement plus rien à faire ici. On voyage pour que les choses surviennent et changent ; sans quoi on resterait chez soi. Et quelque chose

avait changé pour lui, qui modifiait ses plans. De toute façon nous n’avions rien promis ; d’ailleurs il y a toujours dans les promesses quelque chose de pédant et de mesquin qui nie la croissance, les forces neuves, l’inattendu. Et à cet égard, la ville était une couveuse.

 

Commentaire littéraire et questionnaire EAF :

 

  • Plan possible pour l'étude :
  • I – Le voyage : un concept
  • II – Le voyage : l'occasion d'un débat
  • III – Le voyage : les enjeux

 

Bouvier

 

I – Le voyage : un concept

Ce passage est un récit de voyage dans lequel Bouvier témoigne et expose sa conception du voyage.

L'écriture est au service du récit et du témoignage.

Le terme de voyage n'est pas si récurrent mais il est également connoté à l'aide d'autres expressions comme « l'aller-retour » et « entreprise », « la boucle » assimilant ainsi le voyage à un cheminement, voire une quête. Ainsi subjectivée, personnalisée, cette quête assimile le voyage à une expérience personnelle.

Le concept de voyage suppose cheminement et authenticité car l'expérience fait office de témoignage. Pas d'expérience de voyage sans authenticité, « j'étais pris de court », « j'avais envie d'aller égarer ma vie ». Il s'agit de la propre expérience du narrateur. Cela n'est pas sans rappeler le pacte de sincérité avec le lecteur, le narrateur doit être fidèle à ses ressentis et les transmettre au fur et à mesure de ses découvertes. En fait, il s'agit plus de se découvrir soi-même que de découvrir l'Autre.

  • Questionnaire possible :
  • De quoi est-il question ? De quelle nature le témoignage de Bouvier est-il ?
  • Quelle est la fonction de l'écriture dans ce passage ?
  • Est-ce le cas dans les autres récits de voyage ?
  • Comment le concept de voyage est-il nommé ?
  • Citez pour justifier votre réponse
  • Citez les autres expressions métonymiques de voyage
  • Quelle est la connotation rendue ? A quoi le voyage est-il assimilé ?
  • Expliquez le sens d'authenticité par rapport à la notion de voyage
  • Relevez les expressions et phrases qui se rapportent à l'authenticité inhérente au voyage
  • Est-il question de se découvrir soi-même ou plutôt de découvrir l'autre ? Expliquez en citant le texte

 

II – Le voyage : l'occasion d'un débat

Le concept de voyage est l'occasion d'un débat entre les deux amis, débat dans lequel les motivations du voyageur sont évoquées.

Nicolas Bouvier a un regard bien précis sur les terres étrangères et la méditation qu'elles suscitent. Le voyage est l'occasion de se découvrir soi-même avant d'être l'occasion de découvrir l'autre. Lors de son célèbre voyage avec Thierry Vernet en hiver à Tabriz en Iran, ils débattent sur leur expérience de voyage. Il est intéressant de voir la conception du voyage développée dans le cadre de cet échange avec le monde découvert. Nous sommes confrontés à deux conceptions du voyage, les amis entrent en désaccord.

« je le trouvai sur le point d’éclater ».

  • Questionnaire possible :
  • A quoi le concept de voyage aboutit-il ?
  • Où se déroule cette expérience de voyage ?
  • De quoi est-il question dans le débat entre les deux amis ?
  • S'ordonne t'-il selon un débat dialectique ?
  • Quelles sont les deux thèses ?
  • Celle de Thierry Vernet puis celle de Bouvier ?
  • Relevez une phrase qui montre que les amis sont en complet désaccord.

 

Du blâme à l'éloge

Thierry Vernet voit dans le voyage un certain nombre de limites, il entame un blâme du voyage tandis que Nicolas Bouvier en fait l'éloge.

Nicolas Bouvier

Le voyage est associé à la liberté « mettre mon sort en balance », au plaisir « tellement agréable », « désirs de terres vierges ».

Thierry Vernet

Le voyage signifie, l'enfermement et la douleur de la séparation « je n'en peux plus », « l'absence ».

  • Questionnaire possible :
  • Montrez que Thierry Vernet assimile le voyage à un enfermement et à une douleur de la séparation
  • Montrez que Nicolas Bouvier associe cette expérience à la liberté et au plaisir de la découverte.
  • Relevez les expressions de l'éloge et du blâme

 

III – Le voyage : les enjeux

Il y a une condition sine qua non pour entreprendre un voyage : il faut aimer le monde et s'affranchir des contraintes. Le voyage ne doit pas obéir à une quelconque nécessité, ce n'est pas une exploration mais une expérience personnelle. Tout dépend donc de la motivation première du voyageur.

  • Questionnaire possible :
  • Quelle est la condition préalable pour apprécier un voyage ?
  • Quelles sont au contraire les règles auxquelles le voyage ne doit pas obéir ?

 

Motivations et quête de soi

Les motivations sont premières et non soumises à des nécessités ou obligations extérieures à soi. Le goût de découvrir est lié à la quête de soi = voyager c'est se découvrir et alimenter son besoin de curiosité ainsi que le suggère la référence en début de texte à L'empire des steppes. L'aventure est donc à la fois culturelle et géographique : « la vieille carte allemande », « les étendues ». La quête de soi à travers le voyage est première.

  • Questionnaire possible :
  • Les motivations doivent elles être premières ?
  • A quoi la découverte du voyage est-elle liée en priorité ?
  • Proposer une définition du voyage qui correspondrait à celle de Bouvier
  • Relevez la phrase du texte qui montre que l'aventure est tant culturelle que géographique.

 

Vient ensuite la quête de l'autre

La recherche première est la quête de soi mais le voyageur se tourne aussi vers l'autre comme en témoignage la phrase suivante : « des femmes aux nez épatés ». Autre argument présent dans le texte en ce qui concerne la relation à l'autre pour Thierry Vernet, Flo lui manque et elle devient plus indispensable, plus nécessaire que l'exploration elle-même. L'harmonie entre le monde et l'intériorité se retrouve chez Nicolas Bouvier. Le voyage permet donc la découverte de soi, de l'autre dans une perpétuelle évolution, l'homme « est voué à évoluer », « il y a toujours dans les promesses quelque chose de pédant et de mesquin qui nie la croissance, les forces neuves, l’inattendu ».

  • Questionnaire possible
  • La quête de soi s'alimente t'-elle d'une quête de l'autre ?
  • Citez au moins une phrase de l'extrait qui le prouve
  • Dans son expression la plus haute et selon Bouvier, le voyage peut-il être synonyme d'harmonie et de symbiose entre le monde et l'intériorité ?
  • Faut-il pour cela considérer l'homme comme évolutif ?
  • Citez le passage pour justifier votre réponse

 

Bouvier

 

Conclusion :

Ce texte consacré au thème du voyage envisage d'abord d'en analyser le concept pour le contrarier sous la forme d'un débat afin d'en tirer les enjeux. Riche de leur expérience en matière d'exploration et de voyage, les deux hommes parviennent ainsi à se consacrer à une véritable expérience du moi dont ils font le témoignage dans le cadre d'un récit de voyage.

Travail proposé

Montrez en quoi ce passage qui n'accorde pas la priorité à l'autre s'oppose à Montaigne, Cyrano de Bergerac et Bougainville.

Faire une synthèse d'une dizaine de lignes.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

 Prépabac le bac en ligne

Logo prepabac

Boutique en ligne français  philosophie

Coaching scolaire mondial
Elèves scolarisés (lycées français à l'Etranger) et candidats libres

 

Professeur indépendant

  • Identifiant SIRET : 819 269 226 00018
  • APE  :  8559B
Logo prepabac

Français : niveau seconde

Français : Bac pro

Littérature : Dossier bac

Profs en direct le jour du bac

PROF EN DIRECT : BAC 2016

Bac 2016

 

Français   -   Français bac pro 

Littérature   -   Philosophie


 
Logo prepabac
Préparation à l'examen du baccalauréat : français séries générales, technologiques et bac pro, philosophie   littérature  Bac pro et Brevet : Bac  en ligne sur prepabac.org. Profs en direct le jour du bac : les annales bac . Préparer le bac en ligne : Demande de cours sur skype  - Coaching scolaire mondial = Elèves scolarisés et candidats libres (lycées français à l'étranger )

 

Licence Creative Commons
Bibliothèque scolaire de prépabac est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
Fondé(e) sur une œuvre à http://www.prepabac.org/.

Copyright

Droits d'auteur enregistrés, Copyright

Depot.com sous le numéro  00056187

Tous droits réservés

Le site prepabac.org respecte "la loi informatique et liberté "

N° enregistrement CNIL :  1943841