Forum bac  Listes EAF, descriptifs bac - Blog des lycéens  

L oral de français

ForumFORUM PEDAGOGIQUE

FORUM PREPABACForum prepabac

 

Skype
Prepabac facebook
Google
Twitter

Profs en direct le jour du bac

PROFS EN DIRECT : LE FORUM

Pondichery 2016

Français   -   Français bac pro 

Littérature   -   Philosophie

Blogger

 

 

Sartre

Bibliothèque scolaire

11000 documents en ligne

Le bac en ligne metropole etranger candidats libres et lyceens scolarises

Elèves scolarisés   

Candidats libres

Lycées métropole et à  l'étranger      

 

ELEVES SCOLARISES - CANDIDATS LIBRES, METROPOLE, DOM TOM, LYCEES FRANCAIS A L'ETRANGER ET LYCEESPROFESSIONNELS 

Baudelaire, les petits poèmes en prose

Baudelaire

 

 

 

 

 

Oral EAF, Petits poèmes en prose, Baudelaire

baudelaire

 

 

Questions sur Baudelaire

 

  • - A quel siècle appartient-il?
  • 19ème siècle
  • - Citer deux contemporains
  • Nerval, Balzac, Victor Hugo
  • - Quelle est son oeuvre la plus célèbre?
  • Les Fleurs du mal
  • - Citer deux autres oeuvres du poète
  • Les paradis artificiels, petits poèmes en prose
  • - Quelles sont les trois femmes de Baudelaire?
  • jeanne Duval, Mme Sabatier, Marie Daubrun
  • Qu'est ce qu'un dandy?
  • Un dandy est un homme très élégant, raffiné. Le courant de mode s'appelle le dandysme. Il vient d'Angleterre, XVIIIème siècle. On peut aussi parler en terme d'état d'esprit, d'affectation de l'esprit.
  • - Quels hommes de lettres fréquentait-il?
  • Nerval, Balzac
  • De quoi est-il décédé?
  • Baudelaire est atteint d’une congestion cérébrale et rapatrié vivant, mais aphasique, il meurt le 31 août 1867.

 

baudelaire

 

Questions sur l'exposé: petits poèmes en prose

 

Les petits poèmes en prose : questionnaire EAF

1-

Par quel sous-titre, les petits poèmes en prose sont-ils désignés?

Le Spleen de Paris

2 -

Quand a t’-il été publié pour la première fois?

En 1869

3 -

De combien de pièces ce recueil est-il composé?

De 50 pièces

4 -

A quoi le sous titre des petits poèmes en prose fait-il allusion?

Au Spleen et Idéal  et Tableaux parisiens des Fleurs du mal

5 -

Comment comprenez-vous le titre?

Le Spleen = allusion au mal baudelairien, malaise existentiel. Le Spleen de Paris = Malaise social d’une ville, celle de Paris.

6 -

Tous les poèmes sont-ils en prose?

Non, l’Epilogue est en vers.

7 -

Citez quatre poèmes en prose

Le Confiteor de l’artiste, Le Fou et la Vénus, L’Horloge, les Projets

8 -

Quelle influence retrouve t’-on dans Petits poèmes en prose?

Celle D’Edgar Poe : Il fait l’éloge du genre narratif

9 -

Retrouve t’-on les thèmes des Fleurs du mal?

Oui mais sur un mode plus grinçant

10 -

De qui s’est-il inspiré pour le choix de l’écriture en prose?

D’Aloysius Bertrand avec Gaspard de la nuit, il a fait entrer le poème en prose dans la littérature

11 -

A qui ouvre t’-il la voix avec l’écriture en prose?

A Rimbaud, aux surréalistes.

12 -

Retrouvons-nous au delà de la libération de la contrainte formelle une structure proche de la poésie?

*** Anywhere out of  the word, 1867, Posthume:

Écriture poétique:

  • 4 semi-anaphores

  • 4 petites phrases basées sur la même idée.

 

baudelaire

 

 

Oral du baccalauréat de français

Définitions :

*Spleen : Malaise existentiel : Un état d'âme synonyme d'ennui, d'enlisement = Le mal baudelairien

*L'idéal : L'anti-monde du Spleen : Le spleen se rapporte au temps. L'idéal se rapporte à l'instant.

baudelaire

 

Donnez les définitions suivantes:

Parnasse

Mouvement littéraire poétique apparu en France dans la seconde moitié du 19ème siècle. Le Parnasse valorise l'art pour l'art, rejette l'engagement social et politique de l'artiste et les excès lyriques, sentimentaux du romantisme (Lamartine). La perfection formelle est mise en avant. L'art n'est pas utile, il vise purement et simplement la beauté = théorie de l'art pour l'art de Théophile Gautier

 

Symbolisme

Le symbolisme est un mouvement littéraire apparu en France vers 1866 contre le naturalisme et le Parnasse. Le symbolisme tente d'établir un rapport entre l'Idée abstraite et l'image qui l'exprime. Pour les symbolistes, le monde reste à déchiffrer. Ce mouvement trouve ses origines dans les Fleurs du mal de Baudelaire.

 

Classicisme

Le classicisme est un mouvement littéraire, culturel, artistique qui s'est développé en France entre le XVII et XVIIIème siècle. Les valeurs du classicisme renvoient à un idéal qui s'incarne dans l'honnête homme et dans la quête de la perfection et de la raison : respect des règles, modèles de l'art antique : équilibre, mesure et vraisemblance.

 

Romantisme

Le romantisme est un mouvement littéraire, culturel (littérature, peinture, sculpture, musique), apparu en Allemagne et en Angleterre vers la fin du XVIIIème siècle. Le romantisme est une expression absolue des états d'âme en matière d'art, c'est une réaction du sentiment contre la raison au profit de l'évasion, du rêve, du sublime.

 

Quelle place Baudelaire occupe t'-il dans l'histoire littéraire?

Baudelaire est un poète  nourri de romantisme mais malgré tout tourné vers le classicisme entre le Parnasse et le symbolisme. Baudelaire est un poète de la modernité

 

Notes:

Le seul recueil en prose de Baudelaire s'intitule le Spleen de Paris, aussi connu sous le nom de Petits poèmes en prose.

La prose était alors peu exploitée si ce n'est dans les essais stylistiques d'Aloysisus Bertrand.

 

 

 Oral EAF, Petits poèmes en prose, Baudelaire

Anywhere out of the word

baudelaire

 

Lecture du texte :

Cette vie est un hôpital où chaque malade est possédé du désir de changer de lit. Celui-ci voudrait souffrir en face du poêle, et celui-là croit qu'il guérirait à côté de la fenêtre. Il me semble que je serais toujours bien là où je ne suis pas, et cette question de déménagement en est une que je discute sans cesse avec mon âme. «Dis-moi, mon âme, pauvre âme refroidie, que penserais-tu d'aller d'habiter Lisbonne? Il doit y faire chaud, et tu t'y ragaillardirais comme un lézard. Cette ville est au bord de l'eau; on dit qu'elle est bâtie en marbre, et que le peuple y a une telle haine du végétal, qu'il arrache tous les arbres. Voilà un paysage selon ton goût; un paysage fait avec la lumière et le minéral, et le liquide pour les réfléchir!» Mon âme ne répond pas. «Puisque tu aimes tant le repos, avec le spectacle du mouvement, veux-tu venir habiter la Hollande, cette terre béatifiante? Peut-être te divertiras-tu dans cette contrée dont tu as souvent admiré l'image dans les musées. Que penserais-tu de Rotterdam, toi qui aimes les forêts de mâts, et les navires amarrés au pied des maisons?» Mon âme reste muette. «Batavia te sourirait peut-être davantage? Nous y trouverions d'ailleurs l'esprit de l'Europe marié à la beauté tropicale.» Pas un mot. -- Mon âme serait-elle morte? En es-tu donc venue à ce point d'engourdissement que tu ne te plaises que dans ton mal? S'il en est ainsi, fuyons vers les pays qui sont les analogies de la Mort. -- Je tiens notre affaire, pauvre âme! Nous ferons nos malles pour Tornéo. Allons plus loin encore, à l'extrême bout de la Baltique; encore plus loin de la vie, si c'est possible; installons-nous au pôle. Là le soleil ne frise qu'obliquement la terre, et les lentes alternatives de la lumière et de la nuit suppriment la variété et augmentent la monotonie, cette moitié du néant. Là, nous pourrons prendre de longs bains de ténèbres, cependant que, pour nous divertir, les aurores boréales nous enverront de temps en temps leurs gerbes roses, comme des reflets d'un feu d'artifice de l'Enfer!» Enfin, mon âme fait explosion, et sagement elle me crie: «N'importe où! n'importe où! pourvu que ce soit hors de ce monde!»

baudelaire

 

Commentaire et oral EAF

Baudelaire, auteur du 19 eme siecle, marque son époque par une nouvelle forme de poèsie, les poèmes en prose grâce à Gaspard de la nuit écrit par Aloysius Bertrand. La poèsie n'est plus liée à des contraintes formelles et métriques: elle n'est plus versifiée. En 1869, il publie Les Petits Poèmes en prose

En 1869, est publié titre posthume un recueil de poèmes en prose intitulé Le Spleen de Paris (ou Petits poèmes en prose). Dans Anywhere  out of the world, le poète tente alors de s'éloigner d'un monde hostile, de la nature et de la condition humaine qui provoquent la crainte et le rejet de son art.  Il semble que face à la dureté de la réalité, la poésie introduise le rêve et permette à la pensée de fuir. C'est du Bridge of Sighs de Thomas Hood, traduit par Baudelaire en avril 1865 que provient la citation qui sert de titre à ce poème. Dans une première partie nous étudierons l'insatisfaction et le désir de changement de l'homme et dans un second temps, nous verrons les tentatives pour remédier à l'échec

  • Questions sur l'introduction du commentaire:
  • Quelle nouvelle forme de poésie Baudelaire propose t'-il?
  • Est-ce le seul recueil en prose de Baudelaire?
  • Sous quels noms est-il paru?
  • La poésie en prose était-elle peu exploitée jusqu'aux essais stylistique d'Aloysius Bertrand?
  • De quelles contraintes la poésie se libère t'-elle?
  • A quelle date, Baudelaire publie t'-il les petites poèmes en prose?
  • De quels textes se composent-ils? Citez en trois ou quatre.
  • Quel est le thème de la poésie?
  • Quel est l'état d'esprit du poète?
  • A quoi la poésie est-elle associée?
  • Comment le poète vit-il la réalité concrète?
  • Peut-on dire quel e spleen domine dans cette poésie par les traces d'impuissance?
  • La quête de l'Idéal est-elle difficile pour le poète?
  • Rappel des définitions
  • Spleen
  • Idéal
  • Que pouvez-vous dire sur le titre de la poésie?

 

baudelaire

  • Oral EAF, Baudelaire, Anywhere out of the word
  • Les petites poèmes en prose
  • Plan possible pour un  commentaire:
  • I – Image fuyante de la condition humaine: maxime moraliste
  • Insatisfaction et désir de changement, de voyages
  • A – Différentes propositions de voyages
  • B – Dialogue entre le poète et son âme
  • II – L'échec du voyage. Tentative de remédier à ce problème: solutions, remèdes
  • Problématiques possibles:
  • En quoi cette poésie reflète t'-elle l'état d'âme du poète?
  • En quoi le poème est-il une allégorie du désespoir?

 

baudelaire

I – Image frappante de la condition humaine (maxime = moraliste) : l’insatisfaction et le désir de changement, de voyager

A/ Différentes propositions de voyages

- Baudelaire recherche un ailleurs, un lieu où il pourrait se rendre. En effet, il veut fuir la réalité, qui est figurée sous l’image d’un hôpital (métaphore filée) «cette vie est un hôpital ou chaque malade est possédé du désir de changer de lit. Celui-ci voudrait souffrir en face du poêle, et celui-là croit qu'il guérirait à côté de la fenêtre » = image de la condition humaine - Le malaise et l’insatisfaction ressortent notamment de cette phrase « Il me semble que je serai toujours bien là où je ne suis pas ». - On trouve au long de ce texte différents lieux et endroits intéressants et rêvés pour voyager : *L’ailleurs est désigné par des lieux réels tels que « Lisbonne », « Hollande », « Batavia » et « Baltique », des ports « forêt de mâts » (métaphore), « les navires », qui sont des sources d’inspiration des artistes (peintres et poètes) *Les destinations sont citées dans un ordre du plus chaud au plus froid, qui fait apparaître une gradation. *Les trois premiers tableaux c’est à dire Lisbonne, Hollande et Batavia, sont des paysages habités, urbains et lumineux « chaud », « lumière et le minéral » ou encore « cette terre béatifiante » (bonheur mystique, connotation religieuse ("beatus" = heureux en latin et "saint" dans la tradition catholique) ou « Nous y trouverions d’ailleurs l’esprit de l’Europe marié à la beauté tropicale. » (personnification donnant une idée de fusion) ou « t’y ragaillardirais comme un lézard » (animal à sang froid qui a toujours besoin de se réchauffer au soleil). Contrairement aux 3 derniers qui sont Tornéo, Baltique et Pôle, qui sont froids et obscurs « à le soleil ne frise qu’obliquement la terre » et où il y a une absence de vie (inhabités) « encore plus loin de la vie si c’est possible » ou « monotonie ». On pourrait voir que cet ailleurs est constitué d’éléments emblématiques de la vie de Baudelaire, qui constituent des sources d’inspiration comme le voyage à l’Île de la Réunion où l’exotisme et l’envie d’évasion sont nés.

I -  Questionnaire

A -

  • Que cherche à faire Baudelaire? Pourquoi?
  • Comment la réalité est-elle figurée?
  • Relevez la métaphore filée?
  • Que connote cette image?
  • Quelle impression suggère t'-elle au lecteur?
  • Dans quelle phrase le malaise ou Spleen se traduit-il le mieux selon vous?
  • Quels sont les différentes lieux évoqués pour voyager?
  • Relevez toute les désignations de « l'ailleurs»
  • Quel est l'ordre de citation des destinations?
  • Analysez la gradation
  • Que connotent les trois premiers  tableaux?
  • Relevez une personnification révélatrice d'une fusion
  • En quoi ces trois tableaux s'opposent-ils aux trois derniers?
  • Que suggèrent-ils?
  • Relevez les éléments emblématiques de la vie de Baudelaire

 

B/ Dialogue entre le poète et son âme

- On assiste à une narration avec du discours direct « pauvre âme refroidie »entre le poète et son âme (conscience profonde du poète) personnifiée, il y a donc un dédoublement «mon âme, pauvre âme refroidie» ou encore « tu t’y ragaillardirais comme un lézard un paysage selon ton goût habiter » , « te divertiras-tu, ...toi qui aimes » - Cependant malgré toutes les propositions l’âme ne répond pas :elles ne sont d’aucun effet dans un dialogue désespérant « Mon âme ne répond pas ». - On observe une gradation caractérisant l’âme qui part d’une injonction « Dis-moi, mon âme », ensuite une négation « mon âme ne répond pas », après un handicap « mon âme reste muette » et ensuite la mort « mon âme serait-elle morte ? ». - Il y a donc un jeu de questions/réponses entre l’âme et le poète : 3 questions sans réponse et la 4ème avec une réponse « « N’importe où ! n’importe où ! pourvu que ce soit hors de ce monde ! » » paradoxe qui reprend "il me semble que je serais toujours bien là où je ne suis pas.". L’absence de réponse correspond à l’insatisfaction. - Les questions sont des suggestions de voyage « Que penserais-tu ? ». Ainsi, on assiste à un dialogue argumentatif car le locuteur tente de convaincre/persuader son âme avec des arguments caractéristiques des lieux d’évasion « dont tu as souvent admiré l’image dans les musées » ou encore « Voilà un paysage selon ton goût », « Puisque tu aimes tant le repos… » …

- Le passage au pronom « nous » au dernier paragraphe est marqué par l’évocation de la mort « nous pourrons prendre de longs bains de ténèbres » ou encore « les aurores boréales nous enverrons de temps en temps leurs gerbes roses, comme des reflets d’un feu d’artifice de l’Enfer ! » L’homme est perpétuellement insatisfait, hésitant et indécis. Il croit être plus heureux ailleurs, plus loin, alors que c’est une illusion. En effet, on retrouve le CL avec l’utilisation du conditionnel exprimant un vœux, ou un rêve irréalisable « voudrait » et « guérirait » mais également des tournures de phrases comme « croit que » et « il me semble que ». Cela touche l’univers général en effet il y aune généralité avec « Chaque ». Baudelaire s'identifie aux deux malades qu'il vient d’évoquer : "être bien là où je ne suis pas" est impossible, donc je ne peux être bien nulle part. Donc le résultat est que la mort va toucher tout le monde. On parle de la poésie du mal de vivre (le spleen)

I - Questionnaire

B

  • Comment le dialogue entre le pète et son âme s'ouvre t'-il?
  • Que traduit le discours direct?
  • Comment l'âme réagit-elle aux propositions?
  • Relevez et analysez la gradation de l'âme
  • Comment se manifeste le jeu de questions et réponses entre le poète et son âme?
  • A quoi l'absence de réponses renvoie t'-il?
  • A quoi les questions correspondent-elles?
  • Peut-on parler d'un dialogue argumentatif et pourquoi? Citez pour justifier votre réponse
  • Que traduit le passage au pronom «nous» du dernier paragraphe?
  • En quel sens peut-on parler en terme d'illusions?
  • Quels en sont les indices?
  • Cette poésie est-elle caractéristique du mal de vivre ou spleen?

 

II – L’échec du voyage : tentative de remédier à ce problème (solutions, remèdes)

- Le poème commence par une comparaison à un hôpital «cette vie est un hôpital où chaque malade est possédé du désir de changer de lit. Celui-ci voudrait souffrir en face du poêle, et celui-là croit qu'il guérirait à côté de la fenêtre », qui permet de comprendre qu’il veut fuir cette vie et découvrir d’autres endroits, cependant rien ne lui convient : or le monde est un hôpital dans lequel on ne peut pas sortir (thèse). - Le poème entame le dialogue au style direct ; "pauvre âme refroidie" , ce qui provoque chez le lecteur de la pitié, de la compassion. C’est le thème du spleen, du froid moral, psychologique. On peut supposer que le poète recherche d'une guérison. En effet, chaque paragraphe représente une destination, où on peut trouver différents remèdes: *Lisbonne : remède : chaleur en effet « Il doit y faire chaud, et tu t’y ragaillardirais comme un lézard » *Hollande : remède : repos en effet « Puisque tu aimes tant le repos » *Batavia : remède : dépaysement en effet « Nous y trouverions d’ailleurs l’esprit de l’Europe marié à la beauté tropicale. » *Tornéo, Baltique et Pôle : remède : froid en effet « Là le soleil ne frise qu’obliquement la terre » - Cependant les rêves du poète sont toujours voués à l’échec comme on le voit avec « Celui-ci » et « celui-là », qui est une fausse opposition. - Quelque soit le lieu, le résultat est le même : la souffrance et la mort. En effet, Son âme lui adresse la seule solution, "hors du monde" car il n'est jamais satisfait, on peut en conclure que ce monde n'est pas fait pour lui. En outre, la solution, la destination finale pour remédier à l’insatisfaction est la mort « fuyons vers les pays qui sont les analogies de la Mort » - Ce que dit l’âme éclaire le sens du titre et fait ressortir le sentiment d’échec du poète : rien dans ce monde ne peut satisfaire les aspirations de son âme. « Enfin » marque la fin d’un attente, « fait explosion » fait écho aux « feux d’artifices de l’Enfer ». Poème qui ose dire l’échec poétique et la faillite du rêve.

II -  Questionnaire

  • Quelle est la thèse du texte?
  • Comment la pitié est-elle suscitée chez le lecteur?
  • Est-ce le thème du Spleen?
  • Quels sont les remèdes évoqués en fonction des destinations?
  • Que connotent-ils?
  • Quelles sont les issues du rêve?
  • Relevez une fausse opposition qui le confirme
  • Peut-on parler d'échec?
  • Quelle est la seule solution concrète?
  • Quelle est la conclusion du poème en prose?
  • Le titre du poème est-il éclairé par les propos de l'âme?
  • Cela accentue t'-il le sentiment d'échec du poète?
  • Ce poème est-il la preuve d'un échec poétique?

 

Conclusion

Dans ce poème, Baudelaire met en avant l’insatisfaction de l’homme : l’homme est malheureux, qui conduit à un désir de voyager. A travers un dialogue entre le poète et son âme, on trouve une allégorie du désespoir et de l’ennui. Pour remédier à ce problème, plusieurs solutions sont proposées dans différents pays. Cependant, on va aboutir à un échec, également avec le dédoublement du poète.

  • Questions sur la conclusion:
  • Le poème en prose est-il une allégorie du désespoir?
  • Le Spleen ou mal de vivre: cette thématique est-elle commune aux petites poèmes en prose et aux Fleurs du mal
  • Fonctions de l'écriture poétique:
  • Espoir d'une libération

  • Fonction cathartique, libératrice de l'écriture. Se libérer des maux par les mots

  • Cette poésie est-elle caractéristique de la fonction de l'écriture poétique au sens libératrice et cathartique?

 

 

baudelaire

  • Ouverture:
  • Quête de l'idéal: par la sublimation
  • Ouverture possible avec L'invitation au voyage

 

 

Dossier complémentaire : travailler l'ouverture

  • L'invitation au voyage
  • Idée d'un refuge imaginaire : recherche et quête d'un idéal
  • Point comun : lieu privilégié, lieu idéal censé apporter remède et réconfort au poète : lutte contre le spleen : recherche de l'idéal.
  • Evasion par le voyage : le rêve en rapport avec la femme
  • Echec  : retour au spleen

 

Entretien sur le confiteor de l'artiste

*** Entretien de 49 questions avec réponses

baudelaire

 

Lecture du texte :

 

Que les fins de journées d’automne sont pénétrantes ! Ah ! pénétrantes jusqu’à la douleur ! car il est de certaines sensations délicieuses dont le vague n’exclut pas l’intensité ; et il n’est pas de pointe plus acérée que celle de l’Infini. Grand délice que celui de noyer son regard dans l’immensité du ciel et de la mer ! Solitude, silence, incomparable chasteté de l’azur ! une petite voile frissonnante à l’horizon, et qui par sa petitesse et son isolement imite mon irrémédiable existence, mélodie monotone de la houle, toutes ces choses pensent par moi, ou je pense par elles (car dans la grandeur de la rêverie, le moi se perd vite !) ; elles pensent, dis-je, mais musicalement et pittoresquement, sans arguties, sans syllogismes, sans déductions. Toutefois, ces pensées, qu’elles sortent de moi ou s’élancent des choses, deviennent bientôt trop intenses. L’énergie dans la volupté crée un malaise et une souffrance positive. Mes nerfs trop tendus ne donnent plus que des vibrations criardes et douloureuses. Et maintenant la profondeur du ciel me consterne ; sa limpidité m’exaspère. L’insensibilité de la mer, l’immuabilité du spectacle, me révoltent… Ah ! faut-il éternellement souffrir, ou fuir éternellement le beau ? Nature, enchanteresse sans pitié, rivale toujours victorieuse, laisse-moi ! Cesse de tenter mes désirs et mon orgueil ! L’étude du beau est un duel où l’artiste crie de frayeur avant d’être vaincu.

baudelaire

 

 

 

Préparer l'entretien du bac de français pour avoir des points d'avance :

  • Problématique : Comment Baudelaire explique-t-il le Beau ?
    Plan de l'étude :
    I ) Extérieur / intérieur
  • II ) La progression de la réflexion
  • III ) Un dilemme

 

baudelaire

 

Questions sur la poésie en fonction du plan possible pour un commentaire  :

Support : « Le confiteor de l’artiste » de Baudelaire

  • - Problématique :
  • Comment Baudelaire explique-t-il le Beau ?

 

  • Questions générales : Réponses dans le questionnaire sur les petits poèmes en prose
    - De quel recueil "le confiteor de l'artiste" est-il tiré?
  • - A t'-il été publié à titre posthume?
  • - Combien de temps après la mort de Baudelaire?
  • - Peut-il être lu comme un apologue?
  • - A t'-il une consonnance poétique?
  • - Quel est le thème?
  • - En quoi le concept de Beau dans son étude de l'esthétique peut-il être assimilé au spleen?

 

Notes introductives :

Le Confiteor de l’artiste (= confessions de l’artiste) est un texte en prose qui a une consonance poétique grâce aux sonorités, son rythme, son écriture imagée et aérée. Baudelaire détaille son point de vue de l’esthétique où il dénonce que le Beau ne peut être représenté. Il est dans un mal être, qui est le Spleen.

 

baudelaire

 

I ) Extérieur / intérieur
- Le texte est divisé en 4 paragraphes : les 2 premiers représentent l’idéal (pensées positives) alors que les 2 derniers représentent le spleen (pensées négatives).
Nous constatons dans les 2 premiers paragraphes qu’une sensation et un moment sont rattachés (l. 1) alors que dans les deux autres sont mis en relation le lieu et le plaisir (l. 5). La sensibilité humaine perçoit les temps et les lieux qui deviennent une source d’inspiration.
- Le registre lyrique est ici représenté : sont mis en évidence les profonds sentiments du Moi face à la nature. Par les « fins de journées d’automne », Baudelaire donne une connotation de la mort.
- Le « ciel » et la « mer » accentuent la notion d’extérieur afin de faire ressortir l’hyper sensibilité du poète.
- La synesthésie (sensations, perceptions et sentiments) décrit l’intérieur. Mais nous sommes face à des sentiments contradictoires puisque « grand délice » s’oppose au champ lexical de la souffrance : « douleur », « sensation », « isolement », « délice ».
- Le poète ne peut être en osmose avec le monde, que si sa pensée est harmonieuse : énumérations négatives « sans arguties, sans syllogisme, sans déduction ». Le monde lui offre des sensations qui lui permettent de comprendre la synesthésie.
I -  Questionnaire
- A quoi les deux premièrs paragraphes renvoient-ils?
- A quoi les deux derniers paragraphes renvoient-ils?
- Que peut-on dire des temps et des lieux?
- En quoi ce registre est-il l'expression du "Moi"?
- Que connotent "les fins de journées d'automne"?
- Qu'expriment "le ciel", "la mer"?
- Relevez le lexique des sensations
- Etudiez les synesthésies
- Quelle description de l'intérieur avons-nous?
- Le poète est-il en harmonie avec le monde?
- Relevez une énuménration négative
- Définir le syllogisme

 

baudelaire

 

II ) La progression de la réflexion
- Le présent de l’indicatif dans les premières strophes évoque un présent immédiat qui nous donne l’image du poète devant la nature : avec l’assonance en « i » et allitération en « s » on est dans le registre lyrique de l’auteur.
- Il choisit de longs mots « délicieuses, « incomparables » qu’il renforce par un champ lexical de la démesure : « intensité », « infini », « immensité »…
- Il juxtapose des noms communs abstraits qui évoque la souffrance : « solitude », « silence »…
- « Toutefois » indique une modification des sensations
- Il y a une progression (de l’intérieur) en 3 étapes :
- « deviennent bientôt trop intenses »
- « malaise et souffrance »
- « vibrations criardes et douloureuses »
Souffrance extrême au contact du monde extérieur
- Dans la dernière strophe, « et » indique une continuité et une intensification de la douleur ; nous retrouvons aussi les éléments de la 1er strophe repris de façon négative.
- « Maintenant » introduit la situation d’énonciation sans que le moment présent soit identifié avec certitude.
II -  Questionnaire
- Quel est le temps dominant
- Que marque t'-il?
- Quelle image du poète dans sont rapport à la nature avons-nous?
- Relevez le champ lexical de la souffrance et de la démesure
- Que marque le connecteur "toutefois"?
- Quelles sont les trois étapes de la progression?
- Comment se traduit l'intensification de la douleur?

 

baudelaire

 

III ) Un dilemme
- La nature occupe une place importante dans la 1ère strophe alors que dans la dernière, elle apparait comme la source d’inspiration du poète qui lui est hostile.
- Des termes négatifs sont présents dans ce texte : « me révolte », « frayeur ». On passe d’une communication entre le poète et la nature à un refus. Il y a un retournement de situation. L’auteur est face à un dilemme : « renoncer au beau ou entrer dans des souffrances éternelles ? » (question de rhétorique)
- Baudelaire ne peut pas être en harmonie avec l’intérieur et l’extérieur. Cependant l’intensité de l’extérieur prendra toujours le dessus puisque la nature est insensible à la douleur qu’elle provoque.
- Confiteor de l’artiste est un poème où le poète avoue son erreur (= ambition démesurées) d’avoir cru pouvoir déchiffré la nature aisément. Le Beau se défile est insaisissable.
III -  Questionnaire
- Comment la nature est-elle perçue dans la dernière strophe par opposition à la première?
- Quel est le dilemme?
- Quelle est la question rhétorique?
- Quelle vision Baudelaire a t'-il du concept de Beau?
- Quelle fonction peut-on donner à l'écriture dans ce cas de figure?

 

- Conclusion : Dans ce poème, Baudelaire est déchiré entre son désir du Beau et sa souffrance de ne pouvoir l’atteindre. Son travail intellectuel et son raisonnement sont exprimés dans ce texte par un rythme particulier donné par les structures des phrases, les paragraphes, les procédés…
Ouverture possible :
L’écriture dans ce cas ne pourrait elle pas être une réponse possible à la souffrance du poète ?

 

Oral EAF, Petits poèmes en prose, Baudelaire

Les projets

baudelaire

Lecture du texte :

Il se disait, en se promenant dans un grand parc solitaire: "Comme elle serait belle dans un costume de cour, compliqué et fastueux, descendant, à travers l'atmosphère d'un beau soir, les degrés de marbre d'un palais, en face des grandes pelouses et des bassins! Car elle a naturellement l'air d'une princesse." En passant plus tard dans une rue, il s'arrêta devant une boutique de gravures, et, trouvant dans un carton une estampe représentant un paysage tropical, il se dit: "Non! ce n'est pas dans un palais que je voudrais posséder sa chère vie. Nous n'y serions pas chez nous. D'ailleurs ces murs criblés d'or ne laisseraient pas une place pour accrocher son image; dans ces solennelles galeries, il n'y a pas un coin pour l'intimité. Décidément, c'est là qu'il faudrait demeurer pour cultiver le rêve de ma vie." Et, tout en analysant des yeux les détails de la gravure, il continuait mentalement: "Au bord de la mer, une belle case en bois, enveloppée de tous ces arbres bizarres et luisants dont j'ai oublié les noms..., dans l'atmosphère, une odeur enivrante, indéfinissable..., dans la case un puissant parfum de rose et de musc..., plus loin, derrière notre petit domaine, des bouts de mâts balancés par la houle..., autour de nous, au-delà de la chambre éclairée d'une lumière rose tamisée par les stores, décorée de nattes fraîches et de fleurs capiteuses, avec de rares sièges d'un rococo portugais, d'un bois lourd et ténébreux (où elle reposerait si calme, si bien éventée, fumant le tabac légèrement opiacé!), au-delà de la varangue, le tapage des oiseaux ivres de lumière, et le jacassement des petites négresses..., et, la nuit, pour servir d'accompagnement à mes songes, le chant plaintif des arbres à musique, des mélancoliques filaos! Oui, en vérité, c'est bien là le décor que je cherchais. Qu'ai-je à faire de palais?" Et plus loin, comme il suivait une grande avenue, il aperçut une auberge proprette, où d'une fenêtre égayée par des rideaux d'indienne bariolée se penchaient deux têtes rieuses. Et tout de suite: "Il faut, - se dit-il, - que ma pensée soit une grande vagabonde pour aller chercher si loin ce qui est si près de moi. Le plaisir et le bonheur sont dans la première auberge venue, dans l'auberge du hasard, si féconde en voluptés. Un grand feu, des faïences voyantes, un souper passable, un vin rude, et un lit très large avec des draps un peu âpres, mais frais; quoi de mieux?" Et en rentrant seul chez lui, à cette heure où les conseils de la Sagesse ne sont plus étouffés par les bourdonnements de la vie extérieure, il se dit: "J'ai eu aujourd'hui, en rêve, trois domiciles où j'ai trouvé un égal plaisir. Pourquoi contraindre mon corps à changer de place, puisque mon âme voyage si lestement? Et à quoi bon exécuter des projets, puisque le projet est en lui-même une jouissance suffisante?"

baudelaire

 

  • Problématique:
  • Comment à travers une description, Baudelaire rend t'-il son texte poétique?
  • Plan de l'étude:
  • I – Description d'une promenade
  • II – Un texte poétique

 

baudelaire

 

Commentaire et oral EAF

Baudelaire, auteur du 19 eme siecle, marque son époque par une nouvelle forme de poèsie, les poèmes en prose grâce à Gaspard de la nuit écrit par Aloysius Bertrand. La poèsie n'est plus liée à des contraintes formelles et métriques: elle n'est plus versifiée. En 1869, il publie Les Petits Poèmes en prose, dont font partie Les Fenêtres, Les Veuves ou encore Les Projets. Comment à travers une description, Baudelaire rend  t'-il son texte poètique? Dans une premiere partie, nous verrons la description d'une promenade et dans une seconde partie la poèsie dans ce texte.

I) Description d'une promenade

-On distingue 4 tableaux: le premier est un paysage (cf 1er paragraphe), le deuxième une description (cf 2eme et 3eme paragraphes), le 3eme un tableau (cf 4eme paragraphe) et le dernier est une synthèse (5eme paragraphe). Et on remarque la présence de plusieurs paysages tels que la mer, les arbres, le palais. -Ils sont organisés du plus simple au plus complexe. En effet: - 1er tableau = cadre spatial grand avec une idée de luxe et de richesse (hyperboles) description des personnages (vêtements "de cour", "compliqué" et physinomie "air d'une princesse". C'est une rêverie aristocratique -le 2eme = rêverie exotique avec la présence des 5 sens (odorat, vue, gout, ouie et toucher). le cadre se situe au bord de la mer avec une belle case et de la houle et une végétation abondante "arbres bizarres", "mélancoliques filaos" de plus on remarque un CL des tropiques produits comme des épices "de rose et de nuxe". C'est une rêverie dans les colonies. -le 3eme= élément témoigne de la médiocrité et de la simplicité "souper passable", "vin rude"...dans une auberge "propette", "premiere auberge venue". Dans la premier auberge qui apparait on a l'impression d'un déplacement du personnage grâce à l'utilisation du gérondif "en passant" "en analysant" et "en rentrant'. = Promenade, actions d'un personnage. En outre ceci est une description grace à un texte narratif avec des connecteurs temporels logiques comme "plus tard", "et plus loin"... Grace à cette description en mouvement, Baudelaire rend ce texte poètique.

I -  Questionnaire

Quels sont les quatre tableaux en présence?

De quelle nature sont-ils?

Où se situent-ils dans le texte?

Quels sont les différents paysages présents?

Comment sont-ils organisés tout au long du texte?

Quel est le cadre du premier tableau?

Quelle est l'idée connotée relativement à ce premier tableau?

Relevez les expressions et termes qui se rapportent à la description des personnages?

Peut-on parler d'une rêverie exotique? Pourquoi?

Citez pour justifier votre réponse

A quels sens ce deuxième tableau fait-il référence?

Quel en est le cadre spatial?

Quelle image le lecteur a t'-il du troisième tableau?

Relevez le champ lexical de la médiocrité et de la simplicité

Que traduisent les gérondifs?

Relevez les verbes d'action

Que mettent en évidence les connecteurs logiques?

Le lecteur a t'-il l'impression de lire un texte poétique?

 

II) Texte poètique

On remarque l'utilisation de plusieurs rythmes. Dans la premiere phrase, on observe des rythmes 4, 5 et 7, qui conduisent à une cadence majeure. Dans le discourt direct, il y a  un groupe de 6 syllabes qui  conduit à une fluidité, qui caractérise le rêve. De plus, ce discours direct reflète le rêve, car il provoque une idée d'harmonie "découpée"  "compliqué et fastueux", "descendant à travers"... En outre, on observe des rythmes ternaires et binaires dans le tableau 2 "Au bord de la mer... dans une belle case en bois..." Ensuite, il y a la présence de sonorités telles que des allitérations et assonances "fleurs capiteuses, avec de rares sièges d'un rococo portugais, d'un bois lourd et ténébreux" ou encore "il suivait une grande avenue, il aperçut une auberge proprette, où d'une fenêtre égayée par des rideaux d'indienne bariolée". Ces sonorités rendent ce texte musical. En outre, des images ressortent de la description. La précision des tableaux, c'est à dire leur richesse de détails précis qui s'appuient sur les 5 sens conduit à une hypotypose: un description réaliste. De plus, la variété des couleurs comme le rouge, le bleu et le vert nous rappelle les  connotations des éléments suivants: la terre, l'eau et le feu. On pourrait croire à une tentative de rivaliser avec la peinture. Finalement on remarque beaucoup de personnifications comme " des oiseaux ivres de lumières" signifiant que le monde animal est en osmose: il y a une complétude monde humain et monde animal. Ensuite, le monde végétal est également en osmose "chants plaintifs des arbres à musique" et "mélancoliques filaos", qui nous donnent une impression de sifflement, de petits bruits mélodieux.

II -  Questionnaire

Quels sont les rythmes utilisés?

Relevez les dans tout le texte

De quelle nature les rythmes de la première phrase sont-ils?

Que traduisent-ils?

Comment le rêve est-il évoqué?

Montrez que l'idée de rêve est associée à celle d'harmonie.

Citez le texte pour justifier

Relevez les rythmes binaires et ternaires du tableau

Étudiez les sonorités

En quoi les allitérations et les assonances marquent-elles un certain rythme rendant ainsi ce texte en prose poétique?

Relevez les allitérations et les assonances pour justifier votre réponse

Peut-on parler d'un texte musical?

Comment les images associées au travail de description renforcent-elles l'aspect poétique du texte? Expliquez et citez

La référence aux 5 sens est-elle fréquente chez Baudelaire?  Quel  nom lui donne t'-elle? Les correspondances, synesthésies.

A quoi les couleurs sont-elles associées?

Que connotent-elles?

La force des connotations est-elle selon vous un bon argument poétique?

Contribue t'-elle à rendre ce texte poétique?

L'allusion est-elle picturale dans la force d'évocation?

Le travail du poète, l'écriture et celui du peintre peuvent-ils saisir la même puissance dans l'évocation?

Est-ce le cas dans ce passage?

Relevez une personnification relative au monde animal

Que souligne t'-elle?

Comment les deux mondes, celui des hommes et des animaux sont-ils perçus par le lecteur?

Quelle place Baudelaire accorde t'-il au monde végétal? Citez pour justifier votre réponse

A quoi ce monde est-il associé? Citez le texte

 

Conclusion

Pour conclure, à travers une description d'une promenade, Baudelaire rend ce texte poètique à travers l'utilisation de différentes images et différents procédés. on pourrait le comparer à Parfum Exotique, poème dans lequel nous retrouvons une richesse des sensations égalemen

Questions sur la conclusion

Ce texte est-il selon vous poétique? Proposez votre avis sur la question

Baudelaire lui  confère t'-il toute la force poétique possible?

A quelle poésie des Fleurs du mal, pourrait-on associer ce passage par les richesses des sensations?

 

baudelaire

 

Parfum exotique de Baudelaire : les Fleurs du mal

La poésie

  • Quand, les deux yeux fermés, en un soir chaud d'automne,
  • Je respire l'odeur de ton sein chaleureux,
  • Je vois se dérouler des rivages heureux
  • Qu'éblouissent les feux d'un soleil monotone;

 

  • Une île paresseuse où la nature donne
  • Des arbres singuliers et des fruits savoureux;
  • Des hommes dont le corps est mince et vigoureux,
  • Et des femmes dont l'oeil par sa franchise étonne.

 

  • Guidé par ton odeur vers de charmants climats,
  • Je vois un port rempli de voiles et de mâts
  • Encor tout fatigués par la vague marine,

 

  • Pendant que le parfum des verts tamariniers,
  • Qui circule dans l'air et m'enfle la narine,
  • Se mêle dans mon âme au chant des mariniers.

 

L'étude :

Introduction

Les Fleurs du Mal sont inspirées par son amante Jeanne Duval (« la Chevelure »). Dans ce poème, parfum exotique, probablement écrit après son voyage dans l’océan Indien, le corps de la jeune femme est symbole de l’amour charnel et c’est aussi le point de départ d’une rêverie menant à l’Idéal.

Problématique :

En quoi la femme devient-elle le symbole d'une rêverie menant à l'idéal?

I. La sensualité de la rêverie

a) Un moment propice à la rêverie

- Le moment est choisi en «un soir chaud d’automne» (v.1). Cela connote un bien-être au vagabondage de l’esprit et à l’apaisement. La chaleur consolante comme celle du «sein» (v.2) féminin qui rappelle le sein maternel.

- Les «deux yeux fermés» (v.1) montre les conditions dans lesquelles se met l’auteur. C’est en contradiction avec «je vois» (v.3). Il voit donc par l’esprit et par l’imagination et non par la vue.

 

b) La femme : inspiratrice du rêve

- Jeanne Duval le symbole de l’amour charnel est source de cette rêverie. Baudelaire évoque son inspiratrice (qui est aussi lectrice du poème) «ton sein» v.2 ; «ton odeur» v.3. La Femme est perçue de manière sensuelle voire érotique (il faut imaginer le poète plonger dans la poitrine, « le sein » de son amante) car les deux corps se mêlent.

- Les sens du poète sont mis en éveil. La femme exacerbe la volupté, elle est en correspondance avec le paysage, on retrouve de nombreuses analogies (ressemblances) entre la femme et le paysage. La femme a un parfum puissant comme le paysage («verts tamariniers», v.12). La puissance est visible par hyperbole «enfle la narine» et par les correspondances entre le «sein chaleureux» (v.2) et les «feux d’un soleil» (v.4).

 

c) L’odeur de la femme

- Evocation de l'odeur dans le premier quatrain et dans le premier tercet

- L’odeur est le point de départ de la rêverie («se dérouler», v.3 ; «guidé par ton odeur vers», v.9). Les autres sens apparaissent au sein du poème. La vue (v.3) avec le champs lexical de la vue «voir» ; le goût (v.6) et l’ouïe (v.14).

- Il y a des synesthésies comme souvent chez Baudelaire, dernier tercet met sur le même plan les 3 sensations évoquées : vision, parfum et chant. L’odeur de la femme mène au bien-être et cette idée est renforcée ici par la richesse des rimes et par les paronomases (marine/narine ; tamariniers/ mariniers).

- Richesse sonore = amplification de la sensualité

 

II. Le thème de l’exotisme et du voyage

a) Le voyage dans le poème

- La sensualité tient aussi au lieu imaginé pendant la rêverie (île paradisiaque).

- Les verbes de mouvement montrent la circulation au sein du poème.

- Le thème du voyage est concrétisé par la personnification «mâts tous fatigués» (v.10/11) ainsi que par le champ lexical marin «voiles, mâts». Ce lieu est lointain, séparé du monde du poète. Cette distance fait que c’est un lieu idéal et clos.

 

b) Un lieu de bonheur

- L’île est un lieu idéal car le lieu du bonheur («heureux», v.3). Ce bonheur est lié à la lumière exprimée de façon redondante (v.4).

- L’exotisme est visible avec «île» ; «tamariniers» montrant la rareté et les charmes inédits pour le poète («arbres singuliers» ; «franchise étonne»). Lieu imaginaire : mélange entre bien-être et indications imprécises

 

c) Une évocation du paradis

- L’île est un lieu paradisiaque car ça évoque le paradis biblique, l’Eden. Nombreuses sont les allusions qui y sont faites. Le «Fruit savoureux» rappelle le fruit défendu croqué par Eve, symbole de tentation. Le corps de l’Homme est mis en avant, ici mentionné par les caractéristiques physiques, qui revient a évoquer sa nudité. Le poète propose un retour à l’état originel

- Le voyage, trajet en plusieurs étapes, du corps de la femme aux sensations, des sensations à l’imaginaire, de l’imaginaire au spirituel. Les correspondances atteignent leur apogée : passage du sensoriel au spirituel. Le poète est passif, son âme est le lieu d’une contemplation qu’il subit.

 

Conclusion

« Parfum exotique » un des premiers poèmes de Baudelaire propose beaucoup d’aspects importants de la poésie

Le poète exprime l’Idéal qu’il rêve d'atteindre. Ceci ne peut se réaliser qu’en échappant au réel.

Il le fait par l’intermédiaire d’une rêverie guidée par les sensations dues au contact avec Jeanne Duval, son amante.

Il accède au monde des correspondances et à un lieu lointain et imaginaire : le paradis.

Ce rêve est un désir se traduisant par un langage poétique qui exprime l’harmonie, le calme, la douceur d’une vie à l’abri des intempéries et des conflits, contrairement à « l’Invitation au voyage ».

 

 

 

 

 

 

 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

 Prépabac le bac en ligne

Logo prepabac

Boutique en ligne français  philosophie

Coaching scolaire mondial
Elèves scolarisés (lycées français à l'Etranger) et candidats libres

 

Professeur indépendant

  • Identifiant SIRET : 819 269 226 00018
  • APE  :  8559B
Logo prepabac

Français : niveau seconde

Français : Bac pro

Littérature : Dossier bac

Profs en direct le jour du bac

PROF EN DIRECT : BAC 2016

Bac 2016

 

Français   -   Français bac pro 

Littérature   -   Philosophie


 
Logo prepabac
Préparation à l'examen du baccalauréat : français séries générales, technologiques et bac pro, philosophie   littérature  Bac pro et Brevet : Bac  en ligne sur prepabac.org. Profs en direct le jour du bac : les annales bac . Préparer le bac en ligne : Demande de cours sur skype  - Coaching scolaire mondial = Elèves scolarisés et candidats libres (lycées français à l'étranger )

 

Licence Creative Commons
Bibliothèque scolaire de prépabac est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
Fondé(e) sur une œuvre à http://www.prepabac.org/.

Copyright

Droits d'auteur enregistrés, Copyright

Depot.com sous le numéro  00056187

Tous droits réservés

Le site prepabac.org respecte "la loi informatique et liberté "

N° enregistrement CNIL :  1943841