Forum bac  Listes EAF, descriptifs bac - Blog des lycéens  

L oral de français

ForumFORUM PEDAGOGIQUE

FORUM PREPABACForum prepabac

 

Skype
Prepabac facebook
Google
Twitter

DOSSIER BAC

Spécial candidats libres

Cned

ORAL EAF

Blogger

 

 

Sartre

Bibliothèque scolaire

11000 documents en ligne

Le bac en ligne metropole etranger candidats libres et lyceens scolarises

Elèves scolarisés   

Candidats libres

Lycées métropole et à  l'étranger      

 

 

Balzac,Le Père Goriot, l'enterrement oral EAF

physiologie-du-mariage-balzac

 

 

 

 

L’enterrement du Père Goriot, Les questions probables de l'oral de l'examen

Le père Goriot, Balzac

Séquence roman

 Balzac

 

Objet d'étude : le roman et ses personnages : la vision de l'homme et du monde

  • . Explication de l'objet d'étude : le roman et ses personnages : la fiction s'oppose à l'homme et au monde : le réel. Le romancier à travers les personnages qu'il crée et l'univers qui les fait évoluer transmet au lecteur sa vison de l'homme et du monde.

  • Problématique : comment le réalisme dans le père Goriot permet il une peinture de la société du 19ème?

  • Objet : c'est un roman parlant de l'ascension sociale d'un jeune provincial.

 Balzac

Lecture du texte :

Les deux prêtres, l'enfant de choeur et le bedeau vinrent et donnèrent tout ce qu'on peut avoir pour soixante-dix francs dans une époque où la religion n'est pas assez riche pour prier gratis. Les gens du clergé chantèrent un psaume, le Libera, le De profundis. Le service dura vingt minutes. Il n'y avait qu'une seule voiture de deuil pour un prêtre et un enfant de choeur, qui consentirent à recevoir avec eux Eugène et Christophe.
- Il n'y a point de suite, dit le prêtre, nous pourrons aller vite, afin de ne pas nous attarder, il est cinq heures et demie.
Cependant, au moment où le corps fut placé dans le corbillard, deux voitures armoriées, mais vides, celle du comte de Restaud et celle du baron de Nucingen, se présentèrent et suivirent le convoi jusqu'au Père-Lachaise. A six heures, le corps du père Goriot fut descendu dans sa fosse, autour de laquelle étaient les gens de ses filles, qui disparurent avec le clergé aussitôt que fut dite la courte prière due au bonhomme pour l'argent de l'étudiant. Quand les deux fossoyeurs eurent jeté quelques pelletées de terre sur la bière pour la cacher, ils se relevèrent, et l'un d'eux, s'adressant à Rastignac, lui demanda leur pourboire. Eugène fouilla dans sa poche et n'y trouva rien, il fut forcé d'emprunter vingt sous à Christophe. Ce fait, si léger en lui-même, détermina chez Rastignac un accès d'horrible tristesse. Le jour tombait, un humide crépuscule agaçait les nerfs, il regarda la tombe et y ensevelit sa dernière larme de jeune homme, cette larme arrachée par les saintes émotions d'un coeur pur, une de ces larmes qui, de la terre où elles tombent, rejaillissent jusque dans les cieux. Il se croisa les bras, contempla les nuages, et, le voyant ainsi, Christophe le quitta.
Rastignac, resté seul, fit quelques pas vers le haut du cimetière et vit Paris tortueusement couché le long des deux rives de la Seine où commençaient à briller les lumières. Ses yeux s'attachèrent presque avidement entre la colonne de la place Vendôme et le dôme des Invalides, là où vivait ce beau monde dans lequel il avait voulu pénétrer. Il lança sur cette ruche bourdonnante un regard qui semblait par avance en pomper le miel, et dit ces mots grandioses: "A nous deux maintenant!"
Et pour premier acte du défi qu'il portait à la Société,
Rastignac alla dîner chez madame de Nucingen.
Le Père Goriot - Honoré de Balzac

Balzac

Commentaire du convoi funèbre du père Goriot

Ce passage final retrace l’agonie du personnage de Goriot. Nous le voyons évoluer dans son agonie jusqu’à la fin la plus tragique car au-delà de la mort, le lecteur partage le désespoir d’un homme mourant et désespéré de n’avoir par revu ses deux filles pour lesquelles sa vie durant il a tout sacrifié. Goriot est retrouvé par Eugène mourant, ses deux filles Anastasie est Delphine sont absentes et indifférentes à cette situation.  A cet égard, Eugène tente en vain de convaincre les deux filles d’intervenir au plus vite. Le père sombre dans l’inconscience et meurt finalement dans la plus grande solitude. Nous sommes dans la dernière page du roman, le convoi funèbre de Goriot, le père abandonné, l’intérêt de ce passage est aussi d’attirer l’attention du lecteur sur Rastignac et son ambition démesurée.

I Un enterrement bâclé, d’un homme pauvre et abandonné

Le mourant, Goriot à l’agonie souffre plus  de l’abandon de ses filles que de l’approche de la mort elle-même ainsi que le suggèrent les expressions suivantes, « Il n’y avait qu’une seule voiture de deuil.. Il n’y a point de suite… «. Il porte sa souffrance à son paroxysme car son sacrifice d’une vie pour ses deux enfants suscite de la pitié de  la part du lecteur qui compatit et partage la déchirure de ce vieil homme abondonné par les deux êtres auxquels il tient le plus au monde.  Les voiture sont donc vides, l’absence est ainsi connotée et tranche avec l’aspect valorisé du point de vue social des voitures « armoriées », vides certes mais armoriées.  La noblesse du titre nous montre que les apparences sont sauves, les filles sont absentes mais elles sont représentées par leurs domestiques, « les gens de ses filles ».  Le sens du prestige social contraste et met en relief l’absence de sentiments.

Précipitation de l’enterrement  du pauvre homme. Nous voyons le clergé intervenir de manière très calculée « Le service dura vingt minutes… Nous pouvons aller vite… il est cinq heures et demie… A six heures, le Père Goriot… ».  Il semble donc que tous souhaitent voir la fin de l’enterrement ainsi que le suggère la phrase « aussitôt que fut dite la courte prière… ». Les verbes au passé simple amplifient l’impression expéditive de la cérémonie « Les deux prêtres… vinrent et donnèrent,… les gens du clergé chantèrent,… deux voitures armoriées mais vides se présentèrent et suivirent… le corps du Père Goriot fut descendu… », ou encore « A six heures, le corps du Père Goriot fut descendu dans sa fosse, autour de laquelle étaient les gens de ses filles, qui disparurent avec le clergé aussitôt que fut dite la courte prière due au bonhomme pour l’argent de l’étudiant ».

Nous voyons tout au long de cet enterrement que l’argent dirige tout, on lit tout d’abord que Goriot obtient »tout ce qu’on peut avoir pour soixante dix francs », la religion est ensuite mise en cause de ce point de vue car même pour elle et jusque dans la mort, « la religion n’est pas assez riche pour payer gratis », le clergé sait facturer ses services surtout face à la gestion d‘un convoi funéraire, plus loin dans le texte, « l’un des fossoyeurs lui demanda un pourboire ». La place de l’argent est donc très importante dans cette page finale du roman.

II  - La fin d’une initiation

Eugène a une réelle prise de conscience par rapport au passé.  Il se révolte contre le spectacle de la pauvreté. En effet, il lui manque Vingt sous et « Ce fait si léger en lui-même détermina chez Rastignac un accès d’horrible tristesse ».

La tristesse domine,  il est démuni et n’est plus celui qu’il était. Il réalise l’importance de son dénuement qui l’apparente trop selon lui à celui de Goriot. Etat qu’il refuse mais c’est la fin des illusions. La tonalité dominante à ce moment du passage est la tristesse.

Pourtant, l’espoir d’un renouveau transparaît dans la phrase suivante : « Il se croisa les bras, contempla les nuages, et, le voyant ainsi, Christophe le quitta

Elle connote une sorte de retour à la vie, l’espoir d’une renaissance, d’un recommencement, le regard vers le ciel et  les nuages pourrait traduire de manière imagée son désir d’ascension. Sa foi en la vie renaît comme les promesses d’un nouvel avenir.

Nous voyons Rastignac reprendre goût à la vie fastueuse, il rêve secrètement de Paris , la richesse l’attire et le fascine, tout ce qui appartient au monde Parisien est séduction. C’est une ville de fête, « commençaient à briller les lumières »,  d’argent, de beaux quartiers « là où vivait ce beau monde ». Paris devient l’objet en rêve de tous ses désirs, de toutes ses aspirations, il le vit déjà en pensée ainsi que le suggère l’expression : « un regard qui semblait par avance en pomper le miel » .

Son appétit sans limites, sa soif de conquête, de luxe et de fêtes parisiennes se traduit dans l’apostrophe « A nous deux maintenant! ». Le lecteur ressent l’ambition démesurée de cet homme que rien ne peut arrêter, il se présente sous les traits d’un conquérant, d’un homme jeune, déterminé et plein d’assurance.

C’est pourquoi, il décide de se servir du sentiment amoureux pour arriver à ses fins mercantiles. Il s’offre un dîner d’ambitieux : « Rastignac alla dîner chez madame de Nucingen ». Il est désormais  Rastignac et tout même l’amour devient l’instrument de son ambition sans bornes

Conclusion

Cette dernière page du roman est importante, on y retrouve le thème de la vie envisagée par Balzac dans sa fin et son commencement, une vie s’achève et une commence

On retrouve dans cette dernière page le thème de l’égoisme dominant dans l’œuvre de Balzac. On peut dire qu’il s’agit de la fin d’une initiation car Eugène se retrouve face à lui-même, Vautrin est arrêté, Goriot est mort mais il aura contribué à son apprentissage de vie.

Balzac

Balzac 1799 – 1850

Écrivain français, romancier, dramaturge, critique littéraire, critique d'art, essayiste et journaliste.

Auteur de la comédie humaine. Ses romans réalistes et psychologiques les plus célèbres sont le Père Goriot ou Eugénie Grandet.

La comédie humaine: le Père Goriot s'inscrit dans la comédie humaine et constitue un passage important dans la construction. La comédie humaine est un titre suggéré par la Divine comédie de Dante.

 Balzac

La comédie humaine Balzac est le témoin de son temps. Pour écrire ses romans, il fait des enquêtes sur les lieux et les milieux sociaux. Il donne une image fidèle de la société, on peut faire une analogie avec Zola, "les Rougons- Macquart".
 
  • Question pour l'oral du baccalauréat de français : quels sont les moyens de créer l'illusion dans le père Goriot? 
  • - affirmer l'histoire n'est pas une fiction - peu d'interventions du narrateur dans le roman
  • - la physionomie : une théorie de Lavater : scientifique 1772, on établit un parallèle entre le physique et le caractère d'un personnage. par exemple, les mollets du père Goriot reflètent ses caractéristiques morales.
  • - descriptions méticuleuses : donner une apparence de vie individuelle à des personnages types : ex : Rastignac et Lucien : personnage type du jeune provincial ambitieux qui vient à Paris pour réussir. Le père Goriot est le type du père qui adore ses filles - le retour des personnages

 

Balzac

Fiche bac sur le naturalisme et le réalisme pour trouver les éléments de réponses au questionnaire du bac

Naturalisme et Réalisme

Crée en même temps que le romantisme (De Balzac à Stendhal), le réalisme ne prend vraiment son essort que dans la période 1850-1900 (par Flaubert et Maupassant) et se retrouve dans le naturalisme crée par Zola.

  • 1) Réalisme et Naturalisme (à travers l'histoire) - Les romans emprunts de réalisme s'identifient à l'époque traversée: des révolutions de 1848 (qui se retrouve dans "L'Education sentimentale" de Flaubert, du coup d'état de L-N Bonaparte (conteste de "La Fortune des Rougon" de Zola) ou de la politique stable du 2ème Empire (1852 à 1870). -Les Années 1850-1900 virent la vraie naissance du capitalisme moderne: Zola le décrit à travers les grands magasins dans "Au bonheur des dames" paru en 1883, et à travers la bourse dans "l'Argent" paru en 1891. C'est une époque de fortes évolutuions tant sociales (naissance de la classe ouvrière) que urbaines (à travers le Paris du Préfet Haussmann). -C'est enfin le grand moment du positivisme, qui use de l'expérience scientifique comme fondement à tout savoir. Les romanciers écrivent aussi sur des avancéesen médecine et en psychologie, Maupassant disserte sur la folie ("Le Horla" en 1887), les frères Goncourt s'expriment sur l'hystérie féminine ("Germine Lacerteux" en 1865), ou encore Zola sur les valeurs de l'hérédité, servant de base à ses "Rougon-Macquart" (de 1871 à 1893), période romanesque sous titrée "Histoire Naturelle et social d'une famille sous le second Empire".

  • 2) Les clés du réalisme et du naturalisme: -Les principes généraux de la vision réaliste naissent chez Balzac qui crée, avec "La comédie Humaine" le roman total, vrai "concurrence à l'Etat-civil" (préambule de 1842) et chez Stendhal qui crée le roman assimilé à "une glace qui déambule sur une grande-route" ("Le Rouge et le Noir" en 1830). Les 2 écrivains affirment retranscrire la réalité de manière fidèle. -Le mot "réalisme survient, au début de manière péjorative pour enfin définir une nouvelle création de description, constituée autour de Gustave Courbet. Plus tard, Champfleury et Duranty se l'approprient en littérature en affirmant l'objectivité sur base romantique, et ses qualités de description. Le réalisme n'est cependant qu'au second plan comme courant en littérature: et même Flaubert, pourtant son affirmé (Chef de file, ne se disait-il pas comme non-réaliste. -Par contre, le naturalisme a bien représenté une école littéraire, avec les frères Goncourt et Zola ("Thérése Raquin", en 1867, puis les "Rougon Macquart" à partir de 1871). Les écrits de ce dernier écrivain, Le Roman d'expérience (en 1880) et les Romanciers (1881) apportent leur fondement au naturalisme; ils revendiquent un réalisme extrémiste par leur expérimentation du modèle scientifique. Ils s'attirent toutefois des avis mesurés, chez Maupassant (exemple: la préface de "Pierre et Jean", en 1887) ou chez Huysmans "exemple: la préface de "A retours", en 1903).

  • 3) Les genres réalistes et naturalistes: - Le roman est le genre le plus retenu: on estime qu'il décrit le mieux la réalité. Balzac avec "La Comédie Humaine", et Zola , avec les "Rougon-Macquart" racontent de grandes épopées familiales, empreintes de social et d'histoire. Contrairement aux romantiques avec le roman sur fond d'histoire, les réalistes et les naturalistes s'intéressent eux au présent et tirent leur inspiration de la vie réelle (Stendhal écrit aussi son roman "Le Rouge et le Noir" en se basant sur un fait divers relaté dans un journal). -Le descriptif a une grande importance, car il permet de décrire la réalité: il repète les "petits faits avérés" (Stendhal) et cela donne un effet de réalité. -Enfin, se focaliser dans ce genre de romans, autorise des effets complexes, entre narrateur présent en permanence, image du démuirge qui crée tout un monde (Balzac), et le "se focaliser" propre à Zola, qui permet au narrateur de se dissimuler derrière ses personnages.

  • 4) Les Thèmes réalistes et naturalistes: -Le réalisme s'attaque d'abord au romantisme, qu'on accuse d'éloigner de la réalité. Flaubert dans "Madame Bovary", décrit les effets néfastes de l'illusion romantique sur l'héroisme de son roman). Par contre, réalistes et naturalistes revendiquent la réalité des villes, politique et sociale. Les héros de ces romans sont ordinaires, qu'ils soient de la classe bourgeoise de Flaubert ou de la classe ouvrière de Zola- Zola décrit aussi, dans les "Rougon-Macquart" le monde des prostituées, l'alcool et le crime. -C'est la réalité que les romans décrivent. C'est pourquoi le réalisme a souvent été qualifié d' inesthétique et parfois même manquant de moralité et apportant la subversion: en 1857; un procés a même été intenté contre Flaubert "Madame Bovary" sous l'accusation suivante: "Atteinte à la morale des gens et aux bonnes moeurs".

 
 

 

Balzac

 

Questions sur le réalisme:

 

*** Réponses dans l'exposé ci-dessus

  • Quand le réalisme prend t'-il son essor?
  • Avec quels écrivains?
  • Citez trois exemples de romans réalistes
  • Balzac est-il à l'origine des principes généraux du réalisme?
  • Avec quelle œuvre littéraire?
  • Citez un autre écrivain qui avec Balzac, recrée la réalité de manière fidèle
  • Définir le réalisme
  • Est-ce un courant littéraire?
  • En est-il de même avec le naturalisme?
  • Proposez une définition du naturalisme et citez un représentant
  • Quelles sont les points communs et différences entre le réalisme et le naturalisme
  • Quels sont les genres réalistes?
  • Quels sont les thèmes réalistes?
  • Contre quel courant littéraire le réalisme s'insurge t'-il?

 

Questions sur Balzac et son œuvre

 

Balzac

 

 

La vie de Balzac

*** Questionnaire sur la biographie de l’écrivain

  • De quel siècle Balzac est-il?
  • Écrivain français né à Tours en 1799, décédé à Paris en 1850, Balzac (qui ajoutera une particule à son nom en 1831) est issu de la petite bourgeoisie provinciale.

 

  • A quelle carrière est-il destiné?
  • Il était destiné à une carrière juridique mais très passionné de lecture, il parvient à convaincre sa famille de le laisser s’adonner à l’écriture.

 

  • Qui lui déconseillera la carrière littéraire?
  • Après avoir lu la première tragédie en vers de Balzac, Cromwell déconseillera la carrière littéraire au jeune homme.

 

  • Se décourage t’-il?
  • Non, il continue à écrire sous divers pseudonymes.

 

  • Qu’achète t ‘il en 1825?
  • En 1825, il achète une imprimerie mais fait rapidement faillite et, couvert de dettes, se tourne de nouveau vers le roman.

 

  • Quand sera t’-il introduit dans les salons littéraires aristocratiques?
  • Dès ses premiers succès en particulier dans le salon de Mme Récamier.

 

  • A t’-il contribué à instaurer la protection du droit d’auteur?
  • Oui, il contribue à instaurer la protection du droit d’auteur, c’est un grand précurseur, membre de la Société des gens de lettres dès sa création en 1838, il met en place cette protection de la propriété intellectuelle.

 

  • A quoi donne t’-il naissance en 1837?
  • Au roman feuilleton avec La vieille fille, c’est le premier exemple paru dans les journaux.

 

  • A quel âge meurt-il?
  • A 50 ans.

 

  • Qui avait-il épousé quelques mois auparavant?
  • Mme Hanska, une comtesse polonaise avec qui il entretint pendant seize ans une correspondance admirable (Lettres à Mme Hanska, 1832-1848, publiées en 1968).

Balzac

 

 Questions sur le commentaire en fonction du plan

Questions sur l'introduction

 

Quelle est la situation du passage?

Le lecteur assiste au désespoir d'un homme mourant et désespéré de n'avoir par vu ses deux filles: pouvait-il prévoir cette fin? Correspond t'-elle au schéma d'ensemble de l’œuvre?

Quel est l'état d'esprit des deux filles vis-à-vis de l'état d'agonie de leur père?

Qui tente d'intervenir pour changer l'ordre des choses?

Donnez un titre au passage et justifiez votre réponse

Quel est selon vous, l'intérêt de ce passage?

Vers qui l'attention du lecteur se tourne t'-elle? Pourquoi? Justifiez votre réponse

 

Questions sur le commentaire dans le respect des axes

 

Problématique: En quoi cette dernière page est-elle la fin d'une initiation?

 

Plan de l'étude:

 

I – Un enterrement bâclé d'un homme pauvre et abandonné

II – La fin d'une initiation

 

Balzac

 

 

Questions sur le développement

 

I -

Que suggèrent les expressions suivantes:

«il n'y avait qu'une seule voiture de deuil... il n'y a pas de suite»

Porte t'-il sa souffrance à son paroxysme?

Que ressentez-vous en tant que lecteur?

Comment l'absence est-elle connotée?

Quel aspect de l'enterrement est-il mis en valeur? Citez et expliquez votre réponse

Comment les filles sont-elles représentées?

Les apparences sont-elles sauves?

Qu'en est-il de la noblesse du titre?

Estimez-vous en tant que lecteur que le sens du prestige social soit valorisé au détriment des sentiments?

De quelle manière le clergé intervient-il? Citez les passages représentatifs de l'intervention très calculée du clergé

Comment interpréter la phrase suivante «Aussitôt que fut dite la courte prière»?

Quel temps contribue t'-il à renforcer l'accélération et la précipitation de l'enterrement?

Quel enseignement tire t'-on de cet enterrement?

La religion est-elle mise en cause?

Peut-on dire que le thème dominant de la page finale soit l'argent?

 

II -

Quel est l'état d'esprit d'Eugène?

Contre quoi se révolte t'-il?

A qui s'apparente t'-il?

Quelle est la tonalité dominante?

Quelle phrase du texte laisse apparaître l'espoir d'un renouveau?

Expliquez en quelques lignes et en citant le texte l'idée d'un recommencement et d'un désir d'ascension

De quoi rêve t'-il secrètement?

Quelles sont pour lui les valeurs essentielles?

Quelle expression du texte traduit le mieux son appétit sans limites de luxe, de fête....

Quel portrait psychologique peut-on faire de ce personnage? Proposez les caractéristiques essentielles pour dessiner avec la plus grande exactitude le portrait de cet homme

Par quel moyen va t'-il arriver à ses fins?

La fin justifie t'-elle les moyens pour cet homme?

Cela fait-il de lui un personnage sympathique ou antipathique? Développez votre réponse en citant pour justifier votre point de vue

 

Questions sur la conclusion

 

Cette dernière page de roman est-elle importante?

Comment le thème de la vie y est-il envisagé? Montrez en quelques lignes l'idée essentielle de fin associée à celle de commencement

Le thème de l’égoïsme est-il dominant dans cet ouvrage?

Peut-on parler au sens de «la fin d'une initiation»?

Eugène se retrouve t'-il face à lui-même?

La mort du Père Goriot est-elle symbolique pour Eugène?

Balzac s'élève t'-il selon vous dans la psychologie des divers personnages avec brio? Dans les mœurs de l'époque?

 

Balzac

 

Pour travailler l'ouverture

 

Point commun entre deux pages finales de roman, le père Goriot, Balzac et Bel ami de Maupassant. 

  • Deux fins d'initiation

  • Le sacre de Georges Duroy. Ambition politique visible à traves son mariage d'intérêt. Duroy a beaucoup d'ambitions et aucun sentiment pour son épouse. C'est un arriviste. Nous avons une fin ouverte. 

  • On retrouve cette même ambition démesurée chez Rastignac qui se sert des sentiments amoureux dans le but de parvenir à ses fins. Ambition sociale aboutie.

 

 

 Balzac

Dossier bac n° 1 :

 

La caricature: Daumier et Balzac: ressource gratuite du site

 

Daumier, la comédie humaine dans la lithographie

Balzac, la comédie humaine dans la littérature

 

Lire le dossier

 

Daumier, Balzac, la caricature

 

caricature-de-balzaccaricature-de-balzac-daumier

 

 

 

 

 

 

 

 

Dossier n° 2

Étude d'ensemble: les initiateurs de Rastignac – lectures comparées

 

Paroles d'initiateurs

 

Textes:

 

A – le père Goriot, Balzac, le discours de Mme de Beauséant à Rastignac, 1834

 

B – Le père Goriot, Balzac, le discours de Vautrin à Rastignac, 1834

 

C – La vie de Marianne, Marivaux, le discours de Mme Dutour à Marianne, 1731.1741

 

D – Lucien Leuwen, Stendhal, la leçon du père de Lucien, 1894

 

E – Le hussard sur le toit, Jean Giono, lettre d'une père à son fils, 1951

 

F – Gravure de Laisné, 1851. 1853. Pour le père Goriot, Rastignac au père Lachaise

 

Question:

 

Quelle vision de l'homme et de la société proposent ces 5 discours initiatiques?

 

Texte A: le discours de Mme de Beauséant

 

« Le monde est infâme et méchant, dit enfin la vicomtesse. Aussitôt qu'un malheur nous arrive, il se rencontre toujours un ami prêt à venir nous le dire, et à nous fouiller le cœur avec un poignard en nous en faisant admirer le manche. Déjà le sarcasme, déjà les railleries ! Ah ! je me défendrai. » Elle releva la tête comme une grande dame qu'elle était, et des éclairs sortirent de ses yeux fiers. « Ah ! fit-elle en voyant Eugène, vous êtes là ! 5 — Encore, dit-il piteusement. — Eh bien, monsieur de Rastignac, traitez ce monde comme il mérite de l'être. Vous voulez parvenir, je vous aiderai. Vous sonderez combien est profonde la corruption féminine, vous toiserez la largeur de la misérable vanité des hommes. Quoique j'aie bien lu dans ce livre du monde, il y avait des pages qui cependant m'étaient inconnues. Maintenant je sais tout. Plus froidement vous calculerez, plus avant vous irez. Frappez sans pitié, vous serez craint. 10 N'acceptez les hommes et les femmes que comme des chevaux de poste que vous laisserez crever à chaque relais, vous arriverez ainsi au faîte de vos désirs. Voyez-vous, vous ne serez rien ici si vous n'avez pas une femme qui s'intéresse à vous. Il vous la faut jeune, riche, élégante. Mais si vous avez un sentiment vrai, cachez-le comme un trésor ; ne le laissez jamais soupçonner, vous seriez perdu. Vous ne seriez plus le bourreau, vous deviendriez la victime. Si jamais vous aimiez, gardez bien votre secret ! ne le livrez pas avant d'avoir bien su à qui vous ouvrirez 15 votre cœur. Pour préserver par avance cet amour qui n'existe pas encore, apprenez à vous méfier de ce monde-ci... »

 

Texte B: le discours de Vautrin

 

Le baron de Rastignac veut-il être avocat ? Oh ! joli. Il faut pâtir pendant dix ans, dépenser mille francs par mois, avoir une bibliothèque, un cabinet, aller dans le monde, baiser la robe d'un avoué pour avoir des causes, balayer le palais avec sa langue. Si ce métier vous menait à bien, je ne dirais pas non : mais trouvez-moi dans Paris cinq avocats qui, à cinquante ans, gagnent plus de cinquante miIle francs par an ? Bah ! plutôt que de m'amoindrir ainsi l'âme, j'aimerais mieux me faire corsaire. D'ailleurs, où prendre des écus ? Tout ça n'est pas gai. Nous avons une ressource dans la dot d'une femme. Voulez-vous vous marier ? ce sera vous mettre une pierre au cou; puis, si vous vous mariez pour de l'argent, que deviennent nos sentiments d'honneur, notre noblesse ! Autant commencer aujourd'hui votre révolte contre les conventions humaines. Ce ne serait rien que se coucher comme un serpent devant une femme, Iécher les pieds de la mère, faire des bassesses à dégoûter une truie, pouah ! si vous trouviez au moins le bonheur. Mais vous serez malheureux comme les pierres d'égout avec une femme que vous aurez épousée ainsi. Vaut encore mieux guerroyer avec les hommes que de lutter avec sa femme. Voilà le carrefour de la vie, jeune homme, choisissez. Vous avez déjà choisi : vous êtes allé chez notre cousine de Beauséant, et vous y avez flairé le luxe. Vous êtes allé chez madame de Restaud, la fille du père Goriot, et vous y avez flairé la Parisienne. Ce jour-là vous êtes revenu avec un mot écrit sur votre front, et que j'ai bien su lire : Parvenir! parvenir à tout prix. Bravo ! ai-je dit, voilà un gaillard qui me va. Il vous a fallu de l'argent. Où en prendre? Vous avez saigné vos soeurs. Tous les frères flouent plus ou moins leurs soeurs. Vos quinze cents francs arrachés, Dieu sait comme ! dans un pays où l'on trouve plus de châtaignes que de pièces de cent sous, vont filer comme des soldats à Ia maraude. Après, que ferez-vous? vous travaillerez? Le travail, compris comme vous le comprenez en ce moment, donne, dans les vieux jours, un appartement chez maman Vauquer, à des gars de la force de Poiret. Une rapide fortune est le problème que se proposent de résoudre en ce moment cinquante mille jeunes gens qui se trouvent tous dans votre position. Vous êtes une unité de ce nombre-là. Jugez des efforts que vous avez à faire et de l'acharnement du combat. Il faut vous manger les uns les autres comme des araignées dans un pot, attendu qu'il n'y a pas cinquante mille bonnes places. Savez-vous comment on fait son chemin ici ? par l'éclat du génie ou par l'adresse de la corruption. Il faut entrer dans cette masse d'hommes comme un boulet de canon, ou s'y glisser comme une peste. L'honnêteté ne sert à rien. L'on plie sous le pouvoir du génie, on le hait, on tâche de le calomnier, parce qu'il prend sans partager; mais on plie s'il persiste; en un mot, on l'adore à genoux quand on n'a pas pu l'enterrer sous la boue. La corruption est en force, Ie talent est rare.

 

Texte C: La vie de Marianne, Marivaux, le discours de Mme Dutour à Marianne

 

« Tenez, Marianne, me disait-elle à votre place........  arrêtez-vous»

 

Texte D: Lucien Leuwen, Stendhal, la leçon du père de Lucien

 

«C'est de vous qu'il s'agit, et c'est à quoi nous cherchons une réponse. ….. parce que cela était trop sale»

 

Texte E:  Le hussard sur le toit, Jean Giono, lettre d'une père à son fils

 

[Angelo, le héros du livre, est exilé en France où il erre au milieu d'une épidémie de choléra. Au cours d'une des étapes de son périple, il reçoit une lettre de sa mère restée en Italie.]

 

La lettre était datée de juin et disait : « Mon bel enfant, as-tu trouvé des chimères ? Le marin que tu m'as envoyé m'a dit que tu étais imprudent. Cela m'a rassurée. Sois toujours très imprudent, mon petit, c'est la seule façon d'avoir un peu de plaisir à vivre dans notre époque de manufactures. J'ai longuement discuté d'imprudence avec ton marin. Il me plaît beaucoup. Il a guetté la Thérèsa à la petite porte ainsi que tu le lui avais recommandé, mais, comme il se méfiait d'un grand garçon de quinze ans qui joue à la marelle tous les jours sur la place de sept heures du matin à huit heures du soir depuis que tu es en France, il a barbouillé la gueule d'un pauvre chien avec de la mousse de savon et le joueur de marelle a pris ses jambes à son cou en criant à la rage. Le soir même, le général Bonetto qui n'a pas inventé la poudre m'a parlé d'une chasse au chien à propos de mon griffon. Je sais donc exactement d'où vient le joueur de marelle maintenant et j'ai fait les yeux qu'il faut pour que le général sache que je sais. Rien n'est plus agréable que de voir l'ennemi changer ses batteries de place. Il y a beaucoup de rage à Turin. Tous les jeunes gens qui ont un visage ingrat et une taille au-dessous de quatre pieds et demi sont enragés. La même épidémie ravage les envieux et ceux qui n'ont jamais su être généreux avec leur tailleur. Le reste se porte bien et fait des projets. Il y en a même qui ont la folie de vouloir adopter cette mode anglaise si préjudiciable à l'organdi et aux pantalons collants d'aller manger à la campagne. Ils disent même : jusque près des tombeaux romains. Ce que je trouve exagéré, comme espoir en tout cas. Mais les routes sont les routes. Laissons faire. Les bons marcheurs s'en vont toujours de détour en détour pour voir le paysage qui est après le tournant et c'est ainsi que, d'une simple promenade, ils font parfois une marche militaire. Tout cela serait bien s'il n'y avait pas de moins en moins de gens capables de compter sur leur cœur. C'est un muscle qu'on ne fait plus travailler, sauf ton marin qui me paraît de ce côté être un assez curieux gymnasiarque. Il s'est enthousiasmé d'une bonté de rien du tout que j'ai eue pour sa mère et il est allé faire tourner ses bras un peu trop près des oreilles des deux hommes chamarrés qui ont organisé ton voyage précipité. Ils en sont tombés très malencontreusement malades le jour même. C'est dommage. J'ai pensé que ton marin avait la détente un peu brusque. Je lui ai donné de fort obscures raisons pour qu'il fasse encore un voyage en mer. J'ai été si mystérieuse qu'il s'en est pâmé de bonheur. J'aime viser longtemps.

Et maintenant, parlons de choses sérieuses. J'ai peur que ne fasses pas de folies. Cela n'empêche ni la gravité, ni la mélancolie, ni la solitude : ces trois gourmandises de ton caractère. Tu peux être grave et fou, qui empêche ? Tu peux être tout ce que tu veux et fou en surplus, mais il faut être fou, mon enfant. Regarde autour de toi le monde sans cesse grandissant de gens qui se prennent au sérieux.»

 

Texte F: Gravure de Laisné pour le Père Goriot, Rastignac au père La chaise

 

gravure

 

Peintre ou Dessinateur : Laisné, graveur sur bois et illustrateur à Paris au XIXe siècle (Œuvre signée)

Cette notice fait partie d’une série : Œuvres illustrées de Balzac, Le P. Goriot, Paris, imp. Simon Rançon &Cie, 1852

Datation : 1852

Source textuelle : Balzac, Le Père Goriot (1834)

Sujet de l’image ou genre : Fiction, 19e siècle

Nature de l’image :Gravure

Lieu de conservation : Paris, Bibliothèque nationale de France, Imprimés, in-8°, 64p ; page 57 ; Cote Bnf Y2 914

 

 

 

Réponse à la question du corpus, paroles d'initiateurs

 

Ces textes présentent une vision pessimiste de l'homme et de la société dans laquelle on peut trouver de nombreux points communs.

 

Dans la société, il n'y a pas de place pour les sentiments, Mme de Beauséant montre que le sentiment vrai constitue un danger pour celui qui le ressent, que les liens familiaux et amoureux n'existent plus. Les filles Goriot on renié leur père et se renient entre elles, la relation entre femme et amant est dictée par l'intérêt et l'ambition, les amitiés sont minées par la rivalité. Il ne s'agit que de calculer et de frapper sans pitié, comme la vicomtesse, Vautrin dénonce un monde conduit par l'envie, la calomnie qui est un champ de bataille. Chez Marivaux, les relations amoureuses sont basées sur le mensonge et le profit. Giono montre aussi que les valeurs dans la folie et qui représentent la noblesse de cœur, sont menacées par cette époque dominée par le matérialisme et l'intérêt.

 

Il n'y a pas de place non plus pour la morale. Si Mme de Beauséant tente de garder son nom, «blanc» et demande à Rastignac de ne pas se situer parmi les fripons, elle sait combien est profitable la corruption féminine. Vautrin et M. Leuwen montrent avec cynisme l'absence de principes moraux dans cette société. Pour Vautrin, le travail ne peut mener à rien et il faut forcément se salir les mains. Pour Leuwen, toujt homme politique est par définition un coquin. Seule compte l'apparence, «sachez seulement vous bien débarbouiller. Là est toute la morale de notre époque.  Les grands idéaux de justice ne résistent pas non plus à son ironie. La corruption apparaît donc générale et la société «une réunion de dupes et de fripons, texte A, où la corruption est en force, texte B et les coquins au pouvoir, texte D.

 

Le seul principe qui guide les hommes est l'intérêt, l'argent est le moteur des êtes depuis la petite Mme Dutour jusqu'à la belle et riche Mme de Nucingen, depuis le riche bourgeois Leuwen jusqu'à l'aristocrate Rastignac, on retrouve cette idée chez Giono et dans la métaphore de la société, un champ de bataille, chez Vautrin, chez Mme de Beauséant, «nos batailles à livrer». La société se partage entre bourreaux et victimes.

 

Ces textes montrent les clivages de la société, riches, pauvres, textes A et C . Mme de Beauséant pose aussi la question de la société de la restauration. Le père Goriot renié par ses filles mariées dans l'aristocratie, les bourgeoises, singent les nobles, la noblesse d'argent de la chaussée d'Antin et l'aristocratie d'ancien régime.

 

Vautrin et la duchesse évoque un autre clivage incluant les hommes supérieurs, texte B et les esprits originaux, texte E au milieu d'une masse de haut bétail, texte B.

 

Le forçat et la duchesse dénoncent la médiocrité ambiante, des faibles ou des sots pour Vautrin, des mesquins sans idéal ni panache pour la duchesse et exaltent le génie qui est au dessus de la masse.

 

Les quatre premiers initiateurs montrent donc la société de manière cynique comme un terrain de lutte où le héros doit habilement trouver son intérêt en se servant des autres.

 

Mais la duchesse Pardi, texte E tient un discours différent, pour elle, son fils Angelo doit se démarquer de cette société gouvernée par le profit et des valeurs médiocres pour se laisser guider par ses chimères et sa folie.

 

 

 

 

 

 

 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

 Prépabac le bac en ligne

Logo prepabac

Boutique en ligne français  philosophie

Coaching scolaire mondial
Elèves scolarisés (lycées français à l'Etranger) et candidats libres

 

Professeur indépendant

  • Identifiant SIRET : 819 269 226 00018
  • APE  :  8559B
Logo prepabac

Français : niveau seconde

Français : Bac pro

Littérature : Dossier bac

Profs en direct le jour du bac

PROF EN DIRECT : BAC 2016

Bac 2016

 

Français   -   Français bac pro 

Littérature   -   Philosophie


 
Logo prepabac
Préparation à l'examen du baccalauréat : français séries générales, technologiques et bac pro, philosophie   littérature  Bac pro et Brevet : Bac  en ligne sur prepabac.org. Profs en direct le jour du bac : les annales bac . Préparer le bac en ligne : Demande de cours sur skype  - Coaching scolaire mondial = Elèves scolarisés et candidats libres (lycées français à l'étranger )

 

Licence Creative Commons
Bibliothèque scolaire de prépabac est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
Fondé(e) sur une œuvre à http://www.prepabac.org/.

Copyright

Droits d'auteur enregistrés, Copyright

Depot.com sous le numéro  00056187

Tous droits réservés

Le site prepabac.org respecte "la loi informatique et liberté "

N° enregistrement CNIL :  1943841