Forum bac  Listes EAF, descriptifs bac - Blog des lycéens  

L oral de français

ForumFORUM PEDAGOGIQUE

FORUM PREPABACForum prepabac

 

Skype
Prepabac facebook
Google
Twitter

Profs en direct le jour du bac

PROFS EN DIRECT : LE FORUM

Pondichery 2016

Français   -   Français bac pro 

Littérature   -   Philosophie

Blogger

 

 

Sartre

Bibliothèque scolaire

11000 documents en ligne

Le bac en ligne metropole etranger candidats libres et lyceens scolarises

Elèves scolarisés   

Candidats libres

Lycées métropole et à  l'étranger      

 

ELEVES SCOLARISES - CANDIDATS LIBRES, METROPOLE, DOM TOM, LYCEES FRANCAIS A L'ETRANGER ET LYCEESPROFESSIONNELS 

Anouilh Antigone, étude de l'oeuvre

antigone

 

 

 

 

 

Antigone, Jean Anouilh

 
 
*** Citation
"Comprendre ; toujours comprendre. Moi, je ne veux pas comprendre" Antigone
 
 

antigone-1

 

Biographie
 
Jean Anouilh (1910 - 1987)
 
Jean Anouilh est né en 1910 à Bordeaux et mort en 1987. Il est fils d'un père tailleur et d'une mère musicienne, professeur de piano. Sa passion pour le théâtre et les auteurs classiques nait très vite. Il fit des étude au collège Chaptal. A dix huit ans il fut impressionné par la représentation de Siegfried de Jean Giraudoux. Son cursus scolaire se poursuit par des études de droit à Paris avant de travailler dans une agence de publicité comme secrétaire de Louis Jouvet. Dès 1932, il écrit sa première pièce, l'Hermine puis en 1937, le Voyageur sans bagages, 1938, la sauvage. A compter de cette date, sa notoriété est faîte et sa vie tracée. Il se marie ensuite avec la comédienne Monelle Valentin avec qui il aura une fille. C'est en 1942, sous l'occupation qu'il écrira Eurydice. En 1944, il fait naître Antigone dont le succès public est manifeste mais les polémiques autour de la pièce sont nombreuses. Dès lors et même après la guerre, les écrits se multiplient, L'invitation au château en 1947, puis en 1948, Ardèle oui la Marguerite, 1953, L'Alouette., puis trois nouvelles pièces en 1959, L'Hurluberlu ou le réactionnaire amoureux, le petit Molière et Becket ou l'honneur de Dieu, cette dernière connut un grand succès.
Il se tournera après l'échec de La grotte en 1961 vers la mise en scène et montera successivement Tartuffe de Molière, Richard III de Shadespeare. A compter de cette date, ses publications se font moins nombreuses mais écrira encore quelques pièces malgré tout dans les années soixante dix.
  • Questions sur Anouilh
  • Quelles sont les dates d'Anouilh?
  • Quelle révélation à t'-il eue à 18 ans?
  • Quel est son cursus scolaire?
  • Avec qui a t'-il travaillé dans l'agence de publicité?
  • Quand a t'-il écrit sa première pièce?
  • Connaît-il une grande notoriété?
  • Qui épouse t'-il?
  • Citez 4 oeuvres d'Anouilh
  • A quelle date fait-il de la mise en scène?
 

antigone-1

 

Antigone
 
La mythologie grecque :
 
Antigone est la fille d'Oedipe, roi de Thèbes et de la reine Jocaste, soeur d'Etéocle, Polynice, Ismène. Son oncle se nomme Créon, donc frère de Jocaste et père de son fiancé Hémon.
 
 
Le mythe
 
Lorsque Oedipe comprend qu'il a tué son père et épousé sa mère, il se crève les yeux et laisse son trône à ses deux fils. Il part avec Antigone, sa fille qui rejoindra le palais de Thèbes à la mort de son père où elle vit avec sa soeur Ismène. Polynice est à la tête des armées d'Argos, ville ennemie de Thèbes. Il veut reprendre le trône à son frère Etéocle, les deux hommes combattent et s'entretuent.
 
 
Le résumé
 
Créon, nouveau roi de Thèbes et frère de Jocaste ordonne des funérailles solennelles pour Étéocle, mais interdit d'ensevelir Polynice assimilé à un traître mais Antigone s'oppose à cette décision. Il avertit par un édit que quiconque osera enterrer le corps du renégat sera puni de mort. Personne n'ose braver l'interdit et le cadavre de Polynice est abandonné à la chaleur et aux charognards. Antigone, convaincue que la loi divine devait l'emporter sur les décrets humains, décida de rendre les honneurs funèbres à son frère. Très vite, Antigone est prise sur le fait par les gardes du roi. Créon est obligé d'appliquer la sentence de mort à Antigone.
Elle fait donner une sépulture à Polynice et est condamnée par Créon à être enterrée vivante dans le tombeau des Labdacides. Le fils de Créon, Hémon, se donne la mort sur le cadavre d'Antigone et l'épouse de Créon, Eurydice se suicide après la mort de son fils.
 
 

antigone-1

 

La pièce Antigone
 
Antigone est une pièce de théâtre en un seul acte qui fut représentée pour la première fois sous l'occupation allemande en 1944.
L’Antigone d’Anouilh est inspirée du mythe antique, en rupture avec la tradition de la tragédie grecque. Il s'agit d'une réécriture de la pièce de Sophocle affirme Anouilh : "L'Antigone de Sophocle, lue et relue, et que je connaissais par coeur depuis toujours, a été un choc soudain pour moi pendant la guerre, le jour des petites affiches rouge. Je l'ai réécrite à ma façon, avec la résonnance de la tragédie que nous étions alors en train de vivre".
Antigone représente en fait la résistance, elle s'oppose aux lois proclamées par Créon qu'elle juge injustes. On a la représentation Antigone/ résistance et Créon/ Pétain. Le personnage d'Antigone refuse la fatalité et reste en acte solidaire de ses pensées. Plutôt mourir que de renoncer à ses idées et convictions les plus profondes.
 
 
Les personnages principaux :
 
  • Antigone : fille d'Œdipe, sœur d'Étéocle, Polynice et Ismène. Elle est l'héroine de l'histoire. Elle affronte Créon au point de préférer la mort au renoncement et à la soumission. Toujours fidèle à ses pensées et à ses convictions, elle incarne dans la littérature la force, le combat, la résistance, l'idéal défendu au péril de sa vie.
  •  
  • Créon : frère de Jocaste (la femme d'Œdipe), légitime roi de Thèbes après la mort des deux princes ennemis. Créon est donc un souverain mûr et réfléchi, assez seul et tout à son règne de roi et aux sacrifices que cela suppose comme la punition de Polynice et l'exécution d'Antigone.
  •  
  • Ismène : Elle est la soeur d'Antigone mais elle n'est pas aussi courageuse que cette dernière dont elle tentera malgré tout de défendre la vie : "Si vous la faites mourir, il faudra me faire mourir avec elle ". Elle est décrite comme une belle jeune femme, assez "coquette" et assez "raisonnable".
  •  
  • Hémon : fils de Créon et d'Eurydice, fiancé d'Antigone à laquelle il est très fidèle « Oui Antigone, je t'aime comme une femme ». L'amour pour Antigone est si passionné et si inconditionnel qu'il préfère mourir en se donnant la mort sur la cadvre de son aimée.
  •  
  • Le Prologue/Chœur : issue des pièces de théâtre de la Grèce antique, le choeur a pour fonction de nous présenter les personnages, de nous transmettre le contexte de la pièce. Puis il a pour mission tout au long de la pièce de faire avancer le récit.
 
 
Les personnages secondaires sont :
  •  
  • La Nourrice : vieille dame également appelée « Nounou » par les filles dont elle s'occupe.
  • Eurydice : femme de Créon qui passe ses journées à tricoter des habits pour les pauvres de Thèbes.
  • Les trois gardes : chargés de surveiller le cadavre de Polynice.
  • Le page du roi
  • Le messager

 

Questions sur l'œuvre

  • En quoi consiste le mythe d'Oedipe?
  • Faire un résumé d'Antigone?
  • De combien d'acte(s) cette pièce est-elle composée?
  • Pourquoi Créon refuse t'-il la sépulture à Polynice?
  • Que fait Antigone?
  • Pourquoi?
  • A quelle loi Antigone obéit-elle?
  • Quelle est la décision de Créon?
  • Quand Antigone fut-elle pour la première fois représentée?
  • L'Antigone d'Anouilh est-elle une réécriture de l'Antigone de Sophocle?
  • Que représente Antigone?
  • Qui Créon représente t'-il pour Anouilh?
  • Quelles sont les qualités essentielles d'Antigone?
  • Quelles sont les différences entre le drame et la tragédie

 

antigone-1

 

le prologue d’Antigone de Jean Anouilh

*** oral EAF

jean Anouilh, Antigone

texte

Créon. – Marie-toi vite, Antigone, sois heureuse. La vie n’est pas ce que tu crois. […]

Antigone. – Quel sera-t-il, mon bonheur ? Quelle femme heureuse deviendra-t-elle, la petite Antigone ? Quelles pauvretés faudra-t-il qu’elle fasse elle aussi, jour par jour, pour arracher avec ses dents son petit lambeau1 de bonheur ? Dites, à qui devra-t-elle mentir, à qui sourire, à qui se vendre ? Qui devra-t-elle laisser mourir en détournant le regard ?

Créon, hausse les épaules. –

Tu es folle, tais-toi. Antigone.

– Non, je ne me tairai pas ! Je veux savoir comment je m’y prendrai, moi aussi, pour être heureuse. Tout de suite, puisque c’est tout de suite qu’il faut choisir. Vous dites que c’est si beau la vie. Je veux savoir comment je m’y prendrai pour vivre.

Créon. – Tu aimes Hémon ? Antigone.

– Oui, j’aime Hémon. J’aime un Hémon dur et jeune ; un Hémon exigeant et fidèle, comme moi. Mais si votre vie, votre bonheur doivent passer sur lui avec leur usure, si Hémon ne doit plus pâlir quand je pâlis, s’il ne doit plus me croire morte quand je suis en retard de cinq minutes, s’il ne doit plus se sentir seul au monde et me détester quand je ris sans qu’il sache pourquoi, s’il doit devenir près de moi le monsieur Hémon, s’il doit apprendre à dire « oui », lui aussi, alors je n’aime plus Hémon !

Créon. – Tu ne sais plus ce que tu dis. Tais-toi.

Antigone. – Si, je sais ce que je dis, mais c’est vous qui ne m’entendez plus. Je vous parle de trop loin maintenant, d’un royaume où vous ne pouvez plus entrer, avec vos rides, votre sagesse, votre ventre.

(Elle rit). Ah ! je ris, Créon, je ris parce que je te vois à quinze ans, tout d’un coup ! C’est le même air d’impuissance et de croire qu’on peut tout. La vie t’a seulement ajouté tous ces petits plis sur le visage et cette graisse autour de toi. Créon, la secoue

. – Te tairas-tu, enfin ?

Antigone. – Pourquoi veux-tu me faire taire ? Parce que tu sais que j’ai raison ? Tu crois que je ne lis pas dans les yeux que tu le sais ? Tu sais que j’ai raison, mais tu ne l’avoueras jamais parce que tu es en train de défendre ton bonheur en ce moment comme un os. Créon.

– Le tien et le mien, oui, imbécile ! Antigone.

– Vous me dégoûtez tous avec votre bonheur ! Avec votre vie qu’il faut aimer coûte que coûte. On dirait des chiens qui lèchent tout ce qu’ils trouvent. Et cette petite chance pour tous les jours, si on n’est pas trop exigeant. Moi, je veux tout, tout de suite, – et que ce soit entier – ou alors je refuse ! Je ne veux pas être modeste, moi, et me contenter d’un petit morceau si j’ai été bien sage. Je veux être sûre de tout aujourd’hui et que cela soit aussi beau que quand j’étais petite – ou mourir.

antigone-1

 

Commentaire

Introduction : Jean Anouilh (1910-1987) a modernisé une célèbre tragédie de Sophocle, Antigone écrite pendant l’Antiquité. Les deux frères d’Antigone : Etéocle et Polynice se sont battus pour le trône de la ville de Thèbes, ils sont morts tous les deux et Créon est devenu roi. Il a ordonné que le corps de Polynice soit laissé sans sépulture et a organisé de grandes funérailles pour Etéocle. Antigone se révolte contre Créon mais au moment où l’extrait commence, Créon l’a presque convaincu de renoncer à sa révolte.

  • Oral sur le prologue, Antigone, Anouilh
  • Questions sur l’introduction du commentaire
  • Antigone : est-ce une réécriture moderne?
  • Quand cette pièce fut-elle écrite pour la première fois?
  • Quelle est l’histoire?
  • Pourquoi Antigone se révolte t’-elle?
  • Que réclame t’-elle? Pourquoi?
  • Quelle est l’attitude de Créon?

antigone-1

 

Problématique : En quoi la question du bonheur prend t‘elle ici une dimension tragique ?

Plan de l’étude

  • I - Deux personnages opposés
  • 1 - Créon
  • A - Description physique
  • B - Données psychologiques
  • 2 - Antigone
  • A - Description physique
  • B - Données psychologiques
  • Le caractère d’Antigone
  • II - Le bonheur et son refus
  • 1 - Le bonheur selon Créon
  • 2 - Antigone, le refus du bonheur
  • III - Une progression tragique
  • 1 - L’inversion du rapport de force
  • 2 - La dimension tragique
  • A - Créon va condamner Antigone à mort
  • B - C’est le caractère même d’Antigone qui la condamne à mort

 

antigone-1

 

I) Deux personnages opposés

1) Créon

a) Description physique 

- Dans le texte, certains mots d’Antigone évoquent le physique de Créon l28 « rides », « ventre », l30-31 « petits plis sur le visage » « graisse autour de toi » Créon est donc vieux et bedonnant. - Créon est décrit physiquement dans le prologue comme un homme robuste, aux cheveux blancs, avec des rides. Il représente la force et la sagesse, c’est le roi de Thèbes et l’oncle d’Antigone. Son attitude et son costume doivent rendre compte de l'importance de son statut, par exemple le rouge est synonyme de pouvoir et le fait que Créon soit debout le met en situation de supériorité.

  • Questions sur le développement en fonction du plan
  • **** Toutes les réponses aux questions sur le prologue sont dans le commentaire
  • I-
  • A -
  • Relevez les termes et expressions d’Antigone pour décrire le physique de Créon
  • Quel portrait le lecteur en a t’-il?
  • Que représente t’-il?
  • Sa tenue vestimentaire doit-elle être représentative de son statut?
  • De quoi le rouge est-il synonyme?

 

b) Donnés psychologiques

Créon est autoritaire et sûr de lui, il a donc un ton péremptoire : -Il emploie l’impératif l1 « marie toi vite », « sois heureuse », l2 « ferme tes mains, ferme tes mains », l3 « retiens la » l4 « ne les écoute pas, ne m’écoute pas »,l16 et 26 « tais toi » -Il emploie le futur l3,4,6 - le présent de vérité générale à valeur gnomique. L1 ,2,6,9

  • B -
  • Quel portrait psychologique avons-nous de Créon? Citez pour justifier votre réponse

 

2) Antigone

a) Description physique

L12-13 « Quelle femme deviendra  t‘-elle la petite Antigone ? » Dans le prologue elle est décrite comme petite, jeune, maigre et noiraude. - Il s’agit d’une jeune femme brune, petite, maigre et noiraude, elle est donc sur le plan physique le contraire de Créon (cheveux blancs, robuste, vieux, homme bedonnant.)

  • 2 -
  • A -
  • Comment Antigone est-elle décrite dans le prologue?
  • Est-elle sur le plan physique le contraire de Créon?

 

b) Données psychologiques

le caractère d’Antigone (4 éléments) -Elle est réservée l10 (didascalie) « murmure, le regard perdu » -Elle est inquiète , contrairement à Créon qui pense tout savoir, elle s’interroge sur le sens de la vie.

Interrogative directe l 12-15 et indirecte l17 à 19 -Elle est passionnée l21-25 par l’amour qu’elle éprouve pour Hémon - Et comme le montrent les nombreuses phrases exclamatives l17,22-25, 29,37 -Antigone est en quête d’absolue et ne veut pas faire de compromis l21 « je veux un Hémon exigeant et fidèle comme moi », l39-41 « moi je veux tout de suite (…) ou mourir »

  • B -
  • Quels sont ses traits psychologiques dominants? Citez pour justifier votre réponse.
  • Relevez 4 éléments représentatifs de son portrait psychologique

 

II) Le bonheur et son refus

1) Le bonheur selon Créon

- Créon assimile la vie au bonheur « la vie n’est que bonheur » quand on vit on est de toute façon heureux, à condition de prendre les choses comme il faut , on est pas loin de la philosophie épicurienne. - Il y a un conformisme social l1 « marie toi, sois heureuse » comme si être heureux dépendait de l’adaptation à la norme. Le mariage s’oppose ici à l’amour passionnel tel que le vit Antigone. - La vie quotidienne l6-9 « un enfant qui joue à vos pieds » représente la famille, « les livres » sont la connaissance, « un outil qu’on tient à la main » c’est le travail, « c’est un banc pour se reposer » c’est la patrie.

 - Le bonheur se caractérise alors par sa petitesse l1 « c’est une eau », l11 « un pauvre mot ». Il y a une tournure restrictive du bonheur l9 « ce n’est peut-être tout de même que le bonheur » .

  • II -
  • 1 -
  • A quel concept Créon assimile t’-il la vie? Citez le texte
  • Quelle philosophie a t’-il du bonheur?
  • En quel sens peut-on parler de conformisme social?
  • Cette conception de l’amour selon Créon s’oppose t’-elle à celle d’Antigone?
  • Comment Créon perçoit-il la vie quotidienne?
  • Relevez les expressions représentatives selon lui de la famille, de la connaissance, du travail et de la patrie.
  • Analysez les tournures restrictives du bonheur dans le texte
  • Montez en citant et en expliquant qu’il se traduit par sa petitesse

 

2)Antigone le refus du bonheur

-C’est cette petitesse qu’Antigone refuse - Face à Créon Antigone oppose une figure idéaliste de la vie : - Au mariage erroné de Créon elle oppose la passion amoureuse vécue sur le mode de l’intensité, cette intensité est opposée à l’usure et au bonheur selon Créon l27-31 - Elle est exigeante l21 « un Hémon exigeant et aimant comme moi » - Elle est absolue l39-41 « Moi je veux tout, tout de suite, et que ce soit entier ou alors je refuse ! ». C’est la logique du « tout ou rien » qui fait d’Antigone la figure de l’adolescente opposée à la décision parentale.

  • 2 -
  • Concernant le bonheur : que refuse Antigone?
  • En quoi Antigone s’oppose t’-elle à Créon sur le plan du bonheur?
  • Représente t’-elle l’idéalisme?
  • Est-ce en ce sens qu’elle s’oppose à Créon?
  • Quelle est sa conception de l’amour?
  • La percevez-vous en tant que lecteur comme une femme exigeante? Citez le texte. Absolue? Citez le texte.
  • Selon vous, la logique du « Tout ou rien » représente t’-elle bien le personnage d’Antigone dans ce qu’il a de plus excessif?

 

III) Une progression tragique

1) L’inversion du rapport de force

Prise de parole de Créon, longue tirade puis réponse courte et prise de parole d’Antigone de plus en plus importante - Créon 9 lignes+1+1+1+1+1+1+ => 15lignes

- Antigone 1ligne+4+3+5+5+3+5=> 26lignes - Créon ne parvient pas à contrer l’argumentation d’Antigone, c’est elle qui est en position de supériorité intellectuelle à la fin de l’extrait. - La façon dont Antigone considère Créon va changer de manière irrémédiable

- Passage du vouvoiement au tutoiement l28 ce qui symbolise l’abolition de l’autorité de Créon et le mépris d’Antigone.

- Elle se désolidarise de Créon, elle est loin de lui L27 elle rit et condamne clairement son oncle à la l37 « vous me dégoûtez tous avec votre bonheur » - La métaphore animale qui se précise devient à la fin du texte une insulte l13-14 « arracher avec ses dents son lambeau » l35 « comme un os » et l38 des chiens qui lèchent tout ce qu’ils trouvent »

  • III -
  • 1 -
  • Etudiez la prise de parole de Créon
  • Etudiez la prise de parole d’Antigone
  • Montrez qu’il y a une inversion du rapport de force en citant pour justifier le texte
  • Qui est en position de supériorité intellectuelle à la fin de l’extrait?
  • Que traduit le passage du vouvoiement au tutoiement?
  • Montez qu’il y abolition de l’autorité de Créon et manifestation du mépris d’Antigone
  • Etudiez la métaphore animale
  • A quoi est-elle assimilée?
  • Citez le texte pour justifier votre réponse


2) La dimension tragique

a) Créon va condamner Antigone à mort

- Le fossé qui s’est creusé entre Antigone et Créon est devenu infranchissable, elle l’insulte il n’y a donc plus d’autorité donc le pouvoir de Créon condamne à mort la rébellion d’Antigone. - La violence de Créon grandit tout au long du passage. - Elle est d’abord verbale l16 et 26 « tais –toi » l32-34 imbécile - Il la secoue l32 de plus il y a des marques d’émotions comme le montrent les nombreux points d’exclamation dans les phrases de Créon, il est donc physiquement en train de s’énerver. - Puis c’est la mort

  • 2 -
  • A -
  • Quelle est la décision de Créon?
  • Le fossé entre les deux personnages est-il devenu infranchissable?
  • Créon a t’-il perdu toute autorité?
  • Relevez les indices caractéristiques de la violence verbale de Créon
  • Citez le texte pour  justifier votre réponse
  • Repérez les traces révélatrices de l’évolution de la violence verbale, vers une violence plus physique. Citez le texte pour justifier votre réponse.
  • Analysez la ponctuation en rapport avec les manifestations croissantes de violence

 

b) C’est le caractère même d’Antigone qui la condamne à mort

- Le bonheur selon Créon suppose de faire des compromis (pauvreté) L14- 15 « A qui devra t-‘elle sourire ». On est prêt à tout pour rester en vie l37 on fait le parallèle avec Pétain « liberté, famille, patrie » Antigone symbolise la Résistance. -Antigone refuse le bonheur de Créon et donc refuse de rester en vie. -Elle se demande d’abord si elle peut le connaitre aussi ce bonheur l12 et 18 -Le mot « bonheur » est  toujours précédé de « votre » l22 et « Ton » l35 ce qui identifie le bonheur comme n’étant pas le sien. - Antigone assimile à son tour le bonheur à la vie comme Créon l18 « C’est si beau la vie » l19 « je veux savoir comment je m’y prendrai pour vivre » cela est visible par le parallélisme entre les deux phrases et la structure en chiasme. - Refuser le bonheur de Créon c’est refuser la vie, symboliquement Antigone se condamne donc à mort car sa nature l’empêche de vivre dans le monde de Créon

  • B -
  • Peut-on affirmer que dans l’opposition la plus radicale aux points de vue de Créon, qu’Antigone symbolise la résistance?
  • Refuse t’-elle de rester en vie?
  • Quel rapport a t’-elle au bonheur?
  • Comment en parle t’-elle? Se l’assimile t’-elle comme quelque chose de possible qu’elle pourrait posséder un jour?
  • Analysez le parallélisme et la structure en chiasme de ces deux phrases :
  • « c’est si beau la vie » et « je veux savoir comment je m’y prendrai pour vivre » : analysez le sens et la portée de ces phrases.
  • Peut-on dire que du point de vue symbolique Antigone se condamne elle-même à mort? Expliquez

 

. - Conclusion:

La question du bonheur prend donc bien ici une dimension tragique car elle se solde par la condamnation à mort d’Antigone. Comme les français sous l’occupation contraints à deux choix : soit ils se soumettent et deviennent complices, soit ils résistent et risquent la mort ou la torture. Antigone doit faire un choix. « tout de suite » l18 entre la soumission complice et la révolte funeste qui amène la mort. Au moment critique où le pouvoir devient criminel, l’être humain doit renoncer au bonheur personnel sous peine de devenir criminel lui aussi.

  • Questions sur la conclusion
  • La question du bonheur prend t’-elle un sens tragique? Pourquoi?
  • Le choix d’Antigone est celui de son libre arbitre : se soumettre ou se révolter : révolte = condamnation à mort
  • Le pouvoir devient-il selon vous criminel?
  • L’homme doit-il renoncer au bonheur sous peine de devenir également criminel?

 

  • Ouverture :
  • Fonction didactique et fonction cathartique de l'écriture théâtrale tragique qui nous invite à nous identifier au personnage d'Antigone et qui nous rappelle la définition aristotélicienne de la purification grâce à la terreur et à la pitié que suscite la fatalité tragique.
  • « La tragédie (...) est une imitation faite par des personnages en action et non par le moyen de la narration, et qui par l'entremise de la pitié et de la crainte, accomplit la purgation des émotions de ce genre. » Définition d'Aristote.

 

antigone-1

 

Analyse du choeur d'Antigone : première partie de l'entretien

 

Antigone
« Le choeur », Anouilh

 

LE CHŒUR
Et voilà. Maintenant le ressort est bandé. Cela n’a plus qu’à se dérouler tout seul. C’est cela qui est commode dans la tragédie. On donne le petit coup de pouce pour que cela démarre, rien, un regard pendant une seconde à une fille qui passe et lève les bras dans la rue, une envie d’honneur un beau matin, au réveil, comme de quelque chose qui se mange, une question de trop qu’on se pose un soir;.. C’est tout. Après, on n’a plus qu’à laisser faire. On est tranquille. Cela roule tout seul. C’est minutieux, bien huilé depuis toujours. La mort, la trahison, le désespoir sont là, tout prêts, et les éclats, et les orages, et les silences, tous les silences; le silence quand le bras du bourreau se lève à la fin, le silence au commencement quand les deux amants sont nus l’un en face de l’autre pour la première fois, sans oser bouger tout de suite, dans la chambre sombre, le silence quand les cris de la foule éclatent autour du vainqueur _ et on dirait un film dont le son s’est enrayé, toutes ces bouches ouvertes dont il ne sort rien, toute cette clameur qui n’est qu’une image, et le vainqueur, déjà vaincu, seul au milieu de son silence…
C’est propre, la tragédie. C’est reposant, c’est sûr… Dans le drame, avec ces traîtres, avec ces méchants acharnés, cette innocence persécutée, ces vengeurs, ces terre-neuve, ces lueurs d’espoir, cela devient épouvantable de mourir, comme un accident. On aurait peut-être pu se sauver,le bon jeune homme aurait peut-être pu arriver à temps avec les gendarmes. Dans la tragédie on est tranquille. D’abord, on est entre soi. On est tous innocents en somme! Ce n’est pas parce qu’il y en au un qui tue et l’autre qui est tué. C’est une question de distribution. Et puis, surtout c’est reposant, la tragédie, parce qu’on sait qu’il n’y a plus d’espoir, la sale espoir; qu’on est pris, qu’on est enfin pris comme un rat, avec tout le ciel sur son dos, et qu’on n’a plus qu’à crier, _ à gueuler à pleine voix ce qu’on avait à dire, qu’on n’avait jamais dit et qu’on ne savait peut-être même pas encore. Et pour rien; pour se le dire à soi, pour l’apprendre, soi. Dans le drame, on se débat parce qu’on espère en sortir. C’est ignoble, c’est utilitaire. Là, c’est gratuit. C’est pour les rois. Et il n’y a plus rien à tenter,enfin!
 

antigone-1

 

 

Introduction du commentaire :
Nous allons étudier « le choeur » d’Antigone de Jean Anouilh, auteur contemporain. Cette pièce est inspirée de la tragédie de Sophocle, 442 avant Jésus Christ. Créon, nouveau roi de Thèbes et frère de Jocaste ordonne des funérailles solennelles pour Étéocle, mais interdit d'ensevelir Polynice assimilé à un traître mais Antigone s'oppose à cette décision. Il avertit par un édit que quiconque osera enterrer le corps du renégat sera puni de mort. Personne n'ose désobéir à Créon qui interdit la sépulture à Polynice, personne sauf Antigone qui défend les lois non écrites du devoir moral. Elle affronte et s'oppose à l'autorité royale, convaincue que la loi divine devait l'emporter sur les décrets humains, décida de rendre les honneurs funèbres à son frère. Très vite, Antigone est prise sur le fait par les gardes du roi. Créon est obligé d'appliquer la sentence de mort à Antigone. Ce passage intervient au moment de non retour de la pièce et le choeur représente cette suite inéluctable de l'action.
Le choeur entre alors en scène et prononce sa tirade sur la tragédie que nous tenterons de définir comme genre littératire très particulier.

 

Annonce du plan :
Dans un premier temps, nous étudierons la tragédie, nous tenterons d'en donner une définition en mettant en avant sa mécanique et les concepts qui y sont associés, à savoir, la fatalité et la nécessité avec la notion de destin, puis nous mettrons l'accent sur le rôle et la fonction que le choeur remplis dans la tirade et en général, nous verrons en quoi et comment la tragédie est désacralisée et s'oppose au drame . En dernier lieu, nous analyserons l'art poétique d'Anouilh et son niveau de langage.

 

antigone-1

 

 
  • Problématique :
  • Quelle est la fonction du choeur dans ce passage d'Antigone?

 

I - Définition de la tragédie
La mécanique de la tragédie :

 

Fatalité et nécessité
Dès qu'Antigone est arrêtée par les gardes de Créon, le choeur nous informe de ce qu'est la tragédie « c’est propre la tragédie », « c’est reposant… dans la tragédie on est tranquille ». Nous sommes de manière immédiate imprégnés par la mécanique qui constitue en propre la tragédie dans son essence : les ingrédients tragiques sont la nécessité et la fatalité. Aucune place n'est laissée à la contingence. La tyrannie inévitable, irréversible du mécanisme tragique s'affirme avec force et de manière impitoyable ainsi que le suggère le champ lexical : « le ressort est bandé, cela n’a plus qu’à se dérouler tout seul…C’est minutieux, bien huilé ». L'irrémédiable dénouement est mis en marche telle une machine infernale, tout se déroule comme cela doit se dérouler, aucune surprise, tout est pré-défini, tout se sait à l'avance et c'est là le vrai caractère de la tragédie et l'homme ne peut rien y faire si ce n'est ressentir son impuissance face à elle comme face à un monstre cruel et impitoyable. Notre humaine condition de mortel se heurte à ce rouage de la fatalité et le temps qui passe nous le fait encore sentir davantage. L 'homme doit subir et vivre sa fatalité, ce qui doit arriver arrive de toute nécessité. « Un regard », « une envie d’honneur », « une question de trop », et la tragédie se déclenche à un moment où on l’attend la moins. Ce qui renforce le tragique, car, cela ne dépend pas de nous .
 
La logique du destin :
La seule logique est celle du destin. Antigone sait qu'elle doit mourir pour avoir violé le décret de Créon et préféré offrir une sépulture, prisonnière de sa mortalité, son heure est arrivée et l'espoir n'est plus. Tout comme le choeur, elle dénonce le sale espoir. L'homme doit accepter son sort et le dénouement rapporté par le choeur mettra en avant ce repos tranquille de la fatalité et de l'emprise de son conditionnement, résignation et acceptation sont les deux mots clés pour éviter la révolte inutile face à un tel mécanisme. « tous ceux qui avaient à mourir sont morts ». Antigone a fait son choix, elle désobéit et sait qu'en ne respectant l'interdit elle doit mourir, il n'y a plus ni idéal, ni espoir. L'absurde domine à ce niveau. Le chœur l’avoue, « pourquoi les personnages agissent-ils? Pourquoi les personnages parlent-ils? Pour rien ». Il suffit d'accepter en toute lucidité, Antigone fait partie de cette catégorie de personnages de la pièce qui sait ce qui l'attend, elle doit mourir pour ne pas briser la chaîne du mécanisme tragique.
 

Questions sur le choeur en fonction du plan du commentaire du site prépabac

  • I - Définition de la tragédie : Questionnaire
  • Mécanique de la tragédie : fatalité et nécessité
  • A quel moment l'action se situe t'-elle?
  • A quel moment le choeur nous informe t'-il de ce qu'est la tragédie?
  • Comme le choeur présente t'-il la tragédie?
  • Citez pour justifier votre réponse
  • Comment le mécanisme tragique est-il défini?
  • Quels sont les adjectifs qui définissent le mieux la tragédie?
  • Quel est le champ lexical dominant?
  • Reste t'-il une place pour la contingence?

La logique du destin

  • Quelle est la seule logique selon le choeur?
  • Comment Antigone perçoit-elle son destin?
  • Pouvons-nous dire qu'elle fait partie de la catégorie des gens qui savent?
  • Dénonce t'elle l'espoir?
  • Peut-on assimiler la fatalité "à un repos tranquille"?
  • Pourquoi la révolte est- elle inutile?
  • Quelle citation le prouve?
  • Quel choix Antigone a t'elle fait?

 

II - Rôle et fonction du chœur
 
Le choeur, une fonction moderne et didactique
Le choeur est emprunté à la tragédie antique, il devait exposer les opinions de l'auteur ici, au contraire, son rôle premier est didactique, il intervient pour nous donner une définition très précise de la tragédie dans son opposition au drame qui admet la contingence. La fatalité au contraire nous soumet à la nécessité, rien ne peut être autrement : "C'est cela qui est commode dans la tragédie", "c'est propre la tragédie". Le registre est familier, "commode, petit coup de pouce, laisser faire, tout seul...".
Grâce au choeur, on sait qui va mourir, qui va vivre. Il a donc une fonction informative. Antigone sait qu'elle va transgresser l'interdiction de Créon, Créon a conscience des conséquences de son édit mais il souhaite donner une leçon, montrer l'exemple à la population. Notre héroine sait tout à fait qu'elle va tenter d'ensevelir Polynice et qu'elle va mourir pour avoir violé l'interdit du roi. « Elle aurait bien aimé vivre. Mais il n’y a rien à faire. Elle s’appelle Antigone et il va falloir qu’elle joue son rôle jusqu’au bout. » Le Messager lui, sait déjà aussi. « C'est lui qui viendra annoncer la mort d'Hémon tout à l'heure. C'est pour cela qu'il n'a pas envie de bavarder ni de se mêler aux autres. Il sait déjà... ». On a donc une catégorie de personnages qui savent et une autre au contraire qui ne sait rien.
La nourrice d'Antigone, les gardes, le page, Eurydice, ne savent rien. Ils jouent simplement leur rôle.

 

Une tragédie désacralisée
Le Chœur commente ainsi toute la pièce : « C'est cela qui est commode dans la tragédie. On donne un petit coup de pouce pour que cela démarre... C'est tout. Après on n'a plus qu'à laisser faire. On est tranquille. Cela roule tout seul ». Nous avons une métaphore filée de la fatalité tragique, c'est une mécanique bien remontée, " ressort bandé, se dérouler tout seul, cela démarre tout seul... ". Nous avons l'idée de la fatalité ancienne, la fatalité divine qui dans la tragédie glisse vers la notion moderne de la nécessité sans référence aux Dieux, la tragédie est donc désacralisée.

 

La tragédie par opposition au drame
Le chœur fait alterner des précisions sur la tragédie pour son caractère irrémédiable jusqu’à la mort. Dans le drame au contraire tous les retournements de situations avec le suspens sont possibles. La tragédie est pure, propre du fait de sa fatalité tandis que le drame est impur, il relève du hasard, l’évènement aurait pu ne pas arriver. L’évènement dans la tragédie, ne peut pas ne pas se passer, ce qui renforce son caractère inexorable. Une autre différence oppose ces deux genres littéraires, tandis que les personnages sont gentils, innocents et dépourvus d’espoir, ils sont traîtres, méchants dans le drame qui symbolise le possible, l’espoir a par conséquent sa place. Les personnages sont évoqués à travers les expressions suivantes : "les amants", les vainqueurs", "la foule " ainsi qu'une allusion par deux fois à Antigone "la petite Antigone". Le choeur fait aussi référence au roi "c'est pour le roi".

 

II - Rôle et fonction du chœur : Questionnaire

  • Le choeur, une fonction moderne et didactique
  • D'où vient le choeur?
  • Quelle était sa fonction essentielle dans la tragédie antique?
  • Quel rôle le choeur remplit-il dans Antigone d'Anouilh?
  • Quel est le registre?
  • En quel sens peut-on parler d'une fonction didactique du choeur?

Une tragédie désacralisée

  • En quel sens peut-on dire que la tragédie est désacralisée?
  • Quelle figure de style illustre la fatalité tragique?

Une tragédie par opposition au drame

  • Quelles sont les caractéristiques essentielles du drame par opposition à la tragédie?
  • Qu'en est-il des personnages?
  • Quels personnages avons-nous?
  • Comment Antigone est-elle nommée?
 
III -L’art poétique d’Anouilh
 
De Sophocle à Anouilh
Nous savons que le choeur nous vient de la tragédie antique cependant la fonction qu'Anouilh lui fait remplir est très modernisée. En effet, il n'est pas limité à une fonction informative, nous communiquer les opinions de l'auteur mais élargit à un rôle plus didactique. Il s'agit ici de nous enseigner la véritable définition de la tragédie. La questions du choeur est donc remise en question. Anouilh affirme son art poétique, les images, comparaisons sont nombreuses, nous pouvons ainsi citer : « un regard pendant une seconde à une fille qui passe », « une envie d’honneur un beau matin ». D'autres figures de style comme les anaphores mettent en relief l'aspect mécanique de la tragédie : « Et les silences, tous les silences, le silence quand le bras du bourreau se lève à la fin, le silence, au commencement quand les deux amants sont nus l’un en face de l’autre pour la première fois… les silences quand les cris de la foule éclatent autour du vainqueur, et le vainqueur, déjà vaincu, seul au milieu de son silence ». La fatalité tragique se traduit par une métaphore filée "ressort bandé", "cela démarre tout seul...".

 

Le niveau de langue
Les métaphores, les symboles, les images sont empruntés au champ lexical de la vue et au monde de la technique. Certaines images relèvent du modernisme, « on dirait un film dont le son s’est enrayé ». Le champ lexical de la vue et du monde de la technique domine.
Le chœur utilise de façon fréquente les récurrences « on », pronom indéfini , « c ‘est », « gueuler ».Le niveau de langue à plusieurs caractéristiques. Il est relativement familier ainsi que le suggèrent les répétitions du verbe "être", du verbe "gueuler", certaines expressions sont à la limite du vulgaire, "on est pris comme un rat". Les répétitions volontaires mettent en évidence les idées fortes du choeur, "on est tranquille dans la tragédie, on est tranquille". Elles connotent la fatalité irréversible et accentuent l'impuissance de l'homme soumis et réduit à son sort. L'énumération "la mort", "la trahison", "le désespoir", "les éclats", "les orages", "les silences" soulignent tous les ingrédients tragiques. Les silences sont repris par "tous". L'absence d'espoir est à son paroxysme, "parce qu'on sait qu'il n'y a plus d'espoir, ce sale espoir", "il n'y a plus d'espoir", idée encore accentuée par l'image du rat prisonnier, "comme un rat" qui associe de manière irrémédiable la tragédie à la fatalité qui emprisonne l'homme et le plonge dans la souffrance et la mort.
 
  • III -L’art poétique d’Anouilh : Questionnaire
  • De Sophocle à Anouilh
  • Comment Anouilh met-il en avant cette nouvelle fonction du choeur?
  • Comment affirme t'-il son art poétique?
  • Etudiez et relevez les figures de rhétorique essentielles
  • Quelle est la mission de l'anaphore?

Le niveau de langue

  • Relevez le champ lexical de la vue et de la technique
  • Relevez toutes les images relatives au modernisme
  • Quelles sont les caractéristiques du niveau de langue?
  • Que marquent les répétitions?
  • Relevez l'énumération qui souligne tous les ingrédients tragiques
  • Quelle image met en évidence l'idée d'emprisonnement de l'homme?

 

Conclusion :
Le choeur d'Antigone s'éloigne par sa fonction didactique du modèle antique de la tragédie tout en s'en inspirant. C'est cet aspect élargi et modernisé qui familiarise le lecteur et le spectateur avec le genre littéraire tragique.

 

Ouverture :
Fonction didactique et fonction cathartique de l'écriture théâtrale tragique qui nous invite à nous identifier au personnage d'Antigone et qui nous rappelle la défintion aristotélicienne de la purification grâce à la terreur et à la pitié que suscite la fatalité tragique.
« La tragédie (...) est une imitation faite par des personnages en action et non par le moyen de la narration, et qui par l'entremise de la pitié et de la crainte, accomplit la purgation des émotions de ce genre. » Définition d'Aristote.

 

 

 

 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

 Prépabac le bac en ligne

Logo prepabac

Boutique en ligne français  philosophie

Coaching scolaire mondial
Elèves scolarisés (lycées français à l'Etranger) et candidats libres

 

Professeur indépendant

  • Identifiant SIRET : 819 269 226 00018
  • APE  :  8559B
Logo prepabac

Français : niveau seconde

Français : Bac pro

Littérature : Dossier bac

Profs en direct le jour du bac

PROF EN DIRECT : BAC 2016

Bac 2016

 

Français   -   Français bac pro 

Littérature   -   Philosophie


 
Logo prepabac
Préparation à l'examen du baccalauréat : français séries générales, technologiques et bac pro, philosophie   littérature  Bac pro et Brevet : Bac  en ligne sur prepabac.org. Profs en direct le jour du bac : les annales bac . Préparer le bac en ligne : Demande de cours sur skype  - Coaching scolaire mondial = Elèves scolarisés et candidats libres (lycées français à l'étranger )

 

Licence Creative Commons
Bibliothèque scolaire de prépabac est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
Fondé(e) sur une œuvre à http://www.prepabac.org/.

Copyright

Droits d'auteur enregistrés, Copyright

Depot.com sous le numéro  00056187

Tous droits réservés

Le site prepabac.org respecte "la loi informatique et liberté "

N° enregistrement CNIL :  1943841