Forum bac  Listes EAF, descriptifs bac - Blog des lycéens  

L oral de français

ForumFORUM PEDAGOGIQUE

FORUM PREPABACForum prepabac

 

Skype
Prepabac facebook
Google
Twitter

DOSSIER BAC

Spécial candidats libres

Cned

ORAL EAF

Blogger

 

 

Sartre

Bibliothèque scolaire

11000 documents en ligne

Le bac en ligne metropole etranger candidats libres et lyceens scolarises

Elèves scolarisés   

Candidats libres

Lycées métropole et à  l'étranger      

 

 

Comment le théâtre permet -il une représentation du pouvoir et dans quel but?

marivaux

 

 

 

 

Dissertation : Comment le théâtre permet-il une représentation du pouvoir, et dans quel but ? Vous répondrez à cette question en vous appuyant sur Tartuffe, de Molière et Horace, de Corneille, étudiés en classe, sur les textes du corpus et sur toute autre théâtrale que vous connaissez.


Corpus :
Texte A - Alfred JARRY, Ubu Roi, acte Ill, scènes 3 et 4, 1888 Texte B - Jean-Paul SARTRE, Les Mouches, Acte II, scènes 3 et 4, 1943 Texte C - Albert CAMUS, Caligula, acte II, scène 5, 1944 Texte D - Eugène IONESCO, Le Roi se meurt, 1962.

Texte A : Alfred JARRY, Ubu Roi, acte Ill, scènes 3 et 4, 1888.
[La scène se passe dans une Pologne imaginaire. Poussé par l'ambition de sa femme, le Père Ubu fomente une conspiration contre le roi Venceslas. Parvenu à ses fins, et une fois couronné, Ubu fait régner la terreur.]
ACTE III, SCÈNE III
Une maison de paysans dans les environs de Varsovie. Plusieurs paysans sont assemblés.
UN PAYSAN, entrant : — Apprenez la grande nouvelle. Le roi est mort, les ducs aussi et le jeune Bougrelas s'est sauvé avec sa mère dans les montagnes. De plus, le Père Ubu s'est emparé du trône. UN AUTRE : — J'en sais bien d'autres. Je viens de Cracovie1, où j'ai vu emporter les corps de plus de trois cents nobles et de cinq cents magistrats qu'on a tués, et il parait qu'on va doubler les impôts et que le Père Ubu viendra les ramasser lui-même. TOUS : — Grand Dieu ! qu'allons-nous devenir ? le Père Ubu est un affreux sagouin et sa famille est, dit-on, abominable. UN PAYSAN : — Mais, écoutez : ne dirait-on pas qu'on frappe à la porte ? UNE VOIX, au-dehors : — Comegidouille2 ! Ouvrez, de par ma merdre, par saint Jean, saint Pierre et saint Nicolas ! ouvrez, sabre à finances, corne finances, je viens chercher les impôts ! La porte est défoncée, Ubu pénètre suivi d'une légion de Grippe-Sous.
SCÈNE IV
PERE UBU : — Qui de vous est le plus vieux ? (Un paysan s'avance.) Comment te nommes-tu ? LE PAYSAN : — Stanislas Leczinski.3 PERE UBU : — Eh bien, comegidouille, écoute-moi bien, sinon ces messieurs te couperont les oneilles4. Mais, vas-tu m'écouter enfin ? STANISLAS : — Mais Votre Excellence n'a encore rien dit. PERE UBU : — Comment, je parle depuis une heure. Crois-tu que je vienne ici pour prêcher dans le désert ? STANISLAS : — Loin de moi cette pensée. PERE UBU : — Je viens donc de te dire, t'ordonner et te signifier que tu aies à produire et exhiber promptement ta finance, sinon tu seras massacré. Allons, messeigneurs les salopins de finance, voiturez ici le voiturin à phynances5. (On apporte le voiturin.) STANISLAS : — Sire, nous ne sommes inscrits sur le registre que pour cent cinquante-deux rixdales que nous avons déjà payées, il y aura tantôt six semaines à la Saint-Mathieu. PERE UBU : — C'est fort possible, mais j'ai changé le gouvernement et j'ai fait mettre dans le journal qu'on paierait deux fois tous les impôts et trois fois ceux qui pourront être désignés ultérieurement. Avec ce système, j'aurai vite fait fortune, alors je tuerai tout le monde et je m'en irai. PAYSANS : — Monsieur Ubu, de grâce, ayez pitié de nous. Nous sommes de pauvres citoyens. PERE UBU : — Je m'en fiche. Payez. PAYSANS : — Nous ne pouvons, nous avons payé. PERE UBU : — Payez ! ou ji6 vous mets dans ma poche avec supplice et décollation du cou et de la tête ! Cornegidouille, je suis le roi peut-être ! TOUS : — Ah, c'est ainsi ! Aux armes ! Vive Bougrelas, par la grâce de Dieu, roi de Pologne et de Lithuanie ! PERE UBU : — En avant, messieurs des Finances, faites votre devoir. (Une lutte s'engage, la maison est détruite et le vieux Stanislas s'enfuit seul à travers la plaine. Ubu reste à ramasser la finance.)
1. Ancienne capitale de Pologne. 2. Un des jurons ubuesques les plus violents. On peut y voir une composante sexuelle (dans le préfixe corne) et une composante digestive (gidouille) qui symbolisent les « appétits inférieurs » du personnage. 3. Nom authentique d'un roi de Pologne dont la fille (Marie) épousa Louis XV.
4. Déformation d'oreilles. Le mot appartient au vocabulaire ubuesque comme merdre. 5. Phynance est une invention orthographique que Jarry justifie en rapprochant le mot de physique. 6. Ji : je.

Texte B : Jean-Paul SARTRE, Les Mouches, acte II, scènes 3 et 4, 1943.

[L'histoire se passe dans la ville d'Argos. Egisthe, après avoir assassiné Agamemnon, et épousé Clytemnestre sa femme, a instauré un régime de terreur. Oreste, fils de la reine, revient quinze ans plus tard, suivi par Jupiter. Electre, sa sœur, traitée en esclave, incite le peuple à la révolte. Egisthe la chasse. Elle se cache avec Oreste dans le palais.]

SCÈNE III EGISTHE, CLYTEMNESTRE, ORESTE et ELECTRE (cachés)
EGISTHE. [... ] — Je regrette d'avoir dû punir Électre.
CLYTEMNESTRE. — Est-ce parce qu'elle est née de moi ? II vous a plu de le faire, et je trouve bon tout ce que vous faites. EGISTHE. — Femme, ce n'est pas pour toi que je le regrette. CLYTEMNESTRE. — Alors pourquoi ? Vous n'aimiez pas Électre. EGISTHE. — Je suis las. Voici quinze ans que je tiens en l'air, à bout de bras, le remords de tout un peuple. Voici quinze ans que je m'habille comme un épouvantail : tous ces vêtements noirs ont fini par déteindre sur mon âme. CLYTEMNESTRE. — Mais, Seigneur, moi-même... EGISTHE. — Je sais, femme, je sais : tu vas me parler de tes remords. Eh bien, je te les envie, ils te meublent la vie. Moi, je n'en n'ai pas, mais personne d'Argos n'est aussi triste que moi. CLYTEMNESTRE. — Mon cher seigneur... Elle s'approche de lui. EGISTHE. — Laisse-moi, catin ! n'as-tu pas honte, sous ses yeux ? CLYTEMNESTRE. — Sous ses yeux ? Qui donc nous voit ? EGISTHE. — Eh bien, le roi. On a lâché les morts, ce matin. CLYTEMNESTRE. — Seigneur, je vous en supplie... Les morts sont sous terre et ne nous gêneront pas de sitôt. Est-ce que vous avez oublié que vous-même inventâtes ces fables pour le peuple ? EGISTHE. — Tu as raison, femme. Eh bien, tu vois comme je suis las ? Laisse-moi, je veux me recueillir. Clytemnestre sort.
SCÈNE IV
EGISTHE, ORESTE et ELECTRE (cachés)
EGISTHE. — Est-ce là, Jupiter, le roi dont tu avais besoin pour Argos ? Je vais, je viens, je sais crier d'une voix forte, je promène partout ma grande apparence terrible, et ceux qui m'aperçoivent se sentent coupables jusqu'aux moelles. Mais je suis une coque vide : une bête m'a mangé le dedans sans que je m'en aperçoive. A présent je regarde en moi-même, et je vois que je suis plus mort qu'Agamemnon. Ai-je dit que j'étais triste ? J'ai menti. Il n'est ni triste ni gai, le désert, l'innombrable néant des sables sous le néant lucide du ciel : il est sinistre. Ah ! je donnerais mon royaume pour verser une larme ! Entre Jupiter.
Texte C : Albert CAMUS, Caligula, acte II, scène 5, 1944.

[Depuis la mort de sa sœur Drusilla, Caligula, jeune empereur romain, prend conscience de l'absurdité du monde. II décide d'exercer un pouvoir absolu, tyrannique et cruel sur son royaume.]

ACTE II SCÈNE 5
Il mange, les autres aussi. Il devient évident que Caligula se tient mal à table. Rien ne le force à jeter ses noyaux d'olives dans l'assiette de ses voisins immédiats, à cracher ses déchets de viande sur le plat, comme à se curer les dents avec les ongles et à se gratter la tête frénétiquement. C'est pourtant autant d'exploits que, pendant le repas, il exécutera avec simplicité. Mais il s'arrête brusquement de manger et fixe avec insistance Lepidus l'un des convives. Brutalement.
CALIGULA. — Tu as l'air de mauvaise humeur. Serait-ce parce que j'ai fait mourir ton fils ? LEPIDUS, la gorge serrée. — Mais non, Caïus, au contraire. CALIGULA, épanoui. — Au contraire ! Ah ! que j'aime que le visage démente les soucis du cœur. Ton visage est triste. Mais ton cœur ? Au contraire n'est-ce pas, Lepidus ? LEPIDUS, résolument. Au contraire, César. CALIGULA, de plus en plus heureux. — Ah ! Lepidus, personne ne m'est plus cher que toi. Rions ensemble, veux-tu ? Et dis-moi quelque bonne histoire. LEPIDUS, qui a présumé de ses forces. — Caïus !
CALIGULA. — Bon, bon. Je raconterai, alors. Mais tu riras, n'est-ce pas, Lepidus ? (L'œil mauvais.) Ne serait-ce que pour ton second fils. (De nouveau rieur.) D'ailleurs tu n'es pas de mauvaise humeur. (II boit, puis dictant.) Au..., au... Allons, Lepidus. LEPIDUS, avec lassitude. — Au contraire, Caïus. CALIGULA. — A la bonne heure! (Il boit.) Écoute, maintenant. (Rêveur.) Il était une fois un pauvre empereur que personne n'aimait. Lui, qui aimait Lepidus, fit tuer son plus jeune fils pour s'enlever cet amour du cœur. (Changeant de ton.) Naturellement, ce n'est pas vrai. Drôle, n'est-ce pas ? Tu ne ris pas. Personne ne rit ? Ecoutez alors. (Avec une violente colère.) Je veux que tout le monde rie. Toi, Lepidus, et tous les autres. Levez-vous, riez. (Il frappe sur la table.) Je veux, vous entendez, je veux vous voir rire. Tout le monde se lève. Pendant toute cette scène, les acteurs, sauf Caligula et Caesonia, pourront jouer comme des marionnettes. Se renversant sur son lit, épanoui, pris d'un rire irrésistible. Non, mais regarde-les, Caesonia. Rien ne va plus. Honnêteté, respectabilité, qu'en dira-t-on, sagesse des nations, rien ne veut plus rien dire. Tout disparaît devant la peur. La peur, hein, Caesonia, ce beau sentiment, sans alliage, pur et désintéressé, un des rares qui tire sa noblesse du ventre. (Il passe la main sur son front et boit. Sur un ton amical.) Parlons d'autre chose, maintenant. Voyons. Cherea, tu es bien silencieux. CHEREA. — Je suis prêt à parler, Caïus. Dès que tu le permettras. CALIGULA. — Parfait. Alors tais-toi. J'aimerais bien entendre notre ami Mucius. MUCIUS, à contrecœur. — A tes ordres, Caïus.

Texte D : Eugène IONESCO, Le Roi se meurt, 1962.
Bérenger 1er ne veut pas comprendre le destin inexorable que son médecin et sa première femme lui ont annoncé : il va mourir. La seconde épouse du Roi, Marie, est présente.]
LE ROI. — Viens vers moi, MARIE. — Je voudrais bien. Je vais le faire. Je vais le faire. Mes bras retombent. LE ROI. — Alors, danse. (Marie ne bouge pas.) Danse. Alors, au moins, tourne-toi, va vers la fenêtre, ouvre-la et referme MARIE. — Je ne peux pas. LE ROI. — Tu as sans doute un torticolis, tu as certainement un torticolis. Avance vers moi. MARIE. — Oui, Sire. LE ROI. — Avance vers moi en souriant. MARIE. — Oui, Sire. LE ROI. — Fais-le donc ! MARIE. — Je ne sais plus comment faire pour marcher. J'ai oublié subitement.
MARGUERITE, à Marie. — Fais quelques pas vers lui. Marie avance un peu en direction du Roi. LE ROI. — Vous voyez, elle avance. MARGUERITE. — C'est moi qu'elle a écoutée. (A Marie.) Arrête. Arrête-toi. MARIE. — Pardonne-moi, Majesté, ce n'est pas ma faute. MARGUERITE, au Roi. — Te faut-il d'autres preuves ? LE ROI. — J'ordonne que les arbres poussent du plancher. (Pause.) J'ordonne que le toit disparaisse. (Pause.) Quoi ? Rien ? J'ordonne qu'il y ait la pluie. (Pause, toujours rien ne se passe.) J'ordonne qu'il y ait la foudre et que je la tienne dans ma main. (Pause.) J'ordonne que les feuilles repoussent (ll va à la fenêtre.) Quoi ! Rien ! J'ordonne que Juliette entre par la grande porte. (Juliette entre par la petite porte au fond à droite.) Pas par celle-là, par celle-ci. Sors par cette porte. (Il montre la grande porte. Elle sort par la petite porte, à droite, en face. A Juliette.) J'ordonne que tu restes. (Juliette sort.) J'ordonne qu'on entende les clairons. J'ordonne que les cloches sonnent. J'ordonne que cent vingt et uns coups de canon se fassent entendre en mon honneur. (Il prête l'oreille.) Rien ! ... Ah si ! J'entends quelque chose. LE MÉDECIN. — Ce n'est que le bourdonnement de vos oreilles, Majesté.

• Dissertation :
Comment le théâtre permet-il une représentation du pouvoir, et dans quel but ? Vous répondrez à cette question en vous appuyant sur Tartuffe, de Molière et Horace, de Corneille, étudiés en classe, sur les textes du corpus et sur toute autre théâtrale que vous connaissez.


Dissertation de Louise F. :

Depuis l’Antiquité, le théâtre est un divertissement utilisé à des fins culturelles. Celui-ci, à travers différents moyens, permet une représentation du pouvoir dans les sociétés. Les procédés utilisés pour montrer ces diverses emprises servent ainsi à de nombreux buts. Ainsi, la mise en scène d’une pièce d’une part et les registres tragique et comique d’autre part dépeignent les lois qui régissent le monde.

Tout d’abord, le dramaturge utilise la mise en scène pour montrer au spectateur les différentes puissances en jeu. Les personnages sont souvent des archétypes, représentants différentes autorités. Dans Tartuffe de Molière, Orgon, un père de famille a les pleins pouvoirs sur la vie de sa fille Marianne (il décide à qui accorder sa main) et de son fils Damis (il peut le déshériter). Tartuffe lui-même représente l’emprise de la religion à cette époque. L’exempt du roi est lui un envoyé du règne monarchique. Face à cette distribution, les spectateurs découvrent la répartition des pouvoirs parmi les personnages.
De plus, le choix du lieu est indispensable au contexte d’une pièce. La demeure familiale d’Orgon implique la présence d’une loi patriarcale. Au contraire, le palais de Caligula mène indéniablement à la politique et donc au pouvoir. La tombe de Polynice dans Antigone annonce la venue de la Toute-puissante Mort. L’emplacement spatial de l’action informe le spectateur du contexte de la pièce et ainsi permet eu public de visualiser la principale autorité.
Enfin, la temporalité de la pièce peut définir la portée des différents pouvoirs. Les Mouches de Jean-Paul Sartre se déroulent dans la Grèce Antique, où la religion réagit les actions de tous les jours et où le destin dirige les citoyens d’Argos. Mais certaines pièces sont atemporelles : L’île aux esclaves n’apporte aucun renseignements temporels, rendant ainsi à la domination de la bourgeoisie un semblant d’éternité. Le spectateur mesure ainsi la puissance des différentes emprises.

 

 

Lire la suite

 

 

 

 

 

La comédie a t'elle pour fonction de stigmatiser les abus, l’arbitraire du pouvoir, les injustices, l’intolérance et la censure.

beaumarchais

La relation du maître et du valet

 
 

Lire la suite

La comédie a t'elle pour fonction de faire rire? Devoir bac

Molière, Dom Juan

Le rire est l’arme de la comédie

Lire la suite

 

 

 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

 Prépabac le bac en ligne

Logo prepabac

Boutique en ligne français  philosophie

Coaching scolaire mondial
Elèves scolarisés (lycées français à l'Etranger) et candidats libres

 

Professeur indépendant

  • Identifiant SIRET : 819 269 226 00018
  • APE  :  8559B
Logo prepabac

Français : niveau seconde

Français : Bac pro

Littérature : Dossier bac

Profs en direct le jour du bac

PROF EN DIRECT : BAC 2016

Bac 2016

 

Français   -   Français bac pro 

Littérature   -   Philosophie


 
Logo prepabac
Préparation à l'examen du baccalauréat : français séries générales, technologiques et bac pro, philosophie   littérature  Bac pro et Brevet : Bac  en ligne sur prepabac.org. Profs en direct le jour du bac : les annales bac . Préparer le bac en ligne : Demande de cours sur skype  - Coaching scolaire mondial = Elèves scolarisés et candidats libres (lycées français à l'étranger )

 

Licence Creative Commons
Bibliothèque scolaire de prépabac est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
Fondé(e) sur une œuvre à http://www.prepabac.org/.

Copyright

Droits d'auteur enregistrés, Copyright

Depot.com sous le numéro  00056187

Tous droits réservés

Le site prepabac.org respecte "la loi informatique et liberté "

N° enregistrement CNIL :  1943841