Forum bac  Listes EAF, descriptifs bac - Blog des lycéens  

L oral de français

ForumFORUM PEDAGOGIQUE

FORUM PREPABACForum prepabac

 

Skype
Prepabac facebook
Google
Twitter

Profs en direct le jour du bac

PROFS EN DIRECT : LE FORUM

Pondichery 2016

Français   -   Français bac pro 

Littérature   -   Philosophie

Blogger

 

 

Sartre

Bibliothèque scolaire

11000 documents en ligne

Le bac en ligne metropole etranger candidats libres et lyceens scolarises

Elèves scolarisés   

Candidats libres

Lycées métropole et à  l'étranger      

 

ELEVES SCOLARISES - CANDIDATS LIBRES, METROPOLE, DOM TOM, LYCEES FRANCAIS A L'ETRANGER ET LYCEESPROFESSIONNELS 

Les animaux malades de la peste, La Fontaine : commentaire niveau 3ème. L'étude d'un texte au collège.

La fontaine

 

 

Les animaux malades de la peste

Introduction



Les animaux malades de la peste est une fable de La Fontaine dans laquelle nous retrouvons les deux fonctions classiques de l’apologue, Plaire et instruire. Cette fable est amusante mais a une visée didactique, la visée est satirique. Il s’agit en fait d’une démonstration sur la raison du plus fort. Le thème touche à l’injustice.

I) La teneur de la fable :

1) la préambule

La fable s’ouvre sur une référence historique, « Thèbes » qui rappelle les récits mythologiques, « Thèbes » est ici ravagée par la peste et on recherche le coupable de cette épidémie. La peste est nommée, le registre est dramatique voire tragique, les allitérations en « R » accentuent cette impression de fatalité, de mort par l’épidémie: « répand, terreur, guerre ». Nous pouvons souligner les rimes masculines « fumeur, terreur ». Le temps passé, l’imparfait met en évidence la nostalgie du temps sans épidémie. Enfin, apparaît un effet de contraste entre la connotation de l’enfer avec « le mal que le ciel en sa fureur inventa pour punir » comme si Dieu avait envoyé un châtiment aux hommes et le symbole de l’amour avec « les tourterelles se fuyaient ».

2) le symbolisme animalier

Les animaux encornent les hommes. Nous avons une alternance de récit et de discours directs pour les personnages importants. Les registres sont divers, ironique, tragique. Le cadre de la scène est le procès au tribunal ainsi qu’en témoigne le champ lexical de la justice. La prise de parole se fait par ordre hiérarchique du plus puissant au plus faible.
Les différents animaux ont leurs caractéristiques propres: le lion est tel le roi, il représente le pouvoir, la puissance, l’habileté, le renard ruse et flatte le roi. Le loup est un beau parleur, il accuse l’âne pour ne pas avoir à s’accuser ensuite. Le tigre et l’ours symbolisent la société aristocratique, les moutons, le peuple exploité et l’âne, l’innocente proie.

II) Les stratégies d’argumentation :

1) Le lion
Il affirme son autorité et rappelle qu’il est le représentant de Dieu. Il utilise la persuation avec son ton solennel « ciel, nos péchés cette infortune, se sacrifie, céleste courroux », son ton familier, « mes chers amis », son sens de l’ironie « me dévouerai donc s’il le faut ». Il tente ensuite de convaincre avec un discours construit lagiquement dans lequel il expose la situation, invite les autres.
2) Le renard

Il se montre habile par ses « non-dits », ses hyperboles flatteuses à l’égard du roi, « trop bon, trop de délicatesse, beaucoup d’honneur ». En flattant, il n’a pas à se positionner.

3) L’âne

Ce n’est pas un prédateur, mais sérieux, naif, tout le contraire du rusé et du manipulateur. Il s’accuse lui-même d’avoir été tenté par le diable. Le ciel se venge à present et impose à l’homme le fléau de la peste. La réaction commune est immédiate, le bouc émissaire est trouvé. Le plus fort, celui qui gagne = celui qui a tout calculé = celui qui a force d’esprit et pouvoir de la parole.


III) Dénonciation de la justice et du pouvoir

1) Critique du « jugments de cour» :


Nous constatons la présence du champ lexical de la justice et de la religion. Lidée dominante est celle d’une justice injuste car la justice du conseil ne juge pas le crime mais prend position par rapport à la classe sociale.

2) L’ironie du fabuliste :

L’expression « manger l’herbe d’autrui » nous permet de constater que le fabuliste met en avant une certaine ironie. Il met ainsi en avant l’injustice.


Conclusion

La Fontaine fait intervenir successivement différentes classes sociales dans son récit (Lion, Renard, Ane). On peut constater une ellipse avant la chute de la morale. Dans cette fable, seule les honnêtes de classe socciale inférieure sont punits et seules les menteurs de classe sociale supérieure sont graciés.

 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

 Prépabac le bac en ligne

Logo prepabac

Boutique en ligne français  philosophie

Coaching scolaire mondial
Elèves scolarisés (lycées français à l'Etranger) et candidats libres

 

Professeur indépendant

  • Identifiant SIRET : 819 269 226 00018
  • APE  :  8559B
Logo prepabac

Français : niveau seconde

Français : Bac pro

Littérature : Dossier bac

Profs en direct le jour du bac

PROF EN DIRECT : BAC 2016

Bac 2016

 

Français   -   Français bac pro 

Littérature   -   Philosophie


 
Logo prepabac
Préparation à l'examen du baccalauréat : français séries générales, technologiques et bac pro, philosophie   littérature  Bac pro et Brevet : Bac  en ligne sur prepabac.org. Profs en direct le jour du bac : les annales bac . Préparer le bac en ligne : Demande de cours sur skype  - Coaching scolaire mondial = Elèves scolarisés et candidats libres (lycées français à l'étranger )

 

Licence Creative Commons
Bibliothèque scolaire de prépabac est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
Fondé(e) sur une œuvre à http://www.prepabac.org/.

Copyright

Droits d'auteur enregistrés, Copyright

Depot.com sous le numéro  00056187

Tous droits réservés

Le site prepabac.org respecte "la loi informatique et liberté "

N° enregistrement CNIL :  1943841