Forum bac  Listes EAF, descriptifs bac - Blog des lycéens  

L oral de français

ForumFORUM PEDAGOGIQUE

FORUM PREPABACForum prepabac

 

Skype
Prepabac facebook
Google
Twitter

DOSSIER BAC

Spécial candidats libres

Cned

ORAL EAF

Blogger

 

 

Sartre

Bibliothèque scolaire

11000 documents en ligne

Le bac en ligne metropole etranger candidats libres et lyceens scolarises

Elèves scolarisés   

Candidats libres

Lycées métropole et à  l'étranger      

 

 

Sujet corrigé du brevet de français 2014

Brevet

 

 

 

DIPLÔME NATIONAL DU BREVET
SESSION 2014



- Questions (15 points) et réécriture (4 points) 1 h 10
- Dictée (6 points) 20 minutes

On fera faire la dictée les vingt dernières minutes de la première partie, soit une heure dixaprès le début de l’épreuve.

Le sujet se compose de 3 pages numérotées de 1/3 à 3/3. Dès que le sujet vous estremis, assurez-vous qu’il est complet.

- Rédaction (15 points)
Le sujet se compose d’1 page.Les candidats veilleront à conserver le sujet de la 1ère partie durant toutel’épreuve.
L’usage de la calculatrice et de tout document est interdit.

Pour la deuxième partie (rédaction), l’usage d’un dictionnaire de languefrançaise est autorisé.
FRANÇAIS
Série générale



Coefficient : 2





Durant la deuxième guerre mondiale (1939-1945), Paul a été condamné à mort
par les nazis. C’est sa dernière rencontre avec sa femme.
PAUL
Je sais que tu es brave, je sais que tu sauras vivre sans moi. Il faut que tu vives, toi.
FRANÇOISE
Je ne sais pas, Paul. (À part) Toute ma vie s’engloutissait et je ne voulais pas lui
montrer que j’avais mal, que la douleur qui me serrait devenait insupportable.
PAUL
Si, je sais que tu es brave. Françoise, nous avons lutté de tout notre coeur. Je tombe
avant de toucher au but, mais toi tu verras la victoire.
FRANÇOISE
(À part) Et moi je pensais : que m’importe la victoire sans toi. (À Paul) Ô Paul, nous
n’avions jamais pensé que la victoire ce serait cela.
PAUL
Si Françoise. Souviens-toi. Nous le disions.
FRANÇOISE
Ô Paul. Dire et savoir, quelle différence !
PAUL
Nous gagnons. Les nôtres se lèvent de tous côtés. Georges a réussi à avoir des
nouvelles du dehors. Ils reculent partout.
FRANÇOISE
(À part) C’était faux. Les prisons sont toujours pleines de fausses bonnes nouvelles.
En mai 1942, vous savez où étaient les armées hitlériennes. Elles avançaient
partout, elles atteignaient presque la Volga.
PAUL
C’est pourquoi ils se hâtent d’abattre ceux qu’ils tiennent. Mais ils ne nous auront pas
tous. Des milliers se lèvent qui nous remplaceront et nous vengeront.
FRANÇOISE
Hélas Paul. Toi…
PAUL
Nous nous battons pour la liberté. Que tous les combattants ne soient pas au défilé,
chacun le sait avant de s’engager et aucun ne voudrait déserter parce qu’il risque de
tomber avant la fin. Ce qui serait horrible, ce serait de mourir pour rien, de mourir
sans avoir rien fait de sa vie. Nous avions choisi, toi et moi.
FRANÇOISE
Je n’avais pas choisi de te perdre, jamais. J’avais toujours pensé que nous
tomberions ensemble, si nous tombions.
PAUL
Chérie ! Tous les combattants ne sont pas frappés au même moment.
Heureusement. Où serait la victoire si tous succombaient. Tu vivras, toi. Oh ! que j’en
suis heureux.
FRANÇOISE
Paul.
PAUL
Chérie, sois forte comme tu l’as toujours été.
FRANÇOISE
Je le suis, Paul. Je le serai (Silence. Elle lui caresse les cheveux.)
Charlotte DELBO, Une scène jouée dans la mémoire, 2001 (édition posthume).




Première partie : Questions – Réécriture - Dictée 25 points

Toutes vos réponses devront être rédigées.

QUESTIONS (15 points)

1. « Nous avions choisi, toi et moi » (ligne 21). De quel choix Paul parle-t-il ?
2. Françoise partage-t-elle ce choix ? Justifiez votre réponse en vous
appuyant sur le texte.
3. Comment l’opposition entre les deux personnages apparaît-elle dans leurs
répliques ? Vous justifierez votre réponse en vous appuyant précisément
sur le texte.
4. Quels sont les arguments de Paul pour convaincre Françoise que leur
combat en vaut la peine ?
5. «J’avais toujours pensé que nous tomberions ensemble» (lignes 22-23)
a) Quel sens donnez-vous ici au verbe tomber ? (0,5 point)
b) Identifiez le temps de ce verbe et justifiez son emploi. (1 point)
6. Selon vous, à qui Françoise s’adresse-t-elle dans les apartés ?
7. Une scène jouée dans la mémoire : comment comprenez-vous ce titre à la
lumière du texte ?
8. Si vous étiez metteur en scène, quels éléments de décor (lieu, éclairages,
sons…) choisiriez-vous ? Développez votre réponse en justifiant
vos propositions.




RÉÉCRITURE (4 points)
Réécrivez ces deux phrases en remplaçant « tu » par la troisième personne du pluriel, au
féminin. Vous ferez toutes les modifications nécessaires :
« Je sais que tu es brave, je sais que tu sauras vivre sans moi. Il faut que tu vives, toi. ».


Deuxième partie : Rédaction 15 points
Les candidats conserveront le texte de la première partie de l’épreuve.
Vous traiterez au choix l’un des deux sujets de rédaction suivants.
Vous écrirez une ligne sur deux.
L’utilisation d’un dictionnaire de langue française est autorisée.

1. Sujet 1
Rédigez la dernière lettre de Paul à ses enfants.
Votre texte fera au moins deux pages (soit une cinquantaine de lignes).
2. Sujet 2
D’après vous, l’expression artistique (littérature, théâtre, cinéma, musique, peinture,
etc.) apporte-t-elle quelque chose à l’évocation des événements du passé ?
A l’aide d’exemples historiques et /ou personnels de votre choix, vous présenterez
votre réflexion dans un développement argumenté et organisé.
Votre texte fera au moins deux pages (soit une cinquantaine de lignes).




Dictée (6 points)
Consignes pour la dictée à l’attention du surveillant-lecteur :
On fera faire la dictée les vingt dernières minutes de la première partie, soit une heure dix
après le début de l’épreuve.

Lors de la dictée, on procédera successivement :

1) à une lecture préalable, lente et bien articulée du texte ;
2) à la dictée effective du texte, en précisant la ponctuation et en marquant
nettement les liaisons ;
3) à la relecture, sans préciser cette fois-ci la ponctuation mais en marquant toujours
les liaisons. À l’issue de cette relecture, on transcrira lisiblement au tableau le
nom de l’auteur et le titre : Joseph KESSEL, L’Armée des ombres.
On demandera aux candidats d’écrire une ligne sur deux.
On ne répondra pas aux questions éventuelles des candidats après la relecture du texte ; ils en
seront avertis avant cette relecture.


Beaucoup parmi les gens de la résistance passent la plupart de leur temps dans les
trains. On ne peut rien confier au téléphone, au télégraphe, aux lettres. Tout courrier doit
être porté. Toute confidence, tout contact exigent un déplacement. Et il y a les
distributions d’armes, de journaux, de postes émetteurs, de matériel de sabotage. Ce qui
explique la nécessité d’une armée d’agents de liaison qui tournent à travers la France
comme des chevaux de manège. Ce qui explique aussi les coups terribles qui les
atteignent. L’ennemi sait aussi bien que nous l’obligation où nous sommes de voyager
sans cesse.
Joseph KESSEL, L’Armée des ombres, 1963.

 

Brevet 2016 decouvrez les sujets de francais 2

Le corrigé en Français, Brevet série générale collège :


I. Première partie


I - Questions



1. Paul parle du choix d'appartenir à la résistance ("nous nous battons pour la liberté"), même si cela signifie de mourir, de "tomber avant la fin" de la guerre, se battre et mourir pour la résistance.

2. Françoise a choisi d'être aussi dans la résistance mais elle ne voulait pas que son mari se fasse tuer avant elle/sans elle : "Je n'avais pas choisi de te perdre, jamais". Elle pensait que s'ils étaient pris, ils mourraient en même temps : "J'avais toujours pensé que nous tomberions ensemble, si nous tombions."

3. L'opposition entre les deux personnages apparaît dans leur répliques par la reprise des mêmes mots mais en y ajoutant la négation : "Je sais que tu es brave (...) – Je ne sais pas, Paul (...) Si, je sais que tu es brave." Nous pouvons noter la répétition de la phrase "je sais que tu es brave". Paul reprend les mêmes paroles pour insister. Il y a un jeu d'opposition avec les adverbes "ne" et "si". Françoise émet sans cesse des répliques négatives et Paul la reprend : "Ô Paul nous n'avions jamais pensé que la victoire ce serait cela. – Si, Francoise." A l'inverse, Paul émet une idée positive, Françoise reprend les même mots négativement : "Nous avions choisi, toi et moi. – Je n'avais pas choisi de te perdre." Reprise du verbe choisir avec la négation "n' pas".

4. Les arguments de Paul pour convaincre Françoise que leur combat en vaut la peine sont :

- Ils se battent pour la liberté même si tous ne verront pas la victoire.

- Il est important de s'engager car pour Paul "ce qui serait horrible, ce serait de mourir pour rien, de mourir sans avoir rien fait de sa vie."

- La victoire viendra bientôt.

5. a) Le verbe tomber signifie mourir/ se faire prendre

b) le temps de ce verbe est le présent du conditionnel, Françoise utilise ce temps car il s'agissait d'une possibilité, d'une affirmation sans garantie. De plus, il s'agit d'une subordonnée complétive (après penser que), la principale étant au plus-que-parfait, il y a concordance des temps, donc conditionnel présent et non futur simple.

6. Selon moi, dans les apartés, Françoise s'adresse à elle-même ("et moi je pensais : que m'importe la victoire sans toi") et au public ("vous savez où étaient les armées hitlériennes")

7. Une scène jouée dans la mémoire est le titre de cette pièce car, à mon avis, Françoise se remémore ce qu'elle a vécu, à la manière d'une autobiographie. En effet, les apartés sont au passé alors que le reste des verbes du dialogue sont au présent : "Toute ma vie s'engloutissait et je ne voulais pas (...) serrait", "c'était faux", "elles avançaient". Nous nous rendons compte que ces apartés sont des remarques rétrospectives. Cela montre qu'elle se remémore aujourd'hui ce qu'elle ressentait ou pensait à l'époque et ce qu'elle n'a pas osé dire à son mari.

De plus, on peut penser que nous sommes bien dans la mémoire de Françoise, car, toujours dans les apartés, nous sommes en point de vue interne ("j'avais mal", "la douleur qui me serrait devenait insupportable"). Ses sentiments sont mis en évidence.

Il s'agit d'une "scène" car nous sommes dans une pièce de théâtre (il y a un jeu de mot, une syllepse sur le mot "scène".) la scène est "jouée dans la mémoire" de Françoise. D'où le fait des nombreux apartés qui parcourent le texte. Elle s'adresse à elle-même et au public afin d'expliquer, de montrer le décalage et donc l'erreur entre ce que pensait Paul et la réalité. Cela me fait penser au texte de Marguerite Duras, "La Douleur", texte autobiographique où l'auteur écrit durant l'attente du retour de son mari qui a été déporté.

8. Si j'étais metteur en scène, je choisirais la simplicité, presque l'austérité car nous sommes dans une scène sombre, entre deux amants qui ne se reverront plus jamais. Le décor dépend du lieu où Paul était gardé par les nazis avant son exécution : une cellule qui semble austère ou une chambre un peu délabrée, indéfinissable comme dans la nouvelle "Le mur" de Sartre. Il ne faudrait presque pas d'éléments de décor, mais la lumière, elle, serait importante.

En effet, il faudrait faire un jeu de lumière lors des apartés, qu'il y ait une poursuite sur Françoise et que tout le reste soit éteint, afin de donner l'illusion que nous sommes vraiment dans sa mémoire. Il faudrait être capable de retranscrire la distanciation entre la Françoise d'avant, jeune, qui va perdre son époux et la Françoise de l'aparté, qui sait ce qui va se passer et qui connait la tournure des événements.

Enfin, Il faudrait être attentif au jeu des acteurs, à leur position sur scène. On a l'impression qu'ils sont face à face mais la didascalie "Elle lui caresse les cheveux" montre qu'ils sont bien l'un contre l'autre. Il y a quelque chose de maternelle dans ce geste. Ils devraient être assis, dans les bras l'un de l'autre mais où ? Peut-être sur le lit de la cellule.

II - Réécriture

Je sais qu'elles sont braves, je sais qu'elles sauront vivre sans moi. Il faut qu'elles vivent, elles.

I. Deuxième partie



Sujet 1 (sujet d'invention)

Il s'agissait d'écrire la dernière lettre de Paul à ses enfants donc :

- Il fallait impérativement le cadre formel de la lettre : date (1942) et lieu, adresse au destinataires "mes chers enfants" ou "mes enfants chéris"..., et la signature à la fin

- Il fallait que votre lettre fasse deux pages

- Votre lettre devait être émouvante et mettre en avant l'amour de Paul pour ses enfants, ses sentiments, sa douleur, mais aussi le fait qu'il n'ait pas de regret, qu'il avait choisi de s'engager dans la résistance, de "se battre pour la liberté". Il croit en ce qu'il dit, dans le bienfondé de son choix. Il s'agit de la dernière lettre d'un père pour ses enfants qu'il ne verra pas grandir, vous pouviez donc parler des espoirs, des attentes de Paul pour ses enfants (qu'ils soient heureux, qu'ils grandissent dans un pays libérés, qu'ils aident leur mère...)

- Attention à la syntaxe des phrases et au vocabulaire employé. Nous sommes en 1942, il fallait privilégier un niveau de langue courant mais surtout pas familier. De plus dans le texte, on peut noter que Paul utilise des phrases courtes. Il va à l'essentiel et il est bienveillant.

- Vous pouviez parler également du cadre dans lequel vivait Paul pour montrer que vous aviez bien compris, sa relation avec ses détenteurs, les nazis.

- Evidemment, vous deviez bien vous relire et veiller à ne pas avoir fait trop de fautes d'orthographe, de conjugaison, d'accord.

- Le sujet était facile, vous aurez au moins la moyenne si vous avez respecté le cadre de la lettre et le fait qu'il s'agisse de Paul qui écrit à ses enfants avant de mourir, condamné à mort par les nazis pour résistance.


Sujet 2 (sujet de réflexion)

Ce qui est important dans le sujet de réflexion c'est la structure, la méthode. Il fallait faire :

- Une introduction en deux parties, une phrase présentant le sujet (l'expression artistique apporte-t-elle quelque chose à l'évocation des événements du passé ?) et l'annonce de votre plan.

- Un plan en deux grandes parties comptant chacune deux ou trois paragraphes correspondant aux arguments.

Il fallait dans ces arguments expliquer ce qu'était ce "quelque chose" apporté par l'expression artistiques.

- Pour les exemples, il était bienvenu de parler de la seconde guerre mondiale et du devoir de mémoire, de l'engagement, comme la pièce du texte, "La Douleur" de Duras par exemple, "Le journal d'Anne Frank", ou encore les films "La vie est belle" ou "La liste de Schindler". Vous pouviez étendre à d'autres événements passés bien entendu (ségrégation, révolution française,...). Il fallait forcément multiplier les exemples empruntés à la littérature, au cinéma, à la musique (chant des Partisans), à la peinture (Guernica), car le sujet était fondé là-dessus. Le correcteur souhaite voir l'étendu de votre culture générale, de votre réflexion sur l'art et son rôle dans l'évocation d'événement passés (proches comme dans Guernica pour dénoncer et montrer l'indignation ou plus lointains comme dans "La Douleur" ou "La vie est belle")

- Et enfin une conclusion reprenant vos deux parties et une ouverture sur un autre sujet. Par exemple : L'art doit-il être forcément au service de l'histoire ?

Bien entendu, sur la forme, il ne fallait pas oublier les éléments suivants :

- La rédaction devait faire 2 pages

- Les paragraphes devaient être signifiés par des alinéas

- Il fallait bien sauter une ligne entre les grandes parties.

- Évidemment, faire très attention à l'orthographe et au niveau de langue.




 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

 Prépabac le bac en ligne

Logo prepabac

Boutique en ligne français  philosophie

Coaching scolaire mondial
Elèves scolarisés (lycées français à l'Etranger) et candidats libres

 

Professeur indépendant

  • Identifiant SIRET : 819 269 226 00018
  • APE  :  8559B
Logo prepabac

Français : niveau seconde

Français : Bac pro

Littérature : Dossier bac

Profs en direct le jour du bac

PROF EN DIRECT : BAC 2016

Bac 2016

 

Français   -   Français bac pro 

Littérature   -   Philosophie


 
Logo prepabac
Préparation à l'examen du baccalauréat : français séries générales, technologiques et bac pro, philosophie   littérature  Bac pro et Brevet : Bac  en ligne sur prepabac.org. Profs en direct le jour du bac : les annales bac . Préparer le bac en ligne : Demande de cours sur skype  - Coaching scolaire mondial = Elèves scolarisés et candidats libres (lycées français à l'étranger )

 

Licence Creative Commons
Bibliothèque scolaire de prépabac est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
Fondé(e) sur une œuvre à http://www.prepabac.org/.

Copyright

Droits d'auteur enregistrés, Copyright

Depot.com sous le numéro  00056187

Tous droits réservés

Le site prepabac.org respecte "la loi informatique et liberté "

N° enregistrement CNIL :  1943841