Forum bac  Listes EAF, descriptifs bac - Blog des lycéens  

L oral de français

ForumFORUM PEDAGOGIQUE

FORUM PREPABACForum prepabac

 

Skype
Prepabac facebook
Google
Twitter

DOSSIER BAC

Spécial candidats libres

Cned

ORAL EAF

Blogger

 

 

Sartre

Bibliothèque scolaire

11000 documents en ligne

Le bac en ligne metropole etranger candidats libres et lyceens scolarises

Elèves scolarisés   

Candidats libres

Lycées métropole et à  l'étranger      

 

 

Dossier révisions bac 2013, philosophie, le thème des échanges, cours et un sujet corrigé : que gagne t'-on à échanger? série ES

karl-marx

 

 

karl-marx.jpg

Services pédagogiques

 

Philosophie, bac 2013

epictete
 
 
   

 

 
 
 
 
 
 
 
   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dossier bac révisions, bac 2013

Les échanges, cours et un exercice type bac pour mettre le cours en application

Théorie et pratique sur le thème des échanges

 

 

 

Sujet corrigé de l'épreuve du BAC ES 2009 de Philosophie
Que gagne t'on à échanger ? 



Introduction :

Si échanger c'est donner en vue de recevoir (réciprocité qui fonde les échanges), tout échange est, par définition intéressé. Or, s'il y a un ou des intérêts(s) à échanger, c'est qu'on suppose qu'on peut en tirer un certain profit ou encore un gain. On échangerait donc dans le but de gagner, c'est-à-dire posséder ou s'approprier ce dont on était privé. Mais si échanger, c'est gagner, que gagne-t-on à échanger ? De quel gain s'agit-il ? Il peut s'agir dans un premier temps d'un gain matériel qui s'illustre surtout dans les échanges économiques ou financiers. Mais on peut évoquer la possibilité d'un gain spirituel ou moral à travers l'échange d'opinions, d'idées et de pensées (ex : enrichir et élargir ses connaissances à travers le dialogue et le débat). Est-ce à dire pour autant que tout échange soit synonyme de gain ? N'y a-t-il pas un risque de perte, d'aliénation (perte de liberté) et de déshumanisation inhérent à tout échange ? À quelles conditions un échange peut-il être et demeurer un gain ?

1- En quels sens peut-on parler de gain ?

Selon Claude Lévi-Strauss trois niveau d'échange sont au fondement de toute société : l'échange matrimonial, l'échange économique et l'échange linguistique.
A- Le gain matériel.
Est rendu possible par les échanges économico-financiers qui structurent chaque société Il s'agit d'un gain matériel ou de marchandises qui trouve son origine aussi bien dans le troc (forme naturelle de l'échange économique) que dans le commerce (forme artificielle de l'échange économique). Il y a gain matériel car il assure la survie de l'espèce humaine (échange qui correspond d'abord à une nécessité vitale). Mais au-delà des exigences vitales il permet aussi un certain bien-être, un confort. À noter que ce type d'échange e double d'un gain politique : l'échange de biens et de richesses permet d'entretenir des relations pacifiques (Montesquieu).
B- Gain spirituel (ou moral).
L'Homme est un être dont la nature est d'échanger d'abord et avant tout parce que c'est un être parlant (« homo loquax »).Or, parler, c'est communiquer, entrer en contact avec l'autre, pas seulement dans le but de leur transmettre des informations, mais surtout dans le but d'enrichir et d'élargir ses pensées, ses connaissances. Kant, dans Qu'est-ce que s'orienter dans la pensée ? montre que c'est l'échange et la confrontation à la pensée des autres qui nous assure de la justesse de nos propres pensées. À quoi bon penser si l'on est pas sûr que ce que l'on pense est vrai et légitime ? À quoi bon penser, si c'est pour rester prisonnier d'erreurs et de préjugés ? Une pensée authentique suppose l'échange avec d'autres pensées que la mienne. Il montre aussi que l'ampleur de notre pensée dépend aussi de nos échanges avec d'autres pensées qui me permettent d'étendre mes connaissances et mon savoir. La nécessité des échanges linguistiques s'illustre de façon encore plus évidente dans les échanges culturels qui permettent une véritable ouverture à d'autres façons de vivre, de penser et de sentir que celles auxquelles nous sommes habitués.
C- Est-ce à dire que l'échange est pour autant systématiquement synonyme de gain ? Gagne-t-on toujours à échanger ? N'existerait-il pas un risque inhérent à tout échange d'être manipulé aliéné, asservi ? Pire : ne perdrait-on pas plus qu'on ne gagne à échanger ?


2- Que perdrait-on à échanger ?
A- La logique du profit.

Tant que l'échange économique répond à nos besoins, il n'y a pas de problème. Mais quand il n'a plus pour fin de nous permettre de vivre ou de survivre, quand l'échange se fait en vue de s'enrichir alors les échanges économiques deviennent excessifs. Aristote par exemple critique que la chrématistique : quand l'argent est à la fois le point de départ et la fin de l'échange (spéculation). Il y a alors danger car l'accumulation illimitée de richesses se fait au détriment d'un véritable rapport à l'autre et à soi-même.
B- Le potlatch (M. Mauss).
L'échange est un moyen pour une tribu de montrer sa munificence, sa supériorité par rapport aux autres tribus. On n'échange pas pour assurer sa subsistance, mais pour témoigner de sa puissance politique. L'enjeu de l'échange est politique : surenchère de dons et de contre-dons. Étrangement, ce type d'échange incite au gaspillage. Plus on peut gaspiller et détruire ce que l'on donne, plus on est puissant. Ainsi, il y a bien plus dans l'échange que dans un certain usage de ce que l'on échange.
C- Le problème posé par la rhétorique.
On peut échanger et débattre (dans le cadre d'échanges linguistiques) dans le but de terrasser son adversaire. Voir le Gorgias de Platon et la distinction entre persuader et convaincre. Persuader, c'est flatter, séduire, manipuler et instrumentaliser l'autre. Si, en apparence, l'échange peut être un facteur de cohésion et d'union, il peut s'avérer être un élément de division pour, là aussi, dominer au mépris même de la vérité. À quelles conditions peut-on alors penser un échange qui soit et demeure un gain ?

3- La condition pour que l'échange soit un gain
Si échanger est un phénomène constitutif de notre humanité (Aristote : l'homme est naturellement politique), il est cependant nécessaire, pour que cela soit toujours le cas, que l'échange réponde à certaines exigences. Il y a nécessité de régler les échanges pour permettre à chaque individu de réaliser son humanité. Ce n'est pas pour autant l'échange qui doit être remis en question, que ceux-là mêmes qui échangent. Dans quel but et à quelles fins échangeons-nous ? C'est la question fondamentale. Or, la notion de gain suppose qu'on aurait toujours plus au terme de l'échange qu'avant. Le gain engendre l'idée d'accroissement et le risque que certains soient lésés. Pour éviter une telle situation, il faut alors penser le gain non comme un profit, au sens économique du terme, mais comme une enrichissement mutuel. Chacun trouve un intérêt à accepter l'échange ais ce profit doit prendre la forme d'une équivalence, sans laquelle l'intégrité et la dignité d'autrui ne sont pas respectées. Ce que l'on peut repérer aussi bien en ce qui concerne les échanges économiques que les échanges linguistiques, notamment à travers ce que Platon nomme le dialogue.

 

 

Les Echanges

Les thèmes philosophique, la politique, les échanges
Définition : Un échange est un don qui implique une contre partie lorsque le terme est employé au pluriel, il renvoie plus généralement aux relations commerciales au sein d’une communauté ou entre différentes cultures. Toutefois, le terme peut désigner des liens qui ne sont pas économique.
I. L’échange et la question de l’équivalence des biens :
Pour qu’un échange soit possible, il faut qu’il y ait une équivalence dans les biens que l’on échange. Dans le cas de deux objets semblables, l’échange est facile. Lorsque les deux produits sont différents (ex : service prodigué par le médecin). Il devient nécessaire de passer par une mesure commune : la monnaie (cf. analyse d’Aristote dans Ethique a Nicomaque). L’analyse d’Aristote permet d’assimiler l’achat à un échange. D’emblée Aristote nous met en garde : la monnaie qui au départ n’est qu’un intermédiaire, ce pourquoi l’échange est possible, ne doit pas devenir une fin en soie. Derrière cette analyse s’esquisse une critique de la recherche du profit, le fait de faire de la spéculation.
II. Les origines de l’échange :
L’homme ne peut pas vivre en Autarcie c'est-à-dire qu’il ne peut pas se suffire à lui-même. Platon dans la république mettait déjà en évidence que toutes communautés humaines étaient nécessairement fondé sur la répartition des tâches et la division du travail. Cette nécessité d’échanger est également à mettre en rapport avec la formule d’Aristote : « L’homme est un animal ». Selon lui, en effet, il faut être soit un dieu soit une bête pour pouvoir vivre seul. L’échange selon Nietzsche ne serait pas autre chose qu’une alternative à notre impossibilité d’obtenir ce que l’on veut par la violence. En effet, il ne faut pas perdre de vue qu’il n’y a pas énormément de façon de s’approprier un objet (vol, achat, échange).
III. Quelques réflexions sur les liens entre le don et l’échange.
Par définition ces deux notions s’opposent. Le don n’implique aucune contre partie qui n’est pas le cas de l’échange. Toutefois cette distinction mérite d’être nuancée.
1. La pratique du potlatch :
La pratique du potlatch que l’on retrouve chez certaines tribus Nord-est Américaine. Cela montre que le don peut être motivé par le désir d’affirmer sa supériorité, sa puissance. Le don qui devrait être un acte généreux est ici motivé par une attention que l’on pourrait condamner d’un point de vue moral. On peut se demander s’il n’existe pas encore des formes de potlatch. Lorsqu’une entreprise aide financièrement une démarche culturelle est une manière de montrer qu’elle est présente.
2. Le don : un échange déguisé ?
On peut également se demander si le don n’est pas un échange déguisé. Je donne et donc, j’attends une contrepartie, je donne pour rehausser ma propre image : le don est intéressé, le 3ème cas de figure est le suivant : Je donne pour avoir bonne conscience. Ces 3 cas de figure montrent que le don peut toujours être suspecté d’être motivé par un calcul. Ce serait en l’occurrence, le point de vue que développe au 18 ème siècle, La Rochefoucauld dans Les Maximes : « Nos vertus ne sont le plus souvent que des vices déguisés ». Exemple de la Rochefoucauld : Il définit comme un art d’être complimenté 2 fois (=modestie).
3. La dépense ostentatoire :
Être dans l’ostentation, c’est être en représentation. Norbert Elias dans la société de cours analyse les mœurs et les comportements des aristocrates sous l’ancien régime. Il montre que la dépense ostentatoire était un moyen pour préserver leur rang social : « L’homme qui n’a pas les moyens de vivre selon son rang social perd sa considération ». Cette logique de consommation dans les sociétés modernes ne les dépense pas seulement pour obtenir quelque chose mais avoir une image.

 

IV. La loi de l’offre et la demande :
La rationalité économique obéit essentiellement à la loi de l’offre et la demande. La valeur d’un objet n’est pas dans l’usage que l’on en fait, mais dans le désir qu’il suscite. Si de surcroit cet objet est rare il y aura une disproportion entre l’offre et la demande. Ce qui justifiera ainsi, le coût onéreux. L’homme d’affaire avisé, c'est-à-dire que l’on dit trivialement qu’il sait faire de l’argent. On peut donc partir de rien, il lui suffit de créer de nouveaux désirs et de jouer ainsi avec les lois du marché.
V. L’économie et la morale sont-elles incompatible ?
1. La cité idéale chez Platon :
La cité idéale de Platon invite au respect d’une hiérarchie et d’une tempérance (=modération). On retrouve cet idéal dans toute la philosophie Platonicienne ainsi qu’au niveau économique. La tempérance est le mot clé de la cité idéale, elle gère aussi les échanges au niveau économique, car une cité qui sombrerait dans les excès économique, du fait d’échanges mal contrôlé est une cité perdue. On retrouve l’explication morale de Platon au niveau économique car une cité en bonne santé économique est une cité qui pratique la modération et la tempérance dans les échanges = rationalité économique.
2. Marx :
Matérialisme, doctrine selon laquelle tout dépend de la matière. A ne pas confondre avec l’usage courant que l’on fait du terme lorsque l’on dit d’une personne qu’elle matérialiste. En philosophie cela renvoie à un courant de pensée. Marx développe une doctrine matérialiste, il affirme en effet que ce n’est pas la conscience des hommes qui détermine leur existence, c’est au contraire leur existence sociale qui détermine leur conscience. Feuerbach soulignais déjà que l’on ne pense pas de la même manière, selon que l’on vit dans une chaumière ou dans un palais ». Remarque : Marivaux insiste lui aussi sur le poids du déterminisme social. Les jeux de l’amour et du hasard, de Marivaux montre que notre milieu social, nous conditionne au point d’agir sur nos sentiments et choix affectifs.
Cette situation de domination va être accentuée par l’essor de l’industrie avec le machinisme et la division du travail notamment celui du travail à la chaîne, va apparaître des phénomènes de Paupérisation (exploitation de la misère ouvrière). Marx est à l’origine du communisme. Le travailleur en ce sens s’allie dans le travail ; « Il n’est plus qu’une main qui actionne les machines » tout ce dont Chaplin a rendu compte dans les temps moderne. Autrement dit, la recherche du profit débouche, non seulement sur l’aliénation du travailleur et sur une non exploitation, c'est-à-dire sur une situation qui est en total opposition avec la morale élémentaire. La rationalité économique dans ses aspects peut avoir des conséquences néfastes dans la mesure où elles peuvent s’opposer à la dignité humaine. Ex : exploitation des enfants, trafic d’organe, la prostitution. Par ailleurs, on peut s’interroger sur l’efficacité d’un système qui a la prétention d’assurer la prospérité de l’état : les crises économiques
3. Le rôle de l’état :
C’est la raison pour laquelle, il peut sembler nécessaire que l’état intervienne pour réglementer les activités économiques et ce dans le but de corriger les inégalités car personne ne peut affirmer qu’il ne sera pas un jour en situation de faiblesse.


VI. L’égoïsme : Moteur des échanges.
1. Mandeville :
B. Mandeville médecin, a publié en 1714 un ouvrage dont la publication peut faire scandale aujourd’hui : « la fable des abeilles ». Cette fable montre comment une ruche dont les abeilles pratiquent tous les vices qu’ont les hommes devient prospère et heureuse. « Chaque partie étant pleine de vices, le tout cependant était un paradis ». Par la suite, un prédicateur parvient à les convaincre de devenir vertueuse. Ce qui entraine le déclin des activités, contribuant à l’entretient de la ruche. L’attention de l’auteur n’est pas de satiriser la vertu et la morale, mais de montrer que l’amour de soie, passion impure par excellence est à l’origine des prospérités des nations et que cette égoïsme, loin de conduire la société au conflit est au contraire, une source de réciprocité des intérêts et harmonie entre les êtres. La vertu conduirait à la ruine et le vice à la prospérité. Le bien commun en ce sens ne résulterait que des chocs des avidités et la malignité.
2. Smith :
Certes Smith n’aurait pas souscrit à une vue aussi pessimiste de la société, mais il aurait admis que les égoïsmes privés sont le moteur fondamental de l’échange. Comme il le note dans « recherches sur la nature et les causes de la richesses des nations ». « Il ne s’est jamais vue dans le monde animal d’espèces disposées d’échanger leur proie ». L’un des trais spécifiques de l’homme serait de faire des échanges. Ce serait ce qui le distingue des autres animaux. Selon lui les hommes ont des intérêts différents et c’est la fonction même de l’échange que de pouvoir une réciprocité d’intérêts. Ainsi le fait que celui qi échange ne pense qu’à son intérêt ne constitue pas pour Smith une réelle objection. Bien au contraire, chacun travaillant à des fins personnels, une sorte de main invisible harmonise, les intérêts dans uns et des autres. Autrement dis la recherche par l’individu par son intérêt privé, contribue au bien commun, tel est la formule qui résume l’idéologie libérale dont Adam Smith en est le fondateur.
3. Montesquieu :
Quand elle note Montesquieu dans « de l’esprit des lois » deux états qui commercent ensemble ont un intérêt commun (importations, exportations) sont nécessaires et source d’enrichissement. Cependant, cet intérêt qui les lie renforce également leur relation aidant la paix entre eux : « les faits naturels du commerce aide à porter la paix ». Avec les échanges naissent les idées d’égalités et de justice, valeurs fondatrices de la société : « l’esprit de commerce produit un sentiment de justice exacte ». Alain développe une idée semblable.
VII. L’échange gratuit :
1. Echange de sentiment :
L’échange des biens ne sont qu’une partie des échanges qui sont perceptible dans une société humaine. On échange des sentiments. L’amitié lie deux êtres qui se respectent. De même, échanger un bonjour a pour but d’instaurer une communication qui ne vise pas forcément un intérêt particulier. L’échange permet de transmettre plus d’humanité et de convivialité dans les rapports humains.
2. Echanges d’idées :
Par son combat contre les sophistes (=orateur=rhéteur), prétendant vendre leur savoir, Platon nous enseigne que les idées n’ont pas de prix, le véritable dialogue vise pas un quelconque intérêt économique et il est bien un échange.

 

Jules Vuillemin : « Si l’histoire a un sens c’est à la condition d’emprunter son principe même, l’activité par laquelle l’homme crée le destin collectif de son espèce. Je travaille donc je suis ».
L’être et le travail, 1949.
C’est dans le travail et par le travail que l’homme mesure ses possibilités et ses limites, qu’il s’affirme en triomphant du réel en le modelant, le rectifiant. Il se crée lui-même en réalisant quelque chose qui n’existait pas avant lui et qui n’existerait pas sans lui.
I. Le travail du point de vue de l’économie politique :
L’économie politique est la science qui étudie les besoins économiques et la façon dont sont produits les objets correspondant à ces besoins. Le travail est un objet d’étude pour l’économiste au double point de vue des besoins économiques qu’il satisfait par ses produits et des moyens de cette production.
1. Besoins et valeurs :
Les besoins humains correspondent à des besoins économiques. Le besoin de manger fait rechercher les produits comestibles et du fait qu’ils sont recherchés, ces produits représentent une valeur proportionnelle à l’intensité du besoin, à la masse de gens qui les recherchent.
C’est la loi du marché c’est-à-dire, la valeur marchande des objets de consommation. Le travail est ce qui crée ou procure les objets destinés à satisfaire ces besoins.
2. Travail et production :
L’économie politique étudie aussi les modalités du travail, les moyens de production et la structure économique, c’est-à-dire, le rapport entre la production, le travail et la vie collective. L’économie politique concerne le travail = En étudiant les modes de production, les forces de production, les relations sociales liées au système de production.

 

1. La morale étudie la relation du travail avec l’homme qui travaille :
Elle prend pour l’objet de réflexion l’être au travail et non pas le travail considéré objectivement avec ses moyens et ses produits. Le travail est évalué dans son acte et non dans ses produits. Il peut être considéré de 3 façons :
A. Expression du besoin de gagner :
L’impératif gagne ton pain à la sueur de ton front laisse chacun seul aux prises avec le travail à faire : Sentiment d’affrontement de sens de l’effort.
B. Expression d’une coopération :
Tout travail est une participation à la collectivité. La division du travail est l’expression de cette coopération :
C. Réalisation de quelque chose :
Soit directement, soit par la participation à l’effort collectif, le travailleur est celui qui peut montrer les résultats de son travail. Valeur = évaluation de son effort.
2. Les 3 aspects de l’être au travail expriment des valeurs morales :
A. Autonomie et courage :
Travail = liberté
B. Justice :
Il suffit que nous vivions pour que nous vivions pour que nous utilisions les produits du travail des autres par le jeu même de la vie en société et de la division du travail. Notre travail sera la contrepartie de cette mise à contribution d’autrui, le paiement de notre dette envers la société, la collectivité. Le travail est donc le prix dont nous payons le service social que nous recevons des autres l’oisif = parasite le sentiment aigu de l’injustice de l’oisiveté a poussé les auteurs comme Rousseau à contester la légitimité de tout refus de travailler et à dénoncer comme immorale l’idée même de loisir.
C. La réalisation d’une œuvre :
La valeur du travail, celle par laquelle il devient une fonction de l’existence morale est son caractère de création et donc de responsabilité. Un travail qui tend à la répétition machinale d’un geste réduit le travailleur à la condition d’automate = c’est un travail qui a perdu sa valeur morale et son sens. 

 

L’échange est l’action d’offrir ou de recevoir une chose ou valeur contre une autre équivalente = l’échange des services, l’échange des produits.
1. Troc – monnaie – échange :
L’échange n’est pas le don. Le premier suppose une réciprocité. Le second obéit aux lois du sentiment. Le troc est l’échange d’objets contre d’autres objets. Il est antérieur à l’usage de la monnaie. L’échange et le troc supposent la sociabilité et la communication. L’échange est spécifiquement humain, il manifeste le besoin de la relation à autrui et la volonté d’éviter la violence.
2. Echange et Culture :
Dans l’échange par delà les différences des conditions, les partenaires ont réciproquement besoin de l’autre et chacun doit pouvoir acheter – vendre. L’achat est indépendant des qualités des personnes. Le système économique d’échange a intérêt à n’exclure personne du système achat-vente. Même si l’échange est un facteur de diverses inégalités sociales, son développement a introduit ou développé dans la culture des notions humainement essentielles.

 

LES ECHANGES

I. Définitions :



Echanges : est un don qui implique une contre partie lorsque le terme est employé au pluriel, il renvoie plus généralement aux relations commerciales au sein d’une communauté ou entre différentes cultures. Mais le terme peut désigner des liens qui ne sont pas économiques.


Potlatch : Don motivé par le désir d’affirmer sa supériorité, sa puissance. Le don qui devait être un acte généreux est ici motivé par une attention que l’on pourrait condamner d’un point de vue moral. (Exemple : Entreprise qui aide financièrement une démarche culturelle est une manière de montrer qu’elle est présente).

Matérialisme : Doctrine selon laquelle tout dépend de la matière. Cela renvoie au courant de penser de Marx. Il développe une doctrine matérialiste et affirme que ce n’est pas la conscience des hommes qui détermine leur existence, mais c’est leur existence sociale qui détermine leur conscience.

L’économie Politique : Science qui étudie les besoins économiques et la façon dont sont produits les objets correspondant à ces besoins.

 

Citations "Les échanges" 

Aristote : « l’homme est un animal politique »
« L’homme est un animal raisonnable ».
La Rochefoucauld : « Nos vertus ne sont le plus souvent que des vices déguisés ». Les Maximes (citation illustre le don au sens d’un échange déguisé).
Norbert Elias : « l’homme qui n’a pas les moyens de vivre selon son rang perd sa considération ».
Feuerbach : « On ne pense pas de la même manière, selon que l’on vit dans une chaumière ou dans un palais ».
Marx : « Il n’est plus qu’une main qui actionne les machines ».
Alain : « L’esprit de commerce produit un sentiment de justice exacte ».

Lévi-Strauss : « D’un point de vue économique, personne n’a gagné et personne n’a perdu. Mais c’est qu’il y a du bien plus dans l’échange que dans les échanges échangées ».

_________________

 

 Intervenant en philosophie Lycée, séries générales et technologiques

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

 Prépabac le bac en ligne

Logo prepabac

Boutique en ligne français  philosophie

Coaching scolaire mondial
Elèves scolarisés (lycées français à l'Etranger) et candidats libres

 

Professeur indépendant

  • Identifiant SIRET : 819 269 226 00018
  • APE  :  8559B
Logo prepabac

Français : niveau seconde

Français : Bac pro

Littérature : Dossier bac

Profs en direct le jour du bac

PROF EN DIRECT : BAC 2016

Bac 2016

 

Français   -   Français bac pro 

Littérature   -   Philosophie


 
Logo prepabac
Préparation à l'examen du baccalauréat : français séries générales, technologiques et bac pro, philosophie   littérature  Bac pro et Brevet : Bac  en ligne sur prepabac.org. Profs en direct le jour du bac : les annales bac . Préparer le bac en ligne : Demande de cours sur skype  - Coaching scolaire mondial = Elèves scolarisés et candidats libres (lycées français à l'étranger )

 

Licence Creative Commons
Bibliothèque scolaire de prépabac est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
Fondé(e) sur une œuvre à http://www.prepabac.org/.

Copyright

Droits d'auteur enregistrés, Copyright

Depot.com sous le numéro  00056187

Tous droits réservés

Le site prepabac.org respecte "la loi informatique et liberté "

N° enregistrement CNIL :  1943841