Forum bac  Listes EAF, descriptifs bac - Blog des lycéens  

L oral de français

ForumFORUM PEDAGOGIQUE

FORUM PREPABACForum prepabac

 

Skype
Prepabac facebook
Google
Twitter

DOSSIER BAC

Spécial candidats libres

Cned

ORAL EAF

Blogger

 

 

Sartre

Bibliothèque scolaire

11000 documents en ligne

Le bac en ligne metropole etranger candidats libres et lyceens scolarises

Elèves scolarisés   

Candidats libres

Lycées métropole et à  l'étranger      

 

 

Montaigne, Des cannibales, I, 31, oral

montaigne

 

 

 

 

Commentaire et oral préparé : Montaigne, Des cannibales. Les Essais, I, 31

 montaigne

 

Texte :

Ils ont leurs guerres contre les nations qui sont au-delà de leurs montagnes, plus avant en la terre ferme, auxquelles ils vont tout nus, n'ayant autres armes que des arcs ou des épées de bois, apointées par un bout, à la mode des langues de nos épieux. C'est chose émerveillable que de la fermeté de leurs combats, qui ne finissent jamais que par meurtre et effusion de sang ; car, de déroutes et d'effroi, ils ne savent que c'est. Chacun rapporte pour son trophée la tête de l'ennemi qu'il a tué, et l'attache à l'entrée de son logis. Aprés avoir longtemps bien traité leurs prisonniers, et de toutes les commodités dont ils se peuvent aviser, celui qui en est le maître, fait une grande assemblée de ses connaissants ; il attache une corde à l'un des bras du prisonnier, par le bout de laquelle il le tient éloigné de quelques pas, de peur d'en être offensé, et donne au plus cher de ses amis l'autre bras à tenir de même ; et eux deux, en présence de toute l'assemblée, l'assomment à coups d'épée. Cela fait, ils le rôtissent et en mangent en commun et en envoient des lopins à ceux de leurs amis qui sont absents. Ce n'est pas, comme on pense, pour s'en nourrir, ainsi que faisaient anciennement les Scythes ; c'est pour représenter une extrême vengeance. Et qu'il soit ainsi, ayant aperçu que les Portugais, qui s'étaient ralliés à leurs adversaires, usaient d'une autre sorte de mort contre eux, quand ils les prenaient, qui était de les enterrer jusques à la ceinture, et tirer au demeurant du corps force coups de trait, et les pendre après, ils pensèrent que ces gens ici de l'autre monde, comme ceux qui avaient sexué la connaissance de beaucoup de vices parmi leur voisinage, et qui étaient beaucoup plus grands maîtres qu'eux en toute sorte de malice, ne prenaient pas sans occasion cette sorte de vengeance, et qu'elle devait être plu.s aigre que la leur, commencèrent de quitter leur façon ancienne pour suivre celle-ci. Je ne suis pas marri que nous remarquons l'horreur barbaresque qu'il y a en une telle action, mais oui bien de quoi, jugeant bien de leurs fautes, nous soyons si aveugles aux nôtres. Je pense qu'il y a plus de barbarie à manger un homme vivant qu'à le manger mort, à déchirer par tourments et par gênes un corps encore plein de sentiment, le faire rôtir par le menu, le faire mordre et meurtrir aux chiens et aux pourceaux (comme nous l'avons non seulement lu, mais vu de fraîche mémoire, non entre des ennemis anciens, mais entré des voisins et concitoyens, et, qui pis est, sous prétexte de piété et de religion), que de le rôtir et manger après qu'il est trépassé. Chrysippe et Zénon, chefs de la secte stoïque ; ont bien pensé qu'il n'y avait aucun mal de se servir de notre charogne à quoi que ce fut pour notre besoin, et d'en tirer de la nourriture ; comme nos ancêtres, étant assiégés par César en la ville de Alésia, se résolurent de soutenir la faim de ce siège par les corps des vieillards, des femmes et d'autres personnes inutiles au combat. “ Les Gascons, dit-on, s'étant servis de tels aliments, prolongèrent leur vie. ” . Et les médecins ne craignent pas de s'en servir à toute sorte d'usage pour notre santé ; soit pour l'appliquer au-dedans ou au-dehors ; mais il ne se trouva jamais aucune opinion si déréglée qui excusât la trahison, la déloyauté, la tyrannie, la cruauté, qui sont nos fautes ordinaires. Nous les pouvons donc bien appeler barbares, eu égard aux règles de la raison, mais non pas eu égard à nous, qui les surpassons en toute sorte de barbarie.

 

 

 montaigne

Plan de l'étude :

 

  • Considérations générales
  • Introduction
  • I - Description au service de l'argumentation
  • A - la pratique des cannibales
  • B - La perversion des sauvages
  • II - Le  jugement humain
  • L'intervention de Montaigne
  • Conclusion

 

  • Problématique :
  • En quoi Montaigne déplace t'-il le problème de l'ethnocentrisme?

 

montaigne

 

 

L’humanisme

Questionnaire pour l’oral EAF : Définition:

1 -

Qu’est-ce que l’humanisme?

C’est un courant culturel qui est apparu à l’époque de la Renaissance.

L’humanisme est une doctrine théorique et pratique qui repose sur la dignité de l’homme et vise son accomplissement. L’homme d’un point de vue philosophique doit s’affranchir de toute croyance religieuse.

Ce mouvement est apparu en Italie dès le XIVème siècle puis en France aux Xvème et XVIème.

C’est une étape importante dans l’histoire de la culture Européenne.

Les trois points importants sont :

- Critique de l’éducation rhétorique

- Recherche d’une éducation équilibrée

- Retour aux textes anciens

Le mot humaniste apparaît en Europe occidentale au XVIe siècle, vers 1539. Il désigne les érudits qui ne se contentent plus de la connaissance du latin, la langue commune à toutes les personnes instruites de leur époque, mais étudient aussi les autres langues prestigieuses de l'Antiquité, le grec et l'hébreu.

2 -

Que manifestent les intellectuels de l’époque?

Un très grand appétit de savoir : étude de diverses disciplines.

3 -

Prônent-ils la vulgarisation des savoirs?

Oui de tous les savoirs. Ils estiment que la parole divine doit-être accessible à tout un chacun. Le savoir religieux est donc important.

4 -

Quel point de vue les humanistes ont-ils sur la liberté de l’homme?

L’homme est libre au sens où il est responsable de ses actes. L’homme a le libre arbitre donc le choix de ses actes dont il est pleinement responsable.

5 -

Citez quelques humanistes

Erasme, Rabelais, Montaigne, Pétrarque

6 -

L’idéal des lumières renoue t’-il avec l’idéal humaniste d’accéder à une sagesse pleinement humaine?

Oui par la confiance que les Lumières mettent en l’homme au détriment de l’obscurantisme politique et religieux.

7 -

Quelles sont les idées des Lumières?

L’autonomie de la raison, rejet des dogmes religieux, défense de la tolérance, de la liberté et de l’égalité, défense de la notion de progrès du savoir et au niveau moral

La philosophie de l’humanisme

1 -

Quelle connotation philosophique peut-on associer à l’humanisme?

La notion d’humanisme est associée aux droits fondamentaux de l’homme. On peut alors parler d’humanisme pratique ou moral relativement à la notion d’interdits éthiques ou de devoirs = ne pas tuer, ne pas voler, ne pas asservir….;

2 -

Quelle est la primauté du courant philosophique humaniste?

La primauté de l’homme, de l’humain et des lois naturelles sur les croyances religieuses et la croyance en un (ou plusieurs) être(s) divin(s) surnaturel(s).

3 -

Contre quoi l’humanisme lutte t’-il?

L’humanisme lutte contre le pouvoir de l’Eglise en tant qu’elle exerce une influence sur l’activité intellectuelle. C’est pourquoi l’humanisme privilégie l’action pratique, la recherche de l’efficacité, le pragmatisme.

l'humanisme moderne

1 -

En quel sens peut-on parler d’humanisme moderne?

On peut parler d’humanisme moderne dans le sens où les modernes associent l’humanisme à la Renaissance comme un courant ayant des racines dans l’Antiquité.

On peut citer par exemple la citation universellement connue du sophiste Protagoras « l’homme est mesure de toutes choses » = exclusion du divin. En effet, la citation de Protagoras nous renvoie au scepticisme antique à l’égard des divinités. Nous pouvons également mentionner que le bouddhisme n’inclut pas la notion de divinités mais seulement d’âme. Ce qui est mis en avant est l’accomplissement de l’homme. Les divinités ne sont plus indispensables à l’homme pour fonder l’éthique

montaigne

 

Questions sur Montaigne :

  • Quelles sont les dates de Montaigne?
  • 1533 - 1592
  • Qui était Montaigne?
  • Un philosophie moraliste de la Renaissance
  • Citez un de ses contemporains
  • La Boétie
  • A quel courant littéraire appartient-il?
  • L'humanisme
  • Citez son oeuvre littéraire essentielle
  • Les Essais

 

Questions sur les Essais et recherches personnelles

montaigne

 

Questions sur les Essais

  • A quel genre littéraire les essais appartiennent-ils?
  • On trouve dans les Essais des éléments autobiographiques, par exemple des renseignements sur la vie de Montaigne, il affirme "je suis moi-même la matière de mon livre" mais les Essais ne peuvent pas être réduits à une autobiographie. Il s'agit de réflexions sur le monde et la condition humaine. On peut donc affirmer que les Essais ne sont pas classables dans un genre littéraire précis.
  • L'essai est-il un genre de l'argumentation directe ou indirecte?
  • Argumentation directe : l'essai est un ouvrage, de forme assez libre, dans lequel l'auteur expose ses opinions (cf. Montaigne, Les Essais)
  • Montaigne a t'-il écrit les Essais pour lui?
  • A qui s'adresse t'-il?
  • A l'humanité toute entière : sa réflexion porte sur l'homme en tant qu'il est porteur d'humanité.
  • Les Essais sont-ils devenus un livre universel?
  • Oui
  • Dans sa quête de la recherche de la réalité humaine, les Essais s'opposent -ils à tout système philosophique?
  • Oui

 

montaigne

 

 

Recherches personnelles sur le genre biographique

** Définition du pacte autobiographique selon Philippe Lejeune : "l'autobiographie est un récit rétrospectif en prose qu'une personne réelle fait de sa propre existence lorsqu'elle met l'accent sur sa vie individuelle, en particulier sur l'histoire de sa personnalité"

  • Le pacte a t'-il des points communs avec le préambule des Confessions de Rousseau?
  • Proposez une définition de l'autobiographie
  • Quels sont les principaux critères de l'écriture autobiographique?
  • Les Essais sont un exemple d'autoportrait : citez un ature exemple d'autoportrait : Leiris, L'Äge d'homme
  • Citez un exemple de mémoires : Chateaubriand, les mémoires
  • Proposez une définition des essais

 

montaigne
 
 
 

Questions en fonction du plan du commentaire :

 

  • Considérations générales :
  • De quoi est-il question dans "Des cannibales", I,31?
  • Dans «Des cannibales», I, 31, Montaigne nous fait une peinture du monde Européen et du Nouveau Monde, les Indiens par rapport aux Portugais. Il s'agit en fait d'une comparaison.
  • De quelle nature la comparaison est-elle?
  • Dans cette comparaison entre le monde Européen et le Nouveau Monde, Montaigne met essentiellement en rapport les mœurs.  Ceci dans le but de montrer la relativité des jugements et critiquer l'ethnocentrisme Européen. 
  • Qu'est-ce que le Nouveau monde?
  • Le Nouveau Monde désigne l'Amérique et l'Océanie, l'Australie. Puis ce qu'on appelait les Indes Occidentales était en fait un nouveau continent qui sera nommé Amérique. Le nouveau Monde s'oppose à l'ancien monde qui désignait alors l'Europe, l'Afrique et l'Asie. 
  • Quel est le contexte de l'histoire?
  • Le contexte historique est celui des guerres de religion et de l'expansion de l'Europe vers le Nouveau monde
  • Pourquoi Montaigne  rapporte t'-il cette comparaison ce contexte? Dans quel but?
  • Dans le but de critiquer l'ethnocentrisme Européen. Il faut se libérer des préjugés
  • En quoi consiste la première étape?
  • La première étape est une pratique sociale des Indiens
  • Expliquez et justifiez en citant le texte la pratique sociale des Indiens
  • Cela consiste à se venger. Capturer et tuer le prisonnier en le mangeant
  • En quoi consiste la deuxième étape?
  • La deuxième étape est une constatation de la part des Indiens de la supériorité des portugais en matière de torture.
  • Quel est le point de vue Montaigne adopte t'-il?
  • Il a le point de vue des Indiens. 
  • Comment les Indiens perçoivent-ils les Portugais?
  • Comme «les plus grands maîtres en malices et autres vices... «
  • Que font les Européens?
  • Ils se montrent très cruels, ils pendent, tirent, enterrent leurs victimes.
  • Quel est le point de vue des Indiens concernant la valeur et l'échelle des tortures?
  • Ils estiment que les Portugais sont les maîtres en matière de tortures diverses et que «cette sorte de vengeance devrait être plus aigre que la leur».
  • Quelle est la véritable question à se poser?
  • La véritable question à se poser = qui sont les vrais barbares? Les Indiens ou les Portugais? 
  • Que doit se demander le lecteur?
  • Ne jugeons-nous pas sur les préjugés? Ne faut-il pas se remettre en question et revoir le vrai sens du concept de barbare? Qu'est-ce que la vraie barbarie et qui des Indiens ou des Portugais est le plus barbare?
  • Concernant la troisième partie : Qui est le "je"? Qui est le "nous?
  • Le «je» est Montaigne tandis que le «nous» renvoie au lecteur et aux Européens. 
  • De quoi est-il question?
  • D'établir la véritable barbarie. Tuer et manger sa victime ou torturer et tuer? Celle des Indiens ou celle des Portugais?
  • A quoi Montaigne fait-il référence et pourquoi?
  • Montaigne fait référence aux guerres des religions.

 

 

montaigne
 

Questions sur l'introduction du commentaire

 

De quel extrait ce texte est-il tiré?

  • Des cannibales, les Essais. 
  • Quand a t'-il été écrit?
  • Il a été écrit au XVIè
  • Dans quel contexte?
  • Au milieu des guerres de religions
  • Que montre t'-il?
  • Il montre que les Européens sont trop ethnocentriques
  • A quelle critique se rapporte t'-il?
  • Aux préjugés et à l'ethnocentrisme. 
  • Quelle est la visée de Montaigne?
  • Comment estimer qu'un peuple est plus barbare qu'un autre ?
  • De quel côté le débat est -il placé?
  • Du côté des barbares.
  • Montaigne déplace t'-il le problème de l'ethnocentrisme?
  • Oui, Montaigne déplace le problème de l'ethnocentrisme.
  • Relevez la citation qui reflète la thèse de Montaigne
  • «Or je trouve, pour revenir à mon propos, qu'il n'y a rien de barbare ou de sauvage dans cette nation... sinon que chacun appelle barbarie ce qui n'est pas de son usage».

 

 

montaigne
 

Questions sur le passage en fonction du plan :

I -

A -

 

  • En quoi consiste la pratique des cannibales?
  • La pratique des cannibales est guerrière, elle a pour but la vengeance.
  • De quelle nature la description est-elle?
  • Elle consiste en une comparaison des deux pratiques guerrières. 
  • Vers quoi la première partie s'oriente t'-elle?
  • La première partie vers la thèse de Montaigne
  • Montaigne émet-il un jugement? Justifiez en citant
  • Montaigne n'émet aucun jugement. 
  • Quel est le ton du discours?
  • Le ton du discours est généralisateur.
  • Qu'analyse t'-il en premier lieu?
  • Dans un premier temps, Montaigne analyse les armes. Il les compare à celles des Européens.
  • Quelle est l'attitude des Indiens?
  • Les Indiens font preuve de courage et de détermination pendant les combats. Ils ne connaissent pas la peur = « fermeté de leurs combats »
  • Que marque l'expression "chose émerveillable"?
  • Cette expression se rapporte à la «fermeté de leurs combats » = elle marque la rareté de la force et la détermination du combat des Indiens.
  • Quel point de vue adopte t'-il pour expliquer le cannibalisme?
  • Il adopte le point de vue des Indiens.
  • Analysez l'intérêt social et l'intérêt symbolique : expliquez et justifiez votre réponse en vous appuyant sur le texte
  • D'un point de vue social, le cannibalisme permet le regroupement du groupe « Une grande assemblée au plus chers de ses amis, en commun». D'un point de vue symbolique, il satisfait l'instinct de vengeance «Pour représenter une extrême vengeance».
  • Comment Montaigne considère t'-il les sauvages?
  • Le cannibalisme est perçu comme un rituel qui permet au groupe de satisfaire sa vengeance dans le respect des règles et de la coutume. Par conséquent, Montaigne considère les Indiens cannibales comme des êtres raisonnables et soucieux du respect et de la survie du groupe. 
  • Que marque l'incise : "ce n'est pas comme on pense"?
  • Cette incise souligne et met en avant l'impact bien pensé et réfléchi du cannibalisme. Elle insiste ainsi sur l'aspect raisonnable de la communauté des Indiens et de leurs pratiques jugées barbares.
  • L'Indien est-il considéré par Montaigne du point de vue d'un groupe respectant le code et les normes de la société?
  • Oui c'est pourquoi à deux niveaux, social et symbolique, Montaigne insiste sur ces deux justifications de la pratique. 

 

B -

  • Comment qualifieriez-vous la description faite ici?
  • C'est une description des mœurs.
  • A travers quel regard?
  • La description se fait à travers le regard des sauvages.
  • Peut-on dire que l'expression "autre Monde" prenne toute sa valeur dans ce contexte?
  • Oui
  • Que vise Montaigne?
  • Montaigne ne porte aucun jugement, il tente de comprendre le fonctionnement de la société des Indiens. 
  • Comment les Portugais sont-ils décrits?
  • Les Portugais ne font pas l'objet d'une description sans jugement. Ils sont décrits de manière plus critique
  • Pourquoi?
  • Ils sont considérés comme les ennemis des sauvages.
  • Comment le jugement des Indiens est-il perçu? Expliquez et justifiez votre réponse
  • Ils portent un jugement de valeur concernant les pratiques des Portugais, ils les considèrent plus grands qu'eux en matière de torture = « plus grands maîtres qu'eux»
  • Relevez un jugement moral
  • Les Portugais sont capables de plus de «malice» que les Indiens. 

 

montaigne
 

II -

 

  • Comment l'horreur s'exprime t'-elle?
  • Nous n'avons pas toujours conscience de notre propre barbarie.
  • Quel est le contre-argument? Citez pour justifier votre réponse
  • Le contre-argument remet l'homme en cause car il n'a pas conscience de «son propre aveuglement» concernant ses méthodes barbares.
  • Que marque l'intensif "si"?
  • Le «si» intensif met en avant l'erreur de jugement
  • Analysez l'expression "qui pis est"
  • Il s'agit d'évoquer les guerres de religions et d'inviter le lecteur à la réflexion.
  • Montaigne émet-il un jugement?
  • Il y a une prise de position de Montaigne qui invite le lecteur à une prise de conscience = le vrai barbare n'est pas l'Indien
  • Le lecteur est-il invité à partager son jugement?
  • Le lecteur est invité à réfléchir, à remettre en question les préjugés et à partager son jugement.
  • Que peut-on dire de cette société qui se dit civilisée?
  • La société qui se dit civilisée est plus barbare que la communauté des Indiens.
  • Quelle image Montaigne donne t'-il de la nature humaine?
  • La nature humaine se montre parfois plus juste et moins barbare dans des sociétés moins civilisées ou pas civilisées. Par conséquent, ce n'est pas la nature de l'homme qui est en cause ici mais le degré de civilisation qui conduit l'être humain vers de nouvelles règles de vie, mœurs. Il s'adapte à la société mais le paradoxe est que plus la civilisation évolue plus l'homme perd de son humanité. 
  • A quoi la notion de barbarie des indiens est-elle associée?
  • La barbarie des Indiens est associée à nos propres contradictions. L'ethnocentrisme Européen est en cause ainsi que les préjugés sur coutumes de l'autre monde.
  • Qu'est-ce que la vraie barbarie?
  • Les guerres de religions

 

 

 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

 Prépabac le bac en ligne

Logo prepabac

Boutique en ligne français  philosophie

Coaching scolaire mondial
Elèves scolarisés (lycées français à l'Etranger) et candidats libres

 

Professeur indépendant

  • Identifiant SIRET : 819 269 226 00018
  • APE  :  8559B
Logo prepabac

Français : niveau seconde

Français : Bac pro

Littérature : Dossier bac

Profs en direct le jour du bac

PROF EN DIRECT : BAC 2016

Bac 2016

 

Français   -   Français bac pro 

Littérature   -   Philosophie


 
Logo prepabac
Préparation à l'examen du baccalauréat : français séries générales, technologiques et bac pro, philosophie   littérature  Bac pro et Brevet : Bac  en ligne sur prepabac.org. Profs en direct le jour du bac : les annales bac . Préparer le bac en ligne : Demande de cours sur skype  - Coaching scolaire mondial = Elèves scolarisés et candidats libres (lycées français à l'étranger )

 

Licence Creative Commons
Bibliothèque scolaire de prépabac est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
Fondé(e) sur une œuvre à http://www.prepabac.org/.

Copyright

Droits d'auteur enregistrés, Copyright

Depot.com sous le numéro  00056187

Tous droits réservés

Le site prepabac.org respecte "la loi informatique et liberté "

N° enregistrement CNIL :  1943841