Forum bac  Listes EAF, descriptifs bac - Blog des lycéens  

L oral de français

ForumFORUM PEDAGOGIQUE

FORUM PREPABACForum prepabac

 

Skype
Prepabac facebook
Google
Twitter

DOSSIER BAC

Spécial candidats libres

Cned

ORAL EAF

Blogger

 

 

Sartre

Bibliothèque scolaire

11000 documents en ligne

Le bac en ligne metropole etranger candidats libres et lyceens scolarises

Elèves scolarisés   

Candidats libres

Lycées métropole et à  l'étranger      

 

 

Pourquoi travaillons-nous? Révisions bac philo, séquence culture, le travail

karl-marx

 

 

 

Oral bac

 

 
   

 

 

 

 

Pourquoi travaillons-nous?

 

Le travail : une nécessité naturelle

Le travail permet à l'homme de se libérer en maîtrisant et en transformant la nature

Travail et nature sont liés : le travail consiste toujours en une transformation de la nature. 

Dans son Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité, Rousseau nous expliquent que les hommes durent travailler, faute d'être comblé par une  nature très généreuse, l'homme s'est donc vu obligé de produire des biens pour sa survie. 

Accès à la liberté.

Animalité=humanité. Travail révélateur des capacités de l'homme dans le but de maîtriser, de transformer, d'agir et de créer.

Hegel = travailler ce n'est pas seulement être aliéné aux ordres d'un autre, c'est aller dans le sens de la transformation de la nature = le début d'un espace de liberté. Sartre: «L'élément libérateur de l'opprimé c'est le travail». Dialectique du maître et de l'esclave.

Karl Marx note qu'à la différence des autres animaux, l'Homme produit les conditions de son existence. Celui-ci modifie son environnement naturel en en changeant les formes et en exploitant les matières premières. L'Homme, auparavant asservi dans les temps primitifs par la nature, en devient propriétaire par le travail et la technique.

Le travail comme contrainte

 

Le travail est synonyme d'aliénation et d'esclavage.

Travail = fatigue = contraintes. Dans l'antiquité, les citoyens libres ne travaillaient pas mais faisaient travailler leurs esclaves. Karl Marx: « Le domaine de la liberté commence là où cesse le travail « Le travail n'est donc pas libérateur.

Travail = asservissement/Machines+Lois de la productivité = Entrave à la liberté intellectuelle.

La valeur morale et anthropologique du travail

Le travail du point de vue de la morale

 La morale étudie la relation du travail avec l’homme qui travaille

Nous savons que l’économie politique concerne l’étude des besoins.

Elle prend pour objet de réflexion l’être au travail et non pas le travail considéré objectivement avec ses moyens et ses produits. Le travail est évalué dans son acte et non dans ses produits. Il peut être considéré de trois manières :

     expression du besoin de gagner sa vie :

l’impératif gagne ton pain à la sueur de ton front laisse chacun seul aux prises avec le travail à faire. Le sentiment d’affrontement  se comprend au sens de l’effort.

     expression d’une coopération :

tout travail est une participation à la collectivité. La division du travail est l’expression de cette coopération.

     réalisation de quelque chose :

soit directement, soit par la participation à l’effort collectif, le travailleur est celui qui peut montrer les résultats de son travail. La valeur est l’évaluation de l’effort.

Les trois aspects de l’être au travail expriment des valeurs morales

     l’autonomie et le courage : le travail est synonyme de liberté

     la justice : il suffit que nous vivions pour que nous utilisions les produits du travail des autres par le jeu même de la vie en société et de la division du travail. Notre travail sera la contre partie de cette mise à contibution d’autrui, le paiement de notre dette envers la société, la collectivité. Le travail  est donc le prix dont nous payons le service social que  nous recevons des autres; l’oisif est un parasite. Le sentiment aigu de l’injustice de l’oisivité a poussé les auteurs comme Rousseau à contester la légitimité de out refus de travailler et à dénoncer comme immorale l’idée même de loisir.

     la réalisation d’une œuvre : la valeur du travail, celle par laquelle il devient une fonction de l’existence morale est sont caractère de création et donc de responsabilité. Un travail qui tend à la répétition machinale d’un geste réduit le travailleur à la condition d’automate. C’est un travail qui  a perdu sa valeur morale et son sens. Il y a déshumanisation par le machinisme. Nous sommes dans un monde où la valeur n’est plus l’homme mais le rendement.

 

Marx souligne qu'en révélant à l'homme ses propres capacités, tant mentales que physiques, et en développant des facultés qui étaient encore en sommeil, le travail est un moyen privilégié de manifestation de soi. Il a ainsi non seulement une valeur morale mais aussi une valeur anthropologique.

Le risque d'aliénation

Marx, s'il voit dans le travail la réalisation de l'essence humaine, montre aussi que le travail peut perdre toute humanité dans le cadre de l'organisation capitaliste. Il souligne le caractère aliénant de la division du travail dans la manufacture. Par définition, l'aliénation est une dépossession de soi.
Pour Marx, le travailleur est aliéné de trois façons:

Par rapport à lui-même: l'ouvrier n'est plus seulement un producteur de marchandises, mais aussi une marchandise qu'on achète (par le salaire).

Par rapport à la marchandise: le produit du travail de l'ouvrier ne lui appartient pas (contrairement, par exemple, à l'artisan).

Par rapport au capitaliste: le salariat est considéré comme une forme substitutive de l'esclavage.

 

Ce n'est plus l'outil qui est approprié par l'homme mais l'homme aliéné qui est approprié aux machines du système productif: « Dans la manufacture et le métier, l'ouvrier se sert de son outil; dans la fabrique, il sert la machine. »

Un instrument de libération


Le travail est aussi un moyen de ne plus travailler

L'homme est libre lorsqu'il a fini sa semaine de travail. L'homme ne réalise pleinement sa liberté que dans les loisirs. Travail = fatiguant = esclavage+exploitation. L'homme doit se libérer de l'esclavage du travail.

On pense au week-end ou aux vacances qui nous aide à supporter la semaine de travail. 

L'intérêt du travail = gain = salaire pour profiter de notre temps libre.  On travaillerait donc pour profiter du temps où on ne travaille pas. 

La finalité du travail = se libérer du travail = paradoxe du chômeur qui ne se réalise pas et n'a aucune reconnaissance sociale;

Le « droit au travail = un droit au loisir et à la liberté.

 

 

 

Aliénation:

Marx: processus par lequel les hommes asservis à un travail qui leur est imposé se voit privé de leur liberté et d'eux-mêmes.

 

Dialectique du maître et de l'esclave

Hegel: Relation d'opposition entre dominants et dominés. Moteur de l'Histoire. En travaillant les esclaves se libèrent de leurs maîtres oisifs et prennent à leur tour le pouvoir.

 

Complément

 

Jules Vuillemin : « Si l’histoire a un sens c’est à la condition d’emprunter son principe même, l’activité par laquelle l’homme crée le destin collectif de son espèce. Je travaille donc je suis ».
L’être et le travail, 1949.
C’est dans le travail et par le travail que l’homme mesure ses possibilités et ses limites, qu’il s’affirme en triomphant du réel en le modelant, le rectifiant. Il se crée lui-même en réalisant quelque chose qui n’existait pas avant lui et qui n’existerait pas sans lui.


I. Le travail du point de vue de l’économie politique :
L’économie politique est la science qui étudie les besoins économiques et la façon dont sont produits les objets correspondant à ces besoins. Le travail est un objet d’étude pour l’économiste au double point de vue des besoins économiques qu’il satisfait par ses produits et des moyens de cette production.
1. Besoins et valeurs :
Les besoins humains correspondent à des besoins économiques. Le besoin de manger fait rechercher les produits comestibles et du fait qu’ils sont recherchés, ces produits représentent une valeur proportionnelle à l’intensité du besoin, à la masse de gens qui les recherchent.
C’est la loi du marché c’est-à-dire, la valeur marchande des objets de consommation. Le travail est ce qui crée ou procure les objets destinés à satisfaire ces besoins.
2. Travail et production :
L’économie politique étudie aussi les modalités du travail, les moyens de production et la structure économique, c’est-à-dire, le rapport entre la production, le travail et la vie collective. L’économie politique concerne le travail = En étudiant les modes de production, les forces de production, les relations sociales liées au système de production.

 

 

 

 

Oral bac

 

 

 

 

 

 

 

 

 
   
Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

 Prépabac le bac en ligne

Logo prepabac

Boutique en ligne français  philosophie

Coaching scolaire mondial
Elèves scolarisés (lycées français à l'Etranger) et candidats libres

 

Professeur indépendant

  • Identifiant SIRET : 819 269 226 00018
  • APE  :  8559B
Logo prepabac

Français : niveau seconde

Français : Bac pro

Littérature : Dossier bac

Profs en direct le jour du bac

PROF EN DIRECT : BAC 2016

Bac 2016

 

Français   -   Français bac pro 

Littérature   -   Philosophie


 
Logo prepabac
Préparation à l'examen du baccalauréat : français séries générales, technologiques et bac pro, philosophie   littérature  Bac pro et Brevet : Bac  en ligne sur prepabac.org. Profs en direct le jour du bac : les annales bac . Préparer le bac en ligne : Demande de cours sur skype  - Coaching scolaire mondial = Elèves scolarisés et candidats libres (lycées français à l'étranger )

 

Licence Creative Commons
Bibliothèque scolaire de prépabac est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
Fondé(e) sur une œuvre à http://www.prepabac.org/.

Copyright

Droits d'auteur enregistrés, Copyright

Depot.com sous le numéro  00056187

Tous droits réservés

Le site prepabac.org respecte "la loi informatique et liberté "

N° enregistrement CNIL :  1943841