Forum bac  Listes EAF, descriptifs bac - Blog des lycéens  

L oral de français

ForumFORUM PEDAGOGIQUE

FORUM PREPABACForum prepabac

 

Skype
Prepabac facebook
Google
Twitter

Profs en direct le jour du bac

PROFS EN DIRECT : LE FORUM

Pondichery 2016

Français   -   Français bac pro 

Littérature   -   Philosophie

Blogger

 

 

Sartre

Bibliothèque scolaire

11000 documents en ligne

Le bac en ligne metropole etranger candidats libres et lyceens scolarises

Elèves scolarisés   

Candidats libres

Lycées métropole et à  l'étranger      

 

ELEVES SCOLARISES - CANDIDATS LIBRES, METROPOLE, DOM TOM, LYCEES FRANCAIS A L'ETRANGER ET LYCEESPROFESSIONNELS 

Bac 2004, français, sujets à l'étranger, séries technologiques, le théâtre sa représentation, la déclaration d'amour, Marivaux, Musset, et Giraudoux.

Marivaux

 

 

 

 

Oral bac

 

 
   

 

 

 

 

 

 

CENTRES ÉTRANGERS
SÉRIES TECHNOLOGIQUES




Objets d'étude : Théâtre, texte et représentation - Convaincre, persuader et délibérer.
Corpus :  La déclaration d'amour
Texte A - Marivaux : Le Jeu de l'amour et du hasard (1730), Acte III, scène 8
Texte B - Musset : On ne badine pas avec l'amour (1834), Acte III, scène 3
Texte C - Giraudoux : Intermezzo (1933), Acte III, scène 3.



Texte A - Texte A - Marivaux : Le Jeu de l'amour et du hasard (1730), Acte III, scène 8. 
                Dorante / Silvia

[Promis en mariage par leurs pères, Dorante et Silvia ont pris l'identité de leurs valets pour mieux s'observer. Dorante s'est démasqué alors que Silvia poursuit le rôle de Lisette pour voir si l'amour vaincra le préjugé.]

[...]
SILVIA. [...] — Que vous importent mes sentiments ? 
DORANTE. — Ce qu'ils m'importent, Lisette ? peux-tu douter encore que je ne t'adore ? 
SILVIA. — Non, et vous me le répétez si souvent que je vous crois; mais pourquoi m'en persuadez-vous, que voulez-vous que je fasse de cette pensée-là, Monsieur ? Je vais vous parler à cœur ouvert. Vous m'aimez, mais votre amour n'est pas une chose bien sérieuse pour vous; que de ressources n'avez-vous pas pour vous en défaire ! La distance qu'il y a de vous à moi, mille objets1 que vous allez trouver sur votre chemin, l'envie qu'on aura de vous rendre sensible2, les amusements d'un homme de votre condition, tout va vous ôter cet amour dont vous m'entretenez impitoyablement; vous en rirez peut-être au sortir d'ici, et vous aurez raison. Mais moi, Monsieur, si je m'en ressouviens, comme j'en ai peur, s'il m'a frappée, quel secours aurai-je contre l'impression qu'il m'aura faite ? Qui est-ce qui me dédommagera de votre perte ? Qui voulez-vous que mon cœur mette à votre place ? Savez-vous bien que si je vous aimais, tout ce qu'il y a de plus grand dans le monde ne me toucherait plus ? Jugez donc de l'état où je resterais, ayez la générosité3 de me cacher votre amour : moi qui vous parle, je me ferais un scrupule de vous dire que je vous aime, dans les dispositions où vous êtes. L'aveu de mes sentiments pourrait exposer4 votre raison, et vous voyez bien aussi que je vous les cache.
DORANTE. — Ah ! ma chère Lisette, que viens-je d'entendre : tes paroles ont un feu5 qui me pénètre, je t'adore, je te respecte; il n'est ni rang, ni naissance, ni fortune qui ne disparaisse devant une âme comme la tienne. J'aurais honte que mon orgueil tînt encore contre toi, et mon cœur et ma main t'appartiennent.
SILVIA. — En vérité, ne mériteriez-vous pas que je les prisse, ne faut-il pas être bien généreuse6 pour vous dissimuler le plaisir qu'ils me font, et croyez-vous que cela puisse durer ? 
DORANTE. — Vous m'aimez donc ? 
SILVIA. — Non, non; mais si vous me le demandez encore, tant pis pour vous.

1. Personnes désireuses de se faire aimer.
2. Amoureux.
3. Sympathie désintéressée.
4. Mettre en danger.
5. Force de persuasion.
6. De sentiments nobles.



Texte B - Musset : On ne badine pas avec l'amour (1834), Acte III, scène 3. 
               Camille (cachée) / Perdican / Rosette

[Une jeune aristocrate, Camille, et son cousin Perdican s'affrontent sur leur conception de l'amour. Il goûte le badinage et la liberté. Elle a été influencée par le pessimisme des religieuses de son couvent et le juge incapable d'une passion sincère. Par vengeance, Perdican badine et place Camille en situation d'entendre la déclaration d'amour qu'il adresse à une jeune paysanne, Rosette.]

CAMILLE, cachée, à part. — Que veut dire cela ? Il la fait asseoir près de lui ? Me demande-t-il un rendez-vous pour y venir causer avec une autre ? Je suis curieuse de savoir ce qu'il lui dit. 
PERDICAN, à haute voix, de manière que Camille l'entende. — Je t'aime, Rosette ! toi seule au monde tu n'as rien oublié de nos beaux jours passés; toi seule tu te souviens de la vie qui n'est plus1; prends ta part de ma vie nouvelle; donne-moi ton cœur, chère enfant; voilà le gage de notre amour.
Il lui pose sa chaîne sur le cou.
ROSETTE. — Vous me donnez votre chaîne d'or ? 
PERDICAN. — Regarde à présent cette bague. Lève-toi, et approchons-nous de cette fontaine. Nous vois-tu tous les deux, dans la source, appuyés l'un sur l'autre ? Vois-tu tes beaux yeux près des miens, ta main dans la mienne ? Regarde tout cela s'effacer. (Il jette sa bague dans l'eau.) Regarde comme notre image a disparu; la voilà qui revient peu à peu; l'eau qui s'était troublée reprend son équilibre; elle tremble encore; de grands cercles noirs courent à sa surface; patience, nous reparaissons; déjà je distingue de nouveau tes bras enlacés dans les miens; encore une minute, et il n'y aura plus une ride sur ton joli visage; regarde ! c'était une bague que m'avait donnée Camille2. 
CAMILLE, à part. — Il a jeté ma bague dans l'eau. 
PERDICAN. — Sais-tu ce que c'est que l'amour, Rosette ? Écoute ! le vent se tait; la pluie du matin roule en perles sur les feuilles séchées que le soleil ranime. Par la lumière du ciel, par le soleil que voilà, je t'aime ! Tu veux bien de moi, n'est-ce pas ? On n'a pas flétri ta jeunesse ? on n'a pas infiltré dans ton sang vermeil les restes d'un sang affadi3 ? Tu ne veux pas te faire religieuse; te voilà jeune et belle dans les bras d'un jeune homme. ô Rosette, Rosette ! sais-tu ce que c'est que l'amour ?
ROSETTE. — Hélas ! monsieur le docteur4, je vous aimerai comme je pourrai.

1. Il a reproché à Camille d'être indifférente à leurs souvenirs d'enfance.
2. Un don entre deux enfants de huit et onze ans.
3. Allusion à la funeste influence des religieuses du couvent qui ont inculqué leur pessimisme à Camille.
4. Perdican est docteur en droit, littérature et botanique.



Texte C - Giraudoux : Intermezzo (1933), Acte III, scène 3.
               Isabelle / Le Contrôleur

[Une petite ville provinciale vit une « fantaisie », un « intermède », ou « Intermezzo ». Est-ce la faute de la jeune institutrice, Mademoiselle Isabelle, attirée par l'au-delà et qui rencontre un spectre ?
Le timide Contrôleur des Poids et Mesures, n'écoutant que son cœur, décide de la sauver et vient présenter sa demande en mariage.]

[...]
La porte s'ouvre doucement et donne passage au Contrôleur. Il est en jaquette. Il tient dans ses mains, qui sont gantées beurre frais1, son melon2 et une canne à pomme d'or. Isabelle s'est tournée vers lui.

LE CONTRÔLEUR. — Pas un mot, Mademoiselle ! Je vous en supplie, pas un mot ! Pour le moment, je ne vous vois pas, je ne vous entends pas. Je ne pourrais supporter à la fois ces deux voluptés, primo : être dans la chambre de Mademoiselle Isabelle; secundo : y trouver Mademoiselle Isabelle elle-même. Laissez-moi les goûter l'une après l'autre.
ISABELLE. — Cher Monsieur le Contrôleur...
LE CONTRÔLEUR. — Vous n'êtes pas dans votre chambre, et moi j'y suis. J'y suis seul avec ces meubles et ces objets qui déjà m'ont fait tant de signes par la fenêtre ouverte, ce secrétaire qui reprend ici son nom, qui représente pour moi l'essence du secret, - le pied droit est refait, mais le coffre est bien intact, - cette gravure de Rousseau à Ermenonville, - tu as mis tes enfants à l'Assistance publique, décevant Helvète3, mais à moi tu souris, - et ce porte-liqueurs où l'eau de coing impatiente attend l'heure du dimanche qui la portera à ses lèvres... Du vrai baccarat4... Du vrai coing... Car tout est vrai, chez elle, et sans mélange.
ISABELLE. — Monsieur le Contrôleur, je ne sais vraiment que penser.
LE CONTRÔLEUR. — Car tout est vrai, chez Isabelle. Si les mauvais esprits la trouvent compliquée, c'est justement qu'elle est sincère... Il n'y a de simple que l'hypocrisie et la routine. Si elle voit les fantômes, c'est qu'elle est la seule aussi à voir les vivants. C'est qu'elle est dans le département la seule pure. C'est notre Parsifal5.
ISABELLE. — Puis-je vous dire que j'attends quelqu'un, Monsieur le Contrôleur ?
LE CONTRÔLEUR. — Voilà, j'ai fini. Je voulais me payer une fois dans ma vie le luxe de me dire ce que je pensais d'Isabelle, de me le dire tout haut ! On ne se parle plus assez tout haut. On a peur sans doute de savoir ce qu'on pense. Eh bien, maintenant, je le sais.
ISABELLE. — Moi aussi, et j'en suis touchée.
LE CONTRÔLEUR.—  Ah I vous voici, Mademoiselle Isabelle ?
ISABELLE. — Soyons sérieux ! Me voici.
[...]

1. De couleur jaune..
2. Son chapeau melon.
3. Né à Genève, Rousseau est originaire de Suisse ou Helvétie.
4. Cristal de Baccarat.
5. Ou Perceval. Pur chevalier du Moyen Age, lancé dans la quête du Saint Graal. Wagner lui a consacré un opéra apprécié par Giraudoux.



I. Questions (6 points). Répondre aux deux questions :

En quoi la situation de communication est-elle comparable dans ces trois extraits de pièces ? Le titre des pièces l’éclaire-t-elle ? (3 points) 
Dans ces trois textes de théâtre, quels registres emploie le personnage qui conduit l’échange pour être plus persuasif ? (3 points). 
II. Travaux d'écriture (14 points). Choisir un sujet parmi les trois proposés :

Commentaire :
Vous commenterez l’extrait de Musset, On ne badine pas avec l’amour, Acte III, scène 3, à partir du parcours de lecture suivant : 
a) Montrez que les paroles de Perdican ont plusieurs destinataires. 
b) Étudiez les stratégies de Perdican pour persuader Rosette de l’aimer.
Dissertation :
Comment le théâtre permet-il de persuader et d’émouvoir ? 
Pour répondre à cette question, vous vous appuierez sur les scènes de ce corpus, sur les pièces que vous connaissez et les représentations que vous avez vues.
Écriture d'invention :
Deux lycéens ont étudié une pièce de théâtre, puis assisté à sa représentation ou à sa projection. Ils montrent sous la forme d’un dialogue argumenté qu’une représentation théâtrale peut modifier des impressions de lecture. 
Vous veillerez à utiliser un niveau de langue correct.

 

 

Oral bac

 

 

 

 

Commentaires (1)

1. bryan 11/04/2016

correction de se sujet ? juste le corpus si possible merci

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

 Prépabac le bac en ligne

Logo prepabac

Boutique en ligne français  philosophie

Coaching scolaire mondial
Elèves scolarisés (lycées français à l'Etranger) et candidats libres

 

Professeur indépendant

  • Identifiant SIRET : 819 269 226 00018
  • APE  :  8559B
Logo prepabac

Français : niveau seconde

Français : Bac pro

Littérature : Dossier bac

Profs en direct le jour du bac

PROF EN DIRECT : BAC 2016

Bac 2016

 

Français   -   Français bac pro 

Littérature   -   Philosophie


 
Logo prepabac
Préparation à l'examen du baccalauréat : français séries générales, technologiques et bac pro, philosophie   littérature  Bac pro et Brevet : Bac  en ligne sur prepabac.org. Profs en direct le jour du bac : les annales bac . Préparer le bac en ligne : Demande de cours sur skype  - Coaching scolaire mondial = Elèves scolarisés et candidats libres (lycées français à l'étranger )

 

Licence Creative Commons
Bibliothèque scolaire de prépabac est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
Fondé(e) sur une œuvre à http://www.prepabac.org/.

Copyright

Droits d'auteur enregistrés, Copyright

Depot.com sous le numéro  00056187

Tous droits réservés

Le site prepabac.org respecte "la loi informatique et liberté "

N° enregistrement CNIL :  1943841