Forum bac  Listes EAF, descriptifs bac - Blog des lycéens  

L oral de français

ForumFORUM PEDAGOGIQUE

FORUM PREPABACForum prepabac

 

Skype
Prepabac facebook
Google
Twitter

Profs en direct le jour du bac

PROFS EN DIRECT : LE FORUM

Pondichery 2016

Français   -   Français bac pro 

Littérature   -   Philosophie

Blogger

 

 

Sartre

Bibliothèque scolaire

11000 documents en ligne

Le bac en ligne metropole etranger candidats libres et lyceens scolarises

Elèves scolarisés   

Candidats libres

Lycées métropole et à  l'étranger      

 

ELEVES SCOLARISES - CANDIDATS LIBRES, METROPOLE, DOM TOM, LYCEES FRANCAIS A L'ETRANGER ET LYCEESPROFESSIONNELS 

Victor Hugo, Melancholia, commentaire et évaluation de l'analyse ; atelier d'écriture de prépabac

 
victor Hugo
 
A consulter :
L'atelier d'écriture du forum prépabac
 
 
 
 
 

COMMENTAIRE DE « MELANCHOLIA » DE VICTOR HUGO

Poésie de Victor Hugo
  • Où vont tous ces enfants dont pas un seul ne rit ?
  • Ces doux êtres pensifs que la fièvre maigrit ?
  • Ces filles de huit ans qu'on voit cheminer seules ?
  • Ils s'en vont travailler quinze heures sous des meules ;
  • Ils vont, de l'aube au soir, faire éternellement
  • Dans la même prison le même mouvement.
  • Accroupis sous les dents d'une machine sombre,
  • Monstre hideux qui mâche on ne sait quoi dans l'ombre,
  • Innocents dans un bagne, anges dans un enfer,
  • Ils travaillent. Tout est d'airain, tout est de fer.
  • Jamais on ne s'arrête et jamais on ne joue.
  • Aussi quelle pâleur ! la cendre est sur leur joue.
  • Il fait à peine jour, ils sont déjà bien las.
  • Ils ne comprennent rien à leur destin, hélas !
  • Ils semblent dire à Dieu : « Petits comme nous sommes,
  • Notre père, voyez ce que nous font les hommes ! »
  • O servitude infâme imposée à l'enfant !
  • Rachitisme ! travail dont le souffle étouffant
  • Défait ce qu'a fait Dieu ; qui tue, œuvre insensée,
  • La beauté sur les fronts, dans les cœurs la pensée,
  • Et qui ferait - c'est là son fruit le plus certain ! -
  • D'Apollon un bossu, de Voltaire un crétin !
  • Travail mauvais qui prend l'âge tendre en sa serre,
  • Qui produit la richesse en créant la misère,
  • Qui se sert d'un enfant ainsi que d'un outil !
  • Progrès dont on demande : « Où va-t-il ? que veut-il ? »
  • Qui brise la jeunesse en fleur ! qui donne, en somme,
  • Une âme à la machine et la retire à l'homme !
  • Que ce travail, haï des mères, soit maudit !
  • Maudit comme le vice où l'on s'abâtardit,
  • Maudit comme l'opprobre et comme le blasphème !
  • O Dieu ! qu'il soit maudit au nom du travail même,
  • Au nom du vrai travail, sain, fécond, généreux,
  • Qui fait le peuple libre et qui rend l'homme heureux !
Commentaire:
Victor Hugo, auteur romantique légendaire du XIXème siècle, écrit en 1856 un recueil intitulé Les Contemplations. Dans cette œuvre tout se penche sur la misère et l’injustice sociale. Mélancholia est un poème en alexandrins qui est tiré de ce recueil. Il montre l’un des sujets qui intéressé le plus Victor Hugo, celui du travail des enfants. Nous étudierons d’abord la peinture réaliste utilisée par l’auteur afin de montrer les conditions de vie des enfants puis l’indignation de celui-ci.
Tout d’abord, l’auteur veut nous faire prendre conscience de la durée des journées de travail que les enfants ont à faire. Avec les marqueurs de temps, Victor Hugo insiste dessus au vers 4 « quinze heures sous des meules », mais aussi avec les adverbes répétitifs et monotones vers 5 « éternellement dans la même prison le même mouvement », qui confirme la difficulté physique et psychologique.
L’antithèse au vers 5 « de l’aube au soir » montre bien le fait que les enfants ne sortent jamais de leur travail, donc ne voit jamais la lumière du jour, mais également au vers 11 avec la répétition de l’adverbe jamais, « Jamais on ne s’arrête et jamais on ne joue » insiste sur le fait que ces enfants n’ont pas de vie d’enfants de leur âge puisqu’ils sont toujours au travail et ils ne jouent pas alors que le fait de jouer est l’activité normale d’un enfant. Donc on peut dire qu’ils sont privés de leur enfance.
Ensuite l’auteur fait une description de la vie dans l’usine lorsqu’il emploie les mots « sombre » et « ombre » au vers 7 et 8. Puis quand il y a une personnification des machines avec des animaux dangereux, féroces au vers 7 « sous les dents d’une machine ». Et il y a une insistance sur la peur des enfants, face à d’horribles machines, grâce à la métaphore filée au vers 8 « monstre hideux qui mâche on ne sait quoi dans l’ombre ». Egalement, la gradation « prison », « bagne », « enfer » augmente le fait de la peur des enfants et du malaise du lecteur. ». On reconnait un endroit sale avec au vers 12 « la cendre est sur leur joue ». Enfin, nous remarquons au vers 11, un vers à double sens « tout est d’airain, tout est de fer » puisqu’il s’agit dans un premier temps des matériaux que l’on trouve dans une usine puis dans un second temps la difficulté du travail.
Enfin, l’auteur essaye de montrer la souffrance physique et morale que les enfants peuvent endurer. Grâce au champ lexical de la maladie et de la fatigue « fièvre maigrit », « pâleur », « déjà bien las ». Avec le lieu peu propre où les enfants sont tout au long de la journée, on imagine bien qu’il y a toutes sortes de maladies qu’ils peuvent attrapés, ce qui accentue la souffrance physique. Malgré la saleté, l’auteur nous montre que les enfants ont la peau blanche au vers 12 avec l’exclamation « aussi qu’elle pâleur ! ». On remarque de la tristesse et de la solitude au vers 1 et 3 « dont pas un seul ne rie » et « qu’on voit cheminer seuls », ce qui fait un parallèle avec la vie d’un enfant qui d’habitude est toujours entrain de rire et jamais tout seul.
On voit bien que ces enfants vivent un cauchemar avec des conditions de travail désastreuses et des tâches dures à faire pour leur âge. L’auteur amplifie cette situation avec différentes allitération telles que « r, « s » et « t » tout au long du poème. Aussi, on remarque un poème avec une multitude d’anaphores, vers 2 et 3, 4 et 5, 14 et 15, 24 et 25, 30 et 31, ce qui permet à l’auteur d’accentuer sur les points qui lui paraissent les plus importants. Enfin, les rimes plates permettent au lecteur une meilleure compréhension du texte dès la première lecture, donc la une facilité de comprendre le message que veut faire passer Victor Hugo sur le travail des enfants dans les usines.
Malgré la description des conditions de travail des enfants, donc de vie puisqu’ils passent tout leur temps dans cette usine, Victor Hugo nous montre son indignation à ce sujet.
L’auteur, utilise différents procédés de ponctuation afin de changer le rythme là où il le souhaite. Au trois premiers vers du poème, il y a des questions de rhétoriques afin d’attirer l’attention du lecteur dès le début. Puis par la suite, Victor Hugo emploie selon les moments, un rythme plus monotone du vers 4 à 6 et du vers 7 à 10 un rythme plus effrayant. Puis le rythme recommence à s’agiter à partir du vers 12 grâce aux phrases plus courtes et plus exclamatives qui servent à affirmer ce que pense l’auteur. Le but est d’attirer et interpeller le lecteur.
Victor Hugo va employer des verbes durs aux vers 19 et 29 pour montrer et frapper le lecteur sur son désaccord « tuer », « haïr ». Il montre le fait que les enfants appellent à l’aide au vers 15, qui est une phrase de désespoir « Petits comme nous sommes, Notre Père, voyez ce que nous font les hommes ». Puisque personne n’écoutent ces cris de détresse et ferme les yeux face à cet esclavage des enfants, ils sont obligés d’appeler la dernière personne qui pourrait les aider, Dieu.
On peut aussi dire, que l’auteur accuse l’évolution, le progrès lorsqu’il dit « le progrès dont on demande : Où va-t-il ? Que veut-il ? ». Il utilise d’une comparaison assez forte pour montrer que les adultes se servent des enfants pour leur propre travail « qui se sert d’un enfant ainsi que d’un outil ».
L’auteur insiste sur le fait que les enfants et leur jeunesse sont utilisés comme des machines « une âme à la machine et la retire à l’homme ». Victor Hugo dénonce en grande partie dans ce poème l’injustice sociale. L’auteur est pour un travail fait par les adultes et non par les enfants « au nom du vrai travail, sain, fécond, généreux, qui fait le peuple et qui rend l’homme heureux ! ».
Par son réalisme, Victor Hugo illustre les conditions désastreuses des enfants dans le monde du travail et plus particulièrement, celui des  ouvrier. Dans ce poème, il critique  le fait de l’esclavage sur ces jeunes gens. Mélancholia dénonce donc l’injustice sociale.
 
A consulter :
 
Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

 Prépabac le bac en ligne

Logo prepabac

Boutique en ligne français  philosophie

Coaching scolaire mondial
Elèves scolarisés (lycées français à l'Etranger) et candidats libres

 

Professeur indépendant

  • Identifiant SIRET : 819 269 226 00018
  • APE  :  8559B
Logo prepabac

Français : niveau seconde

Français : Bac pro

Littérature : Dossier bac

Profs en direct le jour du bac

PROF EN DIRECT : BAC 2016

Bac 2016

 

Français   -   Français bac pro 

Littérature   -   Philosophie


 
Logo prepabac
Préparation à l'examen du baccalauréat : français séries générales, technologiques et bac pro, philosophie   littérature  Bac pro et Brevet : Bac  en ligne sur prepabac.org. Profs en direct le jour du bac : les annales bac . Préparer le bac en ligne : Demande de cours sur skype  - Coaching scolaire mondial = Elèves scolarisés et candidats libres (lycées français à l'étranger )

 

Licence Creative Commons
Bibliothèque scolaire de prépabac est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
Fondé(e) sur une œuvre à http://www.prepabac.org/.

Copyright

Droits d'auteur enregistrés, Copyright

Depot.com sous le numéro  00056187

Tous droits réservés

Le site prepabac.org respecte "la loi informatique et liberté "

N° enregistrement CNIL :  1943841