Forum bac  Listes EAF, descriptifs bac - Blog des lycéens  

L oral de français

ForumFORUM PEDAGOGIQUE

FORUM PREPABACForum prepabac

 

Skype
Prepabac facebook
Google
Twitter

Profs en direct le jour du bac

PROFS EN DIRECT : LE FORUM

Pondichery 2016

Français   -   Français bac pro 

Littérature   -   Philosophie

Blogger

 

 

Sartre

Bibliothèque scolaire

11000 documents en ligne

Le bac en ligne metropole etranger candidats libres et lyceens scolarises

Elèves scolarisés   

Candidats libres

Lycées métropole et à  l'étranger      

 

ELEVES SCOLARISES - CANDIDATS LIBRES, METROPOLE, DOM TOM, LYCEES FRANCAIS A L'ETRANGER ET LYCEESPROFESSIONNELS 

Lecture en ligne : Analyse du chapitre 3 de Candide, Voltaire - document de prépabac

Voltaire, Candide

 

 

 

 

Chapitre 3, la guerre, Candide, Voltaire

Analyse de prépabac : Lecture en ligne

Voltaire, Candide

 

*** Lecture du texte

Rien n’était si beau, si leste, si brillant, si bien ordonné que les deux armées. Les trompettes, les fifres, les hautbois, les tambours, les canons, formaient une harmonie telle qu’il n’y en eut jamais en enfer. Les canons renversèrent d’abord à peu près six mille hommes de chaque coté; ensuite la mousqueterie ôta du meilleur des mondes environ neuf à dix mille coquins qui en infectaient la surface. La baïonnette fut aussi la raison suffisante de la mort de quelques milliers d’hommes. Le tout pouvait bien se monter à une trentaine de mille âmes. Candide, qui tremblait comme un philosophe, se cacha du mieux qu’il put pendant cette boucherie héroïque

Enfin tandis que les deux rois faisaient chanter des Te Deum, chacun dans son camp, il prit le parti d’aller raisonner ailleurs des effets et des causes. Il passa par-dessus des tas de morts et de mourants, et gagna d’abord un village voisin; il était en cendres; c’était un village abare que les Bulgares avaient brulé, selon les lois du droit public. Ici des vieillards criblés de coups regardaient mourir leurs femmes égorgées, qui tenaient leurs enfants à leurs mamelles sanglantes; là, des filles, éventrées après avoir assouvi les besoins naturels de quelques héros, rendaient les derniers soupir ; d’autres, à demi brulées, criaient qu’on achevât de leur donner la mort. Des cervelles étaient répandues sur la terre à coté de bras et de jambes coupés.

Candide s’enfuit au plus vite dans un autre village; il appartenait à des Bulgares; et les héros abares l’avaient traité de même.

Problématique :

  • En quoi cet extrait est-il un extrait de la guerre?

Plan de l'étude :

  • Introduction
  • I - Le champ de bataille
  • a - Un plan d'ensemble pour cadrer les deux armées, la logique du zoom
  • b - Le bilan de la guerre, la vision de Candide, la guerre perçue comme un  jeu
  • II - Tableau réaliste de la guerre
  • a - L'horreur de la guerre
  • b - L'absurdité de la guerre : la religion comme légitimation de la guerre
  • Conclusion

 

 

Lecture du Commentaire du chapitre 3 :

  • Analyse du chapitre

 

Introduction

Candide est un conte philosophique de Voltaire, encyclopédiste du siècle des lumières contemporain de Rousseau, Diderot. Le roman philosophique fut écrit en 1759.

En 1759, la guerre règne en Europe . A l'époque Voltaire est exilé en Suisse  et il connait personellement certains belligérants comme Louis XV et Fréderic II de Prusse .

Situation de Candide à ce moment : Il est chassé du Paradis et d'une manière assez scandaleuse dans l'armée bulgare . La bulgarie à l'époque n'existe pas comme Etat, elle symbolise sans doute les Prussiens , quant aux Arbares, ils n'existent pas, ils sont des peuples mongoles envahisseurs au Moyen – Age .

Le texte est composé en 2 temps avec des tonalités tres différentes .

§1 = champs de bataille, univers militaire, puis, il y a des changementsde lieu, on se retrouve dans des villages, un pour chaque camp, d'abord Bulgare puis Arbare : l'univers des civils. Les enjeux du texte sont de dénoncer les atrocités et les absurdités de la guerre ainsi que la position de l'église.

Candide se retrouve dans l'armée Bulgare dans une guerre qu'il ne comprend pas.  Il nous donne l'image de la guerre au sens d'un jeu, ce qui confirme le point de vue optimiste de Pangloss qui incarne la philosophie de Leibniz.

Annonce du plan :

Dans le but de répondre à la problématique, en quoi ce chapitre est-il une dénonciation de la guerre, nous verrons dans un premier temps, le champ de bataille avec le développement deux idées, le plan d'ensemble pour cadrer les deux armées, la logique du zoom donc et la vision de la guerre au sens d'un jeu, vision de Candide. Dans un second temps, nous nous pencherons sur le tableau réaliste de la guerre ainsi que son absurdité et la religon comme légitimation. 

Développement :

I ) Le champs de bataille

a)Un plan d'ensemble pour cadrer les deux armées, la logique du zoom 

*On part d'un plan d'ensemble qui cadre les deux armées .

A la fin du §, il y a un soldat particulier = Candide .

La description et le  déroulement de la bataille dominent .On a une  chronologie, des articulations temporelles: « d'abord » , « ensuite «

Tout d'abord, le champ est large, l'armée arrive sur le terrain en fanfare.  C'est une réalité de l'époque.  Le ton et le rythme de la phrase imitent ironiquement le dynamisme d' une fanfare .

« Rien n'était si, la répétition de "si" donne 1 cadence . "si beau, si leste, si brillant, si bien ordonné".  Décasyllabe= tres belle cadence avec des échos . Les armées sont présentées dans une  parfaite symétrie : Nous les découvrons ensemble par le pluriel et tous les adjectifs.  Dans la phrase 2 , il y a le même effet = pas de différenciation entre les deux  armées . L'énumeration imite la logique du défilé . L'ironie est présente des la 1ere phrase = Nous avons donc un premier degré de satire.

Au niveau du deuxième effet, nous mettrons en avant la rencontre des mots qui n'ont rien à faire ensemble, l'harmonie, les canons..   - L'armée est comme un orchestre: la bataille se présente à lui d'une manière esthétique, comme "une harmonie". Le mot renvoie en outre à la doctrine de "l'harmonie préétablie" de Leibniz. Ce qui souligne la discordance avec l'énumération des instruments. Le plan est toujours ce que l'on pourrait qualifier de "large" et le lecteur est en position de chef des armées.  Les géneraux et leurs  stratégies s'installent en haut de la montagne et regardent la bataille . Avec la présence du canon, commence la logique comptable= addition . La troisième étape est celle des mousquetaires.  La distance entre les deux armées se réduit. Le mot coquin est à entendre de deux manières: Soit on le lit comme antiphrase pour désigner les hommes . Soit il est à entendre au 1er sens pour dire tout son mépris des soldats.  Les armées de l'époque n'ont rien à voir avec celles de maintenant . Elles sont constituées de mercenaires : elles se vendent au plus offrant , or gagner son pain de la sorte est sans doute pour Voltaire la preuve qu'on est un coquin. Dans la quatrième étape, nous avons les baionnettes.  C'est le corps à corps = armées encore rapprochées . Les baionnettes à l'époque sont une invention encore récente . Tout le § fait se rencontrer le vocabulaire  de la philosophie et celui de la guerre . Le but est de donner un dernier effet de zoom. Enfin, dans la cinquième étape, nous avons Candide.  Il déserte « se cacha du mieux qu'il put « . Il tremble comme un philosophe .On peut l'entendre de deux façons :  Il ne s'agit pas d'une condamnation, , d'une moquerie contre le philosophe puisque la peur est normale, naturelle . Si la guerre est stupide , vouloir l'éviter est preuve de sagesse . Il prit les parti d'aller raisonner ailleurs = euphémisme, il n'utilise pas le mot déserter = car une connotation péjorative , or faire partir candide = preuve de sagesse et non de lacheté. Autre point de vue possible :  Candide prend "le parti d'aller raisonner ailleurs des effets et des causes" ce qui est un euphémisme pour dire qu'il déserte.  L'expression "des effets et des causes" appartient au langage de Leibniz et de Pangloss qui prétendent malgré les évidences de donner une cause logique et acceptable du mal de la guerre.

b) Le bilan de la guerre : la vision de Candide, la guerre au sens d'un jeu

Elle a commencé avec les canons  et se construit avec unelogique d'addition = Canon: / 6000 hommes fois 2 ( symétrie) +  9 à 10 millions de coquins , quelques 1000 hommes

Addition = le tout pouvait bien se monter à 30 000 hommes . Il pose l'opération . Cette opération est résumée par un bel oxymore = boucherie heroique . - L’expression : "à peu près six mille hommes" traduit avec humour le regard détaché du jeune homme et accorde peu d'importance à la mort des soldats, donc dédramatise complètement la guerre. Quant à l'évaluation vague: "le tout pouvait bien se monter à une trentaine de mille âmes" confirme que pour l'élève de Pangloss la guerre n'a rien de choquant et se réduit à un simple décompte de victimes; la guerre est même quelque chose d'utile: "la mousqueterie ôta du meilleur des mondes environ neuf à dix mille coquins qui en infectaient la surface". La guerre sert d'œuvre sanitaire, elle permet de nettoyer la terre en faisant disparaître la vermine. Nous avons donc le point de vue naif et intellectuel du jeune philosophe.

II ) Tableau réaliste de la réalité de la guerre

a) L'horreur de la guerre

La désertion de candide permet au lecteur de voir en même temps que lui la vérité sur la guerre = elle dépasse largement le cadre dans lequel elle devait rester = militaire . Beaucoup trop de civils meurent = c'est une vérité de plus en plus vraie et qui est confirmée dans l'histoire. Il y a trois  occurrences de "villages" et pour les personnages, nous avons les termes suivants :  « viellards, femmes, enfants, filles «. C'est une manière de dénoncer la lâcheté des soldats en temps de guerre.

On a un réquisitoire :

*Une description froide , chirurgicale , méticulleuse, sans l'ombre d'un commentaire , une liste de constats avec une mise en scène des agonies respectives plutôt que l'évocation de cadavres : "mourants", "regarder mourir", "rendre leur dernier soupir", "crier", "acheva de donner la mort", et dans l'autre village, "les membres palpitants".  Le tableau brillant devient horrible :  commence alors un tableau réaliste qui va remettre en question la belle assurance du jeune homme.  Les deux armées ont rompu leur ordre initial pour laisser place à "des tas de morts et de mourants", ce qui est complètement différent de "rien n'était si beau" du début du texte. Candide s'enfuit ensuite et découvre l'horreur chez les civils. Voltaire critique au passage, avec l'expression ironique "selon les lois du droit public une idée courante à son époque : la guerre était considérée par certains comme un droit justifiant les massacres de civils. La satire est très claire. On a le vocabulaire du massacre qui rencontre le vocabulaire du droit ainsi que le champ lexical de l'épopée : "quelques héros".  L'horreur est encore mise en évidence avec le contraste existant entre les héros et le viol : "besoin naturel de quelques héros". Voltaire dénonce ici la réalité de toutes les guerres, les femmes sont perçues comme un "butin normal". Il s'abstient de faire appel à la compassion car les scènes parlent d'elles-mêmes, elles sont très éloquentes.  L’ironie est aussi confortée par l'oxymore (« la boucherie héroïque ») qui dénonce la guerre.  Il fait de l’héroïsme une fausse valeur.

B) Absurdité guerre : la religion comme légitimation de la guerre

Pour Voltaire,  la guerre est sans raison suffisante, rien ne peut selon lui justifier le recours à la guerre , et rien ne peut justifier le recours à de telles violences . De ne servir à rien, de ne rien rapporter, la guerre est encore plus atroce . Nous allons étudier la symétrie sur laquelle l'absurde est mis en relief. 

  1. -Phrase 1 =2 fois 6000 morts
  2. - Un  village de chaque côté = Héros en antithèse des 2 cotés
  3. - Abares ./ Bulgares
  4. - La religion se rapporte aux différents camps : deux rois, te deum, et chacun dans son camp

Les  ironies sont  multiples . Chaque camps croit en Dieu de son côté, ce qui est impossible. Voltaire affirme sa position de déiste. Dieu existe, mais ne s'occupe pas des hommes . Violente satire contre l'église qui se fait complice, voire actrice des guerres en bénissant les canons pour célébrer les massacres. détournement du sens des rites religieux: Voltaire commence par s'en prendre à la religion qui sert ici de légitimation aux atrocités dont se rendent coupables les rois. Les deux camps chantent les "Te Deum" en même temps, ce qui prouve, pour Voltaire, que la religion n'est pas digne de foi puisque elle se fait partout complice de l'horreur; elle apporte en outre une justification facile à la violence de la guerre, en la replaçant dans la logique d'une intention divine.

Cette symétrie parfaitement construite renvoie dos à dos les belligérants : la guerre est sale des 2 côtés , personne ne sort grandi, ni ne  peut avoir raison .

Conclusion =

Le passage est une satire de la guerre. Voltaire utilise l'ironie comme arme. La guerre est un  mal moral . Voltaire se moque par ce texte des débats de l'époque : « Pourquoi Dieu accepte t'il le mal? »  les hommes feraient mieux de se demander pourquoi l'homme est  capable de tant de mal lui même . Cette satire touche à certaines philosophies, dont le dogmatisme qui justifie les atrocités, mais aussi la religion qui est exploitée au profit personnel des puissants.  Le siècle des lumières croyait à la disparition de la guerre et à l'avènement d' une paix universelle fondée sur la raison

 

 Prépabac le bac en ligne

Logo prepabac

Boutique en ligne français  philosophie

Coaching scolaire mondial
Elèves scolarisés (lycées français à l'Etranger) et candidats libres

 

Professeur indépendant

  • Identifiant SIRET : 819 269 226 00018
  • APE  :  8559B
Logo prepabac

Français : niveau seconde

Français : Bac pro

Littérature : Dossier bac

Profs en direct le jour du bac

PROF EN DIRECT : BAC 2016

Bac 2016

 

Français   -   Français bac pro 

Littérature   -   Philosophie


 
Logo prepabac
Préparation à l'examen du baccalauréat : français séries générales, technologiques et bac pro, philosophie   littérature  Bac pro et Brevet : Bac  en ligne sur prepabac.org. Profs en direct le jour du bac : les annales bac . Préparer le bac en ligne : Demande de cours sur skype  - Coaching scolaire mondial = Elèves scolarisés et candidats libres (lycées français à l'étranger )

 

Licence Creative Commons
Bibliothèque scolaire de prépabac est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
Fondé(e) sur une œuvre à http://www.prepabac.org/.

Copyright

Droits d'auteur enregistrés, Copyright

Depot.com sous le numéro  00056187

Tous droits réservés

Le site prepabac.org respecte "la loi informatique et liberté "

N° enregistrement CNIL :  1943841