Forum bac  Listes EAF, descriptifs bac - Blog des lycéens  

L oral de français

ForumFORUM PEDAGOGIQUE

FORUM PREPABACForum prepabac

 

Skype
Prepabac facebook
Google
Twitter

Profs en direct le jour du bac

PROFS EN DIRECT : LE FORUM

Pondichery 2016

Français   -   Français bac pro 

Littérature   -   Philosophie

Blogger

 

 

Sartre

Bibliothèque scolaire

11000 documents en ligne

Le bac en ligne metropole etranger candidats libres et lyceens scolarises

Elèves scolarisés   

Candidats libres

Lycées métropole et à  l'étranger      

 

ELEVES SCOLARISES - CANDIDATS LIBRES, METROPOLE, DOM TOM, LYCEES FRANCAIS A L'ETRANGER ET LYCEESPROFESSIONNELS 

Montaigne, Des coches, extrait

montaigne

 

 

 

 

 

Montaigne, Des coches, les Essais

Essais, III, 6

 

Etude d’un membre du forum prépabac

 

Le texte de DES COCHES

Notre monde vient d'en trouver un autre (et qui nous garantit que c'est le dernier de ses frères, puisque les Démons, les Sibylles et nous, avons ignoré celui-ci jusqu'à cette heure ?) non moins grand, plein et fourni de membres que lui, toutefois si nouveau et si enfant qu'on lui apprend encore son a, b, c ; il n'y a pas cinquante ans qu'il ne savait ni lettre, ni poids, ni mesure, ni vêtements, ni céréales, ni vignes. Il était encore tout nu dans le giron de sa mère nourricière et ne vivait que par les moyens qu'elle lui fournissait. Si nous concluons bien quand nous disons que nous sommes à la fin de notre monde, et si ce poète fait de même au sujet de la jeunesse de son siècle, cet autre monde ne fera qu'entrer dans la lumière quand le nôtre en sortira. L'univers tombera en paralysie ; l'un des deux membres sera perclus, l'autre en pleine vigueur. Nous aurons très fortement hâté, je le crains, son déclin et sa ruine par notre contagion et nous lui aurons fait payer bien cher nos idées et nos techniques. C'était un monde enfant ; pourtant nous ne l'avons pas fouetté et soumis à notre enseignement en nous servant de l'avantage de notre valeur et de nos forces naturelles ; nous ne l'avons pas non plus séduit par notre justice et notre bonté, ni subjugué par notre magnanimité. La plupart de leurs réponses et des négociations faites avec eux témoignent qu'ils ne nous devaient rien en clarté d'esprit naturelle et pertinence. La merveilleuse magnificence des villes de Cuzco et de Mexico, et, entre plusieurs choses pareilles, le jardin de ce roi, où tous les arbres, les fruits et toutes les herbes, selon l'ordre et grandeur qu'ils ont en un jardin, étaient excellemment façonnés en or, comme, dans son cabinet, tous les animaux qui naissaient dans son État et dans ses mers ; et la beauté de leurs ouvrages en pierreries, en plume, en coton, dans la peinture, montrent qu'ils ne nous étaient pas non plus inférieurs en habileté. Mais, quant à la dévolution, l'observance des lois, la bonté, la libéralité, la loyauté, la franchise, il nous a bien servi de n'en avoir pas autant qu'eux ; ils se sont perdus par cet avantage, et vendus et trahis eux-mêmes. […] Au rebours, nous nous sommes servis de leur ignorance et inexpérience à les plier plus facilement vers la trahison, luxure, cupidité et vers toute sorte d'inhumanité et de cruauté, à l'exemple et sur le modèle de nos mœurs. Qui mit jamais à tel prix le service du commerce et du trafic ? Tant de villes rasées, tant de nations exterminées, tant de millions de peuples passés au fil de l'épée, et la plus riche et la plus belle partie du monde bouleversée pour la négociation des perles et du poivre ! Mécaniques victoires ! Jamais l'ambition, jamais les inimités publiques ne poussèrent les hommes les uns contre les autres à des hostilités aussi horribles et à d'aussi misérables calamités.

Michel Ey quem de Montaigne, Essais (III, 6), « Des Coches ».

 

Commentaire du passage

 

Introduction :

Montaigne est un écrivain humaniste du 16ème siècle. Il a fait des études de droit et a été conseiller au parlement Il a écrit les essais sous le règne de Henri 4.

Dans son œuvre il aborde tous les types de sujets moraux, philosophique, psychologiques. L’ homme est au centre des préoccupations des humanistes. 

 Problématique : Nous verrons comment Montaigne en témoin de son temps, aborde les problèmes liés à ce phénomène nouveau, la colonisation

 

Ce texte nous permet de voir comment Montaigne, en témoin de son temps, aborde les problèmes liés à ce phénomène nouveau, la colonisation. Nous analyserons d’abord la nature des relations qu’entretiennent les deux civilisations, puis nous nous pencherons sur la manière dont Montaigne prend position à propos du comportement et des jugements des conquérants.

I La nature des relations qu’entretiennent les 2 civilisations 

 Montaigne met en évidence une évolution dans les relations qu’entretient le Nouveau Monde avec l’Ancien.

a) Un monde enfant -

Il commence à mettre en place l’image du Nouveau Monde à la fois ignorant et innocent comme l’enfant qui vient de naitre. - Dès le début du 1ère paragraphe, les adjectifs coordonnés « si nouveau et si enfant » soulignés par l’intensif « si » font ressortir l’idée de nouveauté et de jeunesse et introduisent la métaphore de l’enfance qui est développée dans la suite du texte et reprise en écho dans l’expression « monde enfant« . - De même la proposition consécutive « qu’on lui apprend encore son abc » fait référence à l’univers de la petite enfance - Celui-ci est également sensible dans la formulation « il ne savait ni lettre, ni poids, ni mesure …..ni vignes », dans laquelle la reprise de la négation « ni » insiste sur l’ignorance - Mais, il remarque que cette ignorance est celle des éléments de base des sociétés européennes. - D’autres expressions évoquent par la suite non plus le petit enfant mais le nourrisson dans une sorte de gradation « tout nu dans le giron, sa mère nourricière » .

 b) Une relation fraternelle Alors, s’établit tout naturellement une relation d’aîné à cadet entre le conquérant et les indiens. - C’est ce qu’exprime notamment l’expression « un nouveau monde [….] si nouveau et si enfant » relayer par le substantif « frère ». - Certaines symétries viennent confirmer cette idée d’une relation fraternelle - C’est le cas de la conjonctive de temps introduite par « quand », « cet autre monde ne fera qu’entrer dans lumière quand le nôtre en sortira »et du parallélisme « l’un des deux membres sera perdu, l’autre en pleine vigueur » qui insiste sur la décadence de l’Ancien Monde.

c) Des rapports d’autorité Mais cette relation neutre dérive vers une relation appauvrissant pour ce dernier. Elle implique en effet des rapports d’influence, qui sont constamment connotés négativement comme l’indique le mot « contagion ». - De même les verbes « fouetté », « soumis » et « plier » suggèrent la violence, - Tandis que les négations associées à des termes positifs, « nous ne l’avons pas….soumis…. par l’avantage de notre valeur et de force …par notre magnanimité » soulignent l’absence d’influence positive. - Cette carence est encore exprimée par la comparaison entre le Nouveau Monde et l’Ancien Monde : les formulations « ils ne nous devaient rien « et « ils ne nous étaient pas non plus inférieurs » associées à des termes positifs, mettent en évidence la supériorité du Nouveau Monde dans différents domaines : - Intellectuel (clarté d’esprit », pertinence ») ; esthétique (« magnificence », « beauté », « habilité ») , moral (« dévotion » , « franchise »).

Transition Montaigne nous présente donc une évolution négative des relations qui unissent les Européens aux Indiens puisque le lien fraternel s’est transformé en une domination par la violence exercée par les premiers sur les autres. Derrière cette présentation se profile une prise de position très nette de la part de Montaigne.

II La prise de position de Montaigne à propos du gouvernement et du jugement des conquérants.

 Montaigne dénonce la façon dont les Européens ont colonisé l’Amérique.

a) Une implication très nette Montaigne s’implique dans cet extrait à la fois directement et indirectement. - L’utilisation de la 1ère personne signale sa présence presque constante, cela montre qu’il s’inclue dans les actes qu’il dénonce. - Le seul verbe à la 1ère personne du singulier du texte « je crains » est connoté négativement et exprime le désaccord de l’auteur avec la conquête telle qu’elle a été faite. Montaigne dénonce en effet la dégradation liée à la présence européenne. La responsabilité des colonisateurs est mise en évidence par plusieurs procédés : - la coordination « et » et les adverbes intensifs « très fortement hâté » et « bien cher » mettent en relief les conséquences de leur domination avec les noms « déclins » et « ruine ». - Cette mise en cause est soulignée par les négations qui traduisent l’absence de légitimité sur tous les plans : o Militaires « valeur et forces » o Social et psychologique « justice et bonté » o Moral « magnanimité » - Elle s’exprime aussi dans l’ironie qui clôt le 3ème paragraphe : o La phrase « il nous a bien servi de n’en avoir pas autant qu’eux » met en évidence un décalage entre deux idées  Les qualités morales, qu’on souhaite en général n’existent pas et  Ce que manque est apparemment donné pour un bien.

  b) Un tableau du Nouveau Monde

  L’idée d’une responsabilité des colonisateurs est par ailleurs accentuée par l’évocation de la grandeur des civilisations précolombiennes. De nombreux termes insistent sur les qualités de ces civilisations précolombiennes, anéanties par les envahisseurs. - Dès le début du texte la métaphore de l’enfance connote une innocence morale. - La fin du texte rejoint le début avec l’énumération des qualités morales diverses : o « dévotion », « observance des lois », « bonté », « libéralité », « loyauté », « franchise » cet encadrement de l’extrait est insistant. - Dans le second paragraphe, d’autres qualités apparaissent. o L’association entre les termes « réponses » et ….. « négociations » d’une part , « clarté d’esprit …. et pertinence » d’autre part, font apparaitre des qualités intellectuelles. o Les termes évoquant des villes sont fortement positifs ainsi que le mot « magnificence », à connotation superlative est renforcé par l’adjectif « épouvante », l’adverbe « excellemment » est un superlatif, les noms « or » et beauté » sont également connotés positivement. o Ces éléments relevant la plupart de l’hyperbole mettent en évidence la valeur esthétique et parallèlement la richesse économique des civilisations du Nouveau monde. - A travers ce tableau en tous points positif Montaigne esquisse des civilisations précolombiennes, transparaît son admiration et a contrario son rejet des modalités de la colonisation qui a entraîné la corruption de ces civilisations.

 c) Un réquisitoire virulent A cet égard, c’est dans le dernier paragraphe du texte que la dénonciation se fait la plus forte. L’évocation souriante du monde enfant a laissé place à un réquisitoire véhément et indigné contre les exactions de la conquête. Montaigne conserve le « nous », impliquant son lecteur et le contraignant à son examen de conscience. Tout d’abord l’interrogation oratoire interpelle directement le lecteur « rasé » , « exterminé » , « passé au fil de l’épée »

 dénote la manière dont la colonisation s’est effectuée Et la répétition de « tant » suivi de pluriel insiste sur la barbarie des conquérants « Pour la négociation des perles et des poivres »

 démontre que la violence utilisée s’est mise en place pour des motifs non corrects Gradation des vices démontre une condamnation de l’auteur « luxure » , « avarice » De plus l’utilisation de « inhumain » , « cruauté » montre davantage qu’elle s’est effectuée dans la brutalité la plus totale Montaigne met par conséquent bien en valeur les qualités humaines des Indiens pour mieux dénoncer le comportement et les jugements des conquérants européens.

Conclusion : Montaigne dénonce alors d’une part la brutalité de la conquête. Loin de permettre la rencontre fructueuse des deux civilisations, elle a en effet saccagé le Nouveau Monde, soumis par la force et perverti des esprits restés jusqu’alors proches de la nature. Il présente d’autre part la colonisation comme totalement injustifiée. En faisant l’éloge des civilisations précolombiennes, l’auteur met en effet en cause le principe même de domination culturelle qui motive les conquérants : Au nom de quelle supériorité veulent-ils s’imposer aux indiens ? Cette contestation de la colonisation ainsi que la reconnaissance de la diversité des civilisations trouveront un écho dans la réflexion engagée par les philosophes des lumières deux siècles plus tard.

 

Commentaires (2)

1. prepabac (site web) 24/05/2015

Bonjour
Nous vous invitons à les télécharger sur le site.

Bonne visite

2. megan (site web) 24/05/2015

Bonjour,
Dans cet extrait , le discours des Espagnols est fondée sur la force et non sur la raison ?

Je souhaiterai recevoir l'analyse du passage de la rencontre entre les colons et les indiens.
"Les coches"de Montaigne de "En côtoyant la mer à la quête de mines " jusqu’à "Voila un exemple de la balbutie de cette enfance. "
Merci

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

 Prépabac le bac en ligne

Logo prepabac

Boutique en ligne français  philosophie

Coaching scolaire mondial
Elèves scolarisés (lycées français à l'Etranger) et candidats libres

 

Professeur indépendant

  • Identifiant SIRET : 819 269 226 00018
  • APE  :  8559B
Logo prepabac

Français : niveau seconde

Français : Bac pro

Littérature : Dossier bac

Profs en direct le jour du bac

PROF EN DIRECT : BAC 2016

Bac 2016

 

Français   -   Français bac pro 

Littérature   -   Philosophie


 
Logo prepabac
Préparation à l'examen du baccalauréat : français séries générales, technologiques et bac pro, philosophie   littérature  Bac pro et Brevet : Bac  en ligne sur prepabac.org. Profs en direct le jour du bac : les annales bac . Préparer le bac en ligne : Demande de cours sur skype  - Coaching scolaire mondial = Elèves scolarisés et candidats libres (lycées français à l'étranger )

 

Licence Creative Commons
Bibliothèque scolaire de prépabac est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
Fondé(e) sur une œuvre à http://www.prepabac.org/.

Copyright

Droits d'auteur enregistrés, Copyright

Depot.com sous le numéro  00056187

Tous droits réservés

Le site prepabac.org respecte "la loi informatique et liberté "

N° enregistrement CNIL :  1943841