Forum bac  Listes EAF, descriptifs bac - Blog des lycéens  

L oral de français

ForumFORUM PEDAGOGIQUE

FORUM PREPABACForum prepabac

 

Skype
Prepabac facebook
Google
Twitter

Profs en direct le jour du bac

PROFS EN DIRECT : LE FORUM

Pondichery 2016

Français   -   Français bac pro 

Littérature   -   Philosophie

Blogger

 

 

Sartre

Bibliothèque scolaire

11000 documents en ligne

Le bac en ligne metropole etranger candidats libres et lyceens scolarises

Elèves scolarisés   

Candidats libres

Lycées métropole et à  l'étranger      

 

ELEVES SCOLARISES - CANDIDATS LIBRES, METROPOLE, DOM TOM, LYCEES FRANCAIS A L'ETRANGER ET LYCEESPROFESSIONNELS 

Mme La Fayette, Princesse de Clèves, l'incipit, "Il parut alors une beauté à la cour..."Lecture analytique

Madame de la Fayette, la princesse de Clèves

 

 

 

 

 

Il parut alors une beauté à la cour, L'incipit de La Princesse de Clèves, La Fayette à l'oral EAF

La-Fayette

Entretien préparé de 77  questions avec réponses en commentaire

 

Lire la suite

 

 

 

 

Mme de La Fayette - La princesse de Clèves

L'incipit

 

 

Il parut alors une beauté à la cour, qui attira les        yeux de tout le monde, et l'on doit croire que c'était une beauté        parfaite, puisqu'elle donna de l'admiration dans un lieu où l'on        était si accoutumé à voir de belles personnes. Elle        était de la même maison que le vidame de Chartres, et une des        plus grandes héritières de France. Son père était        mort jeune, et l'avait laissée sous la conduite de madame de Chartres,        sa femme, dont le bien, la vertu et le mérite étaient        extraordinaires. Après avoir perdu son mari, elle avait passé        plusieurs années sans revenir à la cour. Pendant cette absence,        elle avait donné ses soins à l'éducation de sa fille        ; mais elle ne travailla pas seulement à cultiver son esprit et sa        beauté ; elle songea aussi à lui donner de la vertu et à        la lui rendre aimable. La plupart des mères s'imaginent qu'il suffit        de ne parler jamais de galanterie devant les jeunes personnes pour les en        éloigner. Madame de Chartres avait une opinion opposée ; elle        faisait souvent à sa fille des peintures de l'amour ; elle lui montrait        ce qu'il a d'agréable pour la persuader plus aisément sur ce        qu'elle lui en apprenait de dangereux ; elle lui contait le peu de        sincérité des hommes, leurs tromperies et leur        infidélité, les malheurs domestiques où plongent les        engagements ; et elle lui faisait voir, d'un autre côté, quelle        tranquillité suivait la vie d'une honnête femme, et combien        la vertu donnait d'éclat et        d'élévation à        une personne qui avait de la beauté et de la naissance. Mais elle        lui faisait voir aussi combien il était difficile de conserver cette        vertu, que par une extrême défiance de soi-même, et par        un grand soin de s'attacher à ce qui seul peut faire le bonheur d'une        femme, qui est d'aimer son mari et d'en être aimée.   

Cette héritière était alors un des grands partis        qu'il y eût en France ; et quoiqu'elle fût dans une extrême        jeunesse, l'on avait déjà proposé plusieurs mariages.        Madame de Chartres, qui était extrêmement glorieuse, ne trouvait        presque rien digne de sa fille ; la voyant dans sa seizième année,        elle voulut la mener à la cour. Lorsqu'elle arriva, le vidame alla        au-devant d'elle ; il fut surpris de la grande beauté de mademoiselle        de Chartres, et il en fut surpris avec raison. La blancheur de son teint        et ses cheveux blonds lui donnaient un éclat que l'on n'a jamais vu        qu'à elle ; tous ses traits étaient réguliers, et son        visage et sa personne étaient pleins de grâce et de charmes.

 

 

Mme de La Fayette - La princesse de Clèves

 

 

Première apparition : entrée en scène d’une princesse

Incipit : elle vient d’épouser un prince, qui lui donne son titre, c’est un roman éponyme. Milieu d’une princesse, milieu spécial.

Ce titre rappelle des titres de tragédie ; ici  un amour interdit qui s’annonce.

Mme Lafayette, XVIIème siècle, vécut sous Louis XIV. Les grands aristocrates d’habitude ne lisent pas, n’écrivent pas, ce n’est pas considéré sérieusement.

Au travers de ce roman, Mme de la Fayette relate les problèmes de son milieu, la difficulté d’être femme à la Cour. C’est rare d’avoir un écrit féminin au XVIIème siècle ; le roman devient célèbre. Dans les grands salons, il y a de grandes conversations sur des thèmes tels que « qu’est-ce que l’amour ? », ou encore « peut-on être fidèle ? » « Comment éduquer les jeunes femmes ? ».

Dans une société qui ne vit que par l’image, c’est un roman historique ; l’extrait se passe à la Cour ; elle change d’époque pour éviter la censure: choisit que le roman se passe sous le règne de Henri II (c’est la fin de son règne, mort du roi accidentelle).

Dans la Cour, seule l’apparence compte. Au travers de ce roman, Mme Lafayette relate un problème : difficulté d’être une femme. Mme de La Fayette a de la répartie. La princesse de Clèves est l’incarnation du sentiment amoureux. Mme de Chartres rend ce personnage inaccessible. Il y a trois fois le mot « beauté » : c’est une métonymie. On sait seulement qu’elle est belle. C’est un stéréotype, elle n’existe pas. 

C’est une référence aristocratique : vertu, beauté, éclat du temps. Description physique, il y a un stéréotype mystère de sa beauté, un effet d’attente. Le récit s’arrête : description hyperbolique, princesse hors norme, début de la description morale (ligne 4).

Il y a un point de vue omniscient : éduquer l’esprit, enseigner. C’est aussi un discours moraliste : danger, passion amoureuse.

Dans le roman, elle a beaucoup de prétendants. 

La Princesse dresse le portrait de la figure commune. La Princesse donne le ton. L’art du portrait est en vogue, le portrait est innovant.

C’est un texte très connu ; le romancier invente un personnage, donne les éléments qui font qu’on croit qu’elle a existé. 

Conclusion : le roman est historique. Juste avant l’extrait : galerie des personnages historiques. Le personnage éponyme est d’exception.

Ton élogieux, place de l’éducation originale.

I L’art du portrait

1 Qu’est-ce qui est élégant ?

Il y a un effet d’attente (suspense) ; on ne sait pas qui se présente. Tous les regards convergent : c’est un élément de séduction (mystère révélé avec la narration externe : il chuchote)

2 Une beauté idéalisée

Métonymie, intriguer, et une gradation (Effet d'insistance).

On en voit un peu mais pas trop : il y a une gradation de sa beauté. Stéréotype : sa blancheur irradie, éclat du teint, signe de noblesse.

Champ lexical de la vision prépondérant : formule « il parut » venue des contes.

C’est une description de son éclat, de son charme, de sa grâce mais pas très précise, abstraite ; elle permet ainsi d’imaginer son propre canon de beauté.  Cela suscite l’admiration ressentie par la Cour ; description précieuse, portrait hyperbolique, traits classiques.

II Les conseils d’une mère

Au-delà du portrait, Mme de La Fayette fait un discours moraliste. Mme de Chartres élève sa fille avec vertu et la met en garde contre la passion amoureuse. 

Passion, amour, colère, jalousie : sentiments extrêmes, maîtriser ses passions.

1 Portrait prétexte discours

Maintenant on entend ; c’est un discours narratif, discours indirect.

Elle introduit son discours dans une description

2 Originalité de la méthode

C’est une femme intelligente ; pour faire passer sa mise en garde, elle refuse la conspiration du silence. Se base sur la conversation, sur un échange propice à la dissuasion.

Elle cherche l’adhésion de sa fille et alterne ce qui est agréable et désagréable ; elle lui montre les aspects positifs et négatifs.

Elle alterne théorie et pratique : mère pédagogue, travail d’imprégnation, fait des concessions, vertu pas marrante mais montre les résultats positifs.

Faire aimer ce qui ne plait pas ; Mme de La Fayette critique et fait une éducation basée sur la franchise qui brise la « conspiration du silence ».

III Vertu et amour

Combat entre vertu et amour : qui gagne ?

Au XVIIème siècle, c’est la vertu qui gagne, c’est le siècle des moralistes ; l’église est très présente. Au XVIIIème siècle, avec la Révolution française, c’est aussi la révolution des mœurs : création des romans libertins (Les liaisons dangereuses).. Louis XIV ne peut pas interdire la censure : dire à quel point l’église est puissante, roman du libertinage.

1 Une certaine conception de la vie

C’est une conception pragmatique, réaliste du mariage : devoir conjugal : donner des enfants ; éducation méfiance des passions, maîtriser ses passions (patior : souffrir) : colère, amour, jalousie, haine pour atteindre la sagesse, l’ataraxie (absence de troubles).

Interrogation nouvelle : éducation morale, éducation des filles (Ecole des femmes de Molière, la laitière et le pot de lait, la Fontaine témoigne de la condition féminine.

 

IV Une présentation décisive

Présentation décisive : la première fois qu’on la voit, défi de rester exceptionnelle , histoire hors

normes elle aussi, réaction de la Cour exceptionnelle.

 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

 Prépabac le bac en ligne

Logo prepabac

Boutique en ligne français  philosophie

Coaching scolaire mondial
Elèves scolarisés (lycées français à l'Etranger) et candidats libres

 

Professeur indépendant

  • Identifiant SIRET : 819 269 226 00018
  • APE  :  8559B
Logo prepabac

Français : niveau seconde

Français : Bac pro

Littérature : Dossier bac

Profs en direct le jour du bac

PROF EN DIRECT : BAC 2016

Bac 2016

 

Français   -   Français bac pro 

Littérature   -   Philosophie


 
Logo prepabac
Préparation à l'examen du baccalauréat : français séries générales, technologiques et bac pro, philosophie   littérature  Bac pro et Brevet : Bac  en ligne sur prepabac.org. Profs en direct le jour du bac : les annales bac . Préparer le bac en ligne : Demande de cours sur skype  - Coaching scolaire mondial = Elèves scolarisés et candidats libres (lycées français à l'étranger )

 

Licence Creative Commons
Bibliothèque scolaire de prépabac est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
Fondé(e) sur une œuvre à http://www.prepabac.org/.

Copyright

Droits d'auteur enregistrés, Copyright

Depot.com sous le numéro  00056187

Tous droits réservés

Le site prepabac.org respecte "la loi informatique et liberté "

N° enregistrement CNIL :  1943841