Forum bac  Listes EAF, descriptifs bac - Blog des lycéens  

L oral de français

ForumFORUM PEDAGOGIQUE

FORUM PREPABACForum prepabac

 

Skype
Prepabac facebook
Google
Twitter

DOSSIER BAC

Spécial candidats libres

Cned

ORAL EAF

Blogger

 

 

Sartre

Bibliothèque scolaire

11000 documents en ligne

Le bac en ligne metropole etranger candidats libres et lyceens scolarises

Elèves scolarisés   

Candidats libres

Lycées métropole et à  l'étranger      

 

 

La Fontaine, le philosophie scythe, lecture analytique

la-fontaine

 

 

 

 

Oral EAF, La Fontaine, le philosophe Scythe, les fables, questionnaire bac

la-fontaine

Oral de 84 questions et réponses, oral bac et commentaire de la fable

 

Lire la suite

 

 

 

 

 La Fontaine

le philosophe scythe

 

 

Lecture de la fable

Un Philosophe austère, et né dans la Scythie,
Se proposant de suivre une plus douce vie,
Voyagea chez les Grecs, et vit en certains lieux
Un sage assez semblable au vieillard de Virgile,
Homme égalant les Rois, homme approchant des Dieux,
Et, comme ces derniers satisfait et tranquille.
Son bonheur consistait aux beautés d'un Jardin.
Le Scythe l'y trouva, qui la serpe à la main,
De ses arbres à fruit retranchait l'inutile,
Ebranchait, émondait, ôtait ceci, cela,
Corrigeant partout la Nature,
Excessive à payer ses soins avec usure.
Le Scythe alors lui demanda :
Pourquoi cette ruine. Etait-il d'homme sage
De mutiler ainsi ces pauvres habitants ?
Quittez-moi votre serpe, instrument de dommage ;
Laissez agir la faux du temps :
Ils iront aussi tôt border le noir rivage.
- J'ôte le superflu, dit l'autre, et l'abattant,
Le reste en profite d'autant.
Le Scythe, retourné dans sa triste demeure,
Prend la serpe à son tour, coupe et taille à toute heure ;
Conseille à ses voisins, prescrit à ses amis
Un universel abatis.
Il ôte de chez lui les branches les plus belles,
Il tronque son Verger contre toute raison,
Sans observer temps ni saison,
Lunes ni vieilles ni nouvelles.
Tout languit et tout meurt. Ce Scythe exprime bien
Un indiscret Stoïcien :
Celui-ci retranche de l'âme
Désirs et passions, le bon et le mauvais,
Jusqu'aux plus innocents souhaits.
Contre de telles gens, quant à moi, je réclame.
Ils ôtent à nos cœurs le principal ressort ;
Ils font cesser de vivre avant que l'on soit mort.

Fables, XII, 20, 1694

 

Commentaire de la fable :

Introduction :

La Fontaine s’inspire ici d’une anecdote d’un certain Aulu-Gelle qui est tirée d’un livre « Nuit d’Attique » au 2ieme siècle avant J-C. L’œuvre de la Fontaine est dédiée au duc de Bourgogne, le texte se trouve à la fin ce qui lui confère une certaine importance car il y a une morale générale

On a une mise en scène de deux personnages opposés , et à travers ce récit allégorique on compare les deux manières de vivre de ces personnages qui illustrent aussi deux courants philosophiques qui sont les courants majeurs de l’antiquité ; l’épicurisme et le stoïcisme.

La fable pose le problème de la recherche du bonheur.

Problématique

En quoi peut-on dire que ce récit d’une rencontre a une portée allégorique ?

I )Le récit d’une rencontre
1) Deux personnages antagonistes par nature
a) Le philosophe Scythe

Le terme philosophe fait du Scythe un homme de théorie, de doctrine trop dans l’intellectuel et pas assez dans la pratique contrairement au grec. Le Scythe est qualifié par des termes négatifs : vers 1 austère et Scythie qui renvoient à un monde mort.
- Les allitérations en « s » et « t » soulignent la barbarie du personnage aux vers 1 et 2 - on donne donc une image négative de la Scythie décrite comme sauvage par Hérodote au vers 21

B) Le sage est « grec »

ce qui est positif car c’est « un être civilisé » vers3
- Le terme « sage » au vers 4 opposé à philosophe implique une proximité plus grande avec la réalité, un état qui est le résultat d’une réflexion avec des expériences. L’enjambement au vers 3-4 met en valeur le mot « sage » Il y a une gradation laudative (=méliorative) dans la comparaison. Le grec est chez lui contrairement au Scythe, il est donc en adéquation avec le milieu où l’histoire se passe .
- On est sensible à la sérénité du grec grâce à deux procédés : -la rime croisée vers 4 et 6 - le champ lexical de la sérénité « tranquille » « sérénité » avec une allitération en « b » au vers 7.

2) Deux personnages au comportement opposé
a) Le comportement du grec

- Au vers 10 on trouve une énumération de synonymie « ébranchait, émondait, ôtait, (…) corrigeant » avec deux intérêts : -Le sage poursuit un but unique, son action est harmonieuse et égale comme l’indique l’adverbe « partout » vers 11

-Ses actions ne sont pas systématiques et s’adaptent à la réalité. On le voit au vers 10 « ceci et cela »
- La construction du vers 9 place le groupe nominal après le complément du nom. - Cela met en relief le caractère réfléchi du sage.

- le vers 11 en octosyllabe montre que l’on enlève les excès en accord avec le vers 12 en alexandrin qui évoque les excès de la nature. => Le grec vit dans une nature féconde, ce que nous montre plusieurs éléments : vers 7 « jardin » vers 9 « fruit » vers 11-12 « la nature a payé ses soins avec usure ».

B )Le comportement du Scythe

- Au vers 23 le dogmatisme impose aux gens la même règle comme si elle était bonne pour tout le monde.
- Caractère destructeur avec : -d’une part la violence du scythe v.22 il s’agit de verbes monosyllabiques avec consonance en « pe » et « que » évoquant la brutalité « coupe » et « taille ». - hyperbole v.22 « à toute heure » , v.24 « un universel abattis », v29 « tout languis et tout meurt »

-il y a une gradation dans l’action du scythe : « coupe et taille » v22 « ôte » v25 et « tronque » v26

-Emploi du présent de narration rend l’action plus vivante et plus dramatique.

- v29 « tout languit et tout meurt » décrit une action en cours, en phase d’expansion qui s’élargit aux voisins et aux amis.
- V21 à V29 Ici la parataxe montre l’irréflexion et l’inconséquences des actions du scythe.
- V27 « sans observer » le Scythe ne s’adapte pas à la nature, cette adaptation est renforcée par la répétition de « ni »
- Le Scythe transforme la nature autour de lui et y laisse la mort v29 « tout languis et tout mort » avec un point qui coupe en deux le vers et souligne donc la fin tragique.

3)Un dialogue révélateur
a) Le discours du Scythe

- Le discours du scythe a une dimension critique v14 « Etait-il d’homme sage »
- Il emploie l’impératif et intervient v16-17 « Quittez moi votre serpe, instrument de dommage et laissez agir la faux du temps »
- Le ton du scythe est emphatique un octosyllabe plus quatre alexandrins, on le remarque grâce à l’accumulation de figures de styles v14 « cette ruine » une hyperbole soulignée par la diérèse, on à également « ces pauvres habitants » au v15 il s’agit d’une personnification pathétique des arbres, puis la « faux du temps »au v17 allégorie qui évoque la mort et au v18 « noir rivage » est une métonymie qui évoque les enfers.
- Il y a une accumulation d’images qui évoque la destruction et mort toujours dans le discours du scythe : v14 « mutilé », v15 « ruine », v16 « dommage » v17 « faux du temps » v18 « noir rivage »
- Le scythe a une vision tragique de la vie et s’exprime de manière peu claire en utilisant des figures de styles comme un intellectuel pédant.

b) La réponse du grec

- Le grec fait une courte réponse :  un alexandrin et un octosyllabe
- Il n’utilise pas de figure de styles, les mots sont employés au sens propre. De plus il ne donne pas de conseils, il dit simplement ce qu’il fait sans prétendre tout savoir contrairement au scythe.

II) La dimension allégorique
1) Une portée universelle
a) Un processus de généralisation

- Pour généraliser on emploie l’indéfini :

-pour désigner le personnage principal et les lieux v1 ,4,7 : un philosophe, un sage, un jardin, v3 « en certain lieu »

-emploi de l’indéfini pour décrire l’expérience du scythe qui est excessivement généralisante comme v22 « toute heure » v26 « toute raison » v29 « tout languit et tout meurt »
- Le philosophe grec est présenté comme un modèle v5 l’homme par excellence « semblable au vieillard de Virgile, Homme égalant les Rois, approchant les Dieux »
- La végétation est une évocation de la nature

-La métaphore filée du v15 au v18 commence par « mutiler » ainsi que par « ses pauvres habitants » qui sont des images de l’humanité, elle se poursuit au v17 « la faux du temps » et « noir rivage ». Les arbres représentent donc les hommes.

-plusieurs expressions peuvent être prises au sens figuré et désigner les hommes plutôt que les arbres v11 « corrigeant » et v12 « payer avec usure »
- L’image de la mort v17 « la faux du temps », au centre du texte conduit à considérer le jardinier comme une figure du destin humain. On peut penser comme le scythe que la mort frappe au hasard , mais le grec, laisse imaginer au contraire qu’une destruction mesurer fait partie de la vie.

b) La moralité v29 à 36

- Le passage à la morale est marqué par l’emploi de la troisième personne du singulier, le présent de vérité générale et les verbes impersonnels.
- Au v30 on met en relief l’élément critiqué grâce à la diérèse du stoïcien et du jeu sur les sonorités : allitération en « s » et assonance en « i »
- V32 les désirs(bon) et les passions (mauvais) est un parallélisme entre le bon et le mauvais. Le stoïcien supprime tout plaisir dans la vie de manière aussi excessive que le scythe coupe les arbres.
- V34 emploi de la première personne du singulier
- V36 « Ils font cesser de vivre avant que l’on soit mort » Il s’agit là d’une antithèse qui résume le texte ; le scythe est synonyme de mort, il se prive de tout plaisir, il est donc déjà mort. En revanche le grec et synonyme de vie.

2) La question du bonheur

a) La conception épicurienne

- V7 « le Jardin » avec un grand « j » renvoie à l’école d’Epicure. D’après le philosophe le bonheur se trouve dans la modération : l’excès doit être évité car il est source de souffrances, il faut satisfaire les désirs tant qu’ils sont « naturels » et « nécessaires ». Au contraire, les passions apportent la violence , le « discernement » c’est-à-dire le sens critique est donc nécessaire pour les distinguer.
- V2 à 7 c’est le champ lexical des sensations agréables v2 « douce » V6 « satisfait », V7 « bonheur » et « beautés » Ici l’éthique est lié à l’esthétique ce qui est beau est bon.
- L’enseignement du sage n’a pas de vocation collective, c’est un sagesse individuelle fondée sur l’expérience
- D’après Jean de la Fontaine la suppression systématique des désirs est une mort avant l’heure, l’épicurisme est une philosophie humaine contrairement au stoïcisme v34 37 « Contre de telles gens, quant à moi, je réclame. Ils ôtent de nos cœurs le principal ressort ; Ils font cesser de vivre avant que l’on soit mort. »

b) La conception stoïcienne

- V1 « philosophe austère », cette expression associe tout de suite le scythe à un stoïcien qui détruit les plaisirs de la vie.
- Il y a trois mots du champs lexical des sensations désagréables qui est associé au scythe : v1 « austère », v16 «dommage » et v21 « triste »
- Le scythe recherche « une plus douce vie » et imite donc le grec mais n’a pas de discernement et il n’est donc pas capable de souplesse contrairement au sage qui s’adapte à la nature qui l’entoure.
- La leçon du grec était bonne mais a été mal comprise par le scythe . Cette fable est donc un avertissement pour le lecteur qui doit chercher le sens profond du texte et ne doit pas lire de façon superficielle.

3- Du fabuliste au lecteur
a) L’esthétique du récit

-Construction du récit
-voyage du scythe au v1 et 2
-v3à12 activité du grec avec parataxe (succession de verbes d’action)

-Prise de parole du scythe des verbes v13 à 18
-inversement
- scythe est traité avec une gradation négative croissante jusqu’au « j » v34 « je réclame ».
- V30 l’expression « indiscret stoïcien » montre que Jean de la Fontaine reproche l’attitude du stoïcien mais pas du stoïcisme en général, il évite d’être dogmatique ce qu’il reproche au stoïcien.
- Une mise en abime

b) La figuration du lien fabuliste et lecteur

- Le philosophe scythe veut apprendre quelque chose comme le lecteur avec la fable
- mais il ne comprend pas les conseils du grec comme un mauvais lecteur.

- On -activité du scythe : parataxe -la moralité v29 à36 on voit que le cœur de la fable sont les 4 premiers vers qui offrent un miroir inversé. D’un côté on voit les actions du grec et de l’autre celles du scythe . Par cet effet de chiasme on met en relief l’opposition de ces deux personnages.

- conclusion

La fable en elle-même offre donc au lecteur de donner du plaisir comme une application pratique de la moralité.
-Cette fable oppose stoïcisme et épicurisme, elle défend ce dernier mais le philosophe scythe peut apparaitre comme une figure du jansénisme (courant religieux très austère avec beaucoup d’adeptes au XVII) et représenter Fénelon qui était le précepteur du duc de Bourgogne. Il s’agit surtout de défendre une sagesse de modération et de souplesse en adaptation constante avec le monde qui nous entoure.

Ouverture

La Fontaine rappelle ici Molière pour lequel il faut châtier les mœurs par le rire

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

 Prépabac le bac en ligne

Logo prepabac

Boutique en ligne français  philosophie

Coaching scolaire mondial
Elèves scolarisés (lycées français à l'Etranger) et candidats libres

 

Professeur indépendant

  • Identifiant SIRET : 819 269 226 00018
  • APE  :  8559B
Logo prepabac

Français : niveau seconde

Français : Bac pro

Littérature : Dossier bac

Profs en direct le jour du bac

PROF EN DIRECT : BAC 2016

Bac 2016

 

Français   -   Français bac pro 

Littérature   -   Philosophie


 
Logo prepabac
Préparation à l'examen du baccalauréat : français séries générales, technologiques et bac pro, philosophie   littérature  Bac pro et Brevet : Bac  en ligne sur prepabac.org. Profs en direct le jour du bac : les annales bac . Préparer le bac en ligne : Demande de cours sur skype  - Coaching scolaire mondial = Elèves scolarisés et candidats libres (lycées français à l'étranger )

 

Licence Creative Commons
Bibliothèque scolaire de prépabac est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
Fondé(e) sur une œuvre à http://www.prepabac.org/.

Copyright

Droits d'auteur enregistrés, Copyright

Depot.com sous le numéro  00056187

Tous droits réservés

Le site prepabac.org respecte "la loi informatique et liberté "

N° enregistrement CNIL :  1943841