Racine, Phèdre, V, 7 commentaire littéraire

 

Racine

 

 

 

Analyse littéraire :

Phèdre, Racine, V, 7

 Jean Racine est un dramaturge du XVIIe siècle, qui fait parti du classicisme. Il s’inspire essentiellement de l’Antiquité grecque pour écrire ses tragédies. Il écrit des poésies mais est plus connut pour ses pièces de théâtres dont Phèdre qui est écrite en 1677. L’extrait choisi se situe à la scène 7 de l’acte V, c’est le dénouement de la pièce. Ce passage constitue un coup de théâtre au sens où nous assistons à la divulgation du secret de Phèdre à Thésée, aveu qui demeure en suspens depuis le début de la pièce. 
Comment le dénouement de Phèdre fait de cette pièce une tragédie classique ?


I) Un aveu ambigu
Tout d’abord, Thésée semble mener une stratégie de dévoilement : en effet il semble feindre l’ignorance du crime de Phèdre : il parle d’un « cruel soupçon » (v. 2), et déclare que ses « yeux soient toujours abusés » (v. 6), ce qui sous entend le mensonge de Phèdre. 
Puis le vers 7 « Je le crois criminel, puisque vous l’accusez. » semble être une anti phrase montrant que Thésée dit le contraire de ce qu’il affirme, espérant ainsi faire avouer Phèdre. 
Urgence : expression injonctive " il faut " (vers 25) + " écoutez-moi"(V29) = impératif car le temps presse, Phèdre se meurt.

Cette scène est construite sur l’affrontement de Phèdre face à son secret et face à Thésée : c’est tout d’abord Thésée qui établit l’opposition au vers 1 « vous triomphez » et « mon fils ».

Lire la suite sur le forum

 

Date de dernière mise à jour : 12/03/2017

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau