Quelle est la différence entre une lecture cursive et une lecture analytique, comment faire à l'oral EAF

Auteur

 

# par prepabac
 
19/06/2016 à 08:25

Lecture analytique et lecture cursive

Lecture analytique

Contrairement à la lecture cursive, la lecture analytique a pour but la construction détaillée de la signification d’un texte. Elle constitue donc un travail d’interprétation. Elle vise à développer la capacité d’analyses critiques autonomes. Elle peut s’appliquer à des textes de longueurs variées :
- appliquée à des textes brefs, elle cherche à faire lire les élèves avec méthode ; - appliquée à des textes longs, elle permet l’étude de l’œuvre intégrale. [...] L’objectif de la lecture analytique est la construction et la formulation d’une interprétation fondée : les outils d’analyse sont des moyens d’y parvenir, et non une fin en soi. La lecture analytique peut être aussi une lecture comparée de deux ou plusieurs textes ou de textes et de documents iconographiques, dont elle dégage les caractéristiques communes, les différences ou les oppositions.
Au-delà des principes - et des querelles d'écoles -, il nous suffit peut-être de savoir qu'une lecture analytique n'est pas autre chose qu'une manière méthodique de lire ! Elle est née du souci de remplacer l'explication linéaire par une démarche progressive capable de construire un sens. On peut ainsi parler d'une « lecture problématisée », puisqu'il s'agit de mener à bien, par une série de questions, un projet de lecture capable de parvenir à une interprétation. Ce faisceau de questions qui caractérise la problématique d'une lecture analytique impose un cheminement rigoureux

La lecture cursive
La lecture cursive est la forme de lecture la plus libre. Elle vise à faire des élèves des lecteurs autonomes. En effet, plus personnelle et moins exigeante que la lecture analytique, la lecture cursive cherche avant tout à faire découvrir un écrivain ou un texte sans pour autant faire de l’exhaustivité un impératif. En cycle terminal, elle est un outil nécessaire afin d’inciter le futur bachelier à « lire de la littérature française ou étrangère et à compléter ainsi les référents culturels qui contribuent à l’épanouissement de la personne et au développement de l’esprit critique ».

Prépabac

Répondre à ce message

Code incorrect ! Essayez à nouveau