Forum bac  Listes EAF, descriptifs bac - Blog des lycéens  

L oral de français

ForumFORUM PEDAGOGIQUE

FORUM PREPABACForum prepabac

 

Skype
Prepabac facebook
Google
Twitter

Profs en direct le jour du bac

PROFS EN DIRECT : LE FORUM

Pondichery 2016

Français   -   Français bac pro 

Littérature   -   Philosophie

Blogger

 

 

Sartre

Bibliothèque scolaire

11000 documents en ligne

Le bac en ligne metropole etranger candidats libres et lyceens scolarises

Elèves scolarisés   

Candidats libres

Lycées métropole et à  l'étranger      

 

ELEVES SCOLARISES - CANDIDATS LIBRES, METROPOLE, DOM TOM, LYCEES FRANCAIS A L'ETRANGER ET LYCEESPROFESSIONNELS 

Hypallage "Le Buffet" d'Arthur Rimbaud.

Auteur  
# 23/06/2016 à 00:30 Français S
Bonjour, je vais bientôt passer mon oral, et j'ai le poème d'Arthur Rimbaud Le Buffet, seulement il y a une chose que je n'ai pas comprise c'est l'hypallage dans la chute du poème. Est ce que c'est dans le dernier vers avec "tes grandes portes noirs" qu'il y a une hypallage? En réalité serait-ce l’intérieur du buffet qui est noir et non pas ses portes, d'où la figure de style : l'hypallage? Merci d'avance pour vos réponses et votre aide!
# 23/06/2016 à 07:38 Martine
Définition. Une hypallage est une figure de style qui attribue à un ou plusieurs mots d’une phrase ce qui devrait logiquement être rattaché à d’autres termes de cette phrase (sans qu’il soit possible de se méprendre sur le sens de l’énoncé). Ce procédé syntaxique crée des images inattendues, souvent étranges.

Le buffet

C'est un large buffet sculpté ; le chêne sombre,
Très vieux, a pris cet air si bon des vieilles gens ;
Le buffet est ouvert, et verse dans son ombre
Comme un flot de vin vieux, des parfums engageants ;

Tout plein, c'est un fouillis de vieilles vieilleries,
De linges odorants et jaunes, de chiffons
De femmes ou d'enfants, de dentelles flétries,
De fichus de grand'mère où sont peints des griffons ;

- C'est là qu'on trouverait les médaillons, les mèches
De cheveux blancs ou blonds, les portraits, les fleurs sèches
Dont le parfum se mêle à des parfums de fruits.

- O buffet du vieux temps, tu sais bien des histoires,
Et tu voudrais conter tes contes, et tu bruis
Quand s'ouvrent lentement tes grandes portes noires.

Octobre 1870.

Arthur Rimbaud - Poésies

Le buffet devient une vieille personne témoin du temps, passage du buffet au sens propre au buffet qui incarne le temps à travers l'image de la vieille personne = sens abstrait
= Hypallage
# 23/06/2016 à 10:43 Français S
Merci !
# 27/06/2016 à 02:44 BAC
Bonsoir, je ne savais pas où poster mon message, donc je le poste ici, dsl d'être hors sujet mdrr. Voilà je vais passer mon oral prochainement, et j'ai une question sur la préface de victor hugo le dernier jour d'un condamné. Alors est ce que dans cette préface Victor hugo essaie à la fois de nous convaincre et de nous persuader, dans la mesure où il utilise des arguments logiques, rationnels et emploie un ton éloquent et persuasif ? (cad des questions oratoires, des anaphores, des maximes etc..) (en clair il sollicite à la fois la raison et les émotions, sentiments)
# 27/06/2016 à 07:30 Jacques techno
Tu réponds toi même à la question
la réponse est oui, il tente à la fois de convaincre et de persuader
Voici un passage repris du forum pédagogique que je viens de trouver, je le donne ici

Sujet à traiter :

Ce texte a-t-il pour intention de convaincre, persuader ou délibérer?

Victor Hugo, Le dernier jour d’un condamné, chapitre XXVI, 1829.

TEXTE


Le dernier jour d’un condamné est un roman écrit par Hugo sous la forme d’un journal intime fictif; un condamné à mort, dont on ne connaît ni le nom ni la faute, y évoque les dernières heures de son existence.

Il est dix heures.
O ma pauvre petite fille! Encore six heures, et je serai mort! Je serai quelque chose d’immonde qui traînera sur la table froide des amphithéâtres une tête qu’on moulera d’un côté, un tronc qu’on disséquera de l’autre; puis de ce qui restera, on en mettra plein une bière, et le tout ira à Clamart; voilà ce qui’ls vont faire de ton père, ces hommes dont aucun ne me hait qui tous me plaignent et tous pourraient me sauver; ils vont me tuer. Comprends-tu cela, Marie? Me tuer de sang-froid, en cérémonie, pour le bien de la chose ah! Grand Dieu!
Pauvre petite! Ton père qui t’aimait tant, ton père qui baisait ton petit cou blanc et parfumé, qui passait la main sans cesse dans les bouches de tes cheveux comme sur de la soie, qui prenait ton joli visage rond dans sa main, qui faisait sauter sur ses genoux et le soir joignait tes deux petites mains pour prier Dieu!
Qui est-ce qui te fera tout cela maintenant? Qui est-ce qui t’aimera? Tous les enfants de ton âge auront des pères, excepté toi. Comment te déshabitueras-tu, mon enfant, du jour de l’an, des étrennes, des beaux joujoux, des bonbons et des baisers? -Comment te déshabitueras-tu, malheureuse orpheline, de boire et de manger?
Oh! si ces jurés l’avaient vue, au moins, ma jolie petite Marie! Ils auraient compris qu’il ne faut pas tuer le père d’un enfant de trois ans.
Et quand elle sera grande, si elle va jusque-là, que deviendra t’-elle? Son père sera un des souvenirs du peuple de Paris. Elle rougira de moi et de mon nom: elle sera méprisée, repoussée, vile cause de moi de moi qui l’aime de toutes les tendresses de mon coeur; O ma petite Marie bien aimée! Est-il bien vrai que tu auras honte et horreur de moi?
Misérable! Quel crime j’ai commis, et quel crime je fais commettre à la société?
Oh! Est -il bien vrai que je vais mourir avant la fin du jour? Est-il bien vrai que c’est moi? Ce bruit sourd de cris que j’entends au-dehors, ce flots de peuple joyeux qui déjà se hâte sur les quais, ces gendarmes qui s’apprêtent dans leurs casernes ce prêtre en robe noire, cet autre home aux mains rouges, c’est pour moi! C’est moi qui vais mourir! Moi, le même qui est ici, qui vit, qui se meut, qui respire, qui est assis à cette table, laquelle ressemble à une autre table, et pourrait aussi bien être ailleurs; moi, enfin, ce moi que touche et que je sens, et dont le vêtement fait les plis que voilà!

ANALYSE

Introduction


Nous allons étudier du point de vue de l’argumentation un texte de Victor Hugo, le dernier jour d’un condamné , le chapitre XXVI en date de 1829. Nous nous demanderons si ce texte a pour intention de convaincre, de persuader ou de délibérer. Un condamné à mort nous fait partager ses derniers instants en mettant l’accent sur la tristesse causée à sa fille de trois ans, Marie. Nous allons analyser les arguments qui justifient que nous avons une intention de persuader ou de convaincre ou encore de délibérer.

Développement

L’extrait fait plus appel aux sentiments qu’à la raison. Nous partageons en tant que lecteur le désespoir d’un condamné à mort enfermé en prison. La présence de la petite fille du condamné renforce l’aspect affectif du texte. Le lecteur est d’autant plus sensibilisé, « ton père qui t’aimait tant ». Les nombreuses marques de subjectivité « je serai », « me tuer », « je vais mourir » accentuent cette impression de fait vécu avec une suggestion de l’horreur poussée à son paroxysme: « quelque chose d’immonde », « une tête », « un tronc ». Cela permet une certaine généralisation concernant la question de la peine de mort. Cet extrait fait appel aux sentiments du lecteur. Il est rendu encore plus touchant grâce à l’apostrophe à la « petite fille » et aux interjections « O », « oh ». Nous n’avons par conséquent pas le schéma d’un texte organisé au niveau d’un raisonnement logique et d’arguments mis en avant en fonction de connecteurs précis marquant une progression dans une réflexion. L’auteur tente donc de nous persuader plutôt que de nous convaincre puisqu’il fait plus appel à notre cœur qu’à notre raison.
# 27/06/2016 à 12:06 BAC
Merci Jacques techno
Répondre à ce message
Code incorrect ! Essayez à nouveau

 Prépabac le bac en ligne

Logo prepabac

Boutique en ligne français  philosophie

Coaching scolaire mondial
Elèves scolarisés (lycées français à l'Etranger) et candidats libres

 

Professeur indépendant

  • Identifiant SIRET : 819 269 226 00018
  • APE  :  8559B
Logo prepabac

Français : niveau seconde

Français : Bac pro

Littérature : Dossier bac

Profs en direct le jour du bac

PROF EN DIRECT : BAC 2016

Bac 2016

 

Français   -   Français bac pro 

Littérature   -   Philosophie


 
Logo prepabac
Préparation à l'examen du baccalauréat : français séries générales, technologiques et bac pro, philosophie   littérature  Bac pro et Brevet : Bac  en ligne sur prepabac.org. Profs en direct le jour du bac : les annales bac . Préparer le bac en ligne : Demande de cours sur skype  - Coaching scolaire mondial = Elèves scolarisés et candidats libres (lycées français à l'étranger )

 

Licence Creative Commons
Bibliothèque scolaire de prépabac est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
Fondé(e) sur une œuvre à http://www.prepabac.org/.

Copyright

Droits d'auteur enregistrés, Copyright

Depot.com sous le numéro  00056187

Tous droits réservés

Le site prepabac.org respecte "la loi informatique et liberté "

N° enregistrement CNIL :  1943841